Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Les maréchaux et les 100 jours

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 19:23

Bonjour,

Il serait interressant de savoir en quels termes les Maréchaux ont acceptés ou non de servir Napoléon pendant les 100 jours et quelles fut la réponse de Napoléon.

Ainsi, pour la Maréchal Moncey :

Il adresse le 22 mars une lettre à Napoléon. Il désire ce retirer de la vie publique et aller vivre dans sa propriété de Franche-Comté.
... Vous êtes mon bienfaiteur, Sire, et ma reconnaissance est éternelle; je ne quitterai donc pas la France où vous revenez; mais je ne saurais vous servir, car ma conscience est liée par un serment.
Em même temps, il "confie" à Napoléon, son fils, Colonel du Dauphin hussards, qui accepte, lui, de servir l'Empereur.

Réponse de Napoléon :
Mon Cousin,
J'ai reçu votre lettre du 22. Je crois à la sincérité des sentiments que vous m'exprimez, car je connais depuis longtemps votre caractère. J'appouve que vous vous retiriez à votre campagne. Votre fils, que j'ai élevé dés son jeune age, peut compter qu'il trouvera en moi un second père. Dans toutes les circonstances, vous pouvez compter sur mon désir de vous être utile et agréable.
Sources : Le Maréchal Moncey par le Colonel Molières - Editions Le Livre Chez Vous.

Et Voilà, au suivant.....

Amicalement

Dalmatie "Moncey était un honnête homme - Napoléon à Sainte-helene"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 02/10/2005 16:34

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:23

Bonsoir,

Ney, 14 mars, Lons-le-Saulnier :

"Officiers, sous-officiers, soldats !
La cause des Bourbons est à jamais perdue ! La dynastie légitime que la nation a adoptée va remonter sur le trône : c'est à l'empereur Napoléon, notre souverain, qu'il appartient seul de régner sur notre beau pays ! Que la noblesse des Bourbons prenne le parti de s'expatrier encore, ou qu'elle consente à vivre au milieu de nous, que nous importe ? La cause sacrée de la liberté et notre indépendance ne souffrira plus de leur funeste influence. Ils ont voulu avilir notre gloire militaire ; mais ils se sont trompés ; cette gloire est le fruit de trop nobles travaux, pour que nous puissions jamais en perdre le souvenir.
Soldats ! Les temps ne sont plus où l'on gouvernait les peuples en étouffant tous leurs droits ! La liberté triomphe enfin, et Napoléon, notre auguste empereur, va l'affermir !
Que tous les braves que j'ai l'honneur de commander se pénètrent bien de cette grande vérité !
Soldats ! je vous ai souvent menés à la victoire, maintenant je ceux vous conduire à cette phalange immortelle, que l'empereur Napoléon conduit à Paris et qui y sera sous peu de jours ; et là, notre espérance et notre bonheur seront à jamais réalisé. Vive l'empereur !"


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 02/10/2005 18:28

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:23

La déclaration de Ney à Lons-le-Saunier peut-elle vraiment être présentée hors de tout contexte ? Ceux qui l'avaient entendu promettre quelques jours plus tôt qu'il ramènerait Napoléon dans une cage de fer pouvaient-ils croire à la parfaite sincérité de ces paroles ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 02/10/2005 21:55

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 19:23

Il s'agit tout de même d'une pièce officielle ou ney fait allegeance à Napoléon.

D'autres part, si on en croit Heymes (je n'ai pas le texte sous les yeux), il me semble que les gragnards étaient plutot content de voir le "rougeaux" parmis eux.

Ney restant ayant tout de même gardé le "capital confiance" qu'il avait acquis lors de la campagne de Russie.

Amicalement

Dalmatie "en direct live de Macon..."

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 03/10/2005 16:18

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:23

Bonsoir,

"Ceux qui l'avaient entendu promettre quelques jours plus tôt qu'il ramènerait Napoléon dans une cage de fer pouvaient-ils croire à la parfaite sincérité de ces paroles ?"

Entre la "cage de fer" des Tuileries et le "vive l'empereur" de Lons, bien de l'eau a coulé sous les ponts, et l'aventurier est devenu prince à mesure que les villes tombaient et que sa troupe grossissait au contact des régiments chargés de s'opposer à sa marche.
La proclamation provoqua l'euphorie dans les rangs. Sans doute, en plus, bien sûr, d'être à présent certains que l'on ne marcherait pas contre l'Empereur, se réjouissait-on du revirement du Brave des braves ? Sans doute certains doutèrent de la sincèrité d'une position si diamètralement opposée à celle tenue jusque là ? Mais l'heure n'était plus aux questionnements relativement aux tergiversations du maréchal et la nuit fut bigrement arrosée.

Parallèlement, la proclamation fit grincer les dents de bien des officiers au premier rang desquels on peut citer Bourmont, Lecourbe, ou encore les généraux Delort et Jarry.


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 03/10/2005 16:30

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:23

J'ai finalement fort mal formulé ma question. Je ne me souciais en fait guère de savoir si on pouvait croire ou non à la sincérité de Ney. Je voulais plutôt souligner que prise hors de tout contexte, la proclamation de Ney n'avait pas le même sens que si on la resitue comme l'étape essentielle d'une évolution. En lisant ce seul texte et en faisant abstraction de ce que je savais, il m'est apparu que le reproche souvent formulé de citer un texte hors contexte au risque d'en altérer le sens n'était pas toujours dépourvu de fondements. A la lecture du message ne reprenant que la déclaration de Lons-le-Saunier, quelqu'un qui ne saurait rien des hésitations de Ney pourrait croire qu'il en est arrivé là dès l'annonce du retour de Napoléon.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 03/10/2005 20:52

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:23

Oudinot
"Je ne servirai personne, Sire, puisque je ne vous servirai pas."

Davout
"Sire, je n'ai qu'une réponse à faire j'accepte le ministère."


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 03/10/2005 21:22

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:23

Bonjour,

Victor, 10 mars 1815.

« L’ordonnance du roi et la proclamation de Sa Majesté, du 6 de ce mois, annoncent aux Français le nouvel attentat de Bonaparte à la paix et au bonheur dont ils jouissent sous le gouvernement paternel de leur souverain légitime et justement chéri ; mais elles annoncent en même temps le châtiment prochain de ce nouveau crime. Déjà nos troupes sont à la poursuite de son auteur, et tout doit faire espérer qu’il touche au terme de sa funeste existence. Cependant si cette espérance était un instant déçue, si les desseins perfides de Bonaparte trouvaient des partisans assez nombreux pour en seconder l’exécution, quel est l’homme d’honneur qui hésiterait à les combattre ? Tous les Français seront donc prêts, s’il le faut, à repousser leur ennemi : car c’est l’homme qui a tyrannisé, désolé et trahi la France pendant douze ans qu’il faudrait poursuivre, ainsi que ses satellites qui l’assisteraient dans ses brigandages ; c’est l’honneur national, le roi, la charte constitutionnelle, la patrie enfin qu’il faudrait défendre. Soldats, vos sentiments me sont connus, et si nous sommes appelés à concourir à la destruction des factieux, nous remplirons nos devoirs, nos serments, et notre auguste et bon roi sera satisfait. »


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 07/10/2005 04:57

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:23

Voici ce que Jacques Garnier écrit à propos de MacDonald dans le Dictionnaire Napoléon :
Au retour de Napoléon, il accompagne Louis XVIII à la frontière et revient à Paris où il s'engage comme simple grenadier dans la Garde nationale.
Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 07/10/2005 06:47

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:24

Murat, 14 mars :

"Sire ! Je n'ai jamais cessé d'être votre ami. J'attendais seulement une occasion favorable. Elle est arrivée et c'est maintenant que je vais vous prouver que je vous fus toujours dévoué."

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 07/10/2005 16:46

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:24

Bernadotte, le 13 mars 1815 (par son représentant à Vienne, Laemenhel) :

"Les puissances qui ont signé le traité de Paris, réunies au congrès à Vienne, informées de l'évasion de Napoléon Buonaparte, et de son entrée à main armée en France doivent à leurs propres dignités et à l'intérêt de l'ordre social, une déclaration solennelle des sentiments que cet événement leur a fait éprouver.

En rompant ainsi la convention qui l'avait établi à l'île d'Elbe, Buonaparte détracte le seul titre légal auquel son existence se trouvait attachée, en reparaissant en France avec des projets de trouble et de bouleversement, il s'est privé lui-même de la protection des lois, et a manifesté, à la face de l'univers, qu'il ne saurait y avoir ni paix ni trêve avec lui.

Les puissances déclarent en conséquence que Napoléon Buonaparte s'est placé hors des relations civiles et sociales, et que, comme ennemi et perturbateur du repos du monde, il s'est livré à la vindicte publique.

Elles déclarent en même temps que, fermement résolues de maintenir intact le traité de Paris, du 30 mai 1814, et les dispositions sanctionnées par ce traité et celles qu'elles ont arrêtées ou qu'elles arrêteront encore pour le compléter et le consolider, elles emploieront tous leurs moyens et réuniront tous leurs efforts pour que la paix générale, objet des vœux de l'Europe et but constant de leurs travaux, ne soit pas troublée de nouveau, et pour la garantir de tout attentat qui menacerait de replonger les peuples dans les désordres et les malheurs des révolutions.

Et quoique entièrement persuadés que la France entière, se ralliant autour de son souverain légitime, fera incessamment rentrer dans le néant cette dernière tentative d'un délire criminel et impuissant, tous les souverains de l'Europe, animés des mêmes sentiments et guidés par les mêmes principes, déclarent que, si contre tout calcul il pouvait résulter de cet événement un danger réel quelconque, ils seraient prêts à donner au roi de France et à la nation française, ou à tout autre gouvernement attaqué, dès que la demande en serait formée, les secours nécessaires pour rétablir la tranquillité publique, et à faire cause commune contre tous ceux qui entreprendraient de la compromettre."


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 08/10/2005 05:03

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:24

Masséna (14 avril) :
"Je ne puis dissimuler à Votre Majesté combien j'ambitionne l'honneur de la revoir pour l'assurer de mon dévouement sans bornes."

Comme Ney, il avait aussi d'autres propos alors que l'exilé elbois n'était encore qu'un "aventurier" :

"Vous pouvez compter sur mon zèle et mon dévouement. J'ai juré fidélité à notre roi légitime. Je ne dévierai jamais du chemin de l'honneur. Je suis prêt à verser tout mon sang pour le soutien du trône." (proclamation du 3 mars)


Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 15/10/2005 14:09

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:24

Je croyais que Masséna était en semi-disgrâce à la fin de l'Empire.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 15/10/2005 14:50

Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1124
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 19:24

Oui, c'est vrai.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 15/10/2005 15:14

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 19:24

Dans ce cas, quel est le but poursuivi par Masséna ? Espérait-il un retour en grâce ? N'avait-il aucune conscience du caractère désespéré de la tentative de Napoléon ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 15/10/2005 15:29

Répondre