un article sur la nourriture à Sainte Hélène

Le voici prisonnier de l'Europe... appellation qu'il a toujours refusée.
Comment survivre?

Visitez les pages sur Sainte-Hélène
Répondre
Avatar du membre
cavalier jacobin
Messages : 178
Enregistré le : 11 avr. 2007 18:21
Localisation : Bresse
Contact :

un article sur la nourriture à Sainte Hélène

Message par cavalier jacobin » 05 mai 2008 9:41

Voici un article publié dans une revue de médecine il y a une vingtaine d'années sur le sujet.

Image
Un historien s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

http://www.associationsuchet.com
Avatar du membre
cavalier jacobin
Messages : 178
Enregistré le : 11 avr. 2007 18:21
Localisation : Bresse
Contact :

Message par cavalier jacobin » 05 mai 2008 9:44

Image

Image
Un historien s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

http://www.associationsuchet.com
Avatar du membre
cavalier jacobin
Messages : 178
Enregistré le : 11 avr. 2007 18:21
Localisation : Bresse
Contact :

Message par cavalier jacobin » 05 mai 2008 9:47

Image

Bonne lecture
Un historien s'appuie sur ses recherches pour délivrer ses résultats, quitte à briser quelques clichés.

http://www.associationsuchet.com
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Message par Diana » 05 mai 2008 11:28

cher Cavalier Jacobin

merci infiniment pour cet article très intéressant sur la nourriture impériale à Sainte-Hélène, qui confirme et complète le régistre des dépenses mis en ligne il y a quelque temps:

http://forum.napoleonprisonnier.com/vie ... php?t=1276

On peut, en effet, y suivre l'évolution de la maladie de l'empereur à travers les achats de nourriture qui se faisaient à Longwood durant cette période.


:fleur:
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Invité

Message par Invité » 05 mai 2008 11:57

Très intéressant tout çà.
Et en effet cela se complète bien.
Merci à vous deux.

:fleur:
Avatar du membre
Surcouf35
Messages : 215
Enregistré le : 27 nov. 2006 13:11
Localisation : Antibes

Message par Surcouf35 » 06 mai 2008 14:11

A t-on des témoignages sur la nourriture impériale et surtout la façon de "l'ingurgiter" de Napoléon du temps de sa splendeur...J'emploie ce vilain mot car je crois que le temps passé à la restauration était pour le moins pitoyable...Ceci expliquant sans doute, en y ajoutant le stress perpétuel et les chavauchées et campagnes, l'état du foie et de l'estomac en 1815...
La parole a été donnée à l'homme afin de masquer sa pensée et le regard afin de dissimuler ses paroles
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 06 mai 2008 15:31

Nous avons ceci:

L'Empereur et la nourriture.

Caulaincourt, grand écuyer, dans ses mémoires:
L’Empereur mangeait vite et avalait avec une telle vivacité qu’on pouvait croire qu’il mâchait peu ou même pas du tout. On a débité beaucoup de contes sur sa manière de vivre. La vérité est qu’il ne faisait que deux repas. Il préférait à tout le bœuf ou le mouton, les fèves, les lentilles ou les pommes de terre, le plus souvent en salade. Il était rare qu’il bût une bouteille de vin dans la journée. Il préférait le Chambertin. Après son déjeuner et son dîner, il prenait une tasse de café à l’eau. Toute sa recherche était là. Il l’aimait assez fort, depuis ses campagnes d’Egypte. Il préférait le moka.


http://www.napoleonprisonnier.com/napol ... nourriture
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 06 mai 2008 19:27

A t-on des témoignages sur la nourriture impériale

"Les mets les plus simples étaient ceux qu'il préférait : les lentilles, les haricots blancs, les verts qu'il aimait beaucoup, mais qu'il craignait de manger par la crainte d'y trouver des fils qui, disait-il, lui faisaient l'effet de cheveux, et dont la seule pensée lui soulevait le coeur ; la pomme de terre arrangée de toutes les façons lui plaiseint beaucoup, même cuite à l'eau ou sous la cendre."
(Marchand, Mémoires)

"Les mets les plus simples, tels que les oeufs au miroir, les haricots en salade, presque jamais de ragoûts, un peu de fromage de parmesan, arrosés de chambertin étendu d'eau, étaient ceux qu'il aimait le mieux.
[...]
Le plat que l'Empereur aimait le plus était cette espèce de fricassée de poulet à laquelle cette préférence du vainqueur de l'Italie fit donner le nom de poulet à la Marengo. Il mangeait volontiers des haricots, des côtelettes, une poirtine de mouton grillé, un poulet rôti. Les mets les plus simples étaient ceux qu'il aimait le mieux ; mais il était difficile sur la qualité du pain."
(Constant, Mémoires)

"Il mangeait presque tous les matins du poulet accommodé à l'huile et aux oignons, ragoût modeste que l'on nommait, je crois, poulet à la provençale, et qui, depuis, a perpétué sur les cartes de nos restaurateurs le souvenir d'une bataille fameuse, sous le nom plus ambitieux de poulet Marengo."
(Bourrienne, Mémoires)


Maintenant les boissons :

Bien évidemment le Chambertin (mais pas que cela) :

"Il faisait usage de chambertin à son ordinaire, qu'il trempait fortement d'eau ; jamais ou bien rarement, il faisait usage de vins extra ou de liqueurs."
(Marchand, Mémoires)

"Son vin ordinaire était le Chambertin."
(Fain, Mémoires)

"La boisson à Sainte-Hélène était du claret ; en France, elle avait été du Chambertin. Il buvait rarement sa demi-bouteille, et toujours mettant autant d'eau que de vin. Presque jamais de vins fins. Quelquefois, dans la journée, il buvait un verre de vin de Champagne, mais jamais sans y joindre pour le moins autant d'eau : c'était une limonade."
(Ali, Souvenirs)

Napoléon prenait, en outre, une tasse de thé ou fleurs d'oranger au lever, et une tasse de café après son déjeuner et son dîner. D'après Caulaincourt (Mémoires), il l'aimait assez fort (souvenirs d'Egypte) et préférait le moka.
D'après Bourrienne (Mémoires), au coeur de nuit, le café laissait place au chocolat.


et surtout la façon de "l'ingurgiter" de Napoléon
« Douze minutes était le temps consacré à Paris, pour le dîner, que l’on servait à six heures. Napoléon se levait de table et laissait l’impératrice avec les autres convives continuer le repas à leur guise. Son déjeuner, qu’il prenait seul à neuf heures et demie, ne durait pas plus de huit minutes. »
(Constant, Mémoires)

"Napoléon mangeait vite.
[...]
Le dîner de l'Empereur ne durait pas plus de quinze à vingt minutes."
(Fain, Mémoires)

« Bonaparte n’est guère plus d’un quart d’heure à table quand il dîne avec un peu de monde. Il n’est pas plus d’une demi-heure à la plus grande table.
[…]
Quelques temps après sa nomination au Consulat, on lui représenta que ses dîners étaient trop brefs ; il allongea de quelques minutes. Je lui dis à ce sujet « Général, vous êtes devenu moins expéditif à table. » Il me répondit : « C’est déjà la corruption du pouvoir. »
(Roederer, Mémoires)

« Il était rarement à table plus de dix à douze minutes, à moins que la conversation lui plût. Il lui arrivait souvent de se lever de table et de laisser des convives affamés qui avaient à peine eu le temps de déplier leurs serviettes. Dans le commencement, on se levait avec lui sans avoir dîné, et il n’invitait pas à continuer le dîner ; mais quelques temps après, il fut convenu qu’on ne le suivrait point. »
(Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon)

"Souvent le déjeuner de Napoléon ne durait pas huit minutes.
Mais lorsqu'il éprouvait le besoin de "fermer son cabinet", comme il le disait quelquefois en souriant, le déjeuner durait assez longtemps.

[...]
Le dîner durait ordinairement quinze à vingt minutes."
(Bausset, Mémoires)


Ceci expliquant sans doute, en y ajoutant le stress perpétuel et les chavauchées et campagnes, l'état du foie et de l'estomac en 1815...
Constant (Mémoires) s’est fait l’écho des problèmes de santé liés à sa manière de manger :
« L’habitude de manger précipitamment causait parfois à Sa Majesté de violents maux d’estomac qui se terminaient presque toujours par des vomissements. »


Salutations respectueuses.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 06 mai 2008 19:49

Cyril, une fois de plus, je m'incline devant votre savoir!

:fleur:
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1133
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 06 mai 2008 19:56

Je recopie, c'est tout. :ange:
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Invité

Message par Invité » 06 mai 2008 20:08

Peut-être, mais c'est déjà bien.
Merci Cyril.

:fleur:
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 10 mai 2008 11:34

Je suis très étonnée de lire que Constant parlait de vomissements fréquents alors que j'ai dans le souvenir qu'arrivé à Sainte-Hélène Napoléon parlait de son estomac pour la première fois, n'ayant jamais eu à se plaindre de cet organe auparavant.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 10 mai 2008 15:12

Les citations reprises par Cyril sont ici:

http://www.napoleonprisonnier.com/napol ... nourriture

Encore merci, Cyril, pour cet intéressant florilège!


:fleur:
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 10 mai 2008 16:55

Et voici "la médecine et les comptes":

http://www.napoleonprisonnier.com/chron ... ecine.html

Merci à Diana et à Jérôme pour ces intéressants documents.


:fleur:
Répondre