Le choix de Longwood.

Le voici prisonnier de l'Europe... appellation qu'il a toujours refusée.
Comment survivre?

Visitez les pages sur Sainte-Hélène
Répondre
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Le choix de Longwood.

Message par CC » 19 avr. 2007 16:40

"Le choix de Longwood fut fait par Cockburn en octobre 1815 sur les recommandations du colonel Wilks, alors gouverneur de l'île (pour la société commerciale des indes orientales). Wilks indiquait les avantages du lieu pour une surveillance efficace."

Voilà ce qui est sur notre page web (les sources ne sont pas citées :oops:)

Je lis dans Aubry:

"Plantation House, résidence du gouverneur, dans un site abrité, entourée d'un grand parc, offrait de beaux appartements, avec une large vue sur la mer. Seulement elle était difficile à garder. Et du reste la Compagnie des Indes, en prêtant l'île à la Couronne, avait stipulé que cette demeure devrait continuer d'être affectée au gouverneur. Le cabinet anglais n'entendait pas l'en priver en faveur de son prisonnier. Avant tout, il voulait le placer en un lieu d'où la fuite serait impossible."

Faut-il comprendre que c'est la Compagnie des Indes et non l'Angleterre qui a choisi de ne pas octroyer Plantation House à Napoléon? :|
Avatar du membre
bbea53
Messages : 318
Enregistré le : 13 août 2006 16:55

Message par bbea53 » 22 avr. 2007 11:38

Faut-il comprendre que c'est la Compagnie des Indes et non l'Angleterre qui a choisi de ne pas octroyer Plantation House à Napoléon?

Voici ce qui est écrit dans le livre de G Martineau "Napoleon à Saint-Hélène" .

"Le matin du 17 ,Bertrand va examiner ce logement provisoire (la maison Portéous )et revient abattu :il ne s'agit que d'une pension modeste et inconfortable ,sans cour ,de plain -pied avec la rue ,exposée au bruit ,à la chaleur et à la vue des passants .Quel contraste avec le fort voisin ,le Castle ,qui ,avec ses murs crénelès ,ses fossés ,ses salles de réception ,a une certaine allure (5).Mais Cockburn ,imbu du principe selon lequel la demeure est l'affirmation du rang ,tient à se réserver cette bâtisse : elle est le siège du gouvernement et doit demeurer le symbolede l'autorité .Il n'est pas mauvais , politiquement parlant ,que la maison Portéous -c'est le nom de l'auberge dévolue à Boney -fasse pauvre figure auprés du château. Ainsi le veut l'ordre établi et ce sera pour "Bonaparte "la première leçon d'humilité .
Si Cockburn tenait au Castle ,le colonel Wilks entendait garder ses habitudes à Plantation House .Cette maison était pourtant la seule qui convînt à un souverain qui s'en était remis à la génèrosité de son adversaire .........Mais il était essentiel de marquer le fossé entre les prisonniers et gardiens ;tout comme le fort ,Plantation House est le symbole du pouvoir et il ne saurait être question de la céder au "Génèral "

(5)Le Castle avec son jardin , ses terrasses donnant sur la mer et ses hautes murailles eût constitué une résidence supportable .Telle était d'ailleurs le souhait de lord Liverpool qui ,pour excuser le choix de Sainte-Hélène ,avait assuré à un de ses ministres :"L'île posséde une trés belle citadelle où il pourrait résider ".


Voici aussi l'avis de J .Macé dans son dictionnaire sur Sainte-Hélène
"A l'est de l'île un vaste plateau dénudé battu par les vents etc etc etc ,si bien qu'il était facile de définir et contrôler une zone de libre circulation autour de la maison . Ces raisons incitèrent l'amiral Cockburn à considèrer Longwood comme le site le mieux adapté à la résidence du génèral Bonaparte . "
" En Août 1821 ,la Compagnie des Indes retrouve ses droits à Sainte-Hélène et récupère le domaine de Longwood,qu'elle afferme en exploitation agricole "


Je suis donc convaincue que les anglais sont seuls responsables du choix de la résidence de l'Empereur :(
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 22 avr. 2007 11:44

J'avais bien la même impression, BBea. C'est pour cela d'ailleurs que l'affirmation de Octave Aubry m'avait frappée.

Merci pour ces rappels.

:fleur:
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 22 avr. 2007 14:26

http://www.napoleonprisonnier.com/lieux ... html#choix

La partie du choix de Longwood vient donc de s'enrichir. :merci:

:fleur:
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 23 avr. 2007 12:57

Et si Napoléon avait refusé d'habiter là? S'il avait voulu retourner aux Briards, s'il avait voulu s'installer dans une autre maison? Vous pensez qu'ils l'auraient contraint par la force?
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 23 avr. 2007 22:31

La première impression favorable passée, Longwood devient vite difficile à vivre:

Ces gens accoutumés aux plus beaux hôtels et châteaux de France éprouvaient l'incommodité du site et la pénurie du logement. Cinquante personnes entassées, la maison pleine d'allées et venues d'ouvriers occupés à édifier les annexes, les rats qui sortant par troupes du plancher, épouvantent les femmes et les enfants, l'extrême humidité qui fait en quelques jours des habits, des robes ruches et volants, de pauvres nippes qu'il faut sans cesse passer au fer, les cheminées qui fument, l'odeur de la cuisine trop proche qui se répand partout, les plaintes des domestiques qui trouvent tout mal, les mouches et les moustiques dont les mousselines sur les fenêtres, les lits, n'abritent pas…

(Octave Aubry - Sainte-Hélène - p 176)

C'est vrai que chacun de ces détails peut déjà exaspérer, mais quand on rassemble le tout, on peut comprendre la difficulté. :?
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 01 mai 2007 22:01

Quelle horreur! Il n'aurait jamais dû accepter de rester là.
Je ne comprends pas pourquoi il l'a accepté et ensuite, même, qu'il n'a pas voulu changer d'endroit.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 05 mai 2007 10:47

La difficulté de vivre à Longwood. Octave Aubry: Sainte-Hélène 1 - la captivité de Napoléon, p175.

Maintenant qu'ils étaient installés à Longwood, la distraction de la nouveauté s'épuisant, ces gens accoutumés aux plus beaux hôtels et châteaux de France éprouvaient l'incommodité du site et la pénurie du logement. Cinquante personnes entassées, la maison pleine d'allées et venues d'ouvriers occupés à édifier les annexes, les rats qui sortant par troupes du plancher, épouvantent les femmes et les enfants, l'extrême humidité qui fait en quelques jours des habits, des robes à ruches et volants, de pauvres nippes qu'il faut sans cesse passer au fer, les cheminées qui fument, l'odeur de la cuisine trop proche qui se répand partout, les plaintes des domestiques qui trouvent tout mal, les mouches et les moustiques dont les mousselines sur les fenêtres, les lits, n'abritent pas… Et sur tout cela, la surveillance étroite, mesquine, insupportable des Anglais. Ne pouvoir sortir des étroites limites sans l'escorte d'un habit rouge, se heurter à chaque pas à des sentinelles qui croisent sur vous la baïonnette, avoir sans cesse sous les yeux le manège du corps de garde, du camp dressés pour assurer la prison, à la longue ces désagréments tournent au supplice.


http://www.napoleonprisonnier.com/lieux ... nsalubrite
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 02 juin 2007 17:05

A nouveau le déploiement de forces pour garder un homme malade et seul:

1820 - Sainte-Hélène, Octave Aubry (p.162)

L'île semblait oublier l'existence des Français. On disait seulement aux voyageurs de passage que là-haut, sur cette plate-forme entourée d'abîmes où, entre deux coulées de soleil dansaient des brouillards, un prisonnier vivait derrière ses murs de gazon et ses feuillages avec ses derniers serviteurs. Et ces marins, ces magistrats, qui, de l'Extrême-Orient retournaient vers les hâvres de l'Europe, y portaient leur surprise que, pour garder ce captif sans espérance, il fallût tant de soldats, de navires et de canons.


http://www.napoleonprisonnier.com/lieux ... l#gardiens
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 08 juin 2007 9:52

C'était la grande crainte de Napoléon, que de finir oublié là.
Répondre