Jardin Napoléon

Pour présenter des manifestations, parler de ce que vous avez fait ou vu.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 09 mai 2019 8:42

Hier, j'examinais une carte du Grand-Duché de Luxembourg pour résoudre un problème de tournées de livraison quand mon regard a été attiré par cette indication étrange.

Image

Image
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Re: Jardin Napoléon

Message par CC » 09 mai 2019 15:38

Image
ImageImage

Cet endroit compte parmi les élévations majeures du Grand-Duché de Luxembourg. Le point culminant est à 547m. Le site se situe dans la commune de Rambrouch.

source
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Re: Jardin Napoléon

Message par CC » 09 mai 2019 15:50

Voilà où on va tous nous retrouver en vacances - on va pouvoir faire un grand débat en direct:

Wolwelange, prestige touristique du Luxembourg
Luxembourg a en son sein Wolwelange, un village situé à Rambrouch, dans le canton de Redange. Différents sites touristiques s’étendent de Fauvillers, en passant par Martelange jusqu’au Préizerdaul. Le Jardin de Napoléon, culminant à plus de 540 mètres attire principalement les visiteurs de la localité. Wolwelange est une destination propice pour passer un séjour en location de vacances pour privilégier d’une visite l’église Saint-Remy, en passant par des balades sonores au Parc naturel de Tintange.


Source

Merci Frédéric!

:fleur:
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 09 mai 2019 16:33

Je n'ai aucune idée de la raison pour laquelle ce lieu s'appelle le jardin Napoléon.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1826
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Jardin Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 09 mai 2019 18:58

Frédéric Staps a écrit :
09 mai 2019 16:33
Je n'ai aucune idée de la raison pour laquelle ce lieu s'appelle le jardin Napoléon.
Peut-être tout simplement parce que sous la Révolution et l'Empire, le Luxembourg a été rattaché à la France, c'était un département français (le 98ème) appelé "Département des Forêts" ;)

A n'en pas douter, les Luxembourgeois ont gardé un bon souvenir de Napoléon et ils auront donné son nom à ce jardin :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Re: Jardin Napoléon

Message par CC » 09 mai 2019 19:10

Peut-être.
Je n'ai pas trouvé le pourquoi ni d'autres images.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 09 mai 2019 20:06

Le quai Bonaparte à Liège est effectivement un hommage au Premier consul, non pas tellement parce que les Liégeois auraient gardé un bon souvenir de lui, mais parce que lors de sa visite en 1803, il accorda une aide financière pour reconstruire le quartier d'Amercoeur où se situe ce quai et qui avait été détruit par les bombardements autrichiens en 1794.

Le seul texte un peu plus long que j'ai trouvé sur ce "jardin Bonaparte" qui n'a vraiment pas l'air de ressembler à un jardin est malheureusement rédigé en luxembourgeois, je n'ai donc pas pu comprendre s'il expliquait l'origine du nom.

Concernant l'annexion par la France, il ne semble pas qu'elle ait été vraiment appréciée par les Luxembourgeois.
Voici ce qu'on peut lire sur Wikipédia :
Au Luxembourg (département des Forêts) on parle de Klëppelkrich (guerre des gourdins). Après quelques premiers attroupements à la mi-octobre 1798, les insurgés se rassemblèrent dans le Nord du pays. Le 30 octobre 1798, ils furent défaits et mis en fuite par deux colonnes de gendarmes et de soldats français à Clervaux et à Arzfeld. Le massacre de deux gendarmes français à Asselborn par des insurgés rentrés chez eux marqua la fin de l'insurrection au Luxembourg. Une trentaine d'insurgés furent condamnés à mort par des tribunaux militaires. Les sentences furent exécutées par la fusillade ou par la guillotine. Au Luxembourg, Michel Pintz, l'un des responsables de la fusillade d'Asselborn, est devenu une figure emblématique de la révolte.
[...]
Sous Napoléon, le régime français, plus modéré, est mieux accepté par la population.
Tirer d'un nom de lieu la certitude que les Luxembourgeois ont gardé un bon souvenir de Napoléon est sans doute une conclusion un peu hâtive.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1826
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Jardin Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 09 mai 2019 20:51

Frédéric Staps a écrit :
09 mai 2019 20:06
Tirer d'un nom de lieu la certitude que les Luxembourgeois ont gardé un bon souvenir de Napoléon est sans doute une conclusion un peu hâtive.
Sans doute, mais en tout cas je retiens de Wikipédia la phrase suivante :

"Sous Napoléon, le régime français, plus modéré, est mieux accepté par la population"

Toujours sur Wikipédia, on peut lire ceci :

"Les réformes imposées par l'empereur Joseph II mécontentent les populations et, en 1789, éclate une révolution qui, partant de Bruxelles gagne la plupart des provinces. D'abord battues, les armées autrichiennes reviennent puis sont chassées par les armées de la République française. Tout le territoire « autrichien », duché de Luxembourg compris, est alors annexé à la France en 1795 et bien vite transformé en neuf départements réunis à la France. La plus grande partie du ci-devant duché de Luxembourg forme le département des Forêts. Le traité de Campo-Formio, en 1797, réglera cette question en droit"

Passer d'une domination étrangère (l'Autriche) à une autre (la France) n'est sans doute pas chose facile pour une population, à fortiori lorsqu'il s'agit de celle d'un petit pays :?
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 09 mai 2019 21:46

Cipriani Franceschi a écrit :
09 mai 2019 20:51
Passer d'une domination étrangère (l'Autriche) à une autre (la France) n'est sans doute pas chose facile pour une population, à fortiori lorsqu'il s'agit de celle d'un petit pays :?
A mon avis, vous faites une confusion entre le duché de Luxembourg qui faisait partie des Pays-Bas, que les ducs de Bourgogne avaient rassemblés pour constituer un même ensemble territorial aux 14e et 15e siècles par héritages et rachats et qui étaient ensuite passés dans le domaine des Habsbourg suite au mariage de la fille de Charles le Téméraire avec Maximilien d'Autriche, pour ensuite passer dans le giron des rois d'Espagne après l'abdication de Charles-Quint et retourner dans le domaine de la maison d'Autriche, lorsque les Bourbons ont occupé le trône d'Espagne et l'actuel Grand-Duché, fondé en 1815 sur base de l'ancien duché, mais amputé de sa partie francophone dont la population a choisi de faire partie de la Belgique au moment de la révolution belge en 1830.
Même si le "roman national belge" parlait de siècles d'esclavage pour la période qui précédait la constitution de l'état Belgique (en ce compris la période française), l'idée d'une "domination étrangère" peut être sujette à controverse, car elle suppose que la Belgique aurait existé en tant que nation avant son indépendance et que cette indépendance serait l'aboutissement naturel de son histoire.
Concernant Liège, par contre qui était une principauté indépendante, on pourrait peut-être parler de domination étrangère à propos de la période française, sauf que Liège est le seul territoire de l'actuelle Belgique qui avait voté en faveur d'un rattachement à la France. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1826
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Jardin Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 10 mai 2019 7:15

Frédéric Staps a écrit :
09 mai 2019 21:46
A mon avis, vous faites une confusion entre le duché de Luxembourg qui faisait partie des Pays-Bas, que les ducs de Bourgogne avaient rassemblés pour constituer un même ensemble territorial aux 14e et 15e siècles par héritages et rachats et qui étaient ensuite passés dans le domaine des Habsbourg suite au mariage de la fille de Charles le Téméraire avec Maximilien d'Autriche, pour ensuite passer dans le giron des rois d'Espagne après l'abdication de Charles-Quint et retourner dans le domaine de la maison d'Autriche, lorsque les Bourbons ont occupé le trône d'Espagne et l'actuel Grand-Duché, fondé en 1815 sur base de l'ancien duché, mais amputé de sa partie francophone dont la population a choisi de faire partie de la Belgique au moment de la révolution belge en 1830.
J'avoue ma méconnaissance dans ce domaine, l'Histoire des territoires qui se faisaient et se défaisaient à cette époque (au mépris de la volonté des peuples à disposer d'eux-mêmes, notion qui n'apparaitra que plus tard) au gré des alliances ou des mariages est difficile à suivre :?
Mais il me semble toutefois que grosso modo c'est la même zone géographique (l'actuel Grand Duché créé en 1815 et celle recouverte par l'ancien département français)
Frédéric Staps a écrit :
09 mai 2019 21:46
Même si le "roman national belge" parlait de siècles d'esclavage pour la période qui précédait la constitution de l'état Belgique (en ce compris la période française), l'idée d'une "domination étrangère" peut être sujette à controverse, car elle suppose que la Belgique aurait existé en tant que nation avant son indépendance et que cette indépendance serait l'aboutissement naturel de son histoire.
Notion du moins quelque peu anachronique, mais la Belgique, pays de création récente, avait sans doute besoin de se forger un "roman national" pour affirmer son identité et s'ancrer dans le "concert des Nations" ;)
Frédéric Staps a écrit :
09 mai 2019 21:46
Concernant Liège, par contre qui était une principauté indépendante, on pourrait peut-être parler de domination étrangère à propos de la période française, sauf que Liège est le seul territoire de l'actuelle Belgique qui avait voté en faveur d'un rattachement à la France.
C'est fort dommage que ce rattachement ne se soit pas fait, vous seriez né français ! :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 10 mai 2019 18:41

Cipriani Franceschi a écrit :
10 mai 2019 7:15
Mais il me semble toutefois que grosso modo c'est la même zone géographique (l'actuel Grand Duché créé en 1815 et celle recouverte par l'ancien département français)
Voici une carte du département des forêts :

Image

Et voici une carte du Grand-Duché.

Image

Toute la partie ouest (Neufchâteau, Arlon, Bastogne, Virton, Florenville, Paliseul) se trouve en Belgique.

Au nord-est, Bitburg, Arzfeld, Dudeldorf, Neuerbourg ainsi que la rive est de la Sûre et de l'Our des cantons d'Echternach et Vianden, se trouvent en Allemagne.

Donc le Grand-Duché actuel n'était qu'une partie du département des forêts.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1826
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Jardin Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 10 mai 2019 21:42

Frédéric Staps a écrit :
10 mai 2019 18:41
Donc le Grand-Duché actuel n'était qu'une partie du département des forêts.
Merci de ces précisions ;)

Finalement, ils auraient mieux fait de rester Français (quoiqu'en 1815 on n'a pas dû leur demander beaucoup leur avis) :(

Sauf qu'aujourd'hui.... Le Luxembourg serait tout sauf un paradis fiscal :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 10 mai 2019 22:47

Cipriani Franceschi a écrit :
10 mai 2019 21:42
quoiqu'en 1815 on n'a pas dû leur demander beaucoup leur avis
Comme d'habitude, quand c'est d'autres qui font ce que Napoléon a fait, vous avez une opinion négative.
En revanche, quand c'est Napoléon qui le fait, vous trouvez ça bien.
Mais, évidemment, vous n'avez pas de partis-pris. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1826
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Jardin Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 11 mai 2019 9:40

Frédéric Staps a écrit :
10 mai 2019 22:47
Comme d'habitude, quand c'est d'autres qui font ce que Napoléon a fait, vous avez une opinion négative.
En revanche, quand c'est Napoléon qui le fait, vous trouvez ça bien.
Mais, évidemment, vous n'avez pas de partis-pris. :fou:
Je peux même être d'une totale mauvaise foi :D

Ceci dit, ce n'est pas vraiment Napoléon le responsable, puisque ce Département des Forêts était une création de la Convention en 1795

A noter ce livre, intitulé Histoire du Département des Forêts paru en 1905 :

Image

et ce qu'en disait en 1906 la Revue d'histoire moderne et contemporaine :
(un second tome annoncé devait traiter la période napoléonienne, mais je me demande s'il est effectivement paru ou non)

Alfred Lefort. Histoire du département des Forêts (le duché de Luxem¬
bourg de 1795 à 1814)
, d'après les archives du gouvernement grand-ducal
et des documents français inédits. Avec une préface de M. le professeur
Godefroid Kurth. Tome Ier. Paris, A. Picard; Bruxelles, O. Schepens ;
Luxembourg, Imp. P. Worré-Mertens, 1905. In-8, vni-350 p., avec
2 cartes (Extr. des Publications de la section historique de l'Institut
grand-ducal).
Ce premier volume est divisé en deux parties : Le Luxembourg sous
la Convention, et : Le Luxembourg sous le Directoire. Dans la première,
l'auteur étudie : les débuts de la conquête du Luxembourg par les armées
révolutionnaires (1794); l'organisation politique, administrative, judiciaire
et militaire du Luxembourg à cette date ; l'établissement et les premiers actes
de l'administration d'arrondissement de Saint-Hubert (janvier-juin 1795);
le blocus et la capitulation de la forteresse de Luxembourg (novembre
1794-juin 1795) ; l'établissement et les premiers actes de l'administration
d'arrondissement de Luxembourg (juin-octobre 1795). Dans la deuxième
partie, l'auteur traite les questions suivantes : la création du département
des Forêts dans les premiers jours de l'an IV, l'organisation des divers
services, et leur fonctionnement jusqu'aux élections de l'an V. Les matières
sont distribuées entre cinq chapitres : I. Organisation administrative et
judiciaire ; II. Administration financière, contributions, réquisitions ; III.
Les émigrés. La persécution religieuse ; IV. La garnison de Luxembourg.
L'assistance publique. L'instruction publique et les arts; V. Esprit public.
Troubles politiques. Presse. Fêtes nationales. En appendice, trois docu¬
ments ; le compte rendu du blocus de Luxembourg par le général
J.-J. Ambert ; l'état nominatif des religieux et des religieuses du dépar¬
tement des Forêts au jour de leur suppression effective, 22 septembre
1796; l'inventaire, dressé le 19 pluviôse an IV, des ornements, argen¬
terie, etc., de la chapelle de Notre-Dame de Luxembourg, lieu de pèleri¬
nage très fréquenté.
L'exposé de M. L. est morcelé et un peu sec. Il est probable que l'au¬
teur se réserve de donner, à la fin de son ouvrage, des conclusions d'en¬
semble. L'impression qui se dégage des renseignements très abondants
qu'il a réunis, c'est que la domination française se substitua sans diffi¬
cultés sérieuses, dans le grand-duché, à la domination autrichienne. Le
recrutement du personnel des corps constitués fut laborieux, mais on en
vint à bout, et les agents français qui furent chargés de diriger les diverses
parties de l'administration semblent avoir été zélés et actifs. Leur prin¬
cipale besogne consista à faire rentrer les contributions et à assurer l'exé¬
cution des lois sur les émigrés et sur les prêtres. La liste des biens natio¬
naux fut dressée dans le courant de 1796, et les ventes commencèrent
à la fin de la même année. Elles se poursuivirent lentement, et produi¬
sirent des sommes assez inférieures aux prix d'estimation. En dépit de la
lourdeur des impôts, la tranquillité ne fut pas troublée pendant ces
deux premières années, et la faible garnison de Luxembourg suffit à la contenir.
M. L. s'est livré à de longs dépouillements, et il indique exactement
ses sources. Par contre, il n'observe pas toujours la stricte impartialité
que doit s'imposer l'historien. En parlant des affaires ecclésiastiques, il
emploie complaisamment l'expression à la mode de « persécution reli¬
gieuse » et montre un peu trop ses sympathies pour le clergé catho¬
lique (voir p. 49, 129, 132, 135, 252, 253). Nous pourrions relever
aussi des pointes inopportunes contre la Convention (p. 147, 328). Mais
ce sont là des taches assez rares, elles ne diminuent que très légèrement
la valeur et l'intérêt de l'ouvrage, qui promet d'être une bonne et
consciencieuse contribution à l'histoire des « pays réunis », et dont on
accueillera la suite avec plaisir. — P. Caron.
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4391
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Jardin Napoléon

Message par Frédéric Staps » 11 mai 2019 10:38

Cipriani Franceschi a écrit :
11 mai 2019 9:40
Je peux même être d'une totale mauvaise foi :D

Ceci dit, ce n'est pas vraiment Napoléon le responsable, puisque ce Département des Forêts était une création de la Convention en 1795
C'est exactement ce que je disais. Dans le cas de l'annexion des anciens Pays-Bas et de la principauté de Liège, c'est la Convention qui est "responsable". Vous pouvez donc vous montrer critique. Par contre, quand il s'agit d'annexions ou de transferts de territoires d'une souveraineté à l'autre décidés par Napoléon sans prendre en compte les souhaits des populations concernées, comme pour Venise, le Tyrol, la Westphalie, la Hollande, le royaume de Naples, l'Espagne, Hambourg ou la Dalmatie, cela semble beaucoup moins vous déranger. :fou:

Vous allez peut-être avancer l'argument habituel selon lequel c'était ce qui se faisait à l'époque et qu'il ne faut pas juger cela avec les critères actuels. C'est cependant exactement ce que vous venez de faire pour le rassemblement de territoires opérés par les ducs de Bourgogne et sa transmission successive à l'Espagne et à l'Autriche.

L'impact de ces transmissions était cependant moindre que l'annexion par la France ou la fusion des anciens Pays-Bas dans le nouveau royaume des Pays-Bas en 1815. En effet, même si les Pays-Bas ont été rassemblés sous une même autorité, les comté de Flandre, de Hainaut et de Namur ainsi que les duchés de Brabant, de Limbourg et de Luxembourg, avaient conservés une certaine autonomie. Il n'y a pas eu véritablement de volonté de centralisation du pouvoir à la différence des "périodes" française et hollandaise et les conflits qui ont eu lieu entre ces territoires et l'autorité dont ils dépendaient ont été essentiellement des conflits d'origine religieuse (la révolte des Pays-Bas du nord qui abouti à l'indépendance de ces provinces pour former les Provinces-Unies était liée à la réforme protestante que le roi d'Espagne Philippe II avait voulu étouffer et la révolution brabançonne de 1789 s'opposait aux réformes que Joseph II avait voulu imposer et dont un certain nombre concernait le culte) et pas directement des luttes nationales pour obtenir l'indépendance, comme le sera la révolution de 1830.

La "guerre des paysans" durant les premières années de la domination française a elle aussi une origine religieuse, mais pas seulement. C'est également comme en Vendée l'introduction de la conscription qui est à l'origine de cette révolte.

L'augmentation du poids de l'Etat dans la vie des gens ordinaires a donc un impact important sur la volonté des peuples d'avoir leur mot à dire dans la manière dont ils sont gouvernés.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre