Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 12:32

hypolite a écrit :je vous ai dit qu'Alexandre avait refusé la main de sa soeur à l'Empereur pour cette raison, c'est du moins ce qu'en disent la plupart des écrivains sur cette époque !
Avant de répéter encore et toujours "la plupart des écrivains sur cette époque disent...", pourriez-vous me citer un texte où Alexandre ou l'un de ses proches expriment cette idée clairement ? N'y avait-il pas aussi un problème d'âge ? Je confonds peut-être, mais il me semble que la soeur d'Alexandre était plus jeune que Marie-Louise. La véritable raison de ce refus n'était-elle pas plutôt une volonté d'Alexandre de prendre distance avec son allié ? Si en 1809 les troupes russes n'entrent pas franchement en guerre contre les Autrichiens, ce n'est pas parce qu'Alexandre ne veut pas se commettre avec un "parvenu", mais parce qu'il doit déjà envisager un changement d'alliance et que voir les Français et les Autrichiens s'entre-déchirer sans qu'il ait à intervenir fait finalement bien son affaire.
hypolite a écrit :Le mépris des Royalistes Français envers la "roture" à leur retour en 1814 et 1815 est aussi un indice de ce que pensait les aristocrates en général !
Cela n'a pas grand-chose à voir. Les émigrés n'ont joué qu'un rôle très marginal dans la continuation de la guerre contre la France. Louis XVIII par exemple n'a pas cessé de devoir changer de lieu d'exil, allant de Turin à Vérone, puis de Vérone à Riegel, puis à Blankenburg, pour terminer à Mittau et enfin en Angleterre. Ses expulsions successives, son hésitation à se rendre en Angleterre montrent bien qu'il ne pesait pas pour grand-chose dans les décisions des adversaires de Napoléon. En 1814, ce sont les circonstances qui ont déterminé le choix de remettre les Bourbons sur leur trône, certains comme Alexandre allant même jusqu'à imaginer de mettre sur le trône un "parvenu" issu de la Révolution du nom de Bernadotte.
hypolite a écrit :Paul 1er avait de l'admiration pour Napoléon et à sans doute été plus lucide que les autres Monarques, mais je ne vois pas en quoi celà invalide ma these sur les autres souverains !
Paul Ier était violemment hostile aux idées de la Révolution. C'est cela qui l'a amené à entrer en guerre contre la France. S'il envisageait de changer d'alliance pour passer dans le camp de Bonaparte, c'est bien parce qu'il ne considérait pas Napoléon comme le représentant de la Révolution, mais une espèce d'alter ego qu'il admirait. Si vous voulez considérez que le fait que cet individu notoirement violent et assez dérangé voit des points communs entre lui et Napoléon est une preuve de lucidité, libre à vous ! Mais ça ne colle pas avec votre théorie des vieilles monarchies réactionnaires hostiles à un Napoléon, pur produit de la Révolution.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 20/01/2004 11:07

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 12:32

Staps vous posait la question suivante: A qui Napoléon a-t-il laissé une deuxième chance ?

Je vais essayer de vous montrer le rapport.

Tout d'abord regardez le nombre de coaltions formées et battues par l'Empereur.
En fait il y avait deux choses :

- soit les vaincus respectaient les traités signés, mais ils ne l'ont jamais fait

- soit l'Empereur les écrasait pour ne plus qu'ils se rélèvent, mais le nombre de coalition prouve qu'il ne l'a pas fait, en ce sens, Napoléon leur a donné non pas une 2eme chance, mais une troisième, quatrième, cinquiéme chance...... :twisted:

Si un des deux cas avaient été appliqués, l'histoire en aurait été changée.
Pour finir je vais citer le début d'une des proclamations impériales, mais vous allez dire que je ne prends qu'une source ( Napoléon, toujours lui décidément :twisted: ), mais je pense que cette phrase est assez vraie, vous me direz ce que vous en pensez ( tout en sachant que vous trouverez des choses pour dire le contraire).

" Nous fûmes trop généreux après..... " et ensuite l'Empereur cite des batailles remportées par la grande Armée.


Amicalement

Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 20/01/2004 12:35

hypolite

Message par hypolite » 12 juil. 2015 12:32

Vous savez que j'ai une mémoire synthetique et que pour vous donner mes sources exactes, je devrais reprendre toutes mes anciennes lectures (j'ai d'autres choses à faire), mais le mépris des vieilles Monarchies envers Napoléon transpire dans tous les écrits que j'ai lu sur cette periode (que ce soit chez Castelot, Masson, Thiers, Aubry...) .
Néanmoins, j'essayerai de vous retrouver la reflexion attribuée à Alexandre ! :wink:
Quand je parle de l'attitude meprisante de la vielle Noblesse Française, c'est parce qu'elle me semble révélatrice de la mentalité de l'ensemble de la Noblesse, même si les Français passaient pour être les plus hautains auprés des autres cours ! :roll:
Paul 1er était, effectivement, opposé à la Révolution, mais il fera pourtant lui aussi certaines réformes qui pousseront la Noblesse Russe à le faire assassiner ! :cry:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 20/01/2004 13:05

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 12:32

FA8 a écrit :En fait il y avait deux choses :

- soit les vaincus respectaient les traités signés, mais ils ne l'ont jamais fait

- soit l'Empereur les écrasait pour ne plus qu'ils se rélèvent
Soit Napoléon s'interrogeait sur les véritables raisons de la guerre et essayait de mettre en place les conditions durables de la paix. Je sais, c'est totalement utopique, mais on ne saura jamais si ça n'aurait pas pu marcher étant donné qu'il n'a jamais essayé de le faire.
FA8 a écrit :mais le nombre de coalition prouve qu'il ne l'a pas fait, en ce sens, Napoléon leur a donné non pas une 2eme chance, mais une troisième, quatrième, cinquiéme chance...
Si Napoléon n'a pas écrasé ses adversaires au point qu'ils ne puissent pas reprendre les armes, c'est parce qu'il n'en a pas eu les moyens. Il n'a jamais pu reporter de victoires décisives sur ses principaux adversaires, c'est-à-dire les Anglais. Au contraire, il a plutôt accumulé les défaites à leur égard : destruction de sa flotte à Aboukir, perte de Malte, échec du camp de Boulogne, Trafalgar, défaites au Portugal, en Espagne et à Toulouse, défaite à Waterloo.
FA8 a écrit :Si un des deux cas avaient été appliqués, l'histoire en aurait été changée.
Toujours ce fantasme d'une domination française sur l'Europe et le monde. Oui, l'histoire aurait peut être été changée, mais pas nécessairement en mieux.
FA8 a écrit :Pour finir je vais citer le début d'une des proclamations impériales, mais vous allez dire que je ne prends qu'une source ( Napoléon, toujours lui décidément :twisted: ), mais je pense que cette phrase est assez vraie vous me direz ce que vous en pensez ( tout en sachant que vous trouverez des choses pour dire le contraire).
Comment pouvez-vous croire un seul instant qu'une exhortation guerrière puisse avoir un quelconque rapport avec la vérité ?
FA8 a écrit :" Nous fûmes trop généreux après..... " et ensuite l'Empereur cite des batailles remportées par la grande Armée.
En quoi était-ce généreux de détacher le Tyrol de l'Autriche contre l'avis de sa population pour le donner à la Bavière ? En quoi était-ce généreux de rayer de la carte de duché de Brunswick ? En quoi était-ce généreux d'ôter la courronne de Naples à ses souverains pour la donner à son frère Joseph ? En quoi était-ce généreux de confisquer le Hanovre au roi d'Angleterre pour le proposer au roi de Prusse dans l'espoir de sceller une alliance ? En quoi était-ce généreux d'exécuter les prisonniers de Jaffa ? En quoi était-ce généreux de dévaster le Tyrol quand il s'est révolté pour défendre ses traditions religieuses et son appartenance ancestrale à l'Autriche ?
Je crois réellement que Napoléon ne savait pas ce qu'était la générosité.
Hypolite a écrit :mais le mépris des vieilles Monarchies envers Napoléon transpire dans tous les écrits que j'ai lu sur cette periode
Ce n'est pas pour ça qu'il faut y chercher l'explication des guerres. Normalement, à moins d'être un peu dérangé mentalement, on ne va pas prendre deux ou trois fois de suite une raclée rien que parce qu'on méprise son adversaire. On peut d'ailleurs se rendre compte que si les vieilles monarchies méprisaient Napoléon, celui-ci le leur rendait bien. Pas toujours de manière très constante d'ailleurs, puisque le désir d'être admis au sein du club fermé des monarques européens n'a pas cessé de le travailler. Donc si le mépris des vieilles monarchies a peut-être joué un rôle dans le prolongement et le renouvellement des guerres, ce serait plutôt dans le chef de Napoléon qui, se voyant méprisé par eux, a voulu leur donner de bonnes leçons pour leur faire comprendre qui était le meilleur et le plus fort, en jetant régulièrement de leur trône ceux qu'il estimait les plus tarés ou dégénérés.
Napoléon n'était-il pas un darwiniste avant la lettre ? N'a-t-il pas voulu mettre en place la sélection naturelle parmi les dirigeants européens pour que seuls les meilleurs puissent survivre ? :twisted:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 21/01/2004 08:32

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 12:32

Soit Napoléon s'interrogeait sur les véritables raisons de la guerre et essayait de mettre en place les conditions durables de la paix
Bonjour.

C'est toujours pareil, toujours le même refrain, toujours la même chanson. Napoléon a tous les torts, et comme c'était un méchant Corse qui était en plus un cannibale ( L'Ogre ) il a fait la guerre aux autres, et ne donnait pas des conditions de paix satisfaisantes etc....
Redevenons sérieux. Vous êtes d'accord que les guerres se font avec deux camps , et bien pour la paix c'est pareil; il y a deux parties pour la signer. Pourquoi toujours rejettez toutes les fautes sur Napoléon?????? :twisted:


Au contraire, il a plutôt accumulé les défaites à leur égard : destruction de sa flotte à Aboukir, perte de Malte, échec du camp de Boulogne, Trafalgar, défaites au Portugal, en Espagne et à Toulouse, défaite à Waterloo.

Pour Aboukir, Malte, Trafalgar, Portugal, Espagne,Toulouse l'Empereur ne pouvait rien faire, il ne dirigeait pas les opérations.

Pour Boulogne, si les autrichiens et les russes ne nous avaient pas attaqué pendant que nous étions occupés à envahir la perfide Albion, et bien les austros-russes ne se seraient pas cassés les dents à Austerlitz, nous aurions envahit l'Angleterre, et la paix était signée. Mais comme les anglais et les coalisés n'auraient pas respecté ce traité plus qu'un autre, et bien cela ne changeait rien à l'histoire que nous connaissons.

Quand je relis votre dernière phrase citée, c'est vrai que les anglais nous en voulaient vraiment. Pour mettre autant d'argent, faire autant d'efforts, employer beaucoup d'hommes, ils devaient vraiment detester la France et l'Empereur. :twisted:
Après 15ans d'efforts, ils ont réussi quand même à nous l'abattre notre Empereur, encore que dans leur tache, ils ont été aidé par les prussiens. . . . :wink:

En 1099 quand nous avons envahit l'Angleterre, ce fut beaucoup plus rapide. . . banane.gif , mais ceci est un autre sujet :!:

Normalement, à moins d'être un peu dérangé mentalement, on ne va pas prendre deux ou trois fois de suite une raclée rien que parce qu'on méprise son adversaire.

Si les Autrichiens, Arcole, Rivoli, Marengo, Austerlitz, Wagram............ banane.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 21/01/2004 11:14

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 12:32

Après avoir entendu ses discours aux Nations Unies, je pensais que Villepin était plus subtil.

C'est marrant cette réaction. Villepin est subtil pendant son discours à l'ONU, mais quand il défend Napoléon il l'est moins. . . :twisted:


Amicalement

Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 21/01/2004 11:19

hypolite

Message par hypolite » 12 juil. 2015 12:32

Wellington a perdu la Bataille de Toulouse contre Soult puisqu'il n'est jamais rentré dans la ville et il faut noter que cette bataille a eu lieue aprés l'abdication de l'Empereur ! :wink:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 21/01/2004 11:20

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

J'ai connu la pepette aux autos tamponeuses........

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 12:32

FA8 a écrit :Vous êtes d'accord que les guerres se font avec deux camps , et bien pour la paix c'est pareil; il y a deux parties pour la signer
Tout à fait, généralement, le vainqueur impose ses conditions. Si elles sont trop dure, il y a de grandes chance pour que le conflit reprenne à plus ou moins long terme (un peu comme la paix de 1918 a été une des causes de la seconde guerre mondiale et de la montée du nazizme).
Ce qu'à voulu dire Staps, c'est je pense que les conditions de paix étaient trop dure et trop humiliante pour les pays vaincus. On ne parle pas ici de souverains qu'on aurait laissé en place mais de redécoupage de pays au mépris de la volonté des peuples, de racket envers ces mêmes pays qui ruinait et affamait les populations civiles au seul profit de la France (et je n'ai pas dit l'Empire, mais la France), de la conscription obligatoire, du fait que les vaincus étaient obligés de nourir et d'heberger la grande armée (avec son cortège de rapine, ect...........), de participer au Blocus continental......

FA8 a écrit : Si les Autrichiens, Arcole, Rivoli, Marengo, Austerlitz, Wagram............
Justement, la bonne question est : pourquoi ont ils pris le risque de la guerre aprés tant et tant de branlée ?

Pourquoi la paix "juste" de Napoléon ne les a pas contenté ?

Quelque chose avait-il echappé à Napoléon ?

Avait-il vraiment compris, lui le représentant de la révolution, les aspirations des peuples ?

Amicalement

Dalmatie "bon appetit..................."

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 21/01/2004 11:51

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 12:33

FA8 a écrit :C'est toujours pareil, toujours le même refrain, toujours la même chanson. Napoléon a tous les torts, et comme c'était un méchant Corse qui était en plus un cannibale ( L'Ogre ) il a fait la guerre aux autres, et ne donnait pas des conditions de paix satisfaisantes etc....
Curieux retournement des choses. Quand on oppose au refrain classique ("C'est pas la faute de Napoléon, c'est les autres qui lui ont fait la guerre") un argument moins classique ("Napoléon n'a jamais essayé de mettre en place les conditions d'une paix véritable"), vous venez ressortir le grand classique de la légende noire pour dire que c'est toujours le même refrain. C'est rigolo, mais c'est un peu usé comme astuce. Lisez donc attentivement et arrêtez de nous ressortir les gros clichés. Ce n'est pas ça qui peut faire progresser la discussion.
FA8 a écrit :Redevenons sérieux.

Parce que vous aviez cessé d'être sérieux ? :shock:
Vous êtes d'accord que les guerres se font avec deux camps
Oui, plus ou moins. C'est sans doute un peu plus complexe. Il y a parfois plus de camps et des alliances contre nature. C'est d'ailleurs ce qui a lourdement pesé dans la stratégie des "coalisés" contre Napoléon. A part en 1813, 1814 et 1815, il n'y a jamais eu une coalition qui rassemblait tout le monde contre Napoléon. Jusque là, Napoléon pouvait au moins compter sur ses alliés bavarois et wurtembergeois. Mais il a eu aussi parmi ses alliés les Russes, les Espagnols, les Autrichiens, les Prussiens, les Napolitains, etc. En fait, les seuls avec lesquels il n'a jamais vraiment pu conclure d'alliance, ce sont ces fichus Britanniques.
FA8 a écrit :et bien pour la paix c'est pareil; il y a deux parties pour la signer.
Et bien, là, pas d'accord. Les Suisses et les Suédois n'ont jamais signé avec qui que ce soit pour faire la paix. Pourtant de 1939 à 1945, ils n'ont pas été en guerre. De même en 1945, il n'y a pas eu de traité de paix entre l'Allemagne et ses vainqueurs, contrairement à ce qui s'était passé au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Et étrangement, cette paix qui n'a jamais été signée tient toujours, alors que l'autre avait tenu à peine 20 ans et était tellement mal ficelée qu'elle a été en partie à l'origine de la guerre suivante.
FA8 a écrit :Pourquoi toujours rejettez toutes les fautes sur Napoléon?
Lisez correctement avant de poser ce genre de question. J'ai écrit que Napoléon n'avait pas vraiment essayé de mettre en place les conditions d'une paix durable. Je n'ai pas dit qu'il était le seul responsable de toutes les guerres.
FA8 a écrit :Pour Aboukir, Malte, Trafalgar, Portugal, Espagne, l'Empereur ne pouvait rien faire, il ne dirigeait pas les opérations.
Il a surtout mal évalué la situation et n'a pas compris l'importance que prendraient ces défaites.
FA8 a écrit :Pour Boulogne, si les autrichiens et les russes ne nous avaient pas attaqué pendant que nous étions occupés à envahir la perfide Albion
Et pourquoi croyez-vous que les Anglais ont avancé des fonds aux Autrichiens et aux Russes pour attaquer Napoléon ? Par perfidie, sans doute ? :wink: C'est évidemment perfide de ne pas attendre sagement d'être envahi par les braves soldats français. :lol:
FA8 a écrit :et bien les austros-russes ne se seraient pas cassés les dents à Austerlitz
Et Napoléon n'aurait pas été Napoléon, car un Napoléon sans Austerlitz, c'est comme un repas sans fromages ou une "belle femme à laquelle il manquerait un oeil". :twisted:
FA8 a écrit :nous aurions envahit l'Angleterre
Arrêtez de fantasmer. L'invincible armada de Philippe II s'est perdue dans cette conquête, alors que c'était la première puissance maritime de l'époque. Napoléon n'avait pas la maîtrise des mers, mais bien les Anglais. S'il s'était lancé dans la conquête de l'Angleterre, Trafalgar et Waterloo s'appelleraient "La bataille de la Manche".
FA8 a écrit :et la paix était signée.
Une paix romaine, sûrement. :) Ubi solitudinem faciunt, pacem appelant saupoudrée d'un peu de Delenda Carthago.
FA8 a écrit :Mais comme les anglais et les coalisés n'auraient pas respecté ce traité plus qu'un autre, et bien cela ne changeait rien à l'histoire que nous connaissons.
Vous connaissez beaucoup de pays qui acceptent sans sourciller de respecter point par point une paix dictée par le vainqueur ? Vous disiez qu'il faut être deux pour faire la paix. Je n'en suis pas absolument convaincu. Il faut par contre être deux pour la négocier.
FA8 a écrit :Quand je relis votre dernière phrase citée, c'est vrai que les anglais nous en voulaient vraiment. Pour mettre autant d'argent, faire autant d'efforts, employer beaucoup d'hommes, ils devaient vraiment detester la France et l'Empereur.

Ce ne sont pas des considérations sentimentales de cette nature qui entrent en ligne de compte pour déterminer de l'entrée en guerre d'un pays. La soi-disant haine que l'on éprouve pour l'adversaire ne vient qu'a posteriori pour justifier le conflit et inciter les hommes à s'entretuer. Les rapports entre la France et l'Angleterre étaient de nature bien plus complexes. Il y avait en Angleterre une partie de l'opinion qui était favorable à certaines réalisations de la Révolution et même à certaines réalisations de Napoléon. Il y avait également en France un courant anglophile. Ce n'est donc pas des sentiments de haine qui sont à l'origine de cette guerre inexpiable, mais bien un conflit d'intérêts. Depuis l'époque de Louis XIV, la France avait adopté une politique commerciale mercantiliste et protectionniste. Sa stratégie était de conquérir les marchés grâce à la force militaire et de fermer les frontières à la production étrangère. Louis XIV avait établi ce système pour la France et avait fait la guerre à la Hollande pour éliminer un adversaire commercial qui perturbait son système. Napoléon, avec le blocus continental, a essayé d'élargir le système à l'ensemble de l'Europe au seul profit des industriels et commerçants français. C'était un système intenable à long terme car il entraînait l'obligation de faire régulièrement la guerre aux autres pays européens pour leur faire respecter ces règles qui leur avaient été imposées.
L'Angleterre avait fait le choix inverse. Plutôt que d'imposer ses produits par la force militaire, elle avait développé son industrie pour produire à moindre coût et son commerce pour pouvoir inonder le marché. Et c'est seulement lorsque les Etats-Unis ayant appliqué la même stratégie, mais bénéficiant d'un potentiel industriel supérieur, supplantèrent la Grande-Bretagne qu'elle perdit sa première place mondiale, soit un siècle plus tard.
FA8 a écrit :Après 15ans d'efforts, ils ont réussi quand même à nous l'abattre notre Empereur, encore que dans leur tache, ils ont été aidé par les prussiens.
Une préfiguration de l'Union européenne, peut-être. :wink:
FA8 a écrit :En 1099 quand nous avons envahit l'Angleterre, ce fut beaucoup plus rapide. . . banane.gif , mais ceci est un autre sujet :!:
D'autant qu'en 1099, les envahisseurs de l'Angleterre étaient de braves scandinaves qui avaient failli envahir et détruire au préalable le doux royaume de France et auxquels on avait concédé pour les calmer un duché aux embouchures de la Seine. banane.gif
FA8 a écrit :Si les Autrichiens, Arcole, Rivoli, Marengo, Austerlitz, Wagram.
Justement, c'était bien aux Autrichiens que je pensais, car je savais très bien qu'ils ne s'étaient pas lancés dans ces guerres par mépris pour le "parvenu" qu'était Napoléon, mais principalement pour récupérer les territoires perdus lors des guerres précédentes et éventuellement en acquérir de nouveaux, comme Venise par exemple.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 21/01/2004 13:00

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 12:33

D'autant qu'en 1099, les envahisseurs de l'Angleterre étaient de braves scandinaves qui avaient failli envahir et détruire au préalable le doux royaume de France et auxquels on avait concédé pour les calmer un duché aux embouchures de la Seine

"Guillaume le Conquérant né en 1027 à Falaise, Duc de Normandie". . . source Encyclopédie Laraousse des noms propres. Je me suis arrêté là, pas la peine de continuer. :twisted:


PS: Hasting 1066 désolé pour l'erreur.


Amicalement

Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 21/01/2004 14:40

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 12:33

Bonjour,

Le 10 avril 1814, Wellington a bel et bien subi un échec devant Toulouse ; ce qui n’empêchera pas cependant le duc de fer, après son entrée dans la ville deux jours plus tard, de multiplier les communiqués triomphants.
Ainsi, 31 drapeaux britanniques sont marqués du nom de Toulouse.

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 21/01/2004 15:05

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 12:33

FA8 a écrit :"Guillaume le Conquérant né en 1027 à Falaise, Duc de Normandie". . .
Mais héritier de Rollon (v. 860 - v. 933), chef scandinave, premier duc de Normandie. Tout cela pour relativiser un peu l'esprit cocardier qui n'a guère de sens dans le contexte du Moyen Age (en a-t-il d'ailleurs à une autre époque ? :wink: ).
FA8 a écrit :PS: Hasting 1066 désolé pour l'erreur.
J'ai même pas fait attention. Mais, bon sang, mais c'est bien sûr, Hastings, c'est la même année que la charte de Huy. Comment ai-je pu oublier ça ? shootleft.gif
Drouet Cyril a écrit :ce qui n’empêchera pas cependant le duc de fer, après son entrée dans la ville deux jours plus tard, de multiplier les communiqués triomphants
Tiens, ça me rappelle les communiqués de quelqu'un d'autre. :wink:
Mais bon, mea culpa. Je n'ai pas vraiment d'excuses. Après mon énumération où j'avais déjà mis l'Espagne, je ne pouvais pas mettre encore Vittoria qui aurait donné un caractère répétitif à mon énumération. Je me suis donc dit qu'il fallait que j'ajoute une victoire anglaise dans le sud de la France et comme je me rappelais vaguement qu'il s'était passé quelque chose autour de Toulouse, j'ai bêtement cité ce nom sans même prendre la peine de vérifier si c'était une victoire anglaise ou française.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 21/01/2004 15:45

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 12:33

Vous auriez pu parler d'Orthez.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 21/01/2004 15:54

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 12:33

Je parlerai donc d'Orthez. Merci de venir combler mes graves lacunes dans le détail de l'histoire militaire. :wink:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 21/01/2004 16:02

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 12:33

Mais héritier de Rollon (v. 860 - v. 933), chef scandinave, premier duc de Normandie. color]

Napoléon n'est pas français mais corse ou italien. . . . :?:
Kennedy n'est pas américain mais irlandais alors. . . :roll:
Louis XIV n'est pas français mais espagnol en fait. . .
:evil:


Le 10 avril 1814, Wellington a bel et bien subi un échec devant Toulouse ; ce qui n?empêchera pas cependant le duc de fer, après son entrée dans la ville deux jours plus tard, de multiplier les communiqués triomphants.

Pouvez nous expliquer les raisons de cette entrée dans la ville des anglais malgré leur défaite?Merci

Tout cela pour relativiser un peu l'esprit cocardier qui n'a guère de sens dans le contexte du Moyen Age (en a-t-il d'ailleurs à une autre époque ?

Je n'ai jamais écrit que l'esprit cocardier avait un sens au moyen âge, cette phrase à la fin de mon précente message juste pour dire deux choses : la rapidité des événements contre leurs 15ans de guerre, et qu'un normand ( donc un français ) a régné sur l'Angleterre, alors que le contraire ne s'est pas encore vu malgré la défaite de Waterloo.

Vive l'Empereur et la France france.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 21/01/2004 17:52

Répondre