Galice 1809 – Bataille de Puentesampayo

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Galice 1809 – Bataille de Puentesampayo

Message par Diana » 01 avr. 2009 16:32

:salut:

Forces en présence :

Du côté français le maréchal Michel NEY avec 10.800 hommes
Du côté espagnol le colonel Pablo MORILLO avec environ 10.000 soldats et miliciens


---------

Vers dix heures du 7 mars, un détachement d’environ 35 soldats français commandés par deux officiers s’approcha du pont pour effectuer une reconnaissance mais fut totalement anéanti par les décharges de l’artillerie et des canonnières défendant le pont.
Ce fut le commencement des combats et en peu de temps toute la zone fut couverte d’une fumée dense et l’atmosphère vibra tous azimuts, sous les décharges des fusils, des canons de campagne, des canonnières et des canons de 24 tirant, depuis la colline, des boulets ramés avec gargousses.
Ney réalisa une attaque frontale du pont mais fut repoussé avec de graves pertes. Le feu cessa vers midi mais repris, plus violement encore, entre quatre et cinq heures de l’après-midi. Ney redoubla ses attaques orientées à sa gauche, là où le fleuve était plus étroit, mais, à nouveau il fut repoussé avec de lourdes pertes.
Au crépuscule les deux camps cessèrent le feu et les Français se retirèrent pour passer la nuit hors de portée des défenseurs.

À l’aube du 8, Ney prépara ses hommes et vers midi, en un mouvement enveloppant sur sa droite vers un banc de sable dégagé par la marée basse, il attaqua à l’endroit où le fleuve était plus large, moins profond et avait moins de courant. Cette fois encore, il rencontra le feu rapide et précis des canonnières qui le freinèrent sec.
À partir de ce moment, les attaques françaises se firent de plus en plus faibles, dû au fait que beaucoup des hommes de Ney étaient morts ou blessés et plusieurs de leurs canons avaient été mis hors d’état de tirer. À la nuit tombante, les Français se replièrent vers leurs campements et les combats prirent fin.


Le 9 mars, Ney convoqua ses officiers en conseil et décida la retraite. Poursuivis par des « guerrileros » attaquant sans pitié les traînards, la retraite fut terriblement pénible. Finalement les troupes du maréchal Ney se réunirent, à Lugo, avec celles de Soult ayant dû abandonner le Portugal et, ensemble, en juillet 1809, se retirèrent vers la Castille annonçant l’évacuation définitive de la Galice par les troupes et la création de nouveaux fronts pour l’armée napoléonienne.

La bataille de Puente Sampayo fit semble-t-il 700 morts et blessés du côté français et 200 dans le camps espagnol.

Ces combats, l’échec dans la tentative d’anéantir l’armée anglaise, l’impuissance de maintenir ce vaste et difficile territoire aux communications coupées et, de plus en situation trop excentrique vis-à-vis du reste de leurs forces, annoncèrent le début de la retraite des Français de Galice.


Ref :
HISTORIA DE IBERIA VIEJA nº 45 - 2009
Puente Sampayo – par Marcelino Gonzalez Fernandez

LAS OPERACIONES DEL EJERCITO DE GALICIA
Par le commandent Joaquim Blake y Orbaneja
Imprenta y Estereotipia de M. Rivadenevra
Madrid 1858
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 01 avr. 2009 17:25

Merci Diana!

Je vais avoir du temps la semaine prochaine pour mettre tout ça en page.


:fleur:
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 08 avr. 2009 12:35

Répondre