Le régistre des dépenses

Le voici prisonnier de l'Europe... appellation qu'il a toujours refusée.
Comment survivre?

Visitez les pages sur Sainte-Hélène
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Le régistre des dépenses

Message par Diana » 16 févr. 2008 18:56

:salut: Voici Les pages de ce petit régistre des comptes de Longwood, c'est assez touchant parfois de lire la liste de ces petites choses si prosaïques du quotidien de l'Empereur. L'orthographe aussi a son charme et en est amusante. Je ne les met pas toutes à la fois cela serait assez fatigant à lire.

Bonne lecture


Image


Image

Image

Image

Image

:roserouge:
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Avatar du membre
Albertuk
Messages : 141
Enregistré le : 06 déc. 2007 8:13
Localisation : Londres
Contact :

Message par Albertuk » 16 févr. 2008 20:36

Oui et on en voit pas d'achat de mort aux rats... :o
Amicalement
Albert - UK
Sébastien
Pro de l'orthographe
Messages : 432
Enregistré le : 28 avr. 2006 16:46
Localisation : Belgique

Message par Sébastien » 16 févr. 2008 23:05

Merci pour les détails Diana ... :wink:
Avatar du membre
Surcouf35
Messages : 215
Enregistré le : 27 nov. 2006 13:11
Localisation : Antibes

Message par Surcouf35 » 20 févr. 2008 8:44

Albert a raison, pas une trace de mort aux rats... N'est-ce pas surprenant ? Les rats faisaient-ils partie de la légende napoléonienne eux-aussi ou ce produit était-il acquis parallèlement à la comptabilité officielle...
La parole a été donnée à l'homme afin de masquer sa pensée et le regard afin de dissimuler ses paroles
Quantico

Message par Quantico » 20 févr. 2008 10:32

prosaïque
j'aime ce mot français, dans le sens banal (commonplace)...
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 20 févr. 2008 10:44

Les rats faisaient-ils partie de la légende napoléonienne eux-aussi
Tiré de Napoléon à Sainte-Hélène de Ganière :

"Les rats constituèrent eux aussi un redoutable fléau. Leur présence sur le plateau de Longwood avait été de tout temps constatée. Périodiquement, les annales de l'île signalaient leurs méfaits ou traduisaient la satisfaction des habitants lorsqu'une épidémie mystérieuse laissait croire à leur disparition. L'arrivée d'une collectivité qui, malgré les consignes d'hygiène qui leui avaient été communiquées, s'abstenait de détruire les déchets de cuisine soit en les enterrant soit en les brûlant, provoqua instantanément leur prolifération. Les alentours de la maison furent ainsi envahis par uen véritable armée de rongeurs, montant la garde devant la porte de l'office, detruisant poulaillers et clapiers, se faufilant partout, même dans les pièces d'habitation. La nuit, l'Empereur les entendait grouiller au-dessus de sa tête, gratter sous le plancher de sa chambre, s'attaquer aux boiseries. Un jour même, il en vit un sortir de son chapeau alors qu'il s'apprêtait à le prendre pour sa promenade du soir. Il fallut organiser de véritables battues, au cours desquelles, à coups de tisonnier ou de tire-bottes, plusieurs dizaines de ces hôtes indésirables restaient sur le carreau, pour la plus grande joie des Chinois qui en faisaient volontiers leur ordinaire."

A chapitre des anecdotes, on peut ajouter le rat qui avait, comme pour Napoléon, trouvé refuge dans le chapeau de Bertrand, Mme Montholon protégeant ses enfants en plaçant les pieds des lits dans des bassines d'eau, la nourriture suspendue dans le cellier, ou encore la cuisse entamée d'un cheval à l'écurie.
On employa de la mort-aux-rats, mais on y renonça ; les rats allant mourir et pourrir dans des endroits impossibles à atteindre. Les Chinois fabriquèrent aussi des pièges efficaces. Si j'ai bonne mémoire, on dressa même un chien à cet usage.


Salutations respectueuses.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Albertuk
Messages : 141
Enregistré le : 06 déc. 2007 8:13
Localisation : Londres
Contact :

Message par Albertuk » 20 févr. 2008 11:21

Bonjour
On employa de la mort-aux-rats, mais on y renonça
C'est exact et le registre des dépenses 1818 montre que, dès cette année-là, on n'en faisait déjà plus grand usage car les rats morts pourrissaient entre les planches et rendaient l'air insupportable. Ce détail montre donc que, à l'inverse de ce qu'en pense les empoisonnistes, on n'utilisait plus la mort-aux-rats trois ans au moins avant le décès de Napoléon ! La méthode employée était plutôt de les attraper et les Chinois en faisaient un festin.

Cependant les rats n'étaient pas une légende napoléonnienne ! Ils ont bien infesté l'île comme un autre témoin, le baron Stürmer, l'avait rapporté dans sa dépêche No.2 de janvier 1817:

Une nuée de sauterelles fut jadis regardée en Egypte comme un fléau du ciel. Qu’était ce pourtant auprès du fléau de cette île ? Elle est couverte de rats qui y font, journellement, les plus grands dégâts et contre lesquels les habitants mêmes ne peuvent assez se précautionner.
Amicalement
Albert - UK
Luc Meaux
Président S.T.D.E.
Messages : 814
Enregistré le : 07 mai 2006 11:28

Message par Luc Meaux » 20 févr. 2008 11:33

...Il n'en empêche que l'achat de la mort aux rats est toujours possible. Premièrement, des filères parallelles par lesquelles il est possible de s'en procurer existent -d'office l'achat ne sera repris dans aucune liste- et, deuxièmement il n'est pas obligé d'avoir l'usage auquel il est en général prévu...
Espion, Lève-toi!
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 20 févr. 2008 11:39

Las Cases, le 27 juin 1816 (Le Mémorial) :

"Nous avons failli n'avoir point de déjeuner : une irruprion de rats qui avaient débouché de plusieurs points dans la cuisine durant la nuit, avaient tout enlevé. Nous en sommes littéralement infestés ; ils sont énormes, méchants et très hardis ; il ne leur fallait que fort peu de temps pour percer nos murs et nos planchers. La seule durée de nos repas leur suffisait pour pénétrer dans le salon, où les attirait le voisinage des mets. Il nous est arrivé plus d'une fois d'avoir à leur donner bataille après le dessert ; et un soir, l'Empereur voulant se retirer, celui de nous qui fut lui prendre son chapeau, en fit bondir un des plus gros. Nos palfreniers avaient voulu élever des volailles, ils durent y renoncer, parce que les rats les leur dévoraient toutes. Ils allaient jusqu'à les saisir la nuit, perchées sur les arbres."
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 20 févr. 2008 12:00

Marchand (Mémoires) :

"Dans le commencement de notre arrivée, les rats se répandaient dans toute la maison, du grenier au rez-de-chaussée. Depuis longtemps, à l'exception du grenier où quelques-uns se laissaient voir encore, tous s'étaient réfugiés et se tenaient autour du garde-manger, débouchant le soir par les trous qu'il s'y étaient pratiqués et en garnissant le pavé de manière à le rendre noir. Ils grimpaient après les murs jusqu'à une extrême hauteur et s'élançaient quelquefois avec succès sur les viandes suspendues au plafond au moyen d'un crochet en fer. Pour ne pas être infectés en leur préparant une nourriture mêlée d'arsenic qui les aurait fait crever dans leurs terriers, on disposait une grande ratière en très gros fils de fer bien attachée au sol, avec de l'appât ; chaque matin, huit à dix rats se trouvaient pris ; furieux de ne pouvoir sortir du piège dans lequel ils étaient entrés, ils se battaient entre eux. La matin, la ratière était apportée au milieu d'un gazon, les chiens de l'écurie étaient en arrêt, et aussitôt qu'il en sortait un, le chien le saisissait aux reins, les lui cassait, et le laissait pour mort sur place. Il arrivait quelquefois que ces mêmes chiens étaient mordus par les rats qui se défendaient en désespérés, mais ils revenaient ausitôt à la charge, se promettant d'être plus adroits."



Salutations respectueuses.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 20 févr. 2008 13:59

Témoignage de Montholon :

"Le gouverneur fait mettre des lapins dans l'enceinte de Deadwood ; il veut, dit-il, que l'Empereur puisse faire de l'exercice en chassant. L'Empereur nous dit :
-C'est une mauvaise plaisanterie ; les rats mangeront les lapins. Il ferait bien mieux de les détruire, car ils pourraient finir par nous manger nous-mêmes.
Il y avait en effet une si grande quantité à Longwood, que bien souvent ils se promenaient dans nos chambres, et qu'il y avait nécessité de mettre des cuvettes d'eau sous les pieds des berceaux de nos enfants. Un des chevaux de l'Empereur, étant malade, eut une partie de la cuisse mangée la nuit par les rats. Le grand maréchal lui-même a été assez grièvement mordu à la main pendant qu'il dormait."
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 20 févr. 2008 15:25

Albine :

"Il n'y avait dans l'île aucun animal venimeux mais en revanche des rats d'une grosseur énorme et en telle quantité qu'ils dégradaient les murs, se mettaient entre les boiseries et faisaient un vacarme affreux dans notre baraque. On craignait pour les enfants qu'ils ne s'introduisissent dans les berceaux, on y veillait continuellement, enfin c'était une vraie calamité !"
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 20 févr. 2008 16:41

Albertuk a écrit :Bonjour
On employa de la mort-aux-rats, mais on y renonça
C'est exact et le registre des dépenses 1818 montre que, dès cette année-là, on n'en faisait déjà plus grand usage car les rats morts pourrissaient entre les planches et rendaient l'air insupportable. Ce détail montre donc que, à l'inverse de ce qu'en pense les empoisonnistes, on n'utilisait plus la mort-aux-rats trois ans au moins avant le décès de Napoléon ! La méthode employée était plutôt de les attraper et les Chinois en faisaient un festin.

Ayaya! J'étais de ceux qui auraient juré qu'on utilisait de la mort-aux-rats jusqu'en 21.

Pourtant j'avais lu moi aussi ces relations de chasse aux rats. :?
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 20 févr. 2008 16:44

Merci Cyril, pour ces témoignages.

:fleur:
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Message par Diana » 20 févr. 2008 18:17

Si on aurait mis de la mort aux rats partout, on aurait empoisonné aussi tous les chinois de Longwood qui les chassaient et se régalaient de leur chair. Or jusqu'à 1821 on ne parle pas de Chinois décédés de mort-aux-rats. :salut:
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Répondre