Quasiment pas d’exécution purement politique ?

Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
Marchand
Messages : 21
Enregistré le : 05 févr. 2019 10:57

Re: Quasiment pas d’exécution purement politique ?

Message par Marchand » 18 déc. 2019 20:30

Merci Staps,

Ca ne m'étonne pas qu'il soit associé à CNews et Zemmour. L'est et l'ouest européen ne sont pas réunis depuis Charlemagne, certes, et depuis les cultures sont trop différentes pour parfaitement s'accorder, même dans l'Union européenn. Le fait qu'il qualifie cette fracture de permanente rentre trop dans leur discours politique de division pour y porter trop d'intérêt mais il est vrai que les logiques occidentales et orientales se sont toujours affrontées, même si les frontières ont pu changer.

Une permanence de l'histoire, c'est les intrigues et les assassinats. L'exécution, comme vous le dites, est magistrale, n'est-ce pas la preuve que Napoléon y serait mêlé, ou des groupes secrets puissants ? C'est pour moi, je le répète, la preuve de la volonté d'éradiquer l'ancienne famille régnante et d'installer sa dynastie, pour ses proches également, tous avaient intérêts à se débarrasser des Bourbons. Il faut le dire, en plus du côté politique de l'exécution, il y a des motivations financières et matérielles du fait de la récupération des propriétés du duc.

Chateaubriand, le pieux auteur du Génie du Christianisme est surtout un homme de principe. Il est fait ambassadeur au Vatican (je crois) par Napoléon car l'Empereur sait qu'il lui fait les auteurs et les intellectuels de son côté s'il veut plaire à l'opinion publique. C'est précisément à cause de l'exécution du duc d'Enghien qu'il démissionne car cela va à l'encontre de ses principes; c'est une exécution politique. Pichegru, Moreau, Kléber, morts ou exilés, tout est bon pour se débarrasser de ceux qui peuvent rivaliser avec Napoléon.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4917
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quasiment pas d’exécution purement politique ?

Message par Frédéric Staps » 18 déc. 2019 23:24

Marchand a écrit :
18 déc. 2019 20:30
Ca ne m'étonne pas qu'il soit associé à CNews et Zemmour.
Personnellement, j'ai quand même été un peu étonné que Lentz qui est censé être un spécialiste de Napoléon et non un politologue, se lance dans des commentaires politiques en prétendant que "tous les grands spécialistes d'histoire internationale, même de droit international", arrivent à la même conclusion que lui alors qu'il ne s'agit pas d'une véritable conclusion, mais un vieux préjugé qui sent un peu le moisi (pour ne pas dire autre chose) et se mette à fantasmer avec Zemmour sur une improbable guerre sino-américaine qu'une étincelle suffirait à déclencher à tout moment.
Marchand a écrit :
18 déc. 2019 20:30
L'exécution, comme vous le dites, est magistrale, n'est-ce pas la preuve que Napoléon y serait mêlé, ou des groupes secrets puissants ? C'est pour moi, je le répète, la preuve de la volonté d'éradiquer l'ancienne famille régnante
Que certains aient vu dans cette exécution le moyen de faire de Napoléon un "presque régicide", c'est sans doute vrai. Je ne pense pas cependant qu'il faille y voir l'action de "groupes secrets puissants" ou une "volonté d'éradiquer l'ancienne famille régnante".
S'il y a eu une restauration, ce n'est pas parce que le parti royaliste conservait une puissance qui menaçait véritablement le pouvoir de Napoléon, mais plutôt parce que Napoléon a fait reposer son pouvoir sur ses victoires militaires.
Marchand a écrit :
18 déc. 2019 20:30
Chateaubriand, le pieux auteur du Génie du Christianisme est surtout un homme de principe.
Homme de principe un peu changeant quand même. Un peu courtisan à l'époque où il espérait obtenir un poste diplomatique, puis hostile après l'exécution d'Enghien, jusqu'à sa déception lors de la Restauration, et à nouveau admiratif une fois Napoléon déchu. Je ne vois pas trop quel est le principe qui explique ces diverses fluctuations.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre