Victor Hugo voit Napoléon

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Répondre
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Victor Hugo voit Napoléon

Message par CC » 05 juil. 2008 15:36

Victor Hugo a la force des mots. Il les manie avec grand art et il mérite bien un sujet rien qu'à lui.


Voici déjà des extraits de Napoléon II:


Quand il eut bien fait voir l'héritier de ses trônes
Aux vieilles nations comme aux vieilles couronnes,
Eperdu, l'œil fixé sur quiconque était roi,
Comme un aigle arrivé sur une haute cime,
Il cria tout joyeux avec un air sublime :
— L'avenir ! l'avenir ! l'avenir est à moi

II

Non, l'avenir n'est à personne !
Sire l'avenir est à Dieu !
A chaque fois que l'heure sonne,
Tout ici-bas nous dit adieu.
L'avenir ! l'avenir ! mystère !
Toutes les choses de la terre,
Gloire, fortune militaire,
Couronne éclatante des rois,
Victoire aux ailes embrasées,
Ambitions réalisées,
Ne sont jamais sur nous posées
Que comme l'oiseau sur nos toits !
(...)
Demain, ô conquérant, c'est Moscou qui s'allume,
La nuit, comme un flambeau.
C'est votre vieille garde au loin jonchant la plaine.
Demain, c'est Waterloo ! demain, c'est Sainte-Hélène !
Demain, c'est le tombeau !
(...)

Oui, l'aigle, un soir, planait aux voûtes éternelles,
Lorsqu'un grand coup de vent lui cassa les deux ailes ;
Sa chute fit dans l'air un foudroyant sillon ;
Tous alors sur son nid fondirent pleins de joie ;
Chacun selon ses dents se partagea la proie ;
L'Angleterre prit l'aigle, et l'Autriche l'aiglon.


:cry:


(Le poème en entier )
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 01 août 2008 16:37

Nul homme en ta marche hardie
N'a vaincu ton bras calme et fort;
À Moscou, ce fut l'incendie;
À Waterloo, ce fut le sort.
Que t'importe que l'Angleterre
Fasse parler un bloc de pierre
Dans ce coin fameux de la terre
Où Dieu brisa Napoléon,
Et, sans qu'elle-même ose y croire,
Fasse attester devant l'histoire
Le mensonge d'une victoire
Par le fantôme d'un lion ?
Oh! qu'il tremble, au vent qui s'élève,
Sur son piédestal incertain,
Ce lion chancelant qui rêve,
Debout dans le champ du destin
Nous repasserons dans sa plaine!
Laisse-le donc conter sa haine
Et répandre son ombre vaine
Sur tes braves ensevelis !
Quelque jour, – et je l'attends d'elle
Ton aigle, à nos drapeaux fidèle,
Le souffletera d'un coup d'aile
En s'en allant vers Austerlitz.

C'est beau! Et c'est vrai: à Waterloo, le vainqueur, c'est Napoléon.
Rigoumont
Messages : 140
Enregistré le : 18 févr. 2008 22:05
Localisation : Belgique (au pied de la butte...enfin, pas loin!)

Message par Rigoumont » 03 août 2008 8:16

Joséphine a écrit : C'est beau! Et c'est vrai: à Waterloo, le vainqueur, c'est Napoléon.
Pas Napoléon, le chef d'armée, mais la "légende" de Napoléon.
Je l'ai déjà écrit ailleurs mais, pour moi, sa plus grande victoire c'est Ste-Hélène!
Toute sa carrière et sa "postérité" telle qu'elle est encore perçue par beaucoup aujourd'hui (et hier) découle de la légende hélénienne que Napoléon a dictée avec un talent magistral...

Cordialement, :salut:
Que peut-on voir à 8 km s'il y a de la brume?
Avatar du membre
La Bédoyère
De coeur et de passion
Messages : 909
Enregistré le : 07 juin 2007 16:09

Message par La Bédoyère » 03 août 2008 9:21

Chers Joséphine et Rigoumont,


Vous avez tous les deux raison, Napoléon a moralement gagné à Waterloo et du maudit rocher de Sainte-Hélène il entre de plein pied dans la légende et défie cette vieille Europe monarchiste qui une vingtaine d'années plus tard va commencer à s'effriter...

A Waterloo, Napoléon est moralement vainqueur car, quoiqu'on en dise, la France de Napoléon représentait un autre monde face à la schlérose du Congrés de Vienne.

:paix:
---
Quelle époque, quels hommes
Rigoumont
Messages : 140
Enregistré le : 18 févr. 2008 22:05
Localisation : Belgique (au pied de la butte...enfin, pas loin!)

Message par Rigoumont » 03 août 2008 11:03

La Bédoyère a écrit : A Waterloo, Napoléon est moralement vainqueur car, quoiqu'on en dise, la France de Napoléon représentait un autre monde face à la schlérose du Congrés de Vienne.

:paix:
Peut-être mais alors je ne vois pas bien en quoi cette lourde défaite militaire est une victoire morale? C'est bien Louis XVIII qui est rétabli sur son trône quelques jours plus tard...
Excusez-moi mais je ne vous suis pas...? :oops:

Cordialement, :salut:
Que peut-on voir à 8 km s'il y a de la brume?
Avatar du membre
La Bédoyère
De coeur et de passion
Messages : 909
Enregistré le : 07 juin 2007 16:09

Message par La Bédoyère » 03 août 2008 12:10

Cher Rigoumont,

Je me suis permis d'évoquer une victoire morale au regard de l'esprit totalement conservateur que représente le Congrès de Vienne...une association d'autocrates condamnés par l'Histoire.

Même si c'est dans le cadre de l'armée impériale que la campagne de Belgique commence....c'est quelque part la République contre les vieilles monarchies d'Europe....Ce sont les soldats qui rentrent dans la fournaise de Waterloo en entonnant le "Chant du Départ"...

Dans les faits vous avez raison, Louis XVIII revient, mais la monarchie est condamnée...Les libéraux, Béranger...à travers toute l'agitation anti monarchique, nous devinons la présence de l'Aigle...

Une victoire morale, dont les Trois Glorieuses seront la conséquence...Ainsi que plusieurs des soulèvements de la première moitié du XIX ème siècle.

Alors si le 18 juin 1815, le Congrès de Vienne a vaincu....il n'a plus d'avenir.

Salutations. :paix:
---
Quelle époque, quels hommes
Rigoumont
Messages : 140
Enregistré le : 18 févr. 2008 22:05
Localisation : Belgique (au pied de la butte...enfin, pas loin!)

Message par Rigoumont » 03 août 2008 15:21

Mmmmmmmmmmh, je ne sais pas trop.

Le Royaume des Pays-Bas, confirmé par ce congrès est toujours bien d'actualité.
Et ce n'est que la première guerre mondiale qui mettra fin aux empires Russes et Austro-Hongrois, l'empereur d'Allemagne étant "contraint" d'abdiquer...
Quant au Royaume-Uni, je ne suis pas sûr que l'on puisse parler "d'autocratie" puisque la monarchie parlementaire est déjà en place à l'époque. Elle a évolué mais est toujours en vigueur aujourd'hui également...

D'autre part, je suis d'accord avec vous concernant les valeurs de la révolution qui vont finir par faire leur chemin (je parle des valeurs démocratiques et reposant sur les droits de l'homme) au cours du XIXe siècle.
Mais je ne vois pas en quoi Napoléon en est un représentant majeur - il a restauré une noblesse d'empire, épousé deux femmes issues de la noblesse "ancien régime", muselé la presse et le droit de manifester,...

S'il est soutenu en 1815, c'est surtout à cause des erreurs commises par la première restauration.
Mais dès que les perspectives de nouvelles "souffrances de la guerre" reprendront leur place dans l'actualité, ce soutien fléchira fortement. Souvenons de la difficulté à compléter les effectifs pour la campagne... il a dû appeler le IVe corps à l'armée du Nord pour pouvoir entrer en campagne avec 125000 hommes alors qu'il en espérait 150000 sans celui-ci...

Cordialement, :salut:
Que peut-on voir à 8 km s'il y a de la brume?
Répondre