Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
Wellington

La Suisse et Napoléon

Message par Wellington » 12 juil. 2015 18:38

Après l'échec de la République Helvétique mise en place suite à l'intervention des révolutionnaires français , la discorde civile règnait en Suisse , entre unitaristes et fédéralistes .
Le Premier Consul va convoquer à Paris des représentants des deux partis , et par un travail en commissions , élaborer l'Acte deMédiation qui sera proclamé le 19 février 1803 .
C'est au fonds la restitution aux Suisses de leur indépendance pour l'essentiel , et une formule de compromis qui maintient l'abolition des privilèges de l'Ancien Régime .
Toutefois la Susse restait un état-vassal . Bonaparte avait déclaré :" Il faut que la Suisse , toute-puissante chez elle pour tout ce qui la regarde , ne le soit pas pour ce qui regarde la France ."
Cela représentait pour les Suisses un tel progrès par rapport à la situation antérieure , que les choses se pasèrent plutôt bien par la suite,
ces braves Suisses allant jusqu'à se faire massacrer pour l'Empereur
( mais en nombre restreint ) en particulier au passage de la Bérézina...
Pendant ce temps , Madame de Staël , fille du banquier genevois Necker ,
réunissait dans son château de Coppet les opposants libéraux à Napoléon ...
Donc içi Bonaparte peut compter une réussite politique à son actif , qui contraste avec le recours habituel aux armes qui jalonne sa carrière .
S'il avait fait la même chose en Espagne , la face du monde eut-elle été changée ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Wellington le 27/04/2005 06:15

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4664
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:38

Dans l'article qu'il consacre à la Suisse dans le Dictionnaire Napoléon, André Palluel-Guillard ne semble pas partager entièrement votre vision optimiste des choses.
http://www.pourlhistoire.info/Forum/viewtopic.php?t=336
Il écrit notamment :
Machiavéliquement, il [Bonaparte] retire ses troupes en août 1802, ce qui provoque inévitablement une guerre civile.
Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 27/04/2005 10:32

Wellington

Message par Wellington » 12 juil. 2015 18:38

Votre problème est d'enfoncer une fois de plus le clou dans le personnagede Napoléon . Et donc de chercher un texte qui va dans ce sens .
Même s'il fut mon ennemi et me donna du fil à retordre , mon sens de
l'équité ne me permet pas de vous suivre sur ce terrain à tous les coups .
Il est évident que par rapport à ses excès commis ailleurs , le traitement de la Suisse témoigna d'une plus grande intelligence politique , et fut d'ailleurs suivi d'une meilleure acceptation et d'un moins mauvais souvenir par lers populations . Encore à l'heure actuelle des voix s'élèvent pour lui reconnaître une contribution positive à l'histoire de la Suisse et de ces institutions .


" L'Acte de Médiation de 1803 ouvrit, au sortir des luttes civiles et de la guerre, au moins jusqu'en 1813, une période de repos qui permit l'assimilation des idées nouvelles. Ainsi fut assurée la transition vers l'Etat fédéraliste moderne de 1848.

Les grandes réformes du XIXème siècle, de l'Egypte à l'Allemagne, sont filles de Napoléon et la Suisse ne fait pas exception. Aucun pays d'Europe n'échappe pas à l'empreinte napoléonienne ; un autre monde devait sortir de l'épopée impériale."

Pour une vision plus nuancée , j'ai cité à partir de :



http://www.senat.fr/evenement/acte_medi ... ulard.html

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Wellington le 27/04/2005 11:25

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4664
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:38

Wellington a écrit :Votre problème est d'enfoncer une fois de plus le clou dans le personnagede Napoléon .
Je vous ai déjà demandé de ne plus passer votre temps à essayer de comprendre quelles sont les motivations qui me font poster tel ou tel texte. Je les connais mieux que vous et elles n'intéressent personne.
Wellington a écrit :Et donc de chercher un texte qui va dans ce sens .
Je n'ai pas cherché de texte qui allait en ce sens. Je connaissais tout simplement le texte de cet article puisque j'avais posté bien avant vous un texte sur "Napoléon et la Confédération helvétique" dont je vous ai donné le lien dans mon message précédent et qui s'inspirait essentiellement de cet article.
Wellington a écrit :Même s'il fut mon ennemi et me donna du fil à retordre , mon sens de l'équité ne me permet pas de vous suivre sur ce terrain à tous les coups .
Et votre habitude de vouloir cataloguer hâtivement les gens vous a empêché de comprendre ce que je vous avais écrit naguère à propos de William Pitt alors que j'avais pourtant annoncé que j'entrais dans le rôle du "meilleur avocat de Napoléon".
Wellington a écrit :le traitement de la Suisse témoigna d'une plus grande intelligence politique
La phrase que j'ai citée où il était question de "machiavélisme" ne disait rien d'autre.
Wellington a écrit :Encore à l'heure actuelle des voix s'élèvent pour lui reconnaître une contribution positive à l'histoire de la Suisse et de ces institutions .
Il faut croire qu'avec Napoléon, on en revient toujours là : distribuer des bons et des mauvais points. Quand pourra-t-on sortir de là et enfin faire de l'histoire ? :cry:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 27/04/2005 12:04

Wellington

Message par Wellington » 12 juil. 2015 18:38

Frédéric Staps a écrit :
Wellington a écrit :le traitement de la Suisse témoigna d'une plus grande intelligence politique
La phrase que j'ai citée où il était question de "machiavélisme" ne disait rien d'autre.
En partant de points de vue angéliques , il est normal qu'on considère l'intelligence politique comme machiavélique....

Wellington a écrit :Encore à l'heure actuelle des voix s'élèvent pour lui reconnaître une contribution positive à l'histoire de la Suisse et de ces institutions .
Il faut croire qu'avec Napoléon, on en revient toujours là : distribuer des bons et des mauvais points. Quand pourra-t-on sortir de là et enfin faire de l'histoire ? :cry:
Mais il faudra toujours que les premières démarches soient descriptives ,
et classent les données et les faits sous forme d'inventaire...du bon et du mauvais.
Et que l'instruction soit menée à charge ...et à décharge !

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Wellington le 27/04/2005 12:25

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4664
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:39

Wellington a écrit :En partant de points de vue angéliques , il est normal qu'on considère l'intelligence politique comme machiavélique....
C'est aussi un point de vue assez historique. Faire remonter à Niccolo Machiavelli la pensée politique moderne (par opposition à la pensée politique médiévale) est loin d'être une absurdité. Il est certain que le terme "machiavélique" a une connotation assez péjorative qui le ferait confondre avec "diabolique", mais c'est un peu inévitable pour un auteur qui, à l'époque où le théocentrisme était encore de mise, a décidé de penser la politique sans référence à Dieu.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 27/04/2005 12:42

hassepons
Messages : 6
Enregistré le : 26 juil. 2015 4:54

Message par hassepons » 27 juil. 2015 5:23

D'accord, tu as raison. C'est ca. etui iphone 6s coque galaxy note 5

Répondre