Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
bastet
Messages : 748
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 16 oct. 2008 18:46

Bonsoir!

Le jeune général Bonaparte est un homme du XVIII° bien sûr, marqué par ses "poncifs", oui, on parle d'un XVIII siècle romantique: " Dans mon enfance écrit, Bernardin de Saint pierre, j'allais souvent seul sur le bord de la mer...Là...je trouvais de la douceur à me plaindre au soleil de la tyrannie des hommes. Les vents et les flots semblaient prendre part à ma douleur par leur murmure" , Madame Rolland "de la mélancolie"....
"Adorable joséphine," digne d'être adorée, en parlant d'une maîtresse,nous rappelle le bon vieux LIttré, "il adore Emilie, il est adoré d'elle" Cinna, Corneillle , soit aimer avec passion, le jeune Bonaparte formidable liseur, a subi l'air du temps, qui donnera 20 ans plus tard la littérature romantique que l'on connaît, en 1820 Les Méditations, coup d'envoi, Lamartine "O lac., rochers muets, l'année à peine a fini sa carrière...", Elvire, poitrinaire et néanmoins adorée ...Monsieur de Chateaubriand portait "son coeur en écharpe" et adora nombre de femmes....Le sens des mots évolue...

:bras:
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4622
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Ce qui n'est pas français n'existe pas

Message par Frédéric Staps » 16 oct. 2008 22:09

bastet a écrit :l'air du temps, qui donnera 20 ans plus tard la littérature romantique que l'on connaît, en 1820 Les Méditations, coup d'envoi
Vous êtes comme Napoléon, vous ? Le romantisme allemand, il faut faire comme si ça n'existait pas et même censuré, comme De l'Allemagne de Germaine de Staël.

Avatar du membre
bastet
Messages : 748
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 17 oct. 2008 8:19

Bonjour!

Mais non! je connais et sais l' importance de cette initiatrice du germanisme littéraire dont le rôle fut grand dans le développement du romantisme français, je ne veux pas plus minimiser le "Sturm und Drang" . Alors peut-on aussi dire René? Et c'est évident qu'il y eut une résistance néo-classique, en particulier au cours de la période impériale.......
Je ne veux rien censurer, on ne peut aller contre ce qui est, jus te dire ce que j'ai dit, et ce que pouvait avoir lu un jeune liseur passionné de la fin du XVIII.
Quant à Lamartine il a vivifié le poésie française , après le néo-classicisme, d'ailleurs Napoléon en 1820 se mourait pour ainsi dire à Sainte-Hélène et une page se tournait...
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4622
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Marie Walewska, l'autre grand amour?

Message par Frédéric Staps » 07 nov. 2019 21:34

Un peu par hasard, je suis retombé aujourd'hui sur cet échange. Je constate qu'à l'époque, je croyais que le récit de la rencontre de Marie Walewska et de Napoléon reposait sur les mémoires de Marie. :oops:

Depuis lors, j'ai appris grâce à Madam0 ou Amie du Soleil sur le forum Napoléon 1er que ces soi-disant mémoires de Marie Walewska étaient en fait un récit écrit par une "dame polonaise" non identifiée qui aurait reçu les confidences de Marie Walewska, mais également qu'aussi bien Frédéric Masson qu'André Castelot qui ont utilisé ce texte n'ont jamais précisé que ce texte n'était pas de la main de Marie Walewska. :(
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
bastet
Messages : 748
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Re: Marie Walewska, l'autre grand amour?

Message par bastet » 08 nov. 2019 13:06

:pied: Est-ce si important pour qui ne fait pas de l'Histoire son pain quotidien? Ces historiens eux m'ont personnellement donné des moments de lecture plaisants
:bravo:
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4622
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Marie Walewska, l'autre grand amour?

Message par Frédéric Staps » 08 nov. 2019 19:31

bastet a écrit :
08 nov. 2019 13:06
:pied: Est-ce si important pour qui ne fait pas de l'Histoire son pain quotidien?
Dès le moment où l'on écrit un livre qui se présente comme un livre d'histoire, l'auteur est tenu de respecter certaines règles en vérifiant notamment si ce qu'il raconte a bien eu lieu. Ce n'est évidemment pas toujours facile quand on dispose de peu de témoignages, voire d'un témoignage unique, ou de témoignages contradictoires.
bastet a écrit :
08 nov. 2019 13:06
Ces historiens eux m'ont personnellement donné des moments de lecture plaisants
Ce n'est pas au plaisir de la lecture qu'on peut évaluer les qualités d'un historien. Certains historiens peuvent avoir un style rébarbatif. C'était, à mon avis, le cas de Pierre Chaunu. Cela n'en faisait pourtant pas un mauvais historien.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Répondre