Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
docteur philippe

Les cent jours

Message par docteur philippe » 12 juil. 2015 19:22

Quelqu'un peut il me dire quelle etait l'etat d'esprit, l'ambiance qui a regné en FRANCEà partir du 20 mars 1815 jour de l'arrivée de NAPOLEON aux Tuileries et son evolution jusqu'à Waterloo.....?

Faut il imaginer quelque chose de comparable à la liberation de Paris en 1944.Un fleuve de joie, une euphorie ou bien une reaction plus mitigée de la population, plus attentiste, se demandant "comment ça allait tourner",peut etre faite d'un melange de joie ou d'anxieté en sentant les nuages qui s'accumulaient...?

Le 20 mars c'est la liesse generale mais pour qui? Et ensuite l'euphorie retombe......? Et si oui à partir de quand?

Les francais sont ils parti à Waterloo la fleur au fusil, moral au beau fixe ou bien sentant qu'ils allaient mourir peut etre ...pour rien!

Cordialement

Posté sur le forum Pour l'Histoire par docteur philippe le 26/08/2005 15:07

Avatar du membre
Patton
Commandant de la IIIe Armée.
Messages : 53
Enregistré le : 07 juin 2006 19:26
Localisation : Strasbourg
Contact :

conseil

Message par Patton » 12 juil. 2015 19:22

Une excellente lecture : les Cent-Jours ou l'esprit de sacrifice par Dominique de Villepin.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Patton le 26/08/2005 15:18

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4635
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:22

A la lecture du livre de Dominique de Villepin sur les Cent Jours, l'impression qui ressort, c'est que l'état de grâce qui avait porté Napoléon à Paris retombe dès son arrivée dans la capitale. Si liesse populaire il y a eu, c'est sur la route de Golfe Juan à Paris, mais à Paris même, l'accueil est beaucoup plus réservé et le soir du 20 mars quand Napoléon se retrouve seul dans sa chambre des Tuileries, il doit déjà redescendre sur terre et prendre conscience que la bourgeoisie parisienne n'est pas forcément heureuse de le voir revenir. Or comme il se refusera à réveiller l'esprit révolutionnaire et à devenir "le roi de la jacquerie", il prend sans doute déjà conscience de sa solitude.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 26/08/2005 15:25

docteur philippe

Message par docteur philippe » 12 juil. 2015 19:23

Merci....d'autres avis sur la question?...

Merci d'avance...

Posté sur le forum Pour l'Histoire par docteur philippe le 26/08/2005 16:01

Répondre