A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Tout ce qui concerne la vie à l'époque de Napoléon
la remonte
Messages : 124
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par la remonte »

qu'on l'aime ou non , ce bougre d'homme nous fait voyager dans le temps comme dans l'espace ;)

à l'instant s'est vendue une assiette de son service par l'étude Fraysse pour 200 000 euros , représentant le chateau de Rambouillet
celle ci , ci dessous a été retirée et ira à Fontainebleau

Image

espace/temps : elle représente l'enlèvement des chevaux de st Marc et nous renvoie aux croisades , au pillage de Constantinople en 1204 mais surtout à l'antiquité quand ils ont été fondus .
la scène relate à son tour le pillage de Venise .

comme auraient dit Pascal puis Giono , est ce que Napoléon à Ste Hélène était un roi sans divertissement et donc plein de misères ?
Pas sur , il lui suffisait de se souvenir de ce qu'il avait vécu , il est allé jusqu'au bout et tant pis pour le châtiment !
des regrets ? surement , Waterloo le destin ? le destin n'existe que parcequ'à un moment on déclenche le mécanisme qui y mène , mais il a voyagé comme personne . Qui sait si en faisant la paix avec Alexandre à Moscou , ils ne seraient pas tomber tous les 2 sur le dos des Anglais en Inde ? 8-)
il avait vu juste en voulant épouser sa soeur .
Avatar de l’utilisateur
Cyril Drouet
Messages : 1263
Inscription : mer. 10 mars 2021 14:12

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : mer. 06 juil. 2022 16:38 Qui sait si en faisant la paix avec Alexandre à Moscou , ils ne seraient pas tomber tous les 2 sur le dos des Anglais en Inde ?
Au delà de ce "what-if ?", on peut citer la lettre écrite par Napoléon à Alexandre le 2 février 1808 :

« Une armée de 50,000 hommes, russe, française, peut-être même un peu autrichienne, qui se dirigerait par Constantinople sur l'Asie, ne serait pas arrivée sur l'Euphrate, qu'elle ferait trembler l'Angleterre et la mettrait aux genoux du continent. Je suis en mesure en Dalmatie ; Votre Majesté l'est sur le Danube. Un mois après que nous en serions convenus, l'armée pourrait être sur le Bosphore. Le coup en retentirait aux Indes, et l'Angleterre serait soumise. Je ne me refuse à aucune des stipulations préalables nécessaires pour arriver à un si grand but. Mais l'intérêt réciproque de nos deux États doit être combiné et balancé. Cela ne peut se faire que dans une entrevue avec Votre Majesté, ou bien après de sincères conférences entre Romanzof et Caulaincourt, et l'envoi ici d'un homme qui fût bien dans le système. M. de Tolstoï est un brave homme, mais il est rempli de préjugés et de méfiances contre la France, et est bien loin de la hauteur des événements de Tilsit et de la nouvelle position où l'étroite amitié qui règne entre Votre Majesté et moi ont placé l'univers. Tout peut être signé et décidé avant le 15 mars. Au 1er mai nos troupes peuvent être en Asie, et à la même époque les troupes de Votre Majesté à Stockholm. Alors les Anglais, menacés dans les Indes, chassés du Levant, seront écrasés sous le poids des événements dont l'atmosphère sera chargée. Votre Majesté et moi aurions préféré la douceur de la paix et de passer notre vie au milieu de nos vastes empires, occupés de les vivifier et de les rendre heureux par les arts et les bienfaits de l'administration ; les ennemis du monde ne le veulent pas. Il faut être plus grands, malgré nous. Il est de la sagesse et de la politique de faire ce que le destin ordonne et d'aller où la marche irrésistible des événements nous conduit. Alors cette nuée de pygmées, qui ne veulent pas voir que les événements actuels sont tels qu'il faut en chercher la comparaison dans l'histoire et non dans les gazettes du dernier siècle, fléchiront et suivront le mouvement que Votre Majesté et moi aurons ordonné; et les peuples russes seront contents de la gloire, des richesses et de la fortune qui seront le résultat de ces grands événements.
Dans ce peu de lignes, j'exprime à Votre Majesté mon âme tout entière. L'ouvrage de Tilsit réglera les destins du monde. Peut-être, de la part de Votre Majesté et de la mienne, un peu de pusillanimité nous portait à préférer un bien certain et présent à un état meilleur et plus parfait; mais, puisque enfin l'Angleterre ne veut pas, reconnaissons l'époque arrivée des grands changements et des grands événements. »

Cette lettre était accompagnée des instructions suivantes à Caulaincourt :
« Dites à Romantzov et à l’empereur que je ne suis pas loin de penser à une expédition dans les Indes, au partage de l’Empire ottoman, et à faire marcher à cet effet une armée de 20 à 25 000 Russes, de 8 à 10 000 Autrichiens et de 35 à 40 000 Français en Asie, et de là dans l’Inde ; que rien n’est facile comme cette opération ; qu’il est certain qu’avant que cette armée soit sur l’Euphrate la terreur sera en Angleterre ; que je sais bien que, pour arriver à ce résultat, il faut partager l’Empire turc ; mais que cela demande que j’aie une entrevue avec l’empereur ; que je ne pourrais d’ailleurs m’en ouvrir à M. de Tolstoï, qui n’a pas de pouvoirs de sa cour et ne paraît pas même être de cet avis. Ouvrez-vous là-dessus à Romantzov ; parcourez avec lui les cartes et fournissez-moi vos renseignements et vos idées communs. »


La lettre à Alexandre fut logiquement très favorablement reçue à Saint-Pétersbourg. Mais, lors des échanges qui suivirent, les divergences de vue éclatèrent. Si dans un premier temps, le Tsar avait imaginé établir à Constantinople un gouvernement libre, il avait, au regard des sacrifices à faire dans le cadre de l’expédition vers les Indes, changé d’avis et exigeait à présent le contrôle des Détroits. Or une telle demande était inacceptable pour la France qui n’entendait pas offrir une telle position à son allié.
Au même moment les affaires d’Espagne occupaient toute l’attention de l’Empereur. La question orientale passa alors sur un second plan.
la remonte
Messages : 124
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par la remonte »

C'est bien dommage , pourquoi refuser aux Russes l'accès aux mers ? on est toujours dans cette logique mortifère d'isolement :roll:
merci pour cet éclairage :salut:
Avatar de l’utilisateur
Cyril Drouet
Messages : 1263
Inscription : mer. 10 mars 2021 14:12

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : jeu. 07 juil. 2022 8:50 C'est bien dommage , pourquoi refuser aux Russes l'accès aux mers ?
Un peu de Mémorial :
« J'ai pu partager l'empire turc avec la Russie; il en a été plus d'une fois question entre nous.
Constantinople l'a toujours sauvé. Cette capitale était le grand embarras, la vraie pierre d'achoppement. La Russie la voulait ; je ne devais pas l'accorder. C'est une clef trop précieuse ; elle vaut à elle seule un empire : celui qui la possédera peut gouverner le monde. »

Pour revenir aux négociations ayant fait suite à la lettre du 2 février 1808, on peut évoquer les deux projets hypothétiques qui en naquirent.
Celui des Russes répondait à trois éventualités :

1-Démembrement de la partie européenne en accord avec le traité de Tilsit
-France : l’Albanie, Candie, la Morée
-Russie : La Valachie, la Moldavie

2-Démembrement si participation de la Russie et de l'Autriche à l'expédition des Indes :
-France : L’Albanie, Candie, la Morée
-Russie : La Valachie, la Moldavie, la Bulgarie
-Autriche : La Croatie turque, la Bosnie (voire une partie de ces provinces si la France était aussi intéressé par ces territoires)
-Servie indépendante dirigée par un des archiducs (branche cadette) de la maison d'Autriche

3-Démembrement plus vaste de l'Empire ottoman :
-France : L’Albanie, Candie, la Morée, toutes les îles de l'Archipel, Chypre, Rhodes, les Echelles du Levant, la Syrie, l'Egypte. Une route militaire devait être ouverte pour la France afin de, traversant les possessions autrichienne et russe, rejoindre les Echelles et la Syrie. Possessions aux Indes à sa convenance.
-Autriche : La Croatie turque (à moins que la France ne la veuille), la Bosnie (voire une partie de cette province si la France était aussi intéressé par ce territoire), la Servie, la Macédoine (voire une partie de cette province si la France était aussi intéressée par ce territoire) ; avec un accès à la mer.
-Russie : La Valachie, la Moldavie, la Bulgarie, une partie de la Roumélie, Constantinople.


Pour la France, comme déjà dit, la question des Détroits était des plus sensibles et Paris tenait une position diamétralement opposée à celle de la Russie. Caulaincourt, dans le cadre d’un démembrement général où l’Autriche aurait sa part, entrevoyait deux hypothèses. La première transformait Constantinople et les Dardanelles en principauté autonome ; la seconde offrait Constantinople au Tsar. Dans ce dernier cas, la France devait obtenir la côte septentrionale de la mer Egée jusqu’aux Dardanelles.
la remonte
Messages : 124
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par la remonte »

Candie étant la Crète ou juste Héraklion ? et la Morée tout le Péloponnèse ?
les Russes ont fait la guerre à la Suède pour pouvoir avoir accès aux mers par le nord et aux Turcs par le sud , les guerres de Crimée ou d'Ukraine aujourd'hui comme le soutien à la Syrie répondent à la même logique .
que craignait Napoléon en leur livrant Constantinople ? un réflexe d'ancien régime ? j'aurais plus fait confiance aux Russes qu'aux Anglais . :salut:
Avatar de l’utilisateur
Cyril Drouet
Messages : 1263
Inscription : mer. 10 mars 2021 14:12

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : jeu. 07 juil. 2022 14:12 Candie étant la Crète ou juste Héraklion ? et la Morée tout le Péloponnèse ?
Crète et Péloponnèse.
la remonte a écrit : jeu. 07 juil. 2022 14:12 que craignait Napoléon en leur livrant Constantinople ?
Comme dit plus haut, offrir les détroits à la Russie était vu par Napoléon comme offrir un gain de puissance considérable à un empire déjà terriblement redoutable pour l'Europe.
la remonte
Messages : 124
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par la remonte »

Oui surtout s’il considérait les Russes comme des Scythes ou des Tartares 😕
Avatar de l’utilisateur
Cyril Drouet
Messages : 1263
Inscription : mer. 10 mars 2021 14:12

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par Cyril Drouet »

Suffit de gratter paraît-il ? ;)
la remonte
Messages : 124
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par la remonte »

Un préjugé qui remonte à loin , la russophobie est constante , la peur de l'ogre slave continue .
en 1808 , Napoléon a battu les Russes à trois reprises , a t-il été frappé par leur résilience comme on dit aujourd'hui ? " il ne suffit pas de tuer un soldat russe , il faut ensuite le pousser pour qu'il tombe ".
un peu comme Charlemagne Napoléon sépare l'empire romain d'occident de l'orient et en fermant la porte d'accès à la Méditerranée , il refoule le Russe hors de l'Europe comme le fera son neveu qui misera sur une Angleterre qui ne le soutiendra pas en 1870 !
nous qui nous intéressons à la marche du monde , il est frappant de constater comme une décision qui se prend ou ne se prend pas peut avoir de lourdes conséquences :salut:
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5350
Inscription : mer. 26 avr. 2006 13:17

Re: A tous âges les brocards se sont plaints des dix cors

Message par Frédéric Staps »

Napoléon cité par Cyril Drouet a écrit : mer. 06 juil. 2022 19:42 Une armée de 50,000 hommes, russe, française, peut-être même un peu autrichienne, qui se dirigerait par Constantinople sur l'Asie, ne serait pas arrivée sur l'Euphrate, qu'elle ferait trembler l'Angleterre et la mettrait aux genoux du continent.
Et dire qu'il y a des gens qui considèrent que Napoléon était un pragmatique !!! :o
Napoléon cité par Cyril Drouet a écrit : mer. 06 juil. 2022 19:42 Votre Majesté et moi aurions préféré la douceur de la paix et de passer notre vie au milieu de nos vastes empires, occupés de les vivifier et de les rendre heureux par les arts et les bienfaits de l'administration ; les ennemis du monde ne le veulent pas. Il faut être plus grands, malgré nous.
On y croit à fond. :bravo:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre