Retombées du Traité de Fontainebleau

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Retombées du Traité de Fontainebleau

Message par Diana » 09 août 2011 19:23

:salut: 1807 PREMIÈRE INVASION DU PORTUGAL

Le 18 octobre 1807, neuf jours avant la signature du Traité de Fontainebleau, le 1er Corps d’Observation de la Gironde, commandé par le général de division Jean-Andoche Junot, traversaient, déjà le fleuve Bidassoa et entrait en Espagne.
- Le premier Corps d’Observation de la Gironde, dénommé pour cette campagne, Armée du Portugal se composait de 26.533 hommes, soldats d’infanterie, cavaliers, artilleurs, ouvriers, trains et génie :

- La 1er Division d’Infanterie commandée par le général de division Henri-François Delaborde, se composait de la première et la deuxième Brigade d’Infanterie de ligne comptant 8.471 hommes.

À continuation, le reste de l’armée française destinée au Portugal, allait rejoindre Junot, suivant le même itinéraire que celui-ci avait emprunté auparavant, c’est-à-dire, par Burgos, Valladolid et Salamanque.

Ces renforts étaient composés de :

- La 2ème Division d’Infanterie légère, sous le commandement du général de Brigade Louis Henry Loison, avec 8.296 fantassins,
- La 3ème Division d’Infanterie avec 6.196 hommes sous les ordres du Général de division Jean-Pierre Travot,
- La Division de Cavalerie commandée par le général de division Françoise Estéphane de Kellerman comprenait 2.151 cavaliers de la première et deuxième Brigade de dragons.
- L’artillerie comprenant 38 pièces et 211 voitures d’artillerie et commandée par le général de brigade baron Albert-Louis-Valentin Taviel.

L’invasion du Portugal était définitivement en marche. Le 12 novembre, Junot et l’Armée du Portugal, quittaient Salamanque devant se réunir avec les forces espagnoles du général Juan Carrafa, en principe, à Ciudad Rodrigo. Un changement de plans de dernière minute, ainsi qu’une situation climatique déplorable entraînèrent une suite de contretemps qui contrecarrèrent la rencontre des deux armées qui, finalement, eut lieu, le 17 novembre 1807, à Alcantara dans la province de Caceres.
Entre le 19 et le 20 novembre les deux armées passèrent la frontière et envahissaient le Portugal.



(À suivre)

Ref : Ordre de bataille de l’armée du Portugal
Article de Wikipédia

Un impreso desconocido de Federico Moretti
Biblioteca de Catalunya
Invasion de Portugal
Article de: Josep Mª Mangado i Artigas
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 24 août 2011 14:06

Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Message par Diana » 24 août 2011 18:51

:salut:
Malgré le manque d’opposition des forces lusitaniennes, l’avance des troupes franco-espagnoles se vit ralentie par la carence en vivres et le mauvais temps, cependant, malgré ces contretemps, l’avant-garde de Junot arriva à Castello Branco le 20 novembre. Il entra à Abrantés le 24 novembre et, peine arrivé Junot envoya les troupes espagnoles de Carrafa en direction d’Oporto. Le lendemain, Junot, pour obéir aux ordres de l’empereur, quittait Abrantés et à marche forcée, se dirigea vers Lisbonne. La fatigue, la pénurie de vivres, le froid et les pluies ininterrompues épuisèrent les troupes et furent meurtrières pour les hommes.

Alors que Junot continuait sa rapide marche vers la capitale portugaise, le 29 novembre, après deux jours d’attente d’un vent favorable, la douzaine de navires portugais, escortés par la Marine britannique, put, enfin, lever l’ancre et prendre la mer emportant vers le Brésil la famille royale, 10.000 courtisans et bureaucrates, des bagages replets d’archives, documents, bibliothèques complètes, collections d’art, et riches possessions de la famille Bragance, sans oublier, bien sur, une grande quantité d’or et d’argent.
Le lendemain, 30 novembre, Junot fit son entrée dans Lisbonne.

Pendant que se déroulaient tous ces évènements, d’autres contingents de troupes espagnoles se préparaient à envahir le Portugal :
- Le 2 décembre 1807, venant d’Andalousie, le général don Francisco Maria Solano, marquis de Socorro, après avoir divisé en quatre colonnes les troupes qu’il avait sous ses ordres, soit 9.500 fantassins, 150 cavaliers et 12 pièces d’artillerie, commença ses opérations militaires par l’occupation de Campo Maior avec la première colonne.

- Le 3 décembre, la seconde et troisième colonne traversèrent la frontière s’acheminant vers Élvas et Estremoz occupant l’Alentejo, partie de l’Estrémadure portugaise sise sur la rive gauche du Tage, et, suivant les ordres reçus fixa son quartier général à Setúbal avec la majeure partie de ses troupes. Dès son arrivé, Solano se déplaça à Lisbonne pour s’entretenir avec Soult.

- Le 10 décembre, ce fut par la Galice, que le général Francisco Taranco, à la tête de 6.500 soldats et 12 pièces d’artillerie, entra au Portugal pour entreprendre sa marche vers Oporto afin de se réunir aux troupes du général Carrafa qui y étaient cantonnées. Après avoir traversé le fleuve Minho en embarcations sans rencontrer de résistance, Taranco continua son avancée laissant, au passage, des garnisons dans les villes occupées, c’est-à-dire, Valença, Caminha, Viana et Barcelos.

- Le 13 décembre, malgré les intempéries hivernales, Taranco entrait dans la ville d’Oporto.


(à suivre)

Ref :
HISTORIA Politica y Militar
De la Guerra de la Independencia
DE ESPAÑA
D. José Muñoz Maldonado
Tomo I
Madrid: Abril de 1833
Imprenta de D. José Palacios, calle del factor

Article:
Guerra de la Independencia en Extremadura
Par Le Commandant de Réserve d’Infanterie
D : Alvaro Meléndez Teodoro

HISTORIA DEL LEVANTAMIENTO,
GUERRA Y REVOLUCIÓN DE ESPAÑA (1807 – 1814)
(Tome 14)
José María Queipo de Llano, comte de Toreno
Edition de JM Martínez Valdueza
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
CC
Messages : 6248
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 26 août 2011 13:12

Admirateur-du-XXIe
Messages : 81
Enregistré le : 11 sept. 2011 18:22

Message par Admirateur-du-XXIe » 24 déc. 2011 19:18

Merci CC :D
Que vive la mémoire et la gloire de l'Empereur !!!
Répondre