Légende noire, légende rose, récits un peu fantastiques autour de Napoléon et de son règne, investissement affectif à l''égard du personnage... Autant de sujets auxquels cette rubrique est consacrée.
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

L'empoisonnement de Napoléon

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:31

Napoléon a-t-il été empoisonné ? La présence d'arsenic constatée dans ses cheveux en 1821 au moment de son décès pose évidemment question. Mais en même temps le débat autour de cet empoisonnement prend bien souvent la forme d'un dialogue de sourds entre partisans de la thèse de l'empoisonnement et adversaires, aucun des deux camps n'ayant finalement aucun argument véritablement historique à avancer dans le débat.
La présence d'arsenic dans les cheveux n'est d'ailleurs pas une preuve décisive de l'empoisonnement puisque l'on a découvert une présence de cette même substance en quantité égale dans des cheveux datant de 1805, période où une tentative d'empoisonnement volontaire de Napoléon qui aurait échoué semble fort peu probable.
Pour contrer la thèse de l'empoisonnement, certains auteurs essaient d'identifier avec précision la maladie qui aurait causé la mort de Napoléon. Pour ce faire, ils se basent sur les indications des médecins qui ont soigné sans véritable succès l'exilé de Sainte-Hélène. Ce faisant, ils ont tendances à passer sous silence que les connaissances médicales de l'époque étaient bien éloignées de ce qu'elles sont aujourd'hui et que les diagnostics faits à l'époque même s'ils utilisent parfois des concepts qui sont encore utilisés de nos jours peuvent difficilement être transposés en termes contemporains.
Il faut donc probablement se résigner à admettre que nous ne serons jamais en mesure d'identifier avec précision et exactitude les causes du décès de Napoéon, un tel diagnostic rétrospectif étant de toute façon d'un intérêt historique assez limité.
Pour la question de l'empoisonnement, il est également impossible de trancher de manière définitive. La présence d'arsenic observée dans les cheveux ne permet pas d'écarter définitivement une possibilité d'empoisonnement, même si aucun témoignage de l'époque n'en fait explicitement mention et ne permet pas d'en déterminer l'auteur.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 27/02/2005 10:50

charles martel

Message par charles martel » 12 juil. 2015 18:31

Pourriez vous me dire ce que vous pensez de cla, Staps?

http://passion-histoire.net/phpBB_Fr/vi ... highlight=

Le masque dont parle BRH est-il celui dont vous avez longuement traité?
Merci.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par charles martel le 01/04/2005 15:50

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:31

charles martel a écrit :Pourriez vous me dire ce que vous pensez de cla, Staps?
Dès le moment où l'on prend pour un aveu explicite d'empoisonnement une phrase comme "J'ai fermé les yeux du grand capitaine...", que voulez-vous encore discuter ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 01/04/2005 18:09

Bruno Roy-Henry

C'était de la mort-aux-rats !

Message par Bruno Roy-Henry » 12 juil. 2015 18:31

Un toxicologue relance la thèse de l'empoisonnement de Napoléon



jeudi 02 juin 2005 (Reuters - 1534)




STRASBOURG - Napoléon Ier, mort à 51 ans le 5 mai 1821 à Sainte-Hélène, est bien mort empoisonné, affirme le toxicologue Pascal Kintz jeudi dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

"La piste criminelle se vérifie. Je pense qu'il a été empoisonné petit à petit par de faibles quantités placées dans son alimentation ou sa boisson", affirme cet expert auprès des tribunaux qui préside l'Association internationale des toxicologues de médecine légale.

Pascal Kintz, qui avait révélé en 2001 la présence d'un taux anormal d'arsenic dans les cheveux de l'empereur déchu, s'est vu confier deux nouveaux échantillons par la Société napoléonienne internationale.

Les analyses ont porté cette fois sur le coeur des cheveux et non plus sur leur enveloppe, afin de mettre en évidence un empoisonnement par ingestion, à l'exclusion de toute source de contamination externe.

Selon Pascal Kintz, les taux d'arsenic révélés par l'analyse spectrométrique sont de 37,4 nanogrammes par milligramme de cheveux alors que la norme est inférieure à 1.

Or, précise le toxicologue, "l'arsenic figurant dans les cheveux de l'empereur est de type minéral à plus de 95%" et non de type organique, tel qu'on peut en trouver à l'état naturel dans certains aliments.

Pascal Kintz ne conclut pas pour autant que la mort soit due à l'arsenic.

L'analyse a également mis en évidence la présence d'antimoine, de mercure et de plomb dont les deux premiers seraient liés à la prise de médicaments, d'après ce que l'on sait des traitements prescrits à l'illustre prisonnier.

Le sirop d'orgeat, une décoction d'amandes amères que Napoléon consommait en abondance, a pu, selon lui, provoquer un dégagement de cyanure au contact du mercure et entraîner une hémorragie mortelle dans l'estomac.

La thèse n'est pas nouvelle mais Pascal Kintz conteste au passage celle avancée récemment par des chercheurs suisses qui ont mesuré plusieurs pantalons portés par Napoléon pour affirmer qu'il avait perdu 11 kilos peu avant sa mort et conclure à un décès dû à un cancer.

"Napoléon est mort gras", affirme Pascal Kintz pour qui la perte de poids constatée "n'est pas spécifique d'un cancer".

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Bruno Roy-Henry le 03/06/2005 07:38

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:31

Bruno Roy-Henry a écrit :"La piste criminelle se vérifie. Je pense qu'il a été empoisonné petit à petit par de faibles quantités placées dans son alimentation ou sa boisson", affirme cet expert auprès des tribunaux qui préside l'Association internationale des toxicologues de médecine légale.
Je ne vois pas sur quelle base il privilégie l'empoisonnement criminelle plutôt que l'empoisonnement accidentel.
Bruno Roy-Henry a écrit :Les analyses ont porté cette fois sur le coeur des cheveux et non plus sur leur enveloppe, afin de mettre en évidence un empoisonnement par ingestion, à l'exclusion de toute source de contamination externe.
A-t-on procédé à une analyse similaire sur les cheveux de 1805 qui révélaient eux aussi des teneurs anormales en arsenic ?
Bruno Roy-Henry a écrit :L'analyse a également mis en évidence la présence d'antimoine, de mercure et de plomb dont les deux premiers seraient liés à la prise de médicaments, d'après ce que l'on sait des traitements prescrits à l'illustre prisonnier.
Est-on certain que ces médicaments ne contenaient pas également de l'arsenic ?
Bruno Roy-Henry a écrit :"Napoléon est mort gras", affirme Pascal Kintz pour qui la perte de poids constatée "n'est pas spécifique d'un cancer".
"Pas spécifique" ne veut pas dire incompatible. On tourne un peu en rond. :cry:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 03/06/2005 11:00

pilayrou

Poison

Message par pilayrou » 12 juil. 2015 18:31

On a parlé de Montholon comme empoisonneur, dirigé par Louis XVIII.

Albine de Montholon a subi les assauts très intimes de l'Empereur. Jalousie ??? jesors.gif

Posté sur le forum Pour l'Histoire par pilayrou le 03/06/2005 16:25

Jean-Baptiste Muiron

Message par Jean-Baptiste Muiron » 12 juil. 2015 18:31

A-t-on procédé à une analyse similaire sur les cheveux de 1805 qui révélaient eux aussi des teneurs anormales en arsenic ?
Il serait également fort intéressant de disposer de cheveux pris sur d'autre membres de la communauté hellénienne, durant le séjour, afin de pouvoir comparer ces résultats avec ceux des cheveux de Napoléon (même exposition, même époque, même conservation).

A-t-on fait des recherches en ce sens (il est vrai que conserver des cheveux de Montholon ou de Bertrand, coupés entre 1815 et 1821, je ne suis pas sûr que celà intéresse grand monde) ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Baptiste Muiron le 13/07/2005 20:57

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4663
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:31

Jean-Baptiste Muiron a écrit :il est vrai que conserver des cheveux de Montholon ou de Bertrand, coupés entre 1815 et 1821, je ne suis pas sûr que celà intéresse grand monde ?
C'est sans doute là que réside le principal problème pour mettre en oeuvre de telles recherches. Il n'y avait aucune raison de conserver les cheveux de personnages de seconde zone durant cette période. Selon toute probabilité, on ne conserve donc aucun cheveu qui permettrait de faire des comparaisons. :cry:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 14/07/2005 06:28

Répondre