Légende noire, légende rose, récits un peu fantastiques autour de Napoléon et de son règne, investissement affectif à l''égard du personnage... Autant de sujets auxquels cette rubrique est consacrée.
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:02

Le prince de Joinville qui dirigea l'expédition du retour des Cendres avait une opinion quelque peu partagée sur Napoléon. Quand son père, Louis-Philippe lui annonça qu'il avait été choisi pour cette mission, il n'accueillit pas la chose avec un grand enthousiasme comme en témoigne le récit qu'il en fait dans son livre Vieux souvenirs (paru en 1895) :
En proie à une forte fièvre [il a la rougeole], je vis un jour apparaître mon père, suivi de M. de Rémusat, alors ministre de l'intérieur, visite insolite qui me remplit d'étonnement; ma surprise augmenta encore quand mon père me dit : "Joinville, tu vas partir pour Sainte-Hélène et en rapporter le cercueil de Napoléon." Si je n'avais été au lit, je serais tombé de mon haut et au premier moment je ne fus nullement flatté de la comparaison que je fis entre la campagne de guerre entreprise par mes frères en Algérie et le métier de croque-mort que l'on m'envoyait exercer dans l'autre hémisphère. Mais j'étais un soldat et je n'avais pas à discuter un ordre. La question se présentait d'ailleurs sous deux faces : au dessus du Napoléon, ennemi de ma race, assassin du duc d'Enghien, qui, en tombant avait légué à la France ruinée, démembrée, ce redoutable jeu de hasard où les foules naïves sont si souvent dupes du croupier politique : le suffrage universel, il y avait l'homme de guerre incomparable, dont le génie avait jeté, même dans la défaite, un éclat immortel sur nos armées. En allant chercher ses cendres à l'étranger, c'était comme le drapeau de la France vaincue que nous relevions, du moins nous l'espérions, et à ce point de vue je me reconciliai avec ma mission.
Un peu plus loin, il écrit :
Un certain nombre de passagers s'embarquèrent à leur tour. Ils composaient ce qu'on appella la mission de Sainte-Hélène. Presque tous avaient été les compagnons des grandeurs et des malheurs de Napoléon : c'étaient les généraux Bertrand, Gourgaud, M. de Las Cazes, etc. Pendant les longues traversées du voyage, la conversation de ces hommes qui avaient assisté à tant d'événements, suivi l'Empereur dans tant d'aventures, fut particulièrement intéressante. C'était tous les jours un feu roulant d'anecdotes, de traits, se rapprochant sans doute beaucoup plus de la vérité que bien des récits faits à loisir. Souvent j'ai regretté que nous n'eussions pas emmené avec nous un sténographe.
La campagne, la résidence du gouverneur, Plantation-House, la vallée du tombeau, le tombeau lui-même avec ses saules légendaires, Longwood, la prison, tout est également lugubre et était bien fait pour tuer à petit feu le grand génie qu'on y avait relégué.
Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 24/07/2004 22:01

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 03 janv. 2019 22:31

Frédéric Staps a écrit :Le prince de Joinville qui dirigea l'expédition du retour des Cendres avait une opinion quelque peu partagée sur Napoléon. Quand son père, Louis-Philippe lui annonça qu'il avait été choisi pour cette mission, il n'accueillit pas la chose avec un grand enthousiasme comme en témoigne le récit qu'il en fait dans son livre Vieux souvenirs (paru en 1895)
Joinville était un marin, mais aussi un Bourbon-Orléans.... il ne pouvait donc n'avoir que des sentiments partagés sur l'Empereur ;)

Par contre, il ne portait sans doute pas les Anglais en haute estime, lorsqu'il verra Longwood laissé depuis la mort de Napoléon en grande décrépitude, il s'écriera : "ah les Anglais, les Anglais ! ils sont en-dessous de tout" !

Je possède les Vieux Souvenirs du prince de Joinville... mais bizarrement je ne les ai jamais lus :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

La beauté de la guerre

Message par Frédéric Staps » 04 janv. 2019 8:12

On remarquera avec intérêt que le prince de Joinville, pas très enthousiaste à l'idée de jouer le "croque-mort" pour rapatrier le corps de "l'ennemi de sa race" plutôt que de pouvoir aller se couvrir de gloire dans des guerres coloniales comme ses frères, trouve néanmoins une consolation dans le fait que Napoléon avait été un "homme de guerre incomparable, dont le génie avait jeté, même dans la défaite, un éclat immortel sur nos armées".
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
ClaudeM
Messages : 430
Enregistré le : 25 août 2008 21:28
Localisation : Val de Marne

Re: L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par ClaudeM » 04 janv. 2019 21:45

Cipriani Franceschi a écrit :Je possède les Vieux Souvenirs du prince de Joinville... mais bizarrement je ne les ai jamais lus :D
Pardonnez-moi, mais la bizarrerie, c'eut-été que vous les eussiez lus... :diabolo:
:salut:
J'aurais mieux fait de rester en Egypte. Napoleon

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par Frédéric Staps » 04 janv. 2019 22:26

ClaudeM a écrit : Pardonnez-moi, mais la bizarrerie, c'eut-été que vous les eussiez lus... :diabolo:
Ne soyez pas mauvaise langue, ClaudeM. Il arrive parfois que notre ami Cipriani lise les livres qu'il achète. C'est rare, mais ça arrive. :mrgreen:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 04 janv. 2019 22:50

Frédéric Staps a écrit : Ne soyez pas mauvaise langue, ClaudeM. Il arrive parfois que notre ami Cipriani lise les livres qu'il achète. C'est rare, mais ça arrive. :mrgreen:
là c'est vous Staps qui êtes mauvaise langue.... car en réalité il est encore plus rare que je lise les livres qu'on m'offre :fou:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: L'opinion du prince de Joinville sur Napoléon

Message par Cipriani Franceschi » 04 janv. 2019 22:59

ClaudeM a écrit :
Cipriani Franceschi a écrit :Je possède les Vieux Souvenirs du prince de Joinville... mais bizarrement je ne les ai jamais lus :D
Pardonnez-moi, mais la bizarrerie, c'eut-été que vous les eussiez lus... :diabolo:
:salut:
Cher ClaudeM, vous êtes tout pardonné car cet emploi du (si je ne m'abuse, comme disait le Docteur) plus-que-parfait du subjonctif était si j'ose dire... parfait ! :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: La beauté de la guerre

Message par Cipriani Franceschi » 04 janv. 2019 23:06

Frédéric Staps a écrit :On remarquera avec intérêt que le prince de Joinville, pas très enthousiaste à l'idée de jouer le "croque-mort" pour rapatrier le corps de "l'ennemi de sa race" plutôt que de pouvoir aller se couvrir de gloire dans des guerres coloniales comme ses frères, trouve néanmoins une consolation dans le fait que Napoléon avait été un "homme de guerre incomparable, dont le génie avait jeté, même dans la défaite, un éclat immortel sur nos armées".
Certes, Joinville était un soldat, mais encore une fois ici il est quelque peu surprenant de constater que ce sont uniquement les qualités militaires de Napoléon qui sont mises en avant :shock:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La beauté de la guerre

Message par Frédéric Staps » 05 janv. 2019 9:32

Cipriani Franceschi a écrit :Certes, Joinville était un soldat, mais encore une fois ici il est quelque peu surprenant de constater que ce sont uniquement les qualités militaires de Napoléon qui sont mises en avant :shock:
En quoi est-ce surprenant ?
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: La beauté de la guerre

Message par Cipriani Franceschi » 05 janv. 2019 10:36

Frédéric Staps a écrit :
Cipriani Franceschi a écrit :Certes, Joinville était un soldat, mais encore une fois ici il est quelque peu surprenant de constater que ce sont uniquement les qualités militaires de Napoléon qui sont mises en avant :shock:
En quoi est-ce surprenant ?
il aurait pu évoquer ces qualités d'homme d'Etat, d'administrateur civil... le Code Civil, le Concordat, que sais-je encore ! :shock:

mais ma remarque était surtout un pied de nez à votre réponse sur un autre fil de discussions, lorsque vous disiez que Napoléon s'intéressait à César, Alexandre ou Turenne, essentiellement pour leurs qualités militaires ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La beauté de la guerre

Message par Frédéric Staps » 05 janv. 2019 10:53

Cipriani Franceschi a écrit : il aurait pu évoquer ces qualités d'homme d'Etat, d'administrateur civil... le Code Civil, le Concordat, que sais-je encore ! :shock:
Reconnaître des qualités d'homme d'Etat à "l'ennemi de sa race" aurait quand même été encore plus surprenant que lui reconnaître des qualités militaires. Joinville a rédigé ses souvenirs bien des années après l'expédition des cendres. A coup sûr après la révolution de 1848 qui avait fait perdre le trône à son père, mais probablement également après le coup d'Etat de Napoléon III et même sans doute après la chute du Second Empire.
En reconnaissant des qualités d'homme d'Etat à Napoléon, ç'aurait été reconnaître une certaine légitimité à son neveu qui était parvenu au pouvoir grâce à la révolution qui avait chassé son père du pouvoir.
Cipriani Franceschi a écrit :mais ma remarque était surtout un pied de nez à votre réponse sur un autre fil de discussions, lorsque vous disiez que Napoléon s'intéressait à César, Alexandre ou Turenne, essentiellement pour leurs qualités militaires ;)
Oui, quelles sont les qualités autres que militaires que Napoléon voyait chez Turenne ? :roll:
Nier des évidences, est-ce vraiment faire un pied de nez ? :diable:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: La beauté de la guerre

Message par Cipriani Franceschi » 05 janv. 2019 22:23

Frédéric Staps a écrit : En reconnaissant des qualités d'homme d'Etat à Napoléon, ç'aurait été reconnaître une certaine légitimité à son neveu qui était parvenu au pouvoir grâce à la révolution qui avait chassé son père du pouvoir.
Voilà une interprétation toute personnelle ;)

La plupart des institutions mises en place sous le Consulat et l'Empire ont perdurées sous la monarchie de Juillet, Louis-Philippe en a bénéficié... Lui qui a tenté, notamment avec le retour des Cendres en 1840, de récupérer la mémoire de l'Empereur à son profit, Joinville aurait très bien pu vanter également les qualités d'homme d'Etat de Napoléon :shock:
Frédéric Staps a écrit :
Oui, quelles sont les qualités autres que militaires que Napoléon voyait chez Turenne ?
Nier des évidences, est-ce vraiment faire un pied de nez ?
Voilà une question bien perfide.... :shock: Cyril Drouet vous ayant justement répondu là-dessus à propos de César et Alexandre, mais à l'exception de Turenne :

Ainsi on lit (je passe sur Turenne qui, pour Napoléon, s’il ne brillait pas par l’esprit, était l’un des plus grand généraux de l’histoire) que Napoléon admirait César et Alexandre uniquement du fait qu'ils avaient été de grands militaires.
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La beauté de la guerre

Message par Frédéric Staps » 05 janv. 2019 23:51

Cipriani Franceschi a écrit :Voilà une interprétation toute personnelle ;)
Vous semblez oublier que Louis-Napoléon Bonaparte avait tenté à deux reprises un coup de force contre Louis-Philippe, ce qui lui avait valu d'être emprisonné au fort de Ham, l'année même du retour des cendres.
Cipriani Franceschi a écrit : La plupart des institutions mises en place sous le Consulat et l'Empire ont perdurées sous la monarchie de Juillet, Louis-Philippe en a bénéficié... Lui qui a tenté, notamment avec le retour des Cendres en 1840, de récupérer la mémoire de l'Empereur à son profit, Joinville aurait très bien pu vanter également les qualités d'homme d'Etat de Napoléon :shock:
Le texte de Joinville montre clairement que cela n'a pas été le cas.
Attendre de la part de Joinville une vision impartiale de Napoléon est assez surprenant. D'autant qu'à l'époque où il rédige ses souvenirs, il savait sans doute déjà que l'extinction de la branche des Bourbons allait permettre la fusion des courants légitimiste et orléaniste au profit de sa famille, si ce n'était déjà fait.
Même s'il existe des convergences de vue entre royalistes et bonapartistes qui avaient notamment permis l'élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence en 1848, ces deux mouvances restaient bien distinctes au 19e siècle et la tentative de récupération de la mémoire de Napoléon par la monarchie de Juillet dont Thiers était le principal artisan n'est pas allée jusqu'à présenter l'Empire comme le meilleur régime qu'aurait connu la France comme l'affirment régulièrement les "napoléoniens" les plus fervents.
Cipriani Franceschi a écrit :Voilà une question bien perfide.... :shock: Cyril Drouet vous ayant justement répondu là-dessus à propos de César et Alexandre, mais à l'exception de Turenne :

Ainsi on lit (je passe sur Turenne qui, pour Napoléon, s’il ne brillait pas par l’esprit, était l’un des plus grand généraux de l’histoire) que Napoléon admirait César et Alexandre uniquement du fait qu'ils avaient été de grands militaires.
Je ne vois pas en quoi ce serait perfide. Pourquoi faudrait-il passer sur le cas de Turenne parce qu'il est justement impossible de démontrer que Napoléon avait de l'admiration pour lui pour d'autres motifs que ses qualités militaires ?
Et l'affirmation selon laquelle il serait encore plus évident pour Alexandre que pour César que l'intérêt que lui portait Napoléon ne provenait pas "essentiellement" (je reprends le mot que vous avez employé plutôt que celui que Cyril Drouet avait relevé) de ses exploits militaires est également sujette à discussion.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Fouteur de merde
Messages : 2151
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: La beauté de la guerre

Message par Cipriani Franceschi » 06 janv. 2019 12:04

Frédéric Staps a écrit : Vous semblez oublier que Louis-Napoléon Bonaparte avait tenté à deux reprises un coup de force contre Louis-Philippe, ce qui lui avait valu d'être emprisonné au fort de Ham, l'année même du retour des cendres.
Certes.... Mais à cette époque, et en raison notamment de ses tentatives de prise du pouvoir, le futur Napoléon III est perçu comme un aventurier sans lendemain (voir également ses liens avec les Carbonaristes) ce qui n'est nullement le cas de son oncle

Valoriser l'œuvre civile de Napoléon 1er (et non pas seulement ses qualités militaires) aurait donc pu être une stratégie employée par Joinville pour mieux dénigrer le neveu (ce que ne se privera pas de faire ultérieurement un Victor Hugo, par exemple)
Frédéric Staps a écrit : Le texte de Joinville montre clairement que cela n'a pas été le cas.
Attendre de la part de Joinville une vision impartiale de Napoléon est assez surprenant. D'autant qu'à l'époque où il rédige ses souvenirs, il savait sans doute déjà que l'extinction de la branche des Bourbons allait permettre la fusion des courants légitimiste et orléaniste au profit de sa famille, si ce n'était déjà fait.
Là c'est vous qui omettez un point important : lorsque Joinville publie ses Vieux Souvenirs (en 1894) toutes les familles ayant régnées sur la France sont frappées par la loi d'exil de 1886 : la perspective d'un rétablissement d'une monarchie ou d'un Empire en France s'éloignent.... certes, avec la mort du Comte de Chambord, c'est la branche cadette orléaniste qui entretiendra la flamme, mais comme dans le même temps la jeune IIIème République s'impose au détriment du passé impérial de la France, Joinville n'avait plus guère d'intérêt politique à ne vanter que les mérites militaires de Napoléon 1er ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4636
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: La beauté de la guerre

Message par Frédéric Staps » 06 janv. 2019 12:28

Cipriani Franceschi a écrit :Joinville n'avait plus guère d'intérêt politique à ne vanter que les mérites militaires de Napoléon 1er ;)
Même si Joinville rédige ses souvenirs plus de 50 ans après les faits, c'est quand même les sentiments qu'il avait éprouvés à l'époque qu'il décrit, avec une certaine sincérité. L'intérêt de ce texte est de mettre en lumière que, même si Joinville avait une opinion plutôt négative concernant Napoléon, "l'ennemi de sa race", il ne pouvait s'empêcher de reconnaître en lui un "homme de guerre incomparable".
Vous pouvez certes estimer que son jugement est injuste, mais quelle que soit la manière dont vous pourrez le tourner, vous n'arriverez jamais à montrer à partir de ce texte qu'au fond de lui-même, Joinville avait de l'admiration pour Napoléon pour son oeuvre civile.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Répondre