Guerre d’Espagne – Flash nº 1 Fuengirola et les Polonais

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Guerre d’Espagne – Flash nº 1 Fuengirola et les Polonais

Message par Diana » 30 nov. 2008 16:53



:salut: Fuengirola et les Polonais du 12 au 15 octobre 1810

Le 12 octobre 1810, un petit détachement polonais d’environ 350 hommes sous le commandement du capitaine Mlokosiewitz, subit, à Fuengirola, l’assaut par terre et par mer, d’une armée anglaise de loin supérieure. Lord Blayney reçut l’ordre de prendre cette stratégique place côtière et disposait pour cela d’un bataillon britannique, un autre allemand, le régiment espagnol de Tolède aidé par des guerrilleros, quatre canons légers et une pièce de siège servie par 69 artilleurs, en total 1.600 fantassins appuyés depuis la mer par deux frégates et cinq chaloupes canonnières. Les navires anglais bombardèrent de façon intensive la ville qui n’avait, pour se défendre, que quatre canons vétustes. Malgré la vétusté de ces canons, les Polonais réussirent à couler toutes les canonnières, ne laissant ainsi que les frégates.
Alarmé par le bruit des canons, la garnison polonaise de Mijas sous les ordres du Lieutenant Chelmicki, réussit à se faufiler à travers les lignes anglaises et à rejoindre les assiégés.

Blayney commanda à son infanterie de donner l’assaut au château. Pendant l’attaque, un commandant anglais fut tué et Mlokosiewitz fut blessé mais, Fuengirola resta en mains polonaises. Les Anglais continuèrent à canonner la place jusqu’au moment où le château s’incendia.

Dans l’après-midi du 15 octobre, malgré les nombreuses offensives anglaises, 200 fantassins polonais attaquèrent par surprise et les soldats anglais pensant qu’il s’agissait de la puissante division de Sebastiani se mirent à fuir. Blayney continua à lutter jusqu’au moment où il fut désarçonné et capturé, restant prisonnier des Polonais de 1810 à 1814 ce qui lui permit de d’écrire un mémoire sur son périple à travers l’Espagne et la France.
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 13 déc. 2008 16:10

Répondre