La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Relations internationales, politique intérieure, mode de gouvernement, guerres, négociations, autant d''aspects qui constituent la politique à l'époque
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4765
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par Frédéric Staps » 28 févr. 2020 7:58

Dans un de ses nombreux sujets de conversations rompues, il s'est arrête avec suite sur Anvers, son arsenal, ses fortifications , son importance, les grandes vues politiques et militaires qu'il avait eues sur ce point si heureusement situé, etc., etc., etc.

Il a dit qu'il avait beaucoup fait pour Anvers , mais que c'était encore peu auprès, de ce qu'il comptait faire. Par mer il voulait en faire un point d'attaque mortel à l'ennemi, par terre il voulait le rendre une ressource certaine en cas de grands désastres, un vrai point de salut national ; il voulait le rendre capable de recueillir une armée entière dans sa défaite et de résister à un an de tranchée ouverte, intervalle pendant lequel une nation avait le temps, disait-il, de venir en masse la délivrer et reprendre l'offensive. Cinq à six places de la sorte, ajoutait-il, étaient d'ailleurs le système de défense nouveau qu'il avait le projet d'introduire à l'avenir. On admirait déjà beaucoup les travaux exécutés en si peu de temps à Anvers, ses nombreux chantiers, ses magasins, ses grands bassins, mais tout cela n'était encore rien, disait l'Empereur, ce n'était encore là que la ville commerçante, la ville militaire devait être sur la rive opposée; on avait déjà acheté le terrain; on l'avait payé à vil prix, et, par une spéculation adroite, on en eût revendu à un très haut bénéfice, à mesure que la ville se serait élevée, ce qui eût contribué à diminuer d'autant la dépense totale. Les vaisseaux à trois ponts fussent entrés tout armés dans les bassins d'hiver. On eût construit des formes couvertes pour retirer à sec les vaisseaux pendant la paix, etc.

L'Empereur disait qu'il avait arrêté que le tout fût gigantesque et colossal. Anvers eût été à lui seul toute une province. En revenant à ce superbe établissement, il remarquait que cette place était une des grandes causes qu'il était ici, à Sainte-Hélène; que la cession d'Anvers était un des motifs
qui l'avaient déterminé à ne pas signer la paix de Châtillon. Si on eut voulu lui laisser cette place, peut-être eût-il conclu ; et il se demandait s'il n'avait pas eu tort de se refuser à signer l'ultimatum. « Il y avait encore alors, disait-il, bien des ressources et bien des chances, sans doute, mais aussi que de choses à dire contre !» Et il concluait : « J'ai dû m'y refuser, et je l'ai fait en toute connaissance de cause ; aussi, même sur mon roc, ici, en cet instant, au sein de toutes mes misères, je ne m'en repens pas. Peu me comprendront, je le sais, mais pour le vulgaire même, et malgré la tournure fatale des événements, ne doit-il pas aujourd'hui demeurer visible que le devoir et l'honneur ne me laissaient pas d'autre parti? Les alliés, une fois qu'ils m'eussent entamé, en seraient-ils demeurés là? Leur paix eût-elle été de bonne foi, leur réconciliation sincère? C'eût été bien peu les connaître, c'eût été vraie folie que de le croire et de s'y abandonner. N'eussent-ils pas profité de l'avantage immense que le traité leur eût consacré pour achever, par l'intrigue, ce qu'ils avaient commencé par les armes? Et que devenaient la sûreté, l'indépendance, l'avenir de la France? Que devenaient mes obligations, mes serments, mon honneur? Les alliés ne m'eussent-ils pas perdu au moral dans les esprits, comme ils venaient de le faire sur le champ de bataille ? Ils n'eussent trouvé l'opinion que trop bien préparée ! Que de reproches la France ne m'eût-elle pas faits d'avoir laissé morceler le territoire confié à ma garde ! Que de fautes l'injustice et le malheur n'eussent pas accumulées sur ma tête ! Avec quelle impatience les Français, pleins du souvenir de leur puissance et de leur gloire, eussent supporté, dans ces jours de deuil, les charges inévitables dont il eût fallu les accabler ! Et de là des commotions nouvelles, l'anarchie, la dissolution, la mort. Je préférai de courir jusqu'à extinction les chances des combats , et d'abdiquer au besoin, etc. »

Je convenais que l'Empereur avait toute raison. Il avait perdu le trône, il est vrai, mais volontairement, et en lui préférant notre salut et son honneur. L'histoire apprécierait dignement ce sublime sacrifice. La puissance et la vie sont passagères ; la gloire seule demeure, elle est immortelle.

Mais, demandait alors l'Empereur, l'histoire serait-elle bien juste? pourrait-elle l'être. On était inondé , disait-il, de tant de pamphlets et de mensonges, ses actions étaient tellement défigurées, son caractère si obscurci si méconnu ! etc. On répondait que le temps de sa vie serait précisément le plus incertain; que ses contemporains seuls pourraient tout au plus être injustes; que les nuages disparaîtraient, ainsi qu'il l'avait déjà dit lui-même à mesure qu'il s'avancerait dans la postérité; qu'il gagnait déjà chaque jour ; que l'homme de génie s'en saisirait comme du plus beau sujet de l'histoire ; que la première catastrophe seule eût été peut-être fatale à sa mémoire, beaucoup de voix étant alors contre lui, mais que les prodiges de son retour, les actes de sa courte administration, son exil à Sainte-Hélène, le laissent aujourd'hui rayonnant de gloire aux yeux des peuples et aux pinceaux de l'avenir. « Il est vrai, a-t-il repris avec une espèce de satisfaction, que ma destinée se montre au rebours des autres ; la chute les abaisse d'ordinaire, la mienne me relève infiniment. Chaque jour me dépouille de ma peau de tyran, de meurtrier, de féroce... »
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4765
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par Frédéric Staps » 14 mars 2020 8:28

En énonçant l'idée que la gloire est immortelle, Las Cases dit exactement le contraire de la formule utilisée lors de l'intronisation du pape pour rappeler que les choses de ce monde sont éphémères Sic transit gloria mundi.

Au vu de la renommée dont Napoléon jouit encore deux siècles après sa mort, on pourrait se dire que Las Cases avait raison, mais en même temps, le destin de Napoléon met en évidence l'aspect éphémère de cette gloire. Napoléon en était d'ailleurs relativement conscient puisque, à un autre moment, il déclare : "Ma vraie gloire n'est pas d'avoir gagné quarante batailles, Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires, ce que rien n'effacera, ce qui vivra éternellement, c'est mon Code Civil."

Cette gloire à laquelle Napoléon semble attacher tant d'importance, même si elle n'est pas aussi éphémère que ce qu'en dit la doctrine chrétienne, n'a toutefois pas vraiment d'utilité. Si Napoléon en parle tant à Sainte-Hélène, c'est en fait parce que c'est la seule chose qui lui reste après avoir perdu le pouvoir qui était la chose véritablement importante.

Si dans le passage cité ci-dessus, Napoléon place la conservation de son honneur et de l'honneur de la France au-dessus de la conservation du pouvoir, ce n'est pas vraiment parce que c'est comme cela que s'ordonnait sa hiérarchie des valeurs, mais pour masquer le fait qu'il n'a pas fait le bon choix. S'il a refusé de négocier la paix en abandonnant des territoires, ce n'est en effet pas contrairement à ce qu'il dit parce que l'honneur l'obligeait à ne céder aucun de ces territoires (sa défaite a entraîné la perte entière des territoires dont il aurait pu peut-être conserver une partie s'il avait accepté de négocier), mais parce qu'il était persuadé qu'il était encore en mesure de remporter la victoire.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
ClaudeM
Messages : 467
Enregistré le : 25 août 2008 21:28
Localisation : Val de Marne

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par ClaudeM » 14 mars 2020 12:08

Frédéric Staps a écrit :
14 mars 2020 8:28
Si dans le passage cité ci-dessus, Napoléon place la conservation de son honneur et de l'honneur de la France au-dessus de la conservation du pouvoir, ce n'est pas vraiment parce que c'est comme cela que s'ordonnait sa hiérarchie des valeurs, mais pour masquer le fait qu'il n'a pas fait le bon choix. S'il a refusé de négocier la paix en abandonnant des territoires, ce n'est en effet pas contrairement à ce qu'il dit parce que l'honneur l'obligeait à ne céder aucun de ces territoires (sa défaite a entraîné la perte entière des territoires dont il aurait pu peut-être conserver une partie s'il avait accepté de négocier), mais parce qu'il était persuadé qu'il était encore en mesure de remporter la victoire.
Mais s'il avait abandonné des territoires, c'était, aussi, le début de la fin. On lui en aurait toujours demandé d'avantage... la seule "solution" était effectivement de remporter la victoire... la fuite en avant...
:course:
Mais c'était écrit. Tous se sont ligués contre lui, même ceux qu'ils considérait comme des alliés. :diable:
La sagesse eut été de rester à l'Ile d'Elbe, et d'écrire ses mémoires... et on serait peut-être allé le rechercher 10 ans plus tard... comme de Gaulle... :paix:
:salut:
J'aurais mieux fait de rester en Egypte. Napoleon
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4765
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par Frédéric Staps » 14 mars 2020 13:41

ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
Mais s'il avait abandonné des territoires, c'était, aussi, le début de la fin. On lui en aurait toujours demandé d'avantage...
Dans tous les cas, cela n'aurait pas pu être pire que le résultat final. Il n'y a aucune raison de supposer que ses adversaires exigent de lui des concessions territoriales qui auraient amputé la France de territoires qui en faisaient partie en 1792. Au contraire, avant la prise de Paris, il était encore en position de négocier, ce qu'il a finalement choisi de ne pas faire, persuadé qu'il était d'être encore en mesure de retourner la situation militaire.
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
la seule "solution" était effectivement de remporter la victoire... la fuite en avant...
Il y avait une autre solution "honorable" (cela va sans doute faire bondir les "napoléoniens"), mais Napoléon aurait pu abdiquer dès qu'il était devenu évident qu'il ne pourrait pas remporter la victoire, laissant ainsi à d'autres le soin de faire les concessions territoriales qu'il prétendait ne pas pouvoir faire sans déroger à l'honneur. :fou:
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
Mais c'était écrit. Tous se sont ligués contre lui, même ceux qu'ils considérait comme des alliés. :diable:
Il y a un côté "tragédie grecque" dans la manière dont vous exprimez les choses. ;)
A l'inverse, j'aurais plutôt tendance à défendre l'idée que "rien n'est écrit d'avance".
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
La sagesse eut été de rester à l'Ile d'Elbe, et d'écrire ses mémoires... et on serait peut-être allé le rechercher 10 ans plus tard... comme de Gaulle... :paix:
Sauf que s'il avait dû attendre 1830 pour qu'on vienne le rechercher, il n'aurait plus vraiment été disponible pour répondre à cet appel. :diable:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
ClaudeM
Messages : 467
Enregistré le : 25 août 2008 21:28
Localisation : Val de Marne

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par ClaudeM » 14 mars 2020 15:41

Frédéric Staps a écrit :
14 mars 2020 13:41
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
Mais c'était écrit. Tous se sont ligués contre lui, même ceux qu'ils considérait comme des alliés. :diable:
Il y a un côté "tragédie grecque" dans la manière dont vous exprimez les choses. ;)
A l'inverse, j'aurais plutôt tendance à défendre l'idée que "rien n'est écrit d'avance".
D'accord avec vous. C'est une formule facile à écrire après coup, mais qui pour moi veut juste dire que c'était "courru"...
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 12:08
La sagesse eut été de rester à l'Ile d'Elbe, et d'écrire ses mémoires... et on serait peut-être allé le rechercher 10 ans plus tard... comme de Gaulle... :paix:

Sauf que s'il avait dû attendre 1830 pour qu'on vienne le rechercher, il n'aurait plus vraiment été disponible pour répondre à cet appel. :diable:
J'attendais l'objection... ;)
Mais Elbe 1814 + 10 (dans la perspective de Gaulle) =1924... Vous me direz, c'est encore 3 ans de trop... :non:
Pourtant, s'il était resté à l'Ile d'Elbe, il aurait peut-être gagné quelques années? Car le stress qu'il s'est payé à Ste Hélène, avec son meilleur ennemi Hudson, a dû affaiblir ses défenses. Et la fin est sans doute arrivée plus vite... :pape: Car, faute de croire au destin, je crois aux défenses immunitaires... ;)
:salut:
J'aurais mieux fait de rester en Egypte. Napoleon
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4765
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par Frédéric Staps » 14 mars 2020 17:31

ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 15:41
C'est une formule facile à écrire après coup
C'est aussi un peu l'idée que Napoléon a voulu faire passer pour justifier ses choix. Or si on peut effectivement considérer comme vous le faites que c'était "couru", ce n'est pas parce que les choses étaient écrites d'avance par un Destin inexorable qui aurait fait que Napoléon n'aurait pas pu agir autrement qu'il a agi, mais bien parce que le système de Napoléon qui consistait à imposer la paix à ses adversaires par des victoires ne pouvait pas durer éternellement, surtout après avoir perdu une part importante de ses troupes aguerries en Espagne ou en Russie.
La confiance que Napoléon avait en lui de pouvoir remporter des victoires a fini par lui jouer un mauvais tour et il n'a pas réussi à s'adapter à l'évolution de son armée et de ses adversaires.
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 15:41
J'attendais l'objection... ;)
Il fallait donc la formuler. ;)
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 15:41
Mais Elbe 1814 + 10 (dans la perspective de Gaulle) =1824...
De Gaulle a quitté son poste de président du gouvernement provisoire en janvier 1946 et a été rappelé en juin 1958. Cela fait donc 12 ans et 4 mois. Pour Napoléon, ce ne serait donc pas 1824, mais 1826. ;)
Cette période de 12 ans d'éloignement du pouvoir ne correspond cependant pas à un mystérieux cycle qui ferait qu'on rappellerait un homme écarté du pouvoir après cette période. Le rappel de De Gaulle correspond plutôt à une crise du pouvoir. C'est la raison pour laquelle j'avais proposé 1830 comme date d'un possible rappel de Napoléon puisque c'est cette date qui correspond à la crise de pouvoir survenue à cette époque. ;)
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 15:41
Vous me direz, c'est encore 3 ans de trop... :non:
Pourtant, s'il était resté à l'Ile d'Elbe, il aurait peut-être gagné quelques années? Car le stress qu'il s'est payé à Ste Hélène, avec son meilleur ennemi Hudson, a dû affaiblir ses défenses. Et la fin est sans doute arrivée plus vite... :pape: Car, faute de croire au destin, je crois aux défenses immunitaires... ;)
Il est bien difficile de savoir si Napoléon resté à l'île d'Elbe aurait vécu plus longtemps qu'exilé à Sainte-Hélène.
Thierry Lentz a écrit un jour que c'était l'ennui qui avait hâté la mort de Napoléon. Dans cette perspective, on pourrait donc émettre l'hypothèse qu'il se serait ennuyé plus tôt dans son minuscule royaume méditerranéen et qu'il n'aurait pas eu les conflits avec ce cher Hudson Lowe pour le distraire de son ennui, ce qui aurait pu hâter son décès. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
ClaudeM
Messages : 467
Enregistré le : 25 août 2008 21:28
Localisation : Val de Marne

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par ClaudeM » 14 mars 2020 18:07

Frédéric Staps a écrit :
14 mars 2020 17:31
ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 15:41
J'attendais l'objection... ;)
Il fallait donc la formuler. ;)
J'avais le choix entre faire moi-même l'objection, allonger mon propos et parler tout seul, ou attendre la vôtre (probable), pour y répondre. :lol:
J'ai choisis la deuxième option. Et comme en plus votre réponse était amusante, c'était la bonne solution. ;)
:salut:
J'aurais mieux fait de rester en Egypte. Napoleon
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4765
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La gloire seule demeure, elle est immortelle.

Message par Frédéric Staps » 22 mars 2020 9:59

ClaudeM a écrit :
14 mars 2020 18:07
J'avais le choix entre faire moi-même l'objection
Il est possible de formuler une autre objection.
Quand en 1958, De Gaulle est rappelé, c'est seulement à ce moment qu'il fait son "18 Brumaire", tandis que Napoléon l'avait derrière lui. :diable:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre