Marie Walewska, l'autre grand amour?

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Invité

Message par Invité » 03 sept. 2006 8:11

D'accord...
Mais il faut aussi penser, qu'à cette époque, il était difficile pour une femme de rester seule, surtout avec un enfant ...
Et elle n'avait aucun espoir du côté de Napoléon.
Il fallait bien qu'elle assure son avenir et celui de son fils...

Et si je dis des bêtises, tant pis... :lol:

(Vous n'aimez pas Marie Walewska?... :( )
Fortune
L'Abeille de l'Empereur
Messages : 1499
Enregistré le : 07 août 2006 16:04
Localisation : France

Message par Fortune » 03 sept. 2006 10:08

Vous avez raison Cher Marlène,
Marie Walewska devait bien entendu s'assurer une position sociale digne de son rang, et puis on épousait rarement "son grand amour", c'est ainsi.

Napoléon n'ayant aucune chance de revenir à ses côtés, la vie de Marie Walewska n'allait pas s'arrêter pour autant, et puis le coeur des femmes
est un puits sans fond, aimer ne leur fait pas peur! :wink:
Un coeur peut être fidèle à un être aimé même si les circonstances de la vie les éloignent l'un de l'autre...
Fortune
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4585
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 03 sept. 2006 10:15

Marlène a écrit :Mais il faut aussi penser, qu'à cette époque, il était difficile pour une femme de rester seule, surtout avec un enfant ... Et elle n'avait aucun espoir du côté de Napoléon.
Il fallait bien qu'elle assure son avenir et celui de son fils...
C'était vrai pour une femme célibataire. Ce n'était pas vrai pour une veuve et surtout pas pour une veuve qui disposait de certains biens. A titre d'exemple, la veuve du maréchal Lannes, la duchesse de Montebello, ne s'est jamais remariée.
Marie Walewska n'était donc nullement tenue de se remarier pour assurer son statut social. D'ailleurs, si tel avait été son but, le choix de Philippe-Antoine d'Ornano n'apparaîtrait pas nécessairement comme le plus judicieux. "Exilé" dans le royaume de Pays-Bas (à Liège plus précisément) pour sa participation aux Cent-jours ou ses liens familiaux avec les Bonaparte (difficile de trouver des informations à son sujet, la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire Napoléon ne mentionne même pas son mariage avec Marie Walewska), le comte d'Ornano ne semble pas être en 1816 la personne la mieux choisie pour assurer son avenir. On peut donc supposer qu'il s'agissait plutôt d'un mariage d'inclination que d'un mariage de raison.
De toute façon, s'il s'agissait d'assurer l'avenir, c'est plutôt raté puisque Marie meurt le 11 décembre 1817, mal remise de l'accouchement du premier enfant né de leur union.
Marlène a écrit :Et si je dis des bêtises, tant pis... :lol:

Ce ne sont pas véritablement des bêtises, mais c'est une argumentation très classique des "napoléoniens". Vous partez d'une affirmation que vous souhaiteriez être la réalité mais qui ne repose pas sur une véritable observation des faits dont nous avons connaissance. Ensuite, quand on vous objecte que ces faits ne concordent pas tout à fait avec votre désir, au lieu de vous interroger sur les fondements de votre affirmation de départ, vous essayez par tous les moyens de démontrer que ces faits ne sont pas de nature à remettre en question votre certitude initiale.
Bref, comme tous les napoléoniens, vous préférez conserver vos constructions imaginaires autour du personnage de Napoléon plutôt que d'essayer de connaître la réalité historique du personnage. :wink:
Marlène a écrit :(Vous n'aimez pas Marie Walewska?... :( )
C'est surtout Napoléon que je n'aime pas beaucoup.
Fortune
L'Abeille de l'Empereur
Messages : 1499
Enregistré le : 07 août 2006 16:04
Localisation : France

Message par Fortune » 03 sept. 2006 10:35

Vous n'aimez pas beaucoup Napoléon Cher P. Desmaret, ce qui est votre droit, on peut toujours trouver de très bonnes raisons à cela, ce n'était pas Saint-Louis ( :lol: ), mais il doit tout de même vous intéresser où vous intriguer un minimum d'où votre présence sur ce forum qui lui est entièrement dédié, pas vrai? :wink:
Fortune
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 sept. 2006 10:54

IL est vrai que Napoléon n'a pas tout à fait le beau rôle dans cette histoire d'amour.

Ne pouvant accepter un refus, il commence par violer celle qu'il désire - sans doute plus encore parce que justement elle se refuse à lui.

Plus tard, alors qu'elle est parmi les rares à le soutenir, il refuse de la voir à Fontainebleau.

Il la rencontre quasi en coup de vent à l'Elbe et la fait repartir par gros temps - et tant pis pour les risques.

Et enfin il refuse qu'elle le suive à Sainte-Hélène.

Il se sentira encore trahi quand il apprendra le mariage de Marie. :|

Il ne faisait pas très bon d'aimer Napoléon. :?

Je suppose cependant que Marie a aimé Napoléon.
Sinon, pourquoi vouloir le rejoindre?

Ne pensez-vous pas, Pierre, que quand on tire trop sur la corde, un moment elle se casse? Marie n'allait pas continuer à se consacrer uniquement à un homme qui la rejetait pour des motifs tous plus nobles les uns que les autres, mais qui la rejetait quand même.
Il est donc logique qu'elle se soit tournée vers un autre, amoureuse ou non de l'Empereur.
Jean-Baptiste Muiron
Ceinture noire 10e dan
Messages : 1384
Enregistré le : 21 août 2006 10:21

Message par Jean-Baptiste Muiron » 03 sept. 2006 11:55

Pour le "viol" initial, citons Aubry qui relate la seconde entrevue privée entre Napoléon et Marie le 18 janvier 1807 :

"Il (Napoléon) n'est pourtant pas un homme qu'on décourage :

Je veux, entends-tu bien ce mot, s'écrie-t-il avec violence, je veux te forcer à m'aimer ! J'ai fait revivre le nom de ta patrie : sa souche existe encore, grâce à moi. Je ferai plus encore. Mais songe que, comme cette montre que je tiens à la main et que je brise à tes yeux, c'est ainsi que son nom périra, et toutes tes espérances, si tu me pousses à bout en repoussant mon coeur et me refusant le tien.

Sa forte voix résonne, durcie par l'accent qui revient dans tous ses moments d'émotion. Marie demeure immobile et muette, mais quand il jette sa montre sur le parquet et l'écrase du talon, ses nerfs s'affaissent, elle s'évanouit.
Lorsqu'elle retrouve ses sens, au visage anxieux de Napoléon, aux mots qu'il murmure, elle comprend qu'il a abusé de sa défaillance [sic].

Cette vilenie, il l'a accomplie comme poussé par un instinct sauvage. Maintenant il la regrette et, devant ces yeux désespérés, il a peur.
Elle le repousse avec horreur et sanglote longuement. Heure lourde et triste où l'homme reste décontenancé, muet devant sa captive
."

Octave Aubry reprend bien sûr les Mémoires écrits par Marie à l'intention de ses fils. Etant 'inconsciente', y a t-il eu viol, ou sortit-elle de cette entrevue aussi 'pure' qu'elle y était entrée (cf Garros/Tulard). ? Toujours est-il que loin de fuir Napoléon après cette seconde entrevue, elle revint au chateau royal de Varsovie chaque jour suivant. Inconsciente ?? :wink:
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 sept. 2006 12:42

Après un viol, il est effectivement étonnant que la victime se rende d'elle-même chez son bourreau.

Il y avait la personnalité du "séducteur"
- la pression des "amis" de Marie qui espéraient les meilleures choses pour la Pologne
- des barrières qui ont été renversées?
- la réaction de Napoléon "après son acte" l'a-t-elle particulièrement touchée?

Ne dit-elle rien, dans ses mémoires, à ce sujet?
Jean-Baptiste Muiron
Ceinture noire 10e dan
Messages : 1384
Enregistré le : 21 août 2006 10:21

Message par Jean-Baptiste Muiron » 03 sept. 2006 12:57

Psychologie féminine ?? Seule une femme pourrait répondre sans doute. :wink: Marie y est silencieuse (sur ses motivations) dans ses mémoires pour ses fils.
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 sept. 2006 13:03

Vous pensez?
Est-il plus difficile pour un homme que pour une femme que de s'imaginer se faire violer? De s'imaginer ensuite les réactions qu'on pourrait avoir?

J'ai l'impression que les pistes de réponses ne peuvent se trouver que dans les écrits de Marie. Pour le reste, il ne s'agirait de toute manière que d'une transposition, d'une projection - mais de rien d'autre.

J'ai pour ma part l'impression que la pression autour de Marie était telle qu'elle a préféré passer au-dessus de son aversion première.
A-t-elle seulement eu le courage de parler de ce viol à son entourage?
Probablement pas.

Mais là aussi, ce n'est qu'imagination de ma part.
Je n'en sais rien.
Je ne fais que supposer.
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 03 sept. 2006 15:34

Elle est venue à l'île d'Elbe et aurait bien suivi l'Empereur à Sainte-Hélène.
Napoléon, à Sainte-Hélène, confia à Gougaud qu'il aurait "donné" Marie Walewska (ou sa soeur).

Salutations respectueuses.
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 sept. 2006 16:27

Donné? Je ne comprends pas. Il entendait quoi, en disant cela?
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 03 sept. 2006 16:47

Mariage.
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 03 sept. 2006 17:02

Il aurait "donné" Marie en mariage à quelqu'un? :shock:

Elle a bien fait de ne pas attendre l'avis de Napoléon alors! :diable:

Il donne l'impression très nette d'avoir désiré des femmes - surtout celles qui lui étaient plus inaccessibles, mais pas de les avoir aimées. :|
Invité

Message par Invité » 03 sept. 2006 17:07

On ne peut pas vraiment savoir.
On n'était pas là pour le connaître réellement... :wink:
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 03 sept. 2006 17:34

Certes, mais il nous faut bien admettre qu'il ne cadre pas vraiment avec l'image de l'amoureux romantique auquel aspirent tant de jeunes filles... :bah:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Répondre