La Légende - divinisation

Que se passe-t-il ensuite?

Visitez les pages sur le Retour des Cendres

Visitez les pages sur la période suivant la mort de Napoléon
Avatar du membre
CC
Messages : 6289
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 26 janv. 2007 17:37

Petite pensée particulière pour Pierre et pour la conversation ici plus haut.

Relevé dans la préface (de François Coppée) au Napoléon intime de Arthur Lévy, ces quelques mots de description:

...l'auteur du Code Civil, le vainqueur d'Austerlitz...
:wink:

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 27 janv. 2007 17:57

Je vois avec plaisir que je ne suis pas la seule à parler ainsi. Et des auteurs qui publient disent la même chose. C'est dire!

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 27 janv. 2007 18:12

Joséphine,

Si Léon a préféré claquer la porte plutôt que de répondre à ma question, j'ose espérer que vous n'en ferez pas de même concernant ce que je vous ai demandé sur l'argenterie. :wink:
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 27 janv. 2007 18:52

L'argenterie? Que dois-je dire? Oui, Napoléon a vendu son argenterie. Ils ont même martelé des insignes et ont vendu la vaisselle au prix de l'argent. Mais Hudson Lowe est revenu sur ses décisions drastiques et ils ont cessé. Ils avaient d'ailleurs soigneusement gardé de quoi garnir la table, sans le dire à l'Empereur qui finalement en était bien content.

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 27 janv. 2007 19:01

Donc, j'en conclus que vous croyez encore que Napoléon a vendu son argenterie, contraint et forcé, pour pouvoir vivre décemment... :(
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 27 janv. 2007 19:07

Et pourquoi donc aurait-il fait cela selon vous?

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 27 janv. 2007 19:25

Je vous conseille d'ouvrir n'importe quel ouvrage sérieux sur l'exil de Sainte-Hélène pour y voir plus clair sur l'affaire du bris de l'argenterie. Je n'ai malheureusement pas le temps de vous en dire plus ce soir, mais demain, si vous n'avez pas trouvé quelques bons bouquins, je vous écrirai un petit truc là-dessus. :wink:
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 5024
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 27 janv. 2007 20:28

Joséphine a écrit :Je vois avec plaisir que je ne suis pas la seule à parler ainsi. Et des auteurs qui publient disent la même chose. C'est dire!
François Coppée disait aussi que Rimbaud était un fumiste et un décadent. La postérité n'a pourtant pas vraiment suivi son avis et l'oeuvre de Rimbaud est considérée aujourd'hui comme une des oeuvres poétiques les plus importantes de la littérature française, alors que les poëmes de François Coppée sont plutôt oubliés.
Par ailleurs, le fait qu'il a pulbié des livres de poésie, des pièces de théâtre et des romans et qu'il a été élu à l'Académie française ne lui confère pas la science infuse en matière historique.
On raconte qu'Anatole France, voyant sur une couronne mortuaire l'inscription : « Offert par les joueurs de boules de Neuilly » aurait murmuré : « Tiens ! Un vers de Coppée ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Copp%C3%A9e

Avatar du membre
bbea53
Messages : 318
Enregistré le : 13 août 2006 16:55

Message par bbea53 » 27 janv. 2007 21:11

Et pourquoi donc aurait-il fait cela selon vous? Joséphine

Mais tout simplement pour "étayer" un peu plus la construction de sa légende de martyr à Sainte-Hélène .

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 28 janv. 2007 17:13

Si cela avait été le cas, il aurait été diablement plus riche et n'aurait pas dû en arriver à vendre son argenterie, à Sainte-Hélène […]
Il a bien vendu son argenterie! Et si tout n'a pas été vendu, c'est que Hudson Lowe, par peur des réactions des autres face à cette nécessité a revu sa façon de calculer et a admis que Napoléon n'était pas riche comme il le croyait!
Hum... :roll:

L'affaire de l'argenterie tire son origine des instructions de Bathurst relatives aux dépenses de Longwood :

"Diminuer fortement les dépenses de la table et de la maison du prisonnier, de telle sorte qu'elles ne dépassent pas 8 000 livres [192 000 francs] par an, en y comprenant les vins et l'extraordinaire, de quelque genre que ce soit. Dans le cas où le général se plaindrait des retranchements que pourraient occasionner cette modification, il vous sera loisible de lui permettre tout le superflu qu'il désirera, pourvu qu'il fournisse les fonds nécessaires pour couvrir les dépenses au-delà de 8 000 livres. D'après ce que j'ai appris, les moyens pécuniaires ne lui manquent pas."

Or les dépenses pour l'année 1816, au mois de juillet, approchaient déjà les 20 000 livres (480 000 francs). Gaspillages à grande échelle, volonté de maintenir à Longwood un certain train de vie, trafics, prix conséquents exigés par Balcombe et ses commis, mauvaises conditions de conservation de la nourriture entraînant d'inévitables pertes expliquaient largement de pareils chiffres.

Lowe prit acte des ordres du ministère et en avertit Napoléon par l'intermédiaire de Montholon et de Bertrand. L'accueil fut on ne peut plus froid ; mais pas, comme le prétend faussement Joséphine, pour la raison que Napoléon était incapable de fournir les fonds nécessaires.
L'Empereur disposait en effet de sommes énormes en Europe, notamment par exemple auprès du banquier Laffitte chez qui il possédait pas moins de quatre millions de francs (et on pourrait poursuivre la liste des fonds susceptibles de servir aux dépenses de Longwood). Napoléon affirma être d'accord pour puiser dans cette manne mais à la condition que la correspondance nécessaire aux transactions futures ne soit pas sujette à la surveillance de Lowe.
Pour le gouverneur, il était bien sûr hors de question que l'Empereur entretienne des relations avec l'Europe sans qu'il puisse avoir un regard sur la nature exacte des échanges.

C'était l'impasse. De son côté, Lowe prit sur lui d'élever la valeur maximale des dépenses à 12 000 livres (288 000 francs ; ce qui correspondait d'ailleurs à son propre traitement), pendant que Napoléon acceptait de réduire le nombre des domestiques anglais, de diminuer la consommation de vin ; mais refusait de toucher aux dépenses concernant les vivres et écrivait :
"S'il apparaît absolument nécessaire de restreindre les dépenses pour la table, l'Empereur vendra une partie de sa vaisselle."

Lowe campant sur ses positions, Napoléon fit exécuter sa menace. La manœuvre était ici toute diplomatique. Il s'agissait d'indigner l'opinion européenne et exciter la pitié, avec au final l'espoir du retour sur le vieux continent.
Le 10 octobre, O'Meara avertissait :
"Il espère inspirer de la haine pour le gouverneur, en disant qu'il a été obligé de vendre sa vaisselle plate pour ne pas mourir de faim ; il me l'a dit lui-même que tel était son but."

Le 15 octobre, après avoir pris soin de limer les armes et d'ôter les aigles, 952 onces furent brisés et vendus.
Deux autres ventes suivirent : le 15 novembre (1 227 onces) et le 30 décembre 1816 (2 048 onces). Le sacrifice de la vaisselle rapporta 25 577 francs. En vérité, Cipriani n'avait brisé qu'une partie de l'argenterie. Le restant fut gardé pour le service de l'Empereur, Montholon, afin que la manœuvre fût plus crédible; achetant à Jamestown un service en mauvaise faïence.

Si le stratagème ne permit par le retour de l'exilé de Sainte-Hélène en Europe, le bris de la vaisselle avait tout de même fait grand bruit. Ainsi, Bathurst approuva finalement l'initiative de Lowe concernant les 12 000 livres de dépenses, l'autorisa à faire toutes dépenses supplémentaires jugées nécessaires et à laisser Napoléon envoyer une lettre scellée à un banquier afin d'obtenir l'envoi de fonds.
Ce dernier point parut trop dangereux à Lowe et ce dernier se garda bien d'en informer l'Empereur.

Les problèmes de financement furent finalement réglés par l'envoi clandestin par Napoléon d'ordres par lesquels le compte de Bertrand fut crédité de 120 000 francs annuels ; ce qui permit à ce dernier de tirer chaque mois 10 000 francs.



Salutations respectueuses.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 28 janv. 2007 17:19

Napoléon avait certes la manière de présenter les choses; il avait l'art de manipuler les comptes rendus, comme par exemple les bulletins de la Grande Armée. Il a certes fait la même chose avec le Mémorial. Mais de là à inventer le besoin de vendre sa vaisselle il y a une marge. Il a, là comme ailleurs, présenté les choses à sa manière. Il en a fait la publicité. Il a clamé bien haut que la nécessité le réduisait à ça, mais il n'a pas inventé le besoin de trouver de l'argent.

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 28 janv. 2007 17:25

Cyril, je n'avais pas vu votre réponse quand j'ai écrit mon message, mais il recoupe bien ce que je disais. Il a vendu la vaisselle en en faisant la publicité mais il avait réellement besoin d'argent. Il a finalement trouvé un moyen clandestin de s'en procurer.

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 28 janv. 2007 17:45

Il a vendu la vaisselle en en faisant la publicité mais il avait réellement besoin d'argent.
Et cet argent, il le possédait. Ce qui contredit largement ce que vous prétendiez. Pour mémoire :
"Si cela avait été le cas, il aurait été diablement plus riche et n'aurait pas dû en arriver à vendre son argenterie, à Sainte-Hélène "
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 28 janv. 2007 17:49

Il le possédait mais il n'y avait pas accès. A Sainte-Hélène, là où il se trouvait quand cet épisode a eu lieu, il n'était pas riche, il n'avait pas l'argent nécessaire. Il a donc dû vendre sa vaisselle.

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 28 janv. 2007 17:58

Heureux donc de voir que mes messages précedents vous ont permis de corriger votre grossière erreur. :wink:
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Répondre