Marie Walewska, l'autre grand amour?

Le temps de la grandeur est passé, mais l'Empereur se bat toujours.
Que se passe-t-il pour cet homme et ses proches?
Répondre
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 22 août 2008 15:16

Là, chère Bastet, je vous rejoins entièrement!

:fleur:
Avatar du membre
bastet
Messages : 738
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 22 août 2008 16:13

Merci :paix:
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
Détenteur de la Vérité
Messages : 21
Enregistré le : 29 déc. 2007 18:16

Message par Détenteur de la Vérité » 22 août 2008 19:28

Moi, attaquer Napoléon ? Mais, ma pauvre dame, courez vite chez un ophtalmologue ! Et de quel droit avez-vous l'outrecuidance de vouloir vous vous accaparer l'Empereur ? Il n'est pas plus à vous qu'à moi et je dirais même qu'en essayant de couvrir de boue cette femme magnifique qu'est Marie Walewska, vous avez perdu toute crédibilité en tant que napoléonienne.
Je sais tout parce que c'est Dieu lui-même qui me dit tout et il n'y a pas de honte à cela.
Avatar du membre
bastet
Messages : 738
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 22 août 2008 20:00

Cool, Zen!!! :fou: Aux yeux de qui j'ai perdu toute crédibilité napoléonienne? Aux vôtres? Mais je n'en ai rien à faire :diable: je ne dispute à personne l'honneur de posséder cette Ombre souveraine, l'honneur d'aimer et d'admirer le Grand Empereur est un bien commun
Vraiment, vous le trouvez, j'ai couvert de boue MW?????
:zen:
Je n'entrerai pas dans cette dialectique. Je crois qu'une passion les a unis après tout cette première fois entre eux ne regardent qu'eux. L'essentiel, à mes yeux, réside dans le bonheur que ces deux êtres ont pu vivre.

Le reste appartient à l'Histoire
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4592
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Un récit magnifique

Message par Frédéric Staps » 23 août 2008 7:57

" ... "

Frédéric Masson, Napoléon et les femmes, p. 245.
Avatar du membre
bastet
Messages : 738
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 23 août 2008 10:28

Avons-nous la même édition? Je choisis p.245
" En cette recherche de la femme qui l'aime, qui ne soit qu'à lui, qui entretienne avec lui un continuel échange de tendresses, il est certainement de bonne foi; mais jusqu'à quel point obéit-il à ses souvenirs littéraires; jusqu'à quel point se contraint-il à éprouver des sensations qu'il croit d'une espèce rare et nouvelle ?.......

Pour un tel homme, ce qui est surprenant, c'est la fidélité, non des sens, mais du coeur...... "

D'abord, l'art de Masson une ponctuation qui sait user du point-virgule, l'art de la gradation, enfin un style associé aux connaissances, dont celle de l'âme.

Ensuite ce comportement montre, ce qu' un homme tel que Masson a pu percevoir, de l'action de l' Anima chez l' homme. Des romanciers aussi: L'Atlandide, P.Benoît , La Vouivre , Marcel Aymé.......

Mais celà relève d'un autre domaine
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4592
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Quand les historiens savaient se montrer pudiques

Message par Frédéric Staps » 23 août 2008 11:25

bastet a écrit :Avons-nous la même édition?
Sans doute pas, car en fait moi je n'ai pas d'édition. J'ai simplement consulté le bouquin disponible sur google d'après l'édition de 1717 :fou:

Voici le passage plus complet d'où j'ai extrait le récit magnifique cité ci-dessus :
Devant cette violence, ces menaces, cette montre brisée qui vole en éclats, la pauvre femme tombe roide sur le parquet... Quand elle sort de son évanouissement, elle ne s'appartient plus. Il est là, près d'elle, essuyant les larmes qui, goutte à goutte, tombe de ses yeux.
Désormais c'est une liaison, si l'on peut ainsi appeler l'habitude prise par elle de venir, chaque soir, au palais, subir, avec une passive résignation, des caresses dont elle espère toujours le prix ; car ce n'est point pour si peu qu'elle s'est donnée ou plutôt qu'elle s'est laissé prendre
C'est vraiment superbe. De toute évidence, Frédéric Masson a utilisé comme source le récit de Marie, mais il a su, avec ô combien de tact et de pudeur, en éliminer tous les détails grossiers et inutiles qui n'ont pas leur place dans les ouvrages destinés à un public convenable. Du grand travail historique, à n'en pas douter. :bravo:
Avatar du membre
CC
Messages : 6283
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 23 août 2008 11:57

Octave Aubry (qui reprend les Mémoires écrits par Marie à l'intention de ses fils) relate la seconde entrevue privée entre Napoléon et Marie le 18 janvier 1807 : (Marie Walewska - Flammarion, 1951)

"Il (Napoléon) n'est pourtant pas un homme qu'on décourage :

Je veux, entends-tu bien ce mot, s'écrie-t-il avec violence, je veux te forcer à m'aimer ! J'ai fait revivre le nom de ta patrie : sa souche existe encore, grâce à moi. Je ferai plus encore. Mais songe que, comme cette montre que je tiens à la main et que je brise à tes yeux, c'est ainsi que son nom périra, et toutes tes espérances, si tu me pousses à bout en repoussant mon coeur et me refusant le tien.

Sa forte voix résonne, durcie par l'accent qui revient dans tous ses moments d'émotion. Marie demeure immobile et muette, mais quand il jette sa montre sur le parquet et l'écrase du talon, ses nerfs s'affaissent, elle s'évanouit.
Lorsqu'elle retrouve ses sens, au visage anxieux de Napoléon, aux mots qu'il murmure, elle comprend qu'il a abusé de sa défaillance [sic].

Cette vilenie, il l'a accomplie comme poussé par un instinct sauvage. Maintenant il la regrette et, devant ces yeux désespérés, il a peur.
Elle le repousse avec horreur et sanglote longuement. Heure lourde et triste où l'homme reste décontenancé, muet devant sa captive."


http://www.napoleonprisonnier.com/acteu ... #seducteur
Avatar du membre
bastet
Messages : 738
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 23 août 2008 13:04

Octave Aubry! quelle délicatesse dans l'évocation! Un autre à la même érudition et à la même délicatesse: Jules Bertaut, si amoureux de ses belles émigrées qu'il ne voit en elles que des anges :diable: de séduction....

C'est qu'il ne suffit pas d'avoir les sources encore faut-il savoir les "écrire", tout suggérer par les mots sans heurter un public, en ces temps lointains, peu habitué aux précisions cliniques ... :oops:

Peut-être ne fut-ce que "passive résignation" aux caresses, peut-être non?....Il n'est peut-être pas très utile de remuer les cendres des amours mortes?.......
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
bastet
Messages : 738
Enregistré le : 06 août 2008 20:40
Localisation : Sud Ouest

Message par bastet » 23 août 2008 13:12

Un mot encore, pas tellement hors-sujet: Je trouve que la belle polonaise est une excellente figure d'Anima plus près de l'image de Marie que de celle d'Hélène, dans la gradation des figures d'Anima que l'homme porte en lui....Ce n'est qu'une parenthèse!!!
:roll:
A bientôt
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Avatar du membre
Lasalle60
Messages : 587
Enregistré le : 19 oct. 2007 10:55
Localisation : Mouy Oise Empire Français

Message par Lasalle60 » 24 août 2008 8:47

Pierre Desmarest
d'après l'édition de 1717
Un bouquin sur Napoléon édité AVANT Napoléon..........Alors la ! y à une erreur de vous ou de Google ;)
Si nous parlons bien tous du "Napoléon et les Femmes de Frédéric Masson , la première édition date de 1893 :D
VIVE L'EMPEREUR ! ! ! ! ! ! !et par Saint Georges vive la cavalerie ! ! ! ! !
J'oublie mes Ennemis Jamais mes Amis
Patrick Lerouge
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4592
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 24 août 2008 9:09

En fait, si j'ai fait suivre la date d'un :fou:, c'était pour souligner que celle qui figurait sur le site de Google était absurde. :lol:

Mais en examinant de plus près le livre digitalisé, on peut découvrir sur la page de garde la mention suivante :

Paris
Libraire Borel
21, Quai Malaquais, 21
__________
M DCC XVII


ce qui correspond bien à 1717 en chiffres romains. Le typographe s'est sans doute trompé d'un chiffre. Il voulait sans doute mettre ceci : M DCD XVII, qui est plus plausible.
Avatar du membre
Lasalle60
Messages : 587
Enregistré le : 19 oct. 2007 10:55
Localisation : Mouy Oise Empire Français

Message par Lasalle60 » 24 août 2008 9:30

Oui bien sur je m'en doute , mais même votre date en chiffres romain ( M DCD XVII ) correspond plus à Marie Walewska : les maîtresses de Napoléon du même auteur (1897) mais je m'y perd toujours dans les chiffres romain.......... :( :paix:
VIVE L'EMPEREUR ! ! ! ! ! ! !et par Saint Georges vive la cavalerie ! ! ! ! !
J'oublie mes Ennemis Jamais mes Amis
Patrick Lerouge
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4592
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 24 août 2008 20:22

Lasalle60 a écrit :Oui bien sur je m'en doute , mais même votre date en chiffres romain ( M DCD XVII ) correspond plus à Marie Walewska : les maîtresses de Napoléon du même auteur (1897)
MDCDXVII = 1917. L'édition qui figure sur le site de Google n'est probablement pas la première édition, mais une réédition. Ce livre a-t-il été réédité pendant la Première Guerre mondiale ? Je l'ignore, mais ce n'est pas impossible.
Lasalle60 a écrit :mais je m'y perd toujours dans les chiffres romain.......... :( :paix:
Vous pouvez trouver sur Internet des convertisseurs. Celui-ci, par exemple : http://www.ecoles.cfwb.be/argattidegamo ... omains.htm
Avatar du membre
Lasalle60
Messages : 587
Enregistré le : 19 oct. 2007 10:55
Localisation : Mouy Oise Empire Français

Message par Lasalle60 » 25 août 2008 8:03

Merci bien pour votre site :D
VIVE L'EMPEREUR ! ! ! ! ! ! !et par Saint Georges vive la cavalerie ! ! ! ! !
J'oublie mes Ennemis Jamais mes Amis
Patrick Lerouge
Répondre