Heureusement qu'il y a eu des traîtres

Légende noire, légende rose, récits un peu fantastiques autour de Napoléon et de son règne, investissement affectif à l''égard du personnage... Autant de sujets auxquels cette rubrique est consacrée.
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1892
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Re:

Message par Cipriani Franceschi » 26 janv. 2019 0:24

Frédéric Staps a écrit : Je ne raffole pas des biographies. J'avais beaucoup apprécié en revanche le livre de Mario Vargas Llosa intitulé Le paradis un peu plus loin qui entrecroisait les vies de Flora Tristan et Paul Gauguin, alors que je n'aurais sans doute pas lu de biographies consacrées à ces deux personnages. Le Rêve du Celte du même auteur raconte également la vie de Roger Casement sur lequel il aurait peut-être été difficile d'écrire une biographie à proprement parler, les sources n'étant peut-être pas suffisantes.
Moi non plus, en règle générale je ne raffole pas des biographies... Mais il se trouve que connaissant et appréciant l'Egypte (comme vous devez le savoir) j'ai lu des biographies des présidents Nasser et Sadate... Quant à la période napoléonienne, je suis amené presque naturellement à en lire, notamment celle de Joseph Bonaparte et tout récemment celle de Marmont (j'ai lu aussi la biographie de Paul Verlaine, par Stefan Zweig, qui m'a beaucoup plu)
Frédéric Staps a écrit : Cette mise en roman de la vie de personnages réels permet une approche plus "intime" des personnages auxquels on peut prêter des pensées, alors qu'un livre d'histoire ne le permet pas.
J'entends bien, le roman offre plus de libertés à son auteur... mais justement, prêter des pensées à un personnage qu'il n'a peut-être jamais eues revient à dénaturer sa personnalité.... c'est je crois en cela que je n'apprécie pas trop les "romans historiques" :shock:
Frédéric Staps a écrit : Je l'ai lu et suis resté un peu sur ma faim.
J'avoue n'avoir jamais rien lu de Louis Aragon :? s'agissant de la semaine sainte, je possède une édition originale dédicacée de l'auteur, il faudra que je la lise un jour
Frédéric Staps a écrit : Je me doutais que vous feriez une réponse dans ce genre. Vous avez apparemment du mal à comprendre l'intérêt qu'il peut y avoir dans le point de vue de quelqu'un qui a un point de vue différent du vôtre.
c'est possible.... je concède m'intéresser finalement assez peu au point de vue de mes contemporains... mais dans le cas présent, c'est surtout le votre que je redoute, j'aurais trop peur que vous ne dénaturiez, par vos précieux "conseils de méthodologie historique", mon manuscrit :D (par contre, je possède quelque part un texte traitant de méthodologie historique que je vous soumettrai volontiers)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1892
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Heureusement qu'il y a eu des traîtres

Message par Cipriani Franceschi » 26 janv. 2019 9:08

Frédéric Staps a écrit :La désignation de traîtres qui seraient les véritables responsables de la défaite finale est un élément indispensable et un moyen efficace pour préserver la réputation d'invincibilité de Napoléon.

Peu importe que ces trahisons interviennent après la défaite ou que leur nature exacte reste imprécise, le tout est de pouvoir mettre en avant que Napoléon n'est en rien responsable du désastre et qu'il n'a commis aucune erreur d'évaluation sur les possibilités réelles de vaincre ses adversaires.
Napoléon n'a pas attendu qu'on fasse le boulot à sa place, c'est lui-même qui désigne les traitres.... toute proportion gardée, cette attitude jusqu'au-boutiste me fait un peu songer à celle d'Hitler accusant en 1945 ses généraux d'incompétence, devenant paranoïaque et se suicidant en déclarant que le peuple Allemand ne méritait finalement pas son führer :shock:

Mais la thèse que vous défendez, à savoir désigner des traitres à la vindicte populaire pour dédouaner Napoléon de toute responsabilité, je crois que seuls des "napoléonâtres" inconditionnels pourraient la soutenir, ceux qui ne voient chez Napoléon que des qualités... Les historiens sérieux au contraire soulignent je crois la plupart du temps d'autres facteurs, comme la lassitude des Français après tant d'années de guerres européennes, de "gloire" impériale, la lassitude des maréchaux aspirant au repos, les effectifs des armées coalisées beaucoup plus nombreux que ceux des débris de la Grande Armées, etc....
Frédéric Staps a écrit : D'ailleurs, même si elle n'est peut-être pas exprimée dans les mêmes termes dans le livre de Bernard Coppens, Les mensonges de Waterloo, on peut trouver quelques similitudes dans les passages où il parle de Grouchy, Soult et Ney.
Voilà un livre que je n'ai pas lu, mais qui doit mériter de l'être... je me souviens que Joker en parlait également, se vantant presque d'ailleurs d'en posséder un exemplaire dédicacé de l'auteur ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1892
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re:

Message par Cipriani Franceschi » 26 janv. 2019 9:36

Frédéric Staps a écrit : Marmont est passé à la postérité avec l'image d'un traître, pour une trahison dont la portée reste toutefois assez limitée.
là-dessus, je pense que l'historien Franck Favier (je vais d'ailleurs aller l'écouter en conférence cet après-midi) ne serait pas pleinement d'accord avec vous.... au contraire, on pourrait estimer que la fameuse "défection d'Essonnes" a eue des conséquences incalculables

En effet, lorsqu'elle se produit, Napoléon négociait son abdication conditionnelle en faveur de son fils en désignant pour ce faire trois plénipotentiaires auprès du Tsar (Ney, Macdonald, Caulaincourt) : la trahison de Marmont ruina cette démarche.... :pleure:

citons Franck Favier (page 193) : "la révélation de ce complot place les négociateurs dans une position difficile, car leur seul atout face au tsar est l'unité de l'armée française - Nous étions loin de nous dissimuler tout le mal que ces démarches faisaient à notre cause, c'était avoir porté d'avance un coup fatal à nos négociations (Caulaincourt, Mémoires du Duc de Vicence)"

Le 5 avril, lorsque les négociateurs se présentent chez Alexandre, celui-ci -pourtant enclin à soumettre leur offre aux autres monarques - apprend que le 6ème corps de Marmont a rejoint les armées alliées... dans la foulée, il repousse l'offre d'abdication conditionnelle de Napoléon, il n'y aura pas de Napoléon II sur le trône.... :(
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Répondre