Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4655
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Italie : libération ou conquête ?

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:08

L'action de Napoléon en Italie semble davantage se rattacher aux vieux projets de la monarchie française de faire de l'Italie une dépendance de la France qu'à un souci de libération et d'unification du pays. N'est-il pas plus proche de Charles VIII, Louis XII et François Ier que de son neveu Napoléon III ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 20/08/2004 19:50

Cipriani

Message par Cipriani » 12 juil. 2015 18:08

mais au départ l'action de napoléon (bonaparte général) se déroule dans le cadre d'action militaire proposées par lui certes mais avalisées par la république française des directeurs pour aller chatouiller les plates-bandes de l'autriche alliée de l'angleterre intouchable du fait de sa situation géographique

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Cipriani le 23/08/2004 09:04

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4655
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:09

La campagne d'Italie était avant tout une opération de diversion. Le Directoire considérait que le terrain d'opérations le plus important contre l'Autriche était celui de l'armée du Rhin. Ce sont les succès inattendus de Bonaparte en Italie qui ont amené à donner à cette campagne une plus grande importance.
Il semblerait également que la mise en place de républiques soeurs en Italie serait une initiative du général Bonaparte. De la même façon, c'est lui qui aurait pris l'initiative du traité de Campo-Formio sans en référer directement au Directoire. Dans un premier temps, les Autrichiens n'auraient rien voulu entendre et auraient voulu traiter directement avec le gouvernement français, mais celui-ci n'aurait pas donné suite, comptant sur les succès remportés par Moreau en Allemagne pour obtenir des conditions plus exigeantes que celles que Bonaparte proposait. Les Autrichiens se seraient alors tournés vers Bonaparte.
Faire de Bonaparte dans cette campagne un simple instrument de la République n'est donc probablement pas juste, comme il est peu crédible d'affirmer comme le fait Roger Caratini que Bonaparte n'aurait fait qu'exécuter à la lettre des plans établis par Carnot auquel devraient revenir tous les mérites de ces victoires. :napofou:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 23/08/2004 09:37

Répondre