Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Bric a brac consulaire

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 21:48

Bonjour à tous,

Quelques réflexions sur le consulat et Bonaparte :


Bonaparte a réussi l’exploit de recoller la société Française qui s’était complètement déchiré après le séisme Révolutionnaire. En se débarrassant des extrémistes de tout camps, en facilitant la rentrée des émigrés, en signant le concordat, en garantissant l’achat des biens nationaux, en réorganisant l’administration, le système fiscal et l’éducation Nationale, il a permis aux Français de repartir vers l’avant en les « remettant au travail ».

Certes, contrairement à certaines idées reçues, il n’a pas inventé grand chose, la plupart de ses grands projets, datent du Directoire, mais il a sut en peu de temps organiser, ordonner, et rendre possible de belles idées que les Directeurs avaient été incapable de mettre en pratique notamment à cause d’une constitution on ne peut plus boiteuse. Il s’est entouré de spécialiste et a managé son équipe comme un chef d’Entreprise.



Pour arriver à ses fins, il a dut juguler toute opposition et affermir le régime. En limitant la liberté d’expression et en développant une police hyper puissante aux mains du terrible Fouché et un système éducatif très tendancieux il a put imposer ses idées.

Il a surtout réussi à faire la paix avec l’Europe en signant la paix d’Amiens. Paix d’Amiens qui était tellement fragile qu’on aurait put l’appeler l’armistice d’Amiens. A celui qui joue au plus fin, ce fut l’Angleterre qui craqua la première et qui brisa cette paix fragile car conclue avec énormément d’arrières pensées et d’hypocrisie de la part des deux camps.

Le premier consul a donc put réussir en misant sur l’Egalité et en confiscant une grande partie de leur liberté à des Français qui lui tendaient les bras. Mais, les deux camps qu’il a réconcilié ne tarderont pas, quelques années plus tard, à s’entendre pour se débarrasser de lui et retrouver ainsi leur liberté chérie.

Bonaparte pensait que les Français se moquaient bien de la liberté du moment que l’ordre public, la sécurité et l’égalité étaient assurées. Les divers plèbicites semblaient lui donner raison
Un peu comme ce vieil ivrogne de Renaud qui nous chantait à propos d’un certains moi de mai :
« je me souviens surtout de ces moutons, effrayés par la liberté, s’en allant voter par millions pour l’ordre et la sécurité »
Bonaparte a réussi à construire son œuvre mais n’a pas su l’affermir, il est devenu équilibriste. Il aurait put réussir si une certaine ambition personnelle ne l’avait poussé à se renier lui même et à casser la plupart des jouets qu'il avait construit.

amicalement

Dalmatie "j'ai la grippe"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 20/12/2003 15:06

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Fouché, garant de certaines libertés

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 21:48

Dalmatie a écrit :en développant une police hyper puissante aux mains du terrible Fouché
La puissance de la police de Fouché ne relève-t-elle pas en partie de la légende ? Fouché ne tempérait-il d'ailleurs pas en partie la terreur exercée par cette police ?
Ce que son successeur, le fidèle parmi les fidèles, Savary duc de Rovigo ne fera plus en appliquant avec brutalité (mais aussi une certaine maladresse) des mesures de police plus restrictives.

Staps "désolé d'avoir baclé ce texte parce qu'il devait disputer son clavier avec son fils"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 20/12/2003 15:57

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

Re: Fouché, garant de certaines libertés

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 21:48

Frédéric Staps a écrit :La puissance de la police de Fouché ne relève-t-elle pas en partie de la légende ? Fouché ne tempérait-il d'ailleurs pas en partie la terreur exercée par cette police ?

Je pense que c'est l'outil qui était puissant. Surtout dans les mains de Fouché. Il a fait son boulot de renseignement, a éventé la plupart des complots, a "terrorisé les terroristes" comme dirait Pasqua. Je pense qu'il est trés exagéré de parler de terreur exercé par la police, disons plutôt qu'elle exercait une politique d'intimidation donc de prévention qui lui a évité de sombrer dans la répression aveugle. Evidemment,tout est relatif, je n'ai pas voulu dire que Fouché etait un ange et que la police était une bande de gentil garde champêtre.
Frédéric Staps a écrit : Ce que son successeur, le fidèle parmi les fidèles, Savary duc de Rovigo ne fera plus en appliquant avec brutalité (mais aussi une certaine maladresse) des mesures de police plus restrictives.

C'est tout à fait ça. Savary, le séïde, se contenta d'appliquer à la lettre les recommandations du chef avec, comme vous le dites, brutalité et surtout sans discernement. Il a certainement couté à Napoléon certains soutiens républicain alors que les complots royalistes se passaient sous son nez sans qu'il ne s'en aperçoive. Faut dire que c'était l'époque ou Napoléon petit à petit devint un brin réactionnaire .


Dalmatie "Probleme avec mon Chat"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 20/12/2003 17:30

Laurent

Re: Bric a brac consulaire

Message par Laurent » 12 juil. 2015 21:48

Bonsoir,
Dalmatie a écrit :Certes, contrairement à certaines idées reçues, il n’a pas inventé grand chose, la plupart de ses grands projets, datent du Directoire.
Pourriez vous préciser, mon très cher duc -je crois qu'on doit dire Monseigneur, ou encore M.Lupin :roll: -, pourriez-vous préciser donc quels étaient ces projets déjà établis sous le directoire et qui ont finalement été mis en pratique par le Premier Consul ?
Dalmatie a écrit :Il a surtout réussi à faire la paix avec l’Europe en signant la paix d’Amiens. Paix d’Amiens qui était tellement fragile qu’on aurait put l’appeler l’armistice d’Amiens.
Bonaparte croyait-il sincèrement dans la pérennité de cette paix ou bien n'était-ce qu'un moyen de se donner justement le temps de mener à bien les nécessaires et urgentes réformes intérieures qui lui permettront, une fois les choses stabilisées en France, de se consacrer pleinement à sa politique extérieure?
Quoi qu'il en soit, la paix d'Amiens lui vaudra une popularité remarquable qui aidera à faire passer certaines pillules dont vous parlez.
Dalmatie a écrit :Bonaparte a réussi à construire son œuvre mais n’a pas su l’affermir, il est devenu équilibriste. Il aurait put réussir si une certaine ambition personnelle ne l’avait poussé à se renier lui même et à casser la plupart des jouets qu'il avait construit.
J'ai toujours regardé la période du Consulat comme la période faste de l'homme. C'est durant cette période que la plupart des masses de granit seront jetées, le Conseil d'Etat, le Sénat, le Concordat, la banque de France, les préfets, la création des lycées, de la Légion d'Honneur, du Code Civil.
Ensuite, c'est la proclamation de l'Empire, avec sa noblesse, son étiquette, son catéchisme impérial, la suppression du Tribunat, le blocus continental, la valse des trônes au bénéfice de sa famille, l'Espagne, la Russie. Petite réminéscence de l'esprit du constructeur, la création de l'Université et la mise en place du Code Pénal.

Bref, je ne comprends pas que Bonaparte en soit venu à ressentir la nécessité de se faire nomer puis sacrer Empereur.
La durée du régime? Il y avait remédié par le Consulat à vie.
L'héridité? Il avait déjà obtenu avec le Consulat à vie, la possibilité de nommer son successeur.
Non, pour ma part, je considère l'Empire comme la manifestation de l'amour propre, de la soif de reconnaissance de Napoléon qui voulait se hisser à des titres équivalents à ceux des autres souverains d'Europe. Nous savons où celà l'a conduit.
Dalmatie a écrit :Dalmatie "j'ai la grippe".
Pas de chance pendant les vacances :wink: . Soignez-vous bien !.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Laurent le 20/12/2003 17:49

hypolite

Message par hypolite » 12 juil. 2015 21:48

"paix fragile car conclue avec énormément d?arrières pensées et d?hypocrisie de la part des deux camps."

Je penses que les signataires étaient sinceres, mais le cabinet Britannique a changé et la politique Anglaise avec ! :cry:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 20/12/2003 19:38

Dalmatie
Messages : 265
Enregistré le : 08 mai 2006 9:03

A vendre R11 GTXannée 1988 120000 km

Message par Dalmatie » 12 juil. 2015 21:49

Laurent a écrit : Pourriez vous préciser, mon très cher duc -je crois qu'on doit dire Monseigneur, ou encore M.Lupin :roll: -, pourriez-vous préciser donc quels étaient ces projets déjà établis sous le directoire et qui ont finalement été mis en pratique par le Premier Consul ?

En gros, il me semble que le Directoire avait commencé à épuré et à réorganisé les finances publiques. La réforme de la fiscalité etait bien engagé. Selon Thierry Lentz, le DIrectoire, si l'on étudie les courbes sur le long terme, connu une relative réussite économique.
La constitution administrative de la France fut inspiré par Seyes.
Quand au fameux code civil, l'idée vient de Cambaceres. Il proposa 3 versions du code civil avant le consulat. Sous le Directoire, en juin 1796, le projet de 1104 articles fut présentés au cinq-cent par Cambaceres. L'assemblé commenca la discution qu'en janvier 97, au bout d'un an, seuls deux articles avaient été adoptés, et l'opération fut arreté.
Bonaparte repris le projet aprés Marengo.


Laurent a écrit : Bonaparte croyait-il sincèrement dans la pérennité de cette paix ou bien n'était-ce qu'un moyen de se donner justement le temps de mener à bien les nécessaires et urgentes réformes intérieures qui lui permettront, une fois les choses stabilisées en France, de se consacrer pleinement à sa politique extérieure?
A mon avis, Bonaparte, tout comme l'Angleterre ne croyait pas à la Paix. Comme vous le soulignez, Bonaparte avait besoin d'un répis afin de stabiliser le nouveau régime. Les gens voulaient la paix, il le leur a donné.
L'Angleterre aussi avait besoin de paix afin de remettre de l'ordre dans son économie. Les guerres incessantes menaçaient de la ruiner.
Ce fut un marché de dupe. Il n'était pas possible pour des raisons tant économiques que stratégique à l'Angleterre d'évacuer Malte. Les Français devaient le savoir. Les Français, si ils respectaient le traité d'Amiens, ne respectaient pas celui de Luneville et continuaient à étendre leur influence dangereusement. L'angleterre ne pouvait l'accepter et les Français le savaient bien. Tout ce beau monde jouait avec une mauvaise fois consternante.


Ajoutez à ceci une erreur de la diplomatie Anglaise qui pensait, la paix venant, pouvoir commercer de nouveau librement et ecouler leur marchandise. Malheureusement pour eux, ce fut la France, remise au travail par Bonaparte, qui eut de beaux succés commerciaux au dépend des anglais. La paix finalement coutait plus cher que la guerre aux Anglais.


C'est L'angleterre qui a rompu le traité de paix. Mais l'attitude de la France y est pour beaucoup. Ce fut un peu tôt pour Bonaparte . Il essaya de recoler les morceaux, mais la situation économique et intérieure de l'angleterre exigaient que la guerre reprenne.

Les anglais firent essentiellement la paix pour des raisons économiques et refirent la guerre pour les mêmes raisons.
Laurent a écrit : J'ai toujours regardé la période du Consulat comme la période faste de l'homme. C'est durant cette période que la plupart des masses de granit seront jetées, le Conseil d'Etat, le Sénat, le Concordat, la banque de France, les préfets, la création des lycées, de la Légion d'Honneur, du Code Civil.
Je suis un peu comme vous, contrairement à notre ami Staps, je fais toujours une distinction assez marquée entre Bonaparte et Napoléon. Bonaparte fut un organisateur hors pair. A noté dans votre inventaire que les deux "réformes" qui eurent le plus de mal à passer furent le concordat et la légion d'honneur. Le concordat pour des raisons idéologique, et la légion d'honneur car se fut une des premières entailles que Bonaparte infligeat à l'idée d'égalité en créant une caste de privilégiés.


Laurent a écrit : Ensuite, c'est la proclamation de l'Empire, avec sa noblesse, son étiquette, son catéchisme impérial, la suppression du Tribunat, le blocus continental, la valse des trônes au bénéfice de sa famille, l'Espagne, la Russie. Petite réminéscence de l'esprit du constructeur, la création de l'Université et la mise en place du Code Pénal.

Ensuite nous quittons le laborieux quoique caractériel Bonaparte, pour nous trouver dans le monde impitoyable dans son fonctionnement et pitoyable dans sa forme du mégalomane Napoléon.

Laurent a écrit : Bref, je ne comprends pas que Bonaparte en soit venu à ressentir la nécessité de se faire nomer puis sacrer Empereur.
La durée du régime? Il y avait remédié par le Consulat à vie.
L'héridité? Il avait déjà obtenu avec le Consulat à vie, la possibilité de nommer son successeur.
Non, pour ma part, je considère l'Empire comme la manifestation de l'amour propre, de la soif de reconnaissance de Napoléon qui voulait se hisser à des titres équivalents à ceux des autres souverains d'Europe. Nous savons où celà l'a conduit.
Je partage completement votre analyse (y'avait longtemps :wink: ), je me suis toujours demandé si Bonaparte savait, en prenant le pouvoir, qu'il essaierai de se faire sacrer Empereur ?


Amicalement

Dalmatie "simplement Excelence, pas de manière entre nous !!!!"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Dalmatie le 20/12/2003 20:22

hypolite

serail

Message par hypolite » 12 juil. 2015 21:49

La République Consulaire reposait entierement sur le 1er Consul et si il était decedé, les luttes de pouvoirs auraient repris de plus belle !
Avec l'Empire héréditaire, Napoléon pensait couper l'herbe sous les pieds des assassins et ruiner les espoirs de retour des Bourbons ! Il pensait aussi qu'une forme de gouvernement en apparence plus Monarchique serait plus rassurante pour les vieilles Cours Européennes !
Oui, il voulait se faire accepter du serail, mais étais ce par ambition personnelle ou par necessité et désir de faire la paix ? :wink:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 21/12/2003 09:36

Laurent

Re: serail

Message par Laurent » 12 juil. 2015 21:49

hypolite a écrit :La République Consulaire reposait entierement sur le 1er Consul et si il était decedé, les luttes de pouvoirs auraient repris de plus belle !
Avec l'Empire héréditaire, Napoléon pensait couper l'herbe sous les pieds des assassins et ruiner les espoirs de retour des Bourbons
Sous le Consulat, Bonaparte a obtenu le droit de nommer son successeur. Quelle différence avec un régime hériditaire? Il me semble que c'est alors Eugène qui était préssenti comme l'héritier,à vérifier mais je n'ai pas le temps tout de suite.
hypolite a écrit :Il pensait aussi qu'une forme de gouvernement en apparence plus Monarchique serait plus rassurante pour les vieilles Cours Européennes !
Je pense plutôt que les Cours européennes, quelle que soit la forme de pouvoir restaurée par Bonaparte, ne pouvaient se résoudre à accepter un parvenu. Qui plus est, le fait que Bonaparte se sacre et atteigne de ce fait la même dignité qu'eux n'a sans doute pas flatté l'orgueil des monarques européens.
hypolite a écrit :Oui, il voulait se faire accepter du serail, mais étais ce par ambition personnelle ou par necessité et désir de faire la paix ? :wink:
Si Napoléon avait voulu la paix, du moins après 1807, il n'aurait pas envoyé ses troupes en Espagne. Oui je sais, on ressort toujours cet exemple mais il est plutôt significatif non ? Cet fois c'est bien Napoléon l'agresseur et le peuple espagnol qui défend son royaume.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Laurent le 21/12/2003 10:43

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4643
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 21:49

Dalmatie a écrit :Je suis un peu comme vous, contrairement à notre ami Staps, je fais toujours une distinction assez marquée entre Bonaparte et Napoléon.
Je ne crois guère à cette nette distinction entre période consulaire et période impériale. Dès le Consulat, l'idée d'une instauration d'une monarchie héréditaire avait déjà été formulée. Notamment dans un ouvrage écrit à l'instigation de Lucien. Mais Napoléon avait fait comme s'il en était fâché, sans doute parce que la diffusion de telles idées lui paraissait prématurée. La prise de pouvoir par Napoléon s'inscrivait dans une tradition familiale. Son père avait déjà essayé de devenir quelqu'un d'important en Corse. Ses frères, Joseph et Lucien, s'étaient eux aussi placés dans la politique, mais c'est Napoléon qui a vraiment réussi. Une fois atteint le sommet du pouvoir, il fallait que ça dure comme le disait si bien Madame Mère.
Quant à l'habitude de Napoléon de vouloir tout réglementer, il l'avait conservée jusqu'au coeur de la Russie où il signait encore des décrets concernant des choses en apparence secondaires.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 23/12/2003 13:43

Laurent

Message par Laurent » 12 juil. 2015 21:49

Frédéric Staps a écrit :Je ne crois guère à cette nette distinction entre période consulaire et période impériale.
Et pourtant, quelle différence entre l'atmosphère si légère du Consulat, avec ces après-midi à jouer aux barres avec son entourage à la Malmaison, avec ses réformes menées tambour battant, et l'Empire, plombé par l'étiquette qui le détache de son entourage, avec cette mégalomanie naissante, doublée d'un complexe de supériorité et d'un ton cassant (à Erfurt, il lance à Maximilien-Joseph qui dans un coin de la pièce parle un peu trop haut au goût de Napoléon: "Taisez-vous, roi de Bavière"...).
Frédéric Staps a écrit :Dès le Consulat, l'idée d'une instauration d'une monarchie héréditaire avait déjà été formulée.
Peut-être déjà avant en fait. Il aurait dit en Italie, lors de la première campagne: "Que diriez-vous si je devenais roi de France?".
Mais la différence qui me parait marquante entre le Consulat et l'Empire ne porte pas particulièrement sur les ambitions de Napoléon, encore qu'elles aient sans doute évoluées, mais sur la différence du nombre de grandes réformes, sur l'attitude qu'il adopte envers ses proches et les Cours européenes, etc.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Laurent le 23/12/2003 18:41

hassepons
Messages : 6
Enregistré le : 26 juil. 2015 4:54

Message par hassepons » 27 juil. 2015 5:21

Merci pour la partage des informations. :D coque galaxy s6 edge housse galaxy s6

Répondre