Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Grillades de poissons à 35 euros

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 16:59

Bonsoir,

Malte a été deux ans occupée par les Français.

On-t-ils essayé de faire de cette île une "république soeur" ou se sont-ils contentés de l'occuper militairement sans se soucier des lois et coutumes de ce pays ?

Les anglais furent-ils vus par la population comme des libérateurs ou comme un occupant remplaçant un autre occupant, dans l'indifférence générale ?


Finalement, et avec le recul, Malte a-t-elle soufferte de deux ans d'occupation Française ? De nos jours, ces deux ans sont-ils considérés par les "autochtones" comme une période bénéfique pour le progres et l'histoire de leur pays ou comme une mauvaise parenthèse ?


Amicalement

Dalmatie "le gogo de Gozo"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 24/02/2004 21:44

méditerranée

Message par méditerranée » 12 juil. 2015 16:59

Le problème de l'eau n'a rien à voir avec l'occupation de Malte par Bonaparte.
En réalité, Malte occupe une telle situation stratégique que tenir Malte, c'est pratiquement tenir toute la Méditerranée.
Donc, Bonaparte, qui souhaitait maîtriser l'ensemble de la Méditerranée, jusqu'à l'Egypte, devait obligatoirement tenir Malte.

Dans cet esprit, Bonaparte devait empécher la Russie et l'Angleterre de prendre pied à Malte.
Pour cela, il lui était indispensable de se faire des Chevaliers, des alliés ou de s'emparer de l'archipel par la force.
Or, le 17 juillet 1797, Ferdinand de Hompesch fut élu Grand Maître
C'était la première fois, depuis que l'Ordre existait, qu'un allemand occupait cette fonction.
Le premier acte de Hompesch fut l'envoi d'une ambassade solennelle à St Pétersbourg afin de reconnaître le tsar Paul 1er comme protecteur de l'Ordre.
Par ce geste, le grand maître adhérait à la politique méditerranéenne de la Russie et Bonaparte n'avait plus qu'une solution, envahir Malte.
On peut d'ailleurs voir dans l'Histoire, que tous ceux qui ont tenu la Méditerranée, depuis les Phéniciens jusqu'aux Chevaliers, en passant par les Romains ou les Arabes, avaient occupé l'archipel Maltais.

Amitiés.


Posté sur le forum Pour l'Histoire par méditerranée le 24/02/2004 21:50

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Meuble sous-lavabo Roller mélaminé : 79 euros

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 16:59

vous semblez donner à Bonaparte la responsabilité d'une action dont il ne fut qu'executant.

Bonaparte, même s'il a toujours eut tendance à n'en faire qu'à sa tête, devait avoir des ordres quand à son action envers Malte.

Il agissait en qualité de Général du Directoire et non en son nom.

Amicalement

Dalmatie "c'est encore la faute à Talleyrand........ :lol: "

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 24/02/2004 22:01

Artaxerxès

Message par Artaxerxès » 12 juil. 2015 16:59

Concernant l'eau, je pense que le fameux siège mené par les Ottomans en 1565 montre qu'il n'y avait pas vraiment de problème en la matière. La durée de ce siège (3 mois) indique que ni les Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean, ni les assaillants turcs (qui étaient plus de 30000) n'eurent de problèmes d'approvisionnement en eau. On peut supposer que les Chevaliers avaient fait de très importantes provisions en vue de soutenir un long siège. Finalement, ne pouvant emporter la position, les Turcs décidèrent de se retirer, la mauvaise saison approchant.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Artaxerxès le 24/02/2004 22:17

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 16:59

Les motivations ayant poussé le Directoire à s’intéresser à Malte sont fort nombreuses :

-Point hautement stratégique au cœur de la Méditerranée ;
-Possibilité d’installer des arsenaux où la construction des navires, du fait du faible éloignement des forêts albanaises, serait moins coûteuse qu’en France ;
-Richesses à prendre (ce fut d’ailleurs l’un des premiers ordres de Bonaparte) ;
-Ressentiments divers vis à vis de l’ordre de Malte.


Ces ressentiments étaient d’origine diverse :

-Autorisations et encouragements donnés aux chevaliers voulant s’enrôler dans les armées d’émigrés ;
-Quatre mille fusils accordés à l’Espagne ;
-Permission donnée à l’Espagne et à l’Angleterre de recruter des matelots maltais pour leurs navires de guerre (chose refusée à la France)- ;
-Deux cent quintaux de poudre accordés à sir Gilbert Elliot, vice-roi de Corse ;
-Interdiction faite aux bâtiments de commerce français, jusqu’en 1796, d’arborer le pavillon tricolore, lors de leur entrée dans les ports de l’archipel ;
-Partisans de la Révolution emprisonnés ou déportés ;

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 24/02/2004 22:36

méditerranée

Message par méditerranée » 12 juil. 2015 16:59


Mon cher Dalmatie, je ne pense pas qu'on puisse qualifier Bonaparte d'exécutant?
Mais même s'il agissait en "exécutant", le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a sacrément manqué de psychologie dans cette affaire.

Bonaparte n'a pas considéré l'île comme une "république-s?ur" mais comme un territoire occupé qu'il souhaitait transformer en un simple département français.
Il s'est imaginé pouvoir inculquer les grandes idées de la Révolution Française à ces insulaires vivant depuis des siècles en harmonie avec l'Ordre des Chevaliers
Il prit des décrets concernant l'église en expulsant tous les religieux non originaires de l'île, dans le pays le plus catholique du monde (encore aujourd'hui 94 % de pratiquants)
Les églises furent d'ailleurs pillées par ses soldats.
Le port de la cocarde devint obligatoire pour tous
Le français devait être substitué à l'italien dans l'enseignement, lequel était bien entendu laïcisé.

Dans ces conditions, il fallut peu de choses pour provoquer une insurrection.
Un jour, l'annonce de la mise en vente d'objets provenant de couvents provoqua la révolte. Un capitaine ainsi qu'une soixantaine de soldats français furent massacrés.
La garnison dût s'enfermer dans l'enceinte fortifiée de La Valette et la ville fut assiégée de coté de la terre par les insurgés maltais et bloquée du coté de la mer par les vaisseaux anglais, siciliens, portugais russes et turcs.
Le 5 septembre 1800, la garnison, à court de vivres et après avoir épuisé toutes les possibilités de combat et de résistance, signa la capitulation avec le major général commandant les vaisseaux britanniques et alliés.

D'ailleurs, aujourd'hui encore, si vous allez passer vos vacances à Malte et si vous avez l'occasion de discuter avec des maltais, un conseil, ne leur parlez pas de Napoléon?.

Amitiés



Posté sur le forum Pour l'Histoire par méditerranée le 24/02/2004 22:43

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

mitigeur bain douche : 14.90 euros

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 16:59

méditerranée a écrit : Mon cher Dalmatie, je ne pense pas qu'on puisse qualifier Bonaparte d'exécutant…

Executeur vous irez peut-être mieux ? :wink:

méditerranée a écrit : Mais même s'il agissait en "exécutant", le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a sacrément manqué de psychologie dans cette affaire.
Bonaparte n'a jamais eut beaucoup de psychologie envers les habitants de ses conquetes


méditerranée a écrit : Bonaparte n'a pas considéré l'île comme une "république-sœur" mais comme un territoire occupé qu'il souhaitait transformer en un simple département français.

C'est en fait ce que je voulais dire par "république-soeur", terme qui n'a rien de fraternel dans ma bouche. Il, ou plutot les français, ont donc voulu assimiler Malte à la France en faisant cadeau à cette île du kit "lois, decrets et mode de vie selon l'idéal de la Révolution Française"

méditerranée a écrit : Il s'est imaginé pouvoir inculquer les grandes idées de la Révolution Française à ces insulaires vivant depuis des siècles en harmonie avec l'Ordre des Chevaliers

C'est à ce moment que nos avis divergent. On ne peut tenir Bonaparte responsable de cette méthode typique du Directoire. Il n'était que le Général en chef, à ce moment là du pouvoir parisien.
méditerranée a écrit : Il prit des décrets concernant l'église en expulsant tous les religieux non originaires de l'île, dans le pays le plus catholique du monde (encore aujourd'hui 94 % de pratiquants)
Les églises furent d'ailleurs pillées par ses soldats.
Le port de la cocarde devint obligatoire pour tous
Le français devait être substitué à l'italien dans l'enseignement, lequel était bien entendu laïcisé.

Je ferai la même réponse qu'au dessus, il a appliqué à Malte la méthode d'assimilation que pronait le Directoire. N'oublions pas qu'en Italie, Bonaparte avait à peut prés réussis à arranger une paix civile dans les zones conquises en respectant notamment la religion et les croyances des gens. Il était trés pragmatique à ce sujet. Dés qu'il a eut le dos tourné, le Directoire à casser tout l'effet de la pax bonapartus ( :lol: ), en agissant comme ils ont agis à Malte.
Bonaparte n'a pas "régné" sur Malte, il s'est contenté de suivre les ordres et la doctrine de son gouvernement.


méditerranée a écrit : Dans ces conditions, il fallut peu de choses pour provoquer une insurrection.
Normal.
méditerranée a écrit : Un jour, l'annonce de la mise en vente d'objets provenant de couvents provoqua la révolte. Un capitaine ainsi qu'une soixantaine de soldats français furent massacrés.
La garnison dût s'enfermer dans l'enceinte fortifiée de La Valette et la ville fut assiégée de coté de la terre par les insurgés maltais et bloquée du coté de la mer par les vaisseaux anglais, siciliens, portugais russes et turcs.
Le 5 septembre 1800, la garnison, à court de vivres et après avoir épuisé toutes les possibilités de combat et de résistance, signa la capitulation avec le major général commandant les vaisseaux britanniques et alliés.

Je ne connaissais pas cette histoire mais elle en dit long sur le manque de psychologie, non pas de Bonaparte, mais de la France révolutionnaire dans son ensemble sur tout ce qui a trait à la religion.

A noter que Bonaparte, n'a jamais compris que les gens puissent s'attacher autant à la religion et aux pretres. La guerre d'Espagne en ait un autre exemple.

Mais encore une fois, la tentative d'assimillation de Malte est de la responsabilité du Directoire et non pas de Bonaparte qui s'est contenté d'appliquer les ordres et la méthode sans se soucier des conséquences. Son esprit était certainement déjà beaucoup plus loin, sur la route des Indes.
méditerranée a écrit : D'ailleurs, aujourd'hui encore, si vous allez passer vos vacances à Malte et si vous avez l'occasion de discuter avec des maltais, un conseil, ne leur parlez pas de Napoléon….

J'essaierai de m'en souvenir. :wink: . Je leur parlerai plutôt de leur equipe de foot :lol: .

Amicalement

Dalmatie "A mon avis, vous êtes Maltais..........."

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 24/02/2004 23:20

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 16:59

Bonjour,

Petit complément aux informations de Méditerranée :

Dès son arrivée à Malte, Bonaparte, tout en maintenant le libre exercice de la religion catholique et les privilèges des habitants et en assurant l’exécution des actes civils passés sous le gouvernement de l’ordre, se chargea effectivement de réorganiser l’île, par toute une série d’ordres :

-Prise de possession des biens de l’ordre de Malte (hormis les propriétés particulières) sur l’archipel au profit de la République ;
-Création d’une commission de gouvernement (neuf membres nommés par Bonaparte et sous le contrôle du général en chef) chargée de l’administration de l’archipel ;
-Réorganisation de la justice civile et criminelle sur le modèle français ;
-Création de cantons et de municipalités ;
-Réorganisation des troupes locales (garde nationale, compagnies de vétérans et de canonniers) ;
-Réorganisation de l’imposition, de l’entretien de la voirie et des fontaines, du mont-de-piété, de l’approvisionnement de l’île en grains, des hôpitaux, de la poste ;
-Création d’écoles primaires (enseignement du français, du calcul, du pilotage, et des principes de la morale et de la constitution française), d’une école centrale, d’un musée d’histoire naturelle et d’un jardin de botanique ;


Si l’arrivée des Français fit le bonheur des esclaves turcs et barbaresques qui furent libérés de leurs chaînes (bonheur tout relatif cependant puisque ces derniers furent maintenus comme prisonniers de guerre), et celui des Juifs à qui on offrait désormais protection, elle provoqua, chez les autres Maltais, des marques de résistance qui furent quasi immédiates et clairement affichées à partir de l’annonce du désastre d’Aboukir.
L’invasion apportait certes aux habitants l’égalité en droits, mais, dans le même temps, nombre de mesures nourrissaient leurs sentiments de révolte :

-Pillages opérés anarchiquement par la troupe lors de la prise de l’archipel ;
-Pillage des biens de l’ordre organisé par Bonaparte, ne laissant dans les lieux de culte que le strict nécessaire ;
-Obligation de porter la cocarde tricolore ;
-Désarmement général ;
-Obligation pour un certain nombre d’enfants issus des familles les plus riches de l’île de partir pour la France afin d’y faire leur éducation ou d’entrer dans la marine française ;
-Départ forcé de tout ecclésiastique (évêque excepté) non natif de l’île ; et mise en vente des biens ainsi vacants ;
-Limitation du nombre des couvents (un seul par ordre) ;
-Suppression des liens avec la papauté ;
-Suppression des fondations particulières, des couvents d’ordre séculier et corporations de pénitents, et des collégiales ;


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 25/02/2004 09:05

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 17:00

Dalmatie a écrit :Bonaparte n'a jamais eut beaucoup de psychologie envers les habitants de ses conquetes
Vous connaissez beaucoup de conquérants qui ont fait montre de beaucoup de psychologie à l'égard des habitants de leurs conquêtes ?
(A part Cortès qui ne serait jamais arrivé à rien s'il n'avait pas compris un minimum de psychologie de ses adversaires.)

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 25/02/2004 09:23

méditerranée

Message par méditerranée » 12 juil. 2015 17:00

Dalmatie a écrit :
On ne peut tenir Bonaparte responsable de cette méthode typique du Directoire. Il n'était que le Général en chef, à ce moment là du pouvoir parisien.
Mon cher Dalmatie,

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre façon de voir les choses.

Bonaparte n'a séjourné que 6 jours dans l'île de Malte.
Il y est arrivé le 12 juin 1798 au soir et en est reparti le 19 juin au matin vers l'Egypte.

Pendant ces six jours, il a passé l'essentiel de son temps à pondre des décrets dont nous avons eu quelques exemples dans les messages précédents.

Etant donné les moyens de communication de l'époque, il me semble improbable que ces décisions aient pu être directement dictées par Paris.
Je pense plutôt que pour lui, l'archipel maltais était un nouveau jouet avec lequel il a tenté de mettre en pratique les idées révolutionnaires qu'il avait en tête, peut être à titre de test en pensant à l'avenir

A son départ de l'île, il a laissé le pouvoir à un gouverneur général, le général Vaubois avec une garnison de 4000 hommes.
Il est aussi peu probable que Vaubois ait pris ses ordres à Paris. Bonaparte était son supérieur hiérarchique direct. Les instructions que Bonaparte a laissé au général Vaubois devaient concerner simplement la mise en ?uvre des innombrables décrets qu'il avait pris pendant ces six jours, au nom de la France.

Si vous avez une information fiable infirmant mon opinion, je ne pourrais que m'incliner, mes conclusions n'étant basées que sur des suppositions.

Dalmatie "A mon avis, vous êtes Maltais..........."
A mon avis, vous êtes Bonapartiste......

Amitiés

Posté sur le forum Pour l'Histoire par méditerranée le 25/02/2004 20:00

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 17:00

A mon avis, vous êtes Bonapartiste

Qu'est ce qu'un Bonapartiste selon vous???

Amicalement


Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 25/02/2004 20:18

méditerranée

Message par méditerranée » 12 juil. 2015 17:00

Qu'est ce qu'un Bonapartiste selon vous???
un partisan du bonapartisme

mais peut-être, FA8, avez vous une idée sur cette question ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par méditerranée le 25/02/2004 20:36

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 17:00

Bonaparte durant le peu de temps qu’il fut à Malte prit effectivement nombre de décisions importantes.
Cependant, certaines étaient bien vagues. Ainsi, le général en chef avait ordonné que le système judiciaire, l’imposition ou encore les hôpitaux soient réorganisés, mais n’avait rédigé aucun texte précis à cet égard.

La commission du gouvernement et le général Vaubois n’étaient donc pas seulement chargés de la mise en œuvre de toute la batterie d’ordres rendus par Bonaparte, mais aussi de l’élaboration de nombreux autres décrets.
Il convient également de noter qu’au côté de la commission du gouvernement, était le commissaire de la République française. Sans ce personnage, la commission n’était habilitée à la prise d’aucune décision et restait constamment sous son contrôle.

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 25/02/2004 21:04

FA8

Message par FA8 » 12 juil. 2015 17:00

mais peut-être, FA8, avez vous une idée sur cette question ?

Oui.

Amicalement


Posté sur le forum Pour l'Histoire par FA8 le 25/02/2004 22:18

Jean

Message par Jean » 12 juil. 2015 17:00

Et peut-on connaître cette idée ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean le 25/02/2004 23:06

Répondre