Page 2 sur 4

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Drouet cyril
"[Napoléon] avait été vaincu dans une guerre légitime dirigée contre lui. il était donc loisible au gouvernement anglais de le traiter comme prisonnier de guerre aussi longtemps qu'il serait necessaire et d'éviter ainsi les dangers de sa remise en liberté." (rapport de lord Eldon)

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 24/09/2004 19:20

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Frédéric Staps
N'est-ce pas un "mensonge grossier" destiné à justifier une décision quelque peu contestable ? :wink:
Pourquoi un prisonnier de guerre ne bénéficierait-il pas des mêmes garanties qu'un vulgaire criminel ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 24/09/2004 21:09

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Drouet cyril
"Pourquoi un prisonnier de guerre ne bénéficierait-il pas des mêmes garanties qu'un vulgaire criminel ?"

L'Habeas corpus était ainsi fait...

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 24/09/2004 21:27

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Jean-Yves
Patton a écrit:
Au fait, votre citation m'intrigue, ne serait-elle pas extraite d'Asterix et le Chaudron?
Staps a répondu
Oui, c'est extrait de cet album. Il faut lire le dialogue qui précède pour que ça ait un sens.
J'ai l'album sous les yeux, voici le dialogue : "Retournes dans le village, obélix. Tu n'as pas à me suivre ; je suis banni ! "Tu es banni ? Eh bien nous bannirons ensemble !" "Mooon Obélix§" "Tu croyais vraiment que j'allais te laisser bannir tout seul ? Mais sans idéfix et moi tu ne bannirais pas loin!"
Lorsque l'on sait que Staps a été banni du forum d'Albert, on comprend l'allusion. Ais-je bien deviné ? :?:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Yves le 24/09/2004 21:28

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Frédéric Staps
Jean-Yves a écrit :Lorsque l'on sait que Staps a été banni du forum d'Albert, on comprend l'allusion. Ais-je bien deviné ? :?:
En grande partie, mais il manque encore un petit détail. Peut-être quelqu'un pourra-t-il nous fournir ce petit complément d'information ? Je préfèrerais que ce soit lui qui s'en charge car sans lui, ça ne me serait jamais venu à l'idée. Rendons à César ce qui est à César.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 24/09/2004 21:37

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Jean-Yves
Staps a dit :
Rendons à César ce qui est à César.
"Mais non ! Qu'allez-vous croire là ?...Je suis césar mais je suis pas Jules ! Je suis césar Labeldecadix, le patron de la taverne des Nautes!" (le tour de Gaule)
Blague à part, je sais que d'autres de ce forum ont également été banni, certains un temps, d'autres définitivement, du site d'Albert, ce qui expliquerait "nous bannirons ensemble", mais est-ce vraiment en rapport avec la citation ? :?: Je n'en suis pas sûr, si ce n'est pas celà je donne ma langue au Staps.
:wink:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Yves le 24/09/2004 21:56

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Frédéric
Dans l'album d'Astérix et le chaudron, Obélix a t'il été lui même banni? :wink:

Je ne le pense pas, mais il accompagne Astérix pour des raisons qui lui sont propres. A vous de voir... :D

Cordialement

Frédéric

P.S. : hé oui, ce n'est pas César, mais il faudra faire avec. chinois.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric le 25/09/2004 06:23

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Frédéric Staps
Frédéric a écrit :P.S. : hé oui, ce n'est pas César, mais il faudra faire avec. chinois.gif
Il y a quand même quelques kaisers qui se prénomment Frédéric : le fameux Barberousse qui prenait des bains avec son armure et l'antéchrist Frédéric II à ne pas confondre avec son homonyme le fameux roi de Prusse pour lequel on fait la guerre.
Image
Image

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 25/09/2004 07:08

esprit de camaraderie ?

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Jean-Yves
Durant la nuit, j'ai songé que ce dialogue prouvait l'amitié qui réunit les deux héros, et, je me suis dit que, lorsqu'il a crée son forum, Staps avait peut-être espéré que les conversations qui s'y tiendraient auraient lieu dans un esprit de bonne camaraderie. :idea:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Yves le 25/09/2004 07:51

Posté : 12 juil. 2015 18:16
par Frédéric Staps
Jean-Yves a écrit :Durant la nuit, j'ai songé que ce dialogue prouvait l'amitié qui réunit les deux héros, et, je me suis dit que, lorsqu'il a crée son forum, Staps avait peut-être espéré que les conversations qui s'y tiendraient auraient lieu dans un esprit de bonne camaraderie. :idea:
Bien vu. accord.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 25/09/2004 09:05

Posté : 12 juil. 2015 18:17
par Dalmatie
Bonjour à tous,

Une petite question qui risque de sembler bien terre à terre :

Quand vous évoquez un éventuel procés de Napoléon, vous pensez toujours à un procés devant une "cour internationale". Mais, en restant dans l'esprit du droit et hors de toute considération politique, la pouvoir Royal n'avait-il pas les moyens légaux, en se référant à la charte, d'organiser le procés de Napoléon tout comme il l'a fait pour Ney, Labedoyere ect.........

Aprés tout, vis à vis de la charte, le coup du vol de l'aigle ressemble fortement à un coup d'état, non ?

Je ne sais pas si le crime de lèse majesté existait toujours à cette époque, mais il y avait peut être à ce niveau là un pretexte pour faire le procés de Napoléon.

Tout ceci, je le repete, est à discuter au niveau du droit car, il est evident d'un point de vue politique que le pouvoir instable de Louis XVIII ne pouvait pas se payer le luxe d'un procés tel que celui là. Il n'y a qu'à voir le trouble qui est sorti du procés et de l'execution du Maréchal Ney.

Amicalement

Dalmatie "idefix....."

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 25/09/2004 09:07

Posté : 12 juil. 2015 18:17
par Frédéric Staps
Dalmatie a écrit :Quand vous évoquez un éventuel procés de Napoléon, vous pensez toujours à un procés devant une "cour internationale".
Pas uniquement. Ma question de départ s'appliquait davantage à un recours auprès d'une cour de justice anglaise pour contester l'exil à Sainte-Hélène. L'idée d'une cour internationale en 1815 semble par contre assez anachronique. Il est déjà très difficile d'en faire fonctionner une de nos jours, à l'époque, cela aurait probablement été impossible, ne serait-ce que parce qu'il n'existait aucune loi internationale reconnue.
Dalmatie a écrit :Mais, en restant dans l'esprit du droit et hors de toute considération politique, la pouvoir Royal n'avait-il pas les moyens légaux, en se référant à la charte, d'organiser le procés de Napoléon tout comme il l'a fait pour Ney, Labedoyere ect.........

Aprés tout, vis à vis de la charte, le coup du vol de l'aigle ressemble fortement à un coup d'état, non ?
Il ne fait pas de doute que la France aurait pu faire un procès à Napoléon. En toute légalité ou en toute illégalité, peu importe. Elle en avait déjà fait un à Louis XVI. Et comme dans ce cas, le verdict aurait été connu d'avance. Mais les Bourbons pouvaient difficilement appliquer à Napoléon ce qu'on avait appliqué à l'un des leurs sans donner une certaine légitimité à ce premier procès qu'ils rejetaient catégoriquement. Il y avait donc bien de puissantes raisons politiques qui s'opposaient à la tenue d'un tel procès et pas uniquement le risque d'une désapprobation de ce procès par une grande partie de la population.
Dalmatie a écrit :Je ne sais pas si le crime de lèse majesté existait toujours à cette époque, mais il y avait peut être à ce niveau là un pretexte pour faire le procés de Napoléon.
On peut très certainement trouver dans le code pénal de Napoléon une base juridique pour condamner Napoléon lui-même. En faisant rédiger ce code pénal, il n'avait pas laissé de porte ouverte pour un renversement légitime de son pouvoir.
Dalmatie a écrit :Tout ceci, je le repete, est à discuter au niveau du droit car, il est evident d'un point de vue politique que le pouvoir instable de Louis XVIII ne pouvait pas se payer le luxe d'un procés tel que celui là. Il n'y a qu'à voir le trouble qui est sorti du procés et de l'execution du Maréchal Ney.
Quelle a été l'ampleur réelle de ce trouble ? A part quelques couacs parce que certains des juges choisis n'ont pas cautionné cette condamnation, y a-t-il eu des mouvements de protestation contre cette condamnation ?
Dalmatie a écrit :"idefix....."
Combien de temps Obélix va-t-il encore traîner ce clebs dans nos aventures ? :roll: Je lui dis pourtant chaque fois de ne pas le prendre parce qu'il est trop PETIT !!! :x

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 25/09/2004 09:28

Tout de même

Posté : 12 juil. 2015 18:17
par Frédéric
C'est tout de même lui qui nous a sorti de la pyramide :wink:

Cordialement

Frédéric

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric le 25/09/2004 09:36

Posté : 12 juil. 2015 18:17
par Frédéric Staps
Bon ok, ça va, j'ai compris. La prochaine fois, je prends seulement Idéfix et Obélix reste à la maison. Qu'est-ce que ce sera cool ! join.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 25/09/2004 10:17

Posté : 12 juil. 2015 18:17
par Dalmatie
Frédéric Staps a écrit :Pas uniquement. Ma question de départ s'appliquait davantage à un recours auprès d'une cour de justice anglaise pour contester l'exil à Sainte-Hélène.
Il y eut une tentative de la part de certains Anglais pour empecher le départ de Napoléon vers sainte-Helenne :

Extrait de la relation du capitaine Maitland paru en France en 1826
4 aout

Les canots de garde furent envoyés devant nous pour nous remarquer ; mais ayant observé un homme à mine suspecte qui s'approchait du vaisseau dans une petite barque, j'ordonnai à un des canots de revenir derrière le vaisseau, de s'y maintenir et de ne permettre, sous aucun prétexte, à un bateau venant de terre de nous approcher.

L'homme en question se trouvait être l'homme de loi dont lord Keith m'avait parlé. Il n'était pas porteur d'un Habeas corpus, mais d'un sub paena pour que Bonaparte se présentat, comme témoin, dans un procés, devant la cour du banc du Rois. Toutefois, il n'en put venir à ses fins, par ce que Lord Keith l'esquiva et se rendit à bord du Prometheus, au large de Ramehead, où sa seigneurie demeura jusqu'à ce que le Tonnant l'eût rejoint ; tandis que de l'autre coté, le canot de la garde e^mpêcha le suppôt de Thémis d'approcher assez du bellerophon pour me signifier son acte.
Question de profane, qu'est ce qu'un Habeas corpus et un sub paena ?

L'idée d'une cour internationale en 1815 semble par contre assez anachronique. Il est déjà très difficile d'en faire fonctionner une de nos jours, à l'époque, cela aurait probablement été impossible, ne serait-ce que parce qu'il n'existait aucune loi internationale reconnue.
Voilà pourquoi j'avais enrobé ma cour internationale de guillemets...... :o
Quelle a été l'ampleur réelle de ce trouble ? A part quelques couacs parce que certains des juges choisis n'ont pas cautionné cette condamnation, y a-t-il eu des mouvements de protestation contre cette condamnation ?
Apparement aucun mouvement de protestation sur le coup. Mais un poison agissant sur le long terme qui allait peser sur la Restauration.


Amicalement

Dalmatie "Bien sur, si Môssieur n'aime pas les petits.................. :grommit: "

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 25/09/2004 11:34