VIVE L'EMPEREUR

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4394
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 01 juin 2006 9:53

Joker a écrit :Avouez quand même que le rapport entre votre exemple sur des thèses antisémites et la légende napoléonienne est pour le moins tiré par les cheveux. :o
Je n'ai établi dans le message précédent aucun rapport entre les protocoles des Sages de Sion et la légende napoléonienne. J'ai cité cet exemple en rapport avec le proverbe "Il n'y a pas de fumée sans feu" pour montrer qu'il est l'exact contraire de la sagesse populaire. Avec un tel proverbe, on peut accréditer n'importe quelles rumeurs, même celles qui reposent sur un mensonge manifeste et démontré.
Il existe néanmoins une filiation directe entre les Protocoles des Sages de Sion et la légende napoléonienne. Je n'avais pas jugé bon d'en parler dans le message précédent car cela ne présentait pas d'utilité pour ce que je voulais dire, mais comme vous soulevez la question, je vous invite à lire l'article suivant :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_a ... ontesquieu
Comme vous pourrez le constater en lisant cet article de Wikipedia, les Protocoles des Sages de Sion ont été rédigés en plagiant le Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu de Maurice Joly qui était un violent pamphlet rédigé contre Napoléon III.
Joker a écrit :D'Esparbès est sans doute un admirateur de Napoléon, mais il n'occulte pas pour autant ses côtés sombres en le dépeignant comme un hystérique (cf le post sur les "Marie-Louise")
Il est bien dit dans le texte sur les Marie-Louise que Napoléon était "fou et blême", mais il n'est absolument pas question d'hystérie. La folie de Napoléon décrite par d'Esparbès s'apparente plutôt à celle d'Hercule ou à celle d'Alexandre le Grand. C'est une folie héroïque et tragique qui ne le frappe que l'espace d'un instant et dès qu'il retrouve ses esprits, c'est lui et lui seul qui sous la plume de d'Esparbès renverse les Russes et remporte la victoire. Nous sommes très loin des descriptions désormais classiques des combats de la Première Guerre mondiale. Or d'Esparbès écrit son livre, si je ne m'abuse en 1923, cinq ans à peine après la fin de cette première grande boucherie du XXe siècle. En pleine époque où de nombreux anciens combattants de cette première guerre mondiale produisent des récits où la guerre apparaît dans toute son horreur, d'Esparbès choisit de revenir sur l'épopée napoléonienne pour la magnifier en s'arrangeant pour ne mettre en avant que l'aspect sublime de ce qui aurait pu apparaître au regard de l'expérience profondément traumatisante de cette guerre mondiale comme une boucherie tout aussi absurde et inutile.
Joker a écrit :ou comme un individu manifestement dépassé par les événements dans le texte repris ci-dessus.
Je ne vois vraiment pas où il serait manifeste que Napoléon serait dépassé par les événements. Cet épisode où il confirme l'attribution de décorations faite sans respect des règles confère au contraire à Napoléon l'image d'un homme lucide et calme, gérant avec sagesse un désastre face auquel un chef borné et dépassé par les événements prendrait des mesures ineptes comme infliger une punition à cet officier qui, par excès de sensiblerie, a accordé des décorations qu'il n'avait pas le droit d'accorder.
fulub a écrit :pour ce qui est de ce texte ,c'est vrai que c 'est fait pour montrer la "grandeur" de napoleon ,mais peut etre a t'il simplement ecrit divers temoignage par ci par la ,et les a mis bout en bout ,et a rajouter un peu de "couleur" histoire que le sujet se tienne.
Le contexte dans lequel le texte de d'Esparbès a été écrit pourrait expliquer certains de ses choix. Il n'a peut-être pas que l'ambition de faire rêver ses lecteurs. :cry:
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 02 juin 2006 0:51

Nous n'avons décidément pas la même grille de lecture des faits et vos réponses le confirment.
Dans le post sur les Marie-Louise, le comportement de Napoléon est selon moi proche de l'hystérie lorsqu'il agresse verbalement et insulte un malheureux conscrit. Certes, il semble se reprendre par après, mais l'image qui reste présente dans l'esprit du lecteur est celle d'un chef de guerre qui a perdu le contrôle de lui-même à un moment critique.
En ce qui concerne la retraite de Russie, si j'ai écrit qu'il semblait dépassé par les événements, c'est tout simplement parce qu'il n'a plus de prise réelle sur eux. Comme le reste de son armée, il subit plus qu'il ne gère ceux-ci et sa distribution de médailles me paraît représenter un geste bien dérisoire face à l'ampleur du désastre qui se déroule sous ses yeux impuissants. Je ne le vois donc absolument pas comme l'homme lucide et sage qui gère les choses au mieux tel que vous nous le dépeignez.
S'il conserve une certaine aura auprès des plus fidèles, ce n'est déjà plus le prestige incontesté qui était le sien quelques semaines plus tôt.
Et les mesures qu'il prend pour récompenser le sacrifice des plus braves s'apparentent davantage à un emplâtre sur une jambe de bois.
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4394
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 02 juin 2006 8:00

Joker a écrit :Nous n'avons décidément pas la même grille de lecture des faits et vos réponses le confirment.
J'ai surtout l'impression que vous ne percevez pas à quel point d'autres lectures influencent votre vision des choses. Dans le texte de d'Esparbès, il n'apparaît nulle part que Napoléon serait dépassé par les événements. C'est au contraire ce qui apparaît dans le roman Il neigeait de Patrick Rambaud que vous avez dit avoir apprécié dans un autre sujet de ce forum. Vous avez sans doute lu d'autres récits de la campagne de Russie qui présentent les choses de manière similaire à celle de Patrick Rambaud. Des images de ces récits vous sont probablement revenues en tête au moment où vous avez lu le récit de d'Esparbès, ce qui vous donne l'impression qu'elles figurent dans ce récit. Cependant, si vous relisez maintenant attentivement ce texte, vous ne trouverez pas de mots par lesquels d'Esparbès dit ouvertement que Napoléon était dépassé.
Pour l'autre texte, c'est davantage sujet à discussion. Il est bien vrai que d'Esparbès parle de folie à propos de Napoléon. Toutefois la manière dont il attribue ensuite tout le mérite de la victoire au seul Napoléon annule en grande partie les doutes que le lecteur pourra avoir eus en constatant la folie du héros. Le sacrifice de ces jeunes garçons cesse d'être absurde et inutile pour devenir sublime puisqu'il a contribué à la victoire, dont l'inutilité n'est absolument pas mise en lumière.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 02 juin 2006 23:05

Je ne dois probablement pas être le seul à être influencé par mes lectures précédentes sur la campagne de Russie, mais bon, je veux bien vous faire crédit sur ce point.
Selon moi, D'Esparbès suggère plus qu'il ne dit et chacun peut donc interpréter ses propos comme bon lui semble.
J'ai pour ma part le sentiment que l'auteur se veut plus critique que vous ne le prétendez, même s'il enrobe ses réflexions sous une apparente admiration qui donnerait à penser qu'il cautionne les excès du personnage.
Il est manifeste que nous voyons les choses sous un angle différent. Inutile d'en venir aux mains pour si peu. :wink:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 juin 2006 1:07

Je ne suis peut-être pas comme tous les autres, mais je ne le vois pas si élogieux, ce texte. :|

Je verrais même Napoléon limite indifférent envers les soldats en question. Un vague signe de tête, des médailles pourquoi pas? Puis de toute manière tournons-nous ailleurs, on n'est pas sortis de l'auberge!

Les soldats, eux, le mettent au pinacle. Mais l'Empereur mérite-t-il cet amour qu'ils lui portent?
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4394
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 03 juin 2006 8:46

CC a écrit :Je ne suis peut-être pas comme tous les autres, mais je ne le vois pas si élogieux, ce texte. :|
C'est tout simplement parce qu'il est impossible de décrire un désastre de l'ampleur de la retraite de Russie en termes constamment élogieux. Mais d'Esparbès essaie quand même d'en faire quelque chose de sublime. Il va chercher ou il invente carrément le glorieux combat de 50 traînards contre 1200 cosaques plutôt que de présenter la sordide réalité de ces milliers d'hommes morts de faim et de froid lors de cette épouvantable débâcle.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 04 juin 2006 0:27

Justement, en présentant cet épisode, réel ou fictif peu importe, ne tente-t-il pas de démontrer le fossé qui existait entre l'admiration sans borne que lui vouaient quelques fidèles et l'apparente indifférence de Napoléon qui se contente de les saluer d'un bref hochement de tête et de leur décerner une médaille à titre posthume ?
Désolé de me répéter, mais je ne vois là aucune volonté de sublimer l'Empereur.
Ce sont les humbles que D'Esparbès porte au pinacle et non celui qui les commande.
Et en démontrant à quel point certains étaient prêts à se sacrifier pour leur idole, il ne fait que confirmer l'aspect apocalyptique de cette retraite, vaste tombeau d'hommes de valeur morts pour rien ou pour si peu.
Modifié en dernier par Joker le 04 juin 2006 23:36, modifié 1 fois.
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
fulub
Vénérable TSPF
Messages : 1349
Enregistré le : 27 avr. 2006 6:08

Message par fulub » 04 juin 2006 6:39

peut etre a t'il voulu simplement ,faire "avaler la pilule " plus "humainement ,au lieu de jeter des recits atroces sans suite,en faire un recit qui fais part de courage namour (envers napoleon) sans retirer les soufrances des hommes,le rendre plus "acceptable" qq part.C'est vrai que ce texte est dureles recits des ces hommes ,leurs souffrance physique,est aussi morale.
tspf
fulub
Vénérable TSPF
Messages : 1349
Enregistré le : 27 avr. 2006 6:08

Message par fulub » 04 juin 2006 6:42

je ne crois pas en la veracité de ce texte dans son ensemble ,c'est vrai ,mais qq part cela démontre bien un certain etat d'esprit de la légende sur napoleon de l'amour de ses soldats pour sa personne.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4394
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 04 juin 2006 9:25

Apparemment, je me suis trompé en indiquant que le livre de d'Esparbès aurait été publié en 1923. L'édition de 1923 n'était pas la première. Il existe au moins une édition précédente datant de 1907. L'horreur des tranchées de 14-18 n'est donc nullement présente à l'esprit de l'auteur, mais plutôt le nationalisme revanchard qui n'a toujours pas digéré la défaite de 1870 et rêve d'en découdre pour récupérer l'Alsace et la Lorraine. Il me paraît difficile de lire entre les lignes d'un texte écrit dans un tel contexte une critique implicite de Napoléon.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 04 juin 2006 23:40

Citation : "Il me paraît difficile de lire entre les lignes d'un texte écrit dans un tel contexte une critique implicite de Napoléon."

C'est donc qu'il vous faut faire appel à un occuliste, mon cher ! :diable: :langue:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4394
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 05 juin 2006 9:31

Excellente idée ! Vous devriez peut-être suggérer aussi d'utiliser la même méthode pour résoudre la plus grande énigme de tous les temps qui vous tient tant à coeur. Cela renforcerait sûrement le sérieux de cette thèse.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 05 juin 2006 23:16

Est-il besoin d'avoir une paire de bésicles pour faire surgir la lumière d'un tombeau ?
Vous ne devez pas être sans savoir que les taupes sont de petits animaux quasiment aveugles, mais néanmoins capables de creuser des galeries extraordinaires qui débouchent toutes à l'air libre.
Nous creusons donc inlassablement celle qui nous conduira à la vérité. :D

P.S : Afflelou fait des promos à l'occasion de la Coupe du Monde. Profitez-en ! :diable:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
bastet
Messages : 690
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 31 août 2008 10:05

En aveugle ? car nous ne sommes pas des taupes...
Arborons les conserves vertes de Maximillien :paix:
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Répondre