Guerre d’Espagne – Flash nº 5 –Bataille d’Albuera

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Guerre d’Espagne – Flash nº 5 –Bataille d’Albuera

Message par Diana » 25 janv. 2009 5:38

:salut:

Les chroniques de l’époque signalèrent la Bataille d’Albuera comme la plus sanglante de toute la guerre. Le jour de ce 16 mai 1811, se leva enveloppé d’un épais brouillard et la confusion qui s’en suivit transforma le champ de bataille en un enfer.

Les Français venant d’Andalousie pour secourir leurs compatriotes assiégés à Badajoz avancèrent vers Albuera où l’armée de Beresford les attendait. Celle-ci avait abandonné Badajoz pour se rencontrer avec l’armée de Wellington afin de porter les combats vers cette place. Les alliés s’étant rendu compte de la tactique française, ils décidèrent de manœuvrer de façon à renforcer leur aile droite en y positionnant les troupes espagnoles de Blake. Ce fut le commencement d’une lutte sans merci contre les deux divisions françaises que Soult appuya en envoyant une division de réserve et Latour-Maubourg sa cavalerie.
Après une lutte intense, Castanos envoya au front toutes les divisions espagnoles, tandis que le général Ballesteros, avec une paire de bataillons tentait d’encercler, par la droite, les Français obligeant Soult à y envoyer le reste de ses réserves.

Pendant que l’aile droite des alliés, défendue par les Espagnols de Blake, commençait à céder devant les assauts successifs des Français, Beresford se porta au secours des troupes anglo-portugaises qui retenaient les Français et initia une contre attaque, devant cette offensive, Soult ordonna une seconde attaque qui approcha tellement les deux camps qu’ils se trouvèrent, à moins de 20 pas l’un de l’autre se fusillant quasiment à bout touchant. Finalement les brigades de cavalerie alliées chargèrent contre le flanc français et la division du général Zayas le fit contre le centre. Les Français se retirèrent en débandade mais leur cavalerie et leur artillerie empêchèrent les alliés de les poursuivre.

Après la bataille qui dura quatre heures, le bilan est terriblement lourd, du côté allié on compta 6.000 pertes d’hommes dont 4.300 anglais et 1.400 espagnols, tandis que du côté français les pertes se chiffraient à 8.000 hommes.


ref: LA AVENTURA DE LA HISTORIA nº 117
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 25 janv. 2009 13:32

Répondre