Waterloo... (sentiments)

Ici se joue l'avenir de l'Empire - c'est le quitte ou double.

Visitez les pages sur Waterloo
Répondre
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Waterloo... (sentiments)

Message par CC » 06 avr. 2009 12:24

Singulière campagne où en moins d'une semaine, j'ai vu trois fois s'échapper de mes mains le triomphe assuré de la France et la fixation de ses destinées. Sans la désertion d'un traitre, j'anéantissais les ennemis en ouvrant la campagne. Je les écrasais à Ligny si ma gauche eût fait son devoir. Je les écrasais encore à Waterloo si ma droite ne m'eût pas manqué.
Napoléon.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4395
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 06 avr. 2009 19:44

CC a écrit :Singulière campagne où en moins d'une semaine, j'ai vu trois fois s'échapper de mes mains le triomphe assuré de la France et la fixation de ses destinées. Sans la désertion d'un traitre, j'anéantissais les ennemis en ouvrant la campagne. Je les écrasais à Ligny si ma gauche eût fait son devoir. Je les écrasais encore à Waterloo si ma droite ne m'eût pas manqué.
Napoléon.
C'est ce genre de citations qui m'avait fait écrire ceci, il y a déjà quelques temps :
Il n'a pas davantage été capable de reconnaître sa propre part de responsabilité dans son échec et a entièrement rejeté la faute sur les autres.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 07 avr. 2009 8:26

Peut-être que la pluie du 17 juin a plus influencé qu'on ne le croit la perte de Waterloo; si je n'avais été fatigué j'aurais couru à cheval toute la nuit. Les plus petits évènements en apparence ont souvent les plus grands résultats.
Napoléon.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4395
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 08 avr. 2009 6:43

Après la faute des traîtres, des lâches et des incapables, c'est la faute à la météo. Pauvre Napoléon ! :pleure:
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 08 avr. 2009 11:32

Oui, il n'a pas eu de chance:

Les obstacles qui m'ont fait échouer ne sont point venus des hommes mais ils sont venus des éléments de la nature: dans le Midi, c'est la mer qui m'a perdu, et c'est l'incendie de Moscou, les glaces de l'hiver qui m'ont perdu dans le Nord; ainsi l'eau, l'air et le feu, toute la nature et rien que la nature, voilà quels ont été les ennemis d'une régénération universelle, commandés par la nature même. Les problèmes de la Providence sont insolubles.
Napoléon.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 09 avr. 2009 11:26

Les hommes et le climat, tout s'y est mis! :cry:

A Waterloo, je devais vaincre cent fois pour une! Toutes les chances de la campagne étaient pour nous! Il a fallu que Ney, le brave des braves, avec ses 42.000 Français, se laissât arrêter pendant toute une journée par quelques milliers d'hommes; sans cette inertie inexplicable, l'armée anglaise était prise en flagrant délit et anéantie sans coup férir. Il a fallu aussi que Grouchy, avec plus de 40.000 hommes, laissât Bülow et Blûcher se dérober devant lui, et enfin qu'une pluie battante détrempât tellement le terrain qu'il me fut impossible d'attaquer dès la pointe du jour. Si je l'eusse pu, l'armée de Wellington eût été refoulée dans le défilé de la forêt avant que les Prussiens eussent le temps d'arriver; elle était perdue, sans ressources.
Napoléon à Montholon.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 10 avr. 2009 8:46

La patrie soupire et la gloire est en deuil.

Napoléon à Montholon.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 12 avr. 2009 12:20

Les hommes de 1815 n'étaient pas les mêmes que ceux de 1792. Les généraux craignaient tout.... J'aurais eu besoin d'un commandant de la garde; si j'avais eu Bessières à Waterloo, ma garde aurait décidé de la victoire. Il était d'une bravoure froide, calme au milieu du feu; il avait de très bons yeux, il était habitué aux manoeuvres de cavalerie. Plein de vigueur mais prudent et circonspect. On le verra dans toutes les grandes batailles rendre les plus grands services. Il avait en moins ce que Murat avait en trop.

Sainte-Hélène, Napoléon à Gourgaud.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 14 avr. 2009 14:12

Napoléon reconnait aussi ses erreurs:

Bourmont s'est conduit bassement... Il était connu pour être un des Vendéens les plus faux et les plus hypocrites: je n'aurais jamais dû l'employer.
Bourmont est une de mes erreurs.


Napoléon à Gourgaud, 1816.
Avatar du membre
CC
Messages : 6249
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 15 avr. 2009 11:14

A propos de Jean-Baptiste Drouet, comte d'Erlon:

Je gagne brillamment la bataille de Ligny, mais un lieutenant me prive de ses fruits... Le mouvement d'Erlon m'a fait bien du tort... D'Erlon est un bon chef d'état-major, a de l'ordre, mais voilà tout.

1816, Napoléon à Gourgaud.
Répondre