La détresse d'un homme banni

Le voici prisonnier de l'Europe... appellation qu'il a toujours refusée.
Comment survivre?

Visitez les pages sur Sainte-Hélène
Répondre
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

La détresse d'un homme banni

Message par CC » 04 févr. 2008 13:42

« Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j’ai tant aimé. »

et

"Si on proscrit de Paris mon cadavre comme on a proscrit ma personne, je souhaite qu'on m'inhume auprès de mes ancêtres dans la cathédrale d'Ajaccio, en Corse."

Et il est resté 19 ans encore sur son île, perdu au milieu de l'océan.

Ces paroles sont rappelées sur des monuments qui gravent à jamais (enfin, si c'est entretenu) l'angoisse d'un homme interdit dans le pays qui était son chez-lui, son domaine, son empire.

Image

Image

Le pire de la défaite: le bannissement, l'interdiction de communiquer avec les siens, la mise à l'écart. Définitive.

Qu'a-t-il dû endurer de cela! :cry:

Illustrations La Bricole
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 06 févr. 2008 13:41

Pauvre Napoléon! Il devait redouter à la fois que les Anglais ne gardent son cadavre et que les Français ne désirent pas le voir revenir en France. Il n'était plus en mesure de décider de rien, même pas de sa propre vie. Quelle honte, quels tourments a-t-il endurés!
Répondre