Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4809
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » 26 juil. 2020 10:36

On ne retient souvent du parcours de Napoléon que son extraordinaire ascension et les réalisations qui ont été faites quand il était au pouvoir et dont on lui attribue le mérite exclusif, même si sa contribution à ces réalisations reste parfois limitée. Lui-même, même s'il a également affirmé que Waterloo ferait oublier toutes ses victoires, considérait néanmoins ses victoires comme des éléments importants de sa gloire. La comparaison qu'il a faite à Sainte-Hélène entre le nombre de ses victoires et celui des victoires de Jules César dément en partie le fait qu'il aurait été convaincu que Waterloo ferait oublier ses victoires. Quand on examine la production de livres sur l'époque, on peut d'ailleurs se rendre compte que cette prédiction ne s'est pas du tout réalisée. Et même s'il y a actuellement des projets de retrait des statues de Napoléon de l'espace public, il n'est à ma connaissance pas question de demandes pour débaptiser la gare d'Austerlitz ou le pont de Iena.

L'ambition de Napoléon n'était toutefois pas de surpasser le nombre de victoires de Jules César. A Sainte-Hélène, il a procédé à une reconstruction de l'histoire pour se donner une image de fils de la Révolution qui aurait eu principalement à coeur de servir les intérêts de la France et un projet européen. Cette réécriture a pour effet de donner une dimension tragique à son échec. Toutefois, si l'on examine ce que Napoléon a fait dans la réalité, on peut émettre quelques doutes sur le fait que l'idéal de la Révolution, les intérêts de la France et l'établissement d'une paix européenne figuraient en première place de ses priorités. Au contraire, c'est l'ambition de fonder une nouvelle dynastie qui paraît la plus déterminante pour expliquer ses choix. Et sur ce point, l'échec est complet.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Histrion de l'empire
Messages : 2174
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » 04 août 2020 21:56

Frédéric Staps a écrit :
26 juil. 2020 10:36
Au contraire, c'est l'ambition de fonder une nouvelle dynastie qui paraît la plus déterminante pour expliquer ses choix. Et sur ce point, l'échec est complet.
Je ne saurais dire s'il s'agissait de son ambition la plus déterminante... Ceci étant, Napoléon avait bien l'intention de fonder une nouvelle dynastie et il entendait s'inscrire dans une suite logique puisqu'il la nommait la "IVème dynastie" (soi après les Mérovingiens, les Carolingiens, et les Capétiens) Toutefois, l'échec n'est pas totalement complet, certes Napoléon a échoué à pérenniser son pouvoir et à transmettre la couronne impériale à son fils, mais Napoléon III reprendra le flambeau avec le Second Empire, s'inscrivant donc dans la même lignée dynastique que son oncle.... et d'ailleurs, si un Bonaparte devait aujourd'hui rétablir l'Empire en France, il prendrait le titre (sauf erreur) de Napoléon VII, il s'inscrirait donc dans cette même dynastique ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
bastet
Messages : 777
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par bastet » 05 août 2020 19:18

Bonsoir à vous deux
Serait-ce votre retour cher Cipriani?
Personnellement, au niveau de mes connaissances, je trouve effectivement que le Destin de Napoléon a vraiment quelque chose qui le relie à la Tragédie , un destin historique que le mythe peut valoriser et quoiqu'il en soit dans le cas de Napoléon la réalité du pouvoir apparaît comme la réalisation d'une volonté qui en souligne sa singularité absolue.
:salut:
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4809
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » 05 août 2020 22:02

Cipriani Franceschi a écrit :
04 août 2020 21:56
Ceci étant, Napoléon avait bien l'intention de fonder une nouvelle dynastie et il entendait s'inscrire dans une suite logique puisqu'il la nommait la "IVème dynastie" (soi après les Mérovingiens, les Carolingiens, et les Capétiens) Toutefois, l'échec n'est pas totalement complet
En principe, dans une dynastie, le pouvoir se transmet "automatiquement" à l'héritier au moment du décès ou de l'abdication. Normalement, il ne faut pas se faire élire à la présidence et faire un coup d'Etat pour conserver le pouvoir.
Quant à Napoléon VII, VIII, IX ou X, il n'est pas prêt d'accéder au trône. La quatrième dynastie n'a pas vécu plus longtemps que le IIIe Reich. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Histrion de l'empire
Messages : 2174
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » 08 août 2020 22:52

Frédéric Staps a écrit :
05 août 2020 22:02
En principe, dans une dynastie, le pouvoir se transmet "automatiquement" à l'héritier au moment du décès ou de l'abdication.
Certes, sauf que dans le cas de Napoléon, celui-ci ne succédait pas à son père, il créait une nouvelle dynastie - Et le neveu, en prenant le titre de Napoléon III, s'inscrivait dans cette lignée dynastique en considérant que d'une certaine manière son cousin Napoléon II avait régné avant lui (du moins avait-il été proclamé Empereur)
Frédéric Staps a écrit :
05 août 2020 22:02
Normalement, il ne faut pas se faire élire à la présidence et faire un coup d'Etat pour conserver le pouvoir.
Allusion au Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte ? La Constitution lui interdisait de se représenter ;)
Frédéric Staps a écrit :
05 août 2020 22:02
Quant à Napoléon VII, VIII, IX ou X, il n'est pas prêt d'accéder au trône. La quatrième dynastie n'a pas vécu plus longtemps que le IIIe Reich. :fou:
La comparaison me parait un peu osée :shock: Au reste, l'Empire napoléonien n'avait pas vocation "à durer mille ans"
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4809
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » 09 août 2020 8:14

Cipriani Franceschi a écrit :
08 août 2020 22:52
Certes, sauf que dans le cas de Napoléon, celui-ci ne succédait pas à son père, il créait une nouvelle dynastie
C'est le cas de chaque "fondateur" d'une nouvelle "dynastie".
Si Clovis est bien le fils de Childéric Ier, concernant Mérovée, le prédécesseur de Childéric, on n'a aucune certitude sur son existence réelle et on ne sait rien du lien de parenté qui le relierait à son successeur. De toute manière, même si Clovis a succédé à son père, c'est lui le premier mérovingien à être devenu roi d'un territoire situé en France.
Pépin le Bref a lui aussi hérité de son père, Charles Martel, le pouvoir, mais Charles Martel n'était pas roi, mais maire du palais.
Hugues Capet avait aussi hérité son titre de duc de son père, mais c'est parce qu'il est devenu roi et que c'est sa descendance qui a occupé le trône de France pendant plus de 800 ans qu'il est devenu le fondateur d'une nouvelle dynastie.
De ces fondateurs de dynastie, seul Napoléon avait clairement en tête ce projet (les trois autres sont seulement devenus rois, ce qui a été à l'origine d'une nouvelle dynastie) et il a échoué.
Cipriani Franceschi a écrit :
08 août 2020 22:52
- Et le neveu, en prenant le titre de Napoléon III, s'inscrivait dans cette lignée dynastique en considérant que d'une certaine manière son cousin Napoléon II avait régné avant lui (du moins avait-il été proclamé Empereur)
Et comme son oncle, il a perdu son trône dès qu'il a subi une défaite militaire importante.
Cipriani Franceschi a écrit :
08 août 2020 22:52
Allusion au Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte ?
Pensez-vous que je pouvais parler de quelqu'un d'autre ?
Cipriani Franceschi a écrit :
08 août 2020 22:52
La Constitution lui interdisait de se représenter ;)
Ceux qui avaient élaboré cette constitution pensaient naïvement que cette règle éviterait qu'un seul homme accapare durablement le pouvoir.
Cipriani Franceschi a écrit :
08 août 2020 22:52
La comparaison me parait un peu osée :shock: Au reste, l'Empire napoléonien n'avait pas vocation "à durer mille ans"
En quoi est-elle osée ? Hitler comme Napoléon a voulu se poser en continuateur de la période glorieuse de leur pays. A l'inverse, la Révolution se voulait en rupture totale avec ce qui précédait. Il en va de même pour la révolution russe. Mais ces deux logiques qui paraissent antinomiques sont toutes deux décalées par rapport à la réalité. La rupture totale par rapport au passé est aussi illusoire que la renaissance du passé. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Histrion de l'empire
Messages : 2174
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » 10 août 2020 19:12

Frédéric Staps a écrit :
09 août 2020 8:14
De ces fondateurs de dynastie, seul Napoléon avait clairement en tête ce projet (les trois autres sont seulement devenus rois, ce qui a été à l'origine d'une nouvelle dynastie) et il a échoué.
Napoléon était d'extraction beaucoup plus modeste que ceux que vous citez (Charles n'était qu'un petit nobliau Corse de fraiche date) et c'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles il avait clairement conscience, et explicitement la volonté, de fonder une nouvelle dynastie - C'est si vrai que sa mère Letizia Bonaparte ne sera jamais, malgré son souhait, reine-mère ou impératrice... elle ne sera "que" Altesse impériale et "Madame Mère", Napoléon lui rétorquant : "Charles était-il roi" ?

L'Empereur en fondant une nouvelle dynastie, celle des Bonaparte, a clairement échoué à la pérenniser puisqu'il n'a pu transmettre le sceptre à son fils ou aux membres de sa famille qui figuraient dans l'ordre de succession... Pour autant, l'échec n'est pas total car encore une fois si le Prince impérial actuel devait monter un jour sur le pavois, il prendrait le titre de Napoléon VII, s'inscrivant ainsi explicitement dans la continuité de la IVème dynastie ayant régnée en France, fondée par son aïeul ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4809
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » 10 août 2020 21:56

Même si l'on considère parfois que le pouvoir des présidents de la Ve République a quelque chose de monarchique, en voulant fonder une nouvelle dynastie dans un pays où on venait d'exécuter le roi, Napoléon a agi en décalage avec son époque. L'heure n'était plus à instaurer un pouvoir monarchique en France. Même la monarchie de Juillet a été balayée par une révolution.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Histrion de l'empire
Messages : 2174
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » 11 août 2020 21:25

bastet a écrit :
05 août 2020 19:18
Bonsoir à vous deux
Personnellement, au niveau de mes connaissances, je trouve effectivement que le Destin de Napoléon a vraiment quelque chose qui le relie à la Tragédie , un destin historique que le mythe peut valoriser et quoiqu'il en soit dans le cas de Napoléon la réalité du pouvoir apparaît comme la réalisation d'une volonté qui en souligne sa singularité absolue.
Bonsoir chère Bastet ;)
Ce que vous dites avec vos mots à vous, sous un angle psychanalytique, me parait très juste
Je dirais que votre analyse rejoint le parcours de Napoléon, il y a une part de tragique, une fois sur son rocher de Sainte-Hélène on a même parlé de nouveau "Prométhée".... Napoléon (qui était superstitieux comme probablement beaucoup de Corses à cette époque) disait lui-même qu'il se sentait investi d'un destin historique à accomplir, il évoquait sa "fortune"... ajoutant d'ailleurs que si cette "fortune" se détournait de lui, il suffirait d'un rien (d'un battement d'ailes de mouche, sauf erreur) pour que son pouvoir soit abattu - il y a donc bien du tragique là-dedans, après tout Napoléon était imprégné de culture antique (il avait lu les Anciens, Plutarque....) et à cela s'ajoute une volonté hors du commun :salut:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Histrion de l'empire
Messages : 2174
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » 11 août 2020 21:39

Frédéric Staps a écrit :
10 août 2020 21:56
Même si l'on considère parfois que le pouvoir des présidents de la Ve République a quelque chose de monarchique, en voulant fonder une nouvelle dynastie dans un pays où on venait d'exécuter le roi, Napoléon a agi en décalage avec son époque. L'heure n'était plus à instaurer un pouvoir monarchique en France. Même la monarchie de Juillet a été balayée par une révolution.
Je trouve votre point de vue un peu surprenant :shock:

Certes en guillotinant le roi la France révolutionnaire a voulu "faire table rase du passé" (pour employer une expression anachronique) "trancher" dans le vif afin que l'on ne revienne jamais en arrière...
Toutefois, je crois que c'est faire fi de certains éléments déterminants :
- la France était entourée de monarchies en Europe, faire cavalier seul était difficile
- la 1ère République s'était largement discréditée (Terreur, Directoire corrompu...)
- le peuple Français n'était sans doute pas mûr pour autre chose, revenir à un système à forte composante monarchique comme l'Empire napoléonien était avant tout source de stabilité, après dix ans de tourmente révolutionnaire (tout en pérennisant certains acquis, comme l'égalité civile ou la vente des biens nationaux) ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4809
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » 12 août 2020 6:56

Cipriani Franceschi a écrit :
11 août 2020 21:39
- la France était entourée de monarchies en Europe, faire cavalier seul était difficile
L'argument serait valable si, en rétablissant une monarchie, Napoléon avait réussi à se faire accepter par les autres monarchies européennes et se maintenir ainsi sur le trône. Or ce n'est pas le cas, notamment parce que Napoléon ne s'est pas contenté de devenir le souverain de la France, mais qu'il a voulu confisquer les trônes des autres souverains au profit de sa famille. Son projet dynastique, loin de rassurer les dynasties en place, représentait une menace pour celles-ci.
Cipriani Franceschi a écrit :
11 août 2020 21:39
- la 1ère République s'était largement discréditée (Terreur, Directoire corrompu...)
Le coup d'État du 18 Brumaire et l'instauration du Consulat étaient censés y apporter un remède. Aucun besoin d'instaurer une monarchie, sinon pour pérenniser la confiscation du pouvoir au profit de la famille Bonaparte. Ceux qui s'emparent du pouvoir par la force vont toujours prétendre que c'est pour le bien commun, alors que la réalité est autre : si quelqu'un veut s'emparer ou conquérir le pouvoir, c'est la plupart du temps pour son intérêt personnel et cela, même dans les démocraties.
Cipriani Franceschi a écrit :
11 août 2020 21:39
- le peuple Français n'était sans doute pas mûr pour autre chose, revenir à un système à forte composante monarchique comme l'Empire napoléonien était avant tout source de stabilité, après dix ans de tourmente révolutionnaire (tout en pérennisant certains acquis, comme l'égalité civile ou la vente des biens nationaux) ;)
Ça, c'est l'argument de tous les dictateurs pour justifier leur prise de pouvoir. Mobutu, par exemple, justifiait sa position par le fait que les Zaïrois (redevenus depuis lors des Congolais) par le fait qu'ils avaient besoin d'un chef.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre