la santé de Napoléon

Le voici prisonnier de l'Europe... appellation qu'il a toujours refusée.
Comment survivre?

Visitez les pages sur Sainte-Hélène
TN
Messages : 464
Enregistré le : 19 mai 2006 7:32

Message par TN » 19 mars 2007 13:57

CC a écrit :... Antommarchi n'avait pas encore exercé comme médecin. Il était donc plus facile de le dénigrer ...
De mémoire, il me semble qu'ANTONMARCHI n'était pas médecin mais chirurgien.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 19 mars 2007 14:00

:? Bien possible que je m'embrouille quelque peu, cher Thinap!

Surtout que pour nous, tout chirurgien est d'abord médecin. :|

Il faudrait revoir ce que reprenaient exactement ces termes en 1820.
TN
Messages : 464
Enregistré le : 19 mai 2006 7:32

Message par TN » 19 mars 2007 15:39

Médecin ou chirurgien : l'Empereur n'avait pas l'air d'avoir une grande estime à son sujet.

Antommarchi était bien chirurgien :
http://www.medarus.org/Medecins/Medecin ... archi.html
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 19 mars 2007 17:23

Merci, Thinap!
Je vais lire ça tout à l'heure, à mon aise!

Ce midi j'ai lu le texte de BBea (trop vite) et j'ai ensuite posé une question dont la réponse se trouvait dans le texte.

Une règle donc: prendre son temps!

:fleur:
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 19 mars 2007 23:42

Il avait reçu le diplôme de docteur en chirurgie le 30 juin 1812, remis par l'Académie de Pise (Italie).

Pouvait-on, en 1812, être chirurgien sans être médecin? :roll:

Antommarchi fut nommé le 7 juillet 1813 par le Sénateur, Grand Maître des Universités Impériales, prosecteur d'anatomie (préparateur de dissection) à l'hôpital Sainte-Marie-Nouvelle dans le service du Professeur Mascagni anatomiste à Florence et en tant que tel astreint à résidence. Cette nomination à une responsabilité hospitalière avait été attribuée après un rapport favorable de Cuvier, envoyé sur place pour en décider. François Antommarchi partageait son temps à Florence entre son activité hospitalière et une clientèle privée au "Bordo dei Greci".

Anatomie, préparateur de dissection... n'est-ce pas un peu comme un actuel médecin légiste?

Et la clientèle privée? Des dissections là aussi? :shock:

Il y a encore à chercher je pense, même si le lien est bien intéressant.
Il y a aussi la partie qui rappelle l'évolution de la maladie qui est clairement présentée, puis on trouve des liens intéressants.
:wink:
TN
Messages : 464
Enregistré le : 19 mai 2006 7:32

Message par TN » 20 mars 2007 8:26

Pouvait-on, en 1812, être chirurgien sans être médecin?
Et maintenant ? Les études de médecine et de chirugie sont - je crois - différentes, bien que les deux métiers soient très proches l'un de l'autre. Pour autrant, pour être chirurgien on n'a pas besoin d'être médecin.
Anatomie, préparateur de dissection... n'est-ce pas un peu comme un actuel médecin légiste?
Cela y ressemblerait un peu. Dans le cas d'ANTOMMARCHI à l'hôpital de Florence on peut supposer qu'il était l'adjoint d'un professeur et se contentait de préparer les cadavres pour la dissection durant les cours. C'est - à mon avis - l'hypothèse la plus vraisemblable, car il a été nommé à ce poste à Florence par le Grand-maître de l'Université impériale.
Et la clientèle privée? Des dissections là aussi?
Pourquoi pas ? Ses fonctions de prosecteur d'anatomie lui permettaient-ells de vivre correctement ?
Ce ne serait pas surprenant, encore aujourd'hui de grands professeurs de médecine ou de chirurgie qui exercent leurs talents dans des hôpitaux publics ont également une clientèle privée ... qu'ils reçoivent dans les hôpitaux publics.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 20 mars 2007 17:10

Pour autrant, pour être chirurgien on n'a pas besoin d'être médecin.

J'étais persuadée du contraire.
Je pensais qu'il s'agissait d'une spécialisation.

encore aujourd'hui de grands professeurs de médecine ou de chirurgie qui exercent leurs talents dans des hôpitaux publics ont également une clientèle privée ... qu'ils reçoivent dans les hôpitaux publics.
Absolument. Mais pour la médecine ou la chirurgie, il s'agit de personnes vivantes.

Ce que je voulais souligner, c'est que pour Antommarchi, la clientèle en question devait être différente.

Qui donc va s'adresser à un médecin de manière privée pour disséquer un cadavre? :|

J'en déduis (à tort?) qu'Antommarchi devait également exercer la médecine, à titre privé, pour soigner des malades.

Dans ce cas, Napoléon n'aurait pas été son premier patient.
TN
Messages : 464
Enregistré le : 19 mai 2006 7:32

Message par TN » 20 mars 2007 17:22

Absolument. Mais pour la médecine ou la chirurgie, il s'agit de personnes vivantes.

Ce que je voulais souligner, c'est que pour Antommarchi, la clientèle en question devait être différente.

Qui donc va s'adresser à un médecin de manière privée pour disséquer un cadavre? :|

J'en déduis (à tort?) qu'Antommarchi devait également exercer la médecine, à titre privé, pour soigner des malades.

Dans ce cas, Napoléon n'aurait pas été son premier patient.[/color]
Ta remarque est pertinente et ce n'est peut-être pas une déduction à tort. Je m'imagine mal un médecin ou un chirurgien soigner un mort. On pourrait peut-être trouver quelque chose dans une biographie d'Antommarchi.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4940
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 20 mars 2007 17:35

De nos jours, la chirurgie est devenue une spécialisation de la médecine. Il faut d'abord être médecin pour pouvoir devenir chirurgien moyennant quelques années d'étude supplémentaires.
Il en allait autrement sous l'Ancien Régime et jusqu'au début du 19e siècle. Les chirurgiens n'étaient pas formés dans les universités, mais suivaient un apprentissage plus proche de celui du barbier que de celui du médecin.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 20 mars 2007 17:55

:? Antommarchi était donc réellement un mauvais choix. :cry:

On peut se dire qu'un bon anatomiste, un bon chirurgien, pouvait s'y connaître également en médecine.
Mais il reste de la marge entre connaître le fonctionnement d'un organe et diagnostiquer une maladie puis appliquer la médication adéquate.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4940
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 20 mars 2007 23:59

Au début du 19e siècle, la médecine reste encore très peu scientifique. La théorie des humeurs héritée de Galien est encore celle qui prévaut. Les remèdes restent souvent des saignées et des purgations comme à l'époque de Molière.
Il est donc illusoire de croire qu'un médecin aurait nécessairement pu traiter Napoléon de manière plus adéquate qu'Antommarchi.
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 27 mars 2007 18:44

C'est terrible! Pauvre Napoléon! C'est vrai qu'on lui a fait des drôles de choses pour le soigner de son cancer! Il avait des vésicatoires; je suppose que c'est du même genre que les purgatifs et les saignées.
Avatar du membre
CC
Messages : 6287
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 07 juil. 2007 18:06

Je reprends ce sujet pour y apporter une biographie d'Antommarchi.

Sur cette page, vous trouverez en fait plusieurs parties parlant d'Antommarchi, mais également des extraits de la biographie par le dr Mets:

http://www.napoleonprisonnier.com/acteu ... i.html#bio

Il nous montre que le dr Antommarchi était bien médecin et chirurgien.

Egalement que les chirurgiens-barbiers étaient dépassés, même si le titre restait.

En tout cas, Antommarchi a fait de solides études et a accumulé de l'expérience.

Il était semble-t-il bien compétent et apprécié par diverses personnes, à plusieurs moments de sa vie.

Antommarchi n'a pas fait mieux - mais pas pire non plus - que les autres médecins.
Les connaissances de l'époque ne permettaient tout simplement pas de sauver Napoléon. :cry:

Un ajout bien intéressant à propos de ce personnage qui reste pour certains une énigme.

Bonne lecture!

:fleur:
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 18 juil. 2007 9:06

Il était peut-être médecin, mais on peut aussi être un mauvais médecin. D'ailleurs c'était un médecin qui n'était pas souvent là quand Napoléon avait besoin de lui.
Répondre