FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Le bilan du règne
Le bilan du règne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 28 Jan 2009 19:00
Sujet du message: Le bilan du règne
Répondre en citant

Suite à un échange avec Maximumuse, il m'est apparu qu'une approche intéressante pour essayer de tendre vers une relative impartialité pourrait être de dresser un bilan du règne.
Pourquoi un bilan serait-il plus impartial ? Tout simplement parce qu'il oblige à relever simultanément les points positifs et les points négatifs.

Pour commencer, je propose un bilan de l'action militaire.

Du côté "positif", on ne manquera probablement pas de ranger les nombreuses victoires militaires remportées par Napoléon et la gloire qui en découle.

Ce bilan largement "positif" est cependant assombri par la mort des nombreux soldats tués lors des combats ou emportés par la maladie ainsi que le grand nombre de mutilés. Il faut aussi ajouter les victimes civiles, les destructions et les pillages. Evidemment, Napoléon n'est pas le seul responsable des malheurs de la guerre, mais il a néanmoins sa part de responsabilité.

Du côté négatif, on peut aussi constater que toutes ces guerres n'ont apporté aucun profit durable à la France qui se retrouve en 1815 réduite à ses frontières de 1792.

Quant aux lourds tributs que Napoléon imposait aux vaincus, je ne sais pas très bien si ils doivent être considérés comme positifs ou négatifs. Ils sont sans doute positifs pour la France puisqu'ils lui ont permis tant que Napoléon remportait des victoires de remplir les caisses de l'Etat (à la différence de la guerre d'Indépendance des Etats-Unis qui les avaient complètement vidées). Mais pour les pays qui se voient infliger les paiements de ces tributs, ils sont certainement négatifs.

Le bilan global semble donc plutôt négatif que positif, dans la mesure où la gloire, seul acquis véritable des guerres de Napoléon, ne procure pas vraiment de quoi compenser la perte d'un fils, d'un mari ou d'un père.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Rigoumont



Inscrit le: 18 Fév 2008
Messages: 139
Localisation: Belgique (au pied de la butte...enfin, pas loin!)
Posté le: 29 Jan 2009 18:43
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir,

Vaste sujet!

On peut l'aborder en terme des victoires/défaites pour les uns et les autres; en terme d'évolution des techniques militaires; de pertes humaines; de causes et légitimités des guerres...

Moi j'y vois aussi la naissance du nationalisme moderne. Les armées françaises de l'empire ont montré (probablement suite aux nombreuses victoires) un sentiment de supériorité sur les autres armées, les autres "peuples"...

Ces conquêtes ont donné naissance à un esprit de revanche notamment chez les prussiens et, peut-être déjà plus généralement, chez les Allemands.

Chez les britanniques, c'est plutôt une volonté "d'autodéfense" du libéralisme commercial qui les a incité à ne pas "lâcher le morceau" et a poursuivre une campagne de conquêtes coloniales (en compétition avec les autres européens) pendant tout le reste du siècle.

La Russie s'est tournée vers l'Asie Centrale et l'Extrême-Orient et l'Autriche vers les Balkans.

A chacun son expansion "colonialiste" et c'est en 14-18 qu'une fois le terre conquise, les uns se sont tournés contre les autres pour montrer qui est vraiment la nation la plus forte...

Je pense que la graine de tout cela a été semée sous l'empire alors que les idées égalitaires et anti-esclavagistes de la révolution auraient pu aller dans une toute autre direction... s'il n'y avait pas, déjà à ce moment, eu une lutte pour le pouvoir entre les plus arrivistes et manipulateurs de l'époque...

Mais... je dévie une peu... non? Embarassed

Cordialement
_________________
Que peut-on voir à 8 km s'il y a de la brume?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 29 Jan 2009 19:15
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir Rigoumont,

J'envisageais plutôt d'aborder ces aspects sous l'angle du bilan diplomatique plutôt que sous celui du bilan militaire, mais une telle distinction est un peu arbitraire dans la mesure où la guerre occupe la place prépondérante dans la politique internationale de Napoléon.

Je suis assez d'accord avec vous pour considérer que les guerres de la période napoléonienne et peut-être plus encore la domination que la France avait imposée à une grande partie de l'Allemagne ont joué un grand rôle dans l'affirmation d'un nationalisme guerrier en Allemagne. La dissolution du Saint-Empire germanique décidée par Napoléon est aussi une étape importante dans l'unification de l'Allemagne sous l'égide de la Prusse. En effet, jusque-là, cette institution vide de toute réalité entretenait néanmoins l'illusion d'une unité de l'Allemagne. En faisant disparaître le Saint-Empire pour ne laisser qu'une Allemagne morcelée et un empire autrichien dont une bonne part des territoires se trouvait en dehors de l'Allemagne, Napoléon a, dans une certaine mesure, travaillé pour le roi de Prusse (l'expression passée dans le langage populaire ne date toutefois pas de l'époque de Napoléon et fait allusion à la guerre de Succession d'Autriche dont Louis XV, alors allié à Frédéric II, n'avait tiré aucun profit, même s'il se trouvait dans le camp des vainqueurs).

(A suivre, on m'appelle pour "souper" comme on dit ici en Belgique et dans certaines régions de France.)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 29 Jan 2009 23:08
Sujet du message:
Répondre en citant

(Suite)

La défaite humiliante infligée à la Prusse, loin de la réduire à une puissance secondaire, a été perçue comme une humiliation infligée à la nation allemande dans son ensemble et a permis à la Prusse de rassembler les Allemands pour venger cette humiliation. Cela fut chose faite avec la défaite humiliante de la France en 1870 et la proclamation du IIe Reich à Versailles.
De ce point de vue-là, le projet de Napoléon de maintenir la division de l'Allemagne fut un échec, puisqu'il aboutit à l'effet exactement inverse.

En revanche, je vous suivrai peut-être plus difficilement en ce qui concerne l'Angleterre. En effet, la politique coloniale de l'Angleterre ne s'est pas construite en réaction à la politique de Napoléon. Elle lui est antérieure. Dès le 18e siècle, l'Angleterre accordait une grande importance à son empire colonial et s'était emparée d'une grande partie des colonies françaises en Amérique et en Inde notamment lors de la guerre de 7 ans.

En ce qui concerne l'Autriche, elle fut l'une des principales perdantes des guerres napoléoniennes, même si Metternich fut un des artisans de la victoire finale. Les guerres de l'Empire ont amorcé un déclin inexorable. L'unification de l'Allemagne et de l'Italie se sont faites en partie par des batailles dont elle est sortie défaite.

Vous avez raison. En bouleversant l'ordre européen, Napoléon a créé durablement un déséquilibre qui a eu des conséquences qu'il n'avait pas prévues et qu'il n'a pas vues. Mais les choses auraient-elles vraiment pu se passer autrement ? On ne peut pas changer le passé, il est donc impossible de répondre à cette question. Et quand bien même on le pourrait, serait-ce vraiment utile ?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
d'hautpoul



Inscrit le: 10 Aoû 2007
Messages: 196

Posté le: 29 Jan 2009 23:09
Sujet du message:
Répondre en citant

bonsoir

Citation:
A suivre, on m'appelle pour "souper" comme on dit ici en Belgique et dans certaines régions de France.)


Peut-être le "souper de Beaucaire "? Wink
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Patton
Commandant de la IIIe Armée.


Inscrit le: 07 Juin 2006
Messages: 38
Localisation: Strasbourg
Posté le: 30 Jan 2009 10:09
Sujet du message:
Répondre en citant

Plutôt celui de Brisville. Wink
_________________
"Ma vraie Gloire n'est pas d'avoir gagné quarante batailles, Waterloo effacera tout cela. Ce que rien n'effacera, ce qui vivra eternellement, c'est mon Code civil"
Napoléon Ier

"Le monde sommeille par manque d'imprudence"
Jacques Brel
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Rigoumont



Inscrit le: 18 Fév 2008
Messages: 139
Localisation: Belgique (au pied de la butte...enfin, pas loin!)
Posté le: 30 Jan 2009 16:29
Sujet du message:
Répondre en citant

Pierre Desmarest a écrit:
(Suite)
En revanche, je vous suivrai peut-être plus difficilement en ce qui concerne l'Angleterre. En effet, la politique coloniale de l'Angleterre ne s'est pas construite en réaction à la politique de Napoléon. Elle lui est antérieure. Dès le 18e siècle, l'Angleterre accordait une grande importance à son empire colonial et s'était emparée d'une grande partie des colonies françaises en Amérique et en Inde notamment lors de la guerre de 7 ans.

Bonjour,

Je suis d'accord. Les Anglais avaient, selon moi, la volonté de préserver leur intérêts commerciaux/coloniaux déjà acquis (je me suis peut-être mal exprimé) ce qui les a empêché de s'entendre avec le Ier consul et puis l'empereur qui ne fonctionnait (surtout sous l'empire) que par un système continental (obligeant les "alliés" à acheter en France) et un blocus du même nom (empêchant les mêmes "alliés" à acheter ailleurs).
Comme ce système n'a jamais été parfait, les guerres de conquêtes devaient rapporter le manque à gagner.

Dynamique dans les manœuvres et conquêtes militaires, il me semble que Napoléon avait une vision antédiluvienne de l'économie...

Cordialement.
_________________
Que peut-on voir à 8 km s'il y a de la brume?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 30 Jan 2009 18:10
Sujet du message:
Répondre en citant

"Une vision antédiluvienne de l'économie", c'est peut-être un peu exagéré. Mais il est certain que les vues de Napoléon sur l'économie n'étaient pas très novatrices et s'il fallait dresser un bilan économique de son règne, il ne serait pas très positif.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 495
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 06 Fév 2009 10:43
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour!

Un vaste sujet, oui. Ardu, d'un niveau assez élevé. Il faut battre le rappel de ses connaissances....Et je présume que le bilan définitif sera négatif non Et puis effectivement les choses ont été ce qu'elles devaient être, par suite de ce que les hommes étaient.
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 06 Fév 2009 17:44
Sujet du message:
Répondre en citant

bastet a écrit:
Et je présume que le bilan définitif sera négatif

Pourquoi présumez-vous cela ? Serait-ce parce que vous pensez que le bilan était négatif ?
bastet a écrit:
Et puis effectivement les choses ont été ce qu'elles devaient être, par suite de ce que les hommes étaient.

Les choses ont été ce qu'elles ont été mais pas ce qu'elles devaient être. Il est impossible de déterminer ce que les choses devaient être et expliquer les choses par la fatalité, le destin, la prédestination ou le hasard revient à ne pas les expliquer.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 495
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 07 Fév 2009 19:18
Sujet du message:
Répondre en citant

Personnellement? Non, bien sûr, mais mes connaissances sur le sujet sont infimes, pourtant j'ai le sentiment, lui aussi très personnel, que l'on peut avec les arguments nécessaires opter pour un bilan assez négatif:"...mais il est juste de reconnaître que Napoléon s'occupait trop de sa gloire pour penser au bien de son peuple, au sang de ses soldats,à l'avenir de son pays" ( L.E Halkin) Embarassed Ce n'est pas de bon augure cette remarque, non?

Les choses ont été telles que nous les connaissons, c'est évident. Aujourd'hui on peut, sans doute, savoir ce qu'elles devaient être, à l'époque, dans l'air du temps, celui que l'on vit, c'était peut-être plus ardu.
Le hasard est mot très commode, très fourre-tout, je ne l'emploie pas, prédestination, "the choosen", cela fait un peu mystique, je ne l'emploie pas non plus, il reste fatalité et destin. Je conseille toujours sur le thème de la fatalité, sans vouloir remonter aux Anciens, l'excellent roman de Giono, Le moulin de Pologne. Quant aux choses, elles arrivent chez l'être humain, intentionnellement, très souvent, mais beaucoup arrivent naturellement, de par le destin.
On peut donc expliquer, ce qui me paraît assez juste, en se réferrant à l'individu car sans l'individu il n'y aurait pas de choses à expliquer.
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1783

Posté le: 07 Fév 2009 22:50
Sujet du message:
Répondre en citant

bastet a écrit:
j'ai le sentiment, lui aussi très personnel, que l'on peut avec les arguments nécessaires opter pour un bilan assez négatif

A vous lire, on pourrait croire que la démarche historique se résume à une capacité à argumenter dans un sens ou l'autre pour dresser à sa convenance un bilan soit positif soit négatif. Or c'est, me semble-t-il, tout le contraire auquel il faudrait arriver. On ne peut en effet s'approcher de la vérité qu'en éliminant la nécessité d'argumenter et en parvenant à des observations, si pas incontestables, du moins n'étant pas trop sujettes à polémique.
bastet a écrit:
Les choses ont été telles que nous les connaissons, c'est évident. Aujourd'hui on peut, sans doute, savoir ce qu'elles devaient être, à l'époque, dans l'air du temps, celui que l'on vit, c'était peut-être plus ardu.

Que voulez-vous dire ? Suggéreriez-vous que l'on saurait aujourd'hui ce que Napoléon aurait dû faire ? Il me semble au contraire que seul un sot pourrait prétendre savoir ce que Napoléon aurait dû faire. Pour prendre un cas qui se réfère à l'actualité, on sait qu'en 1810-1811, Napoléon n'a pas su quelles mesures prendre pour faire face à la crise économique. Mais nous pouvons constater que les hommes politiques d'aujourd'hui ne sont pas tellement plus en mesure d'empêcher une crise économique alors même qu'ils disposent de collaborateurs nettement mieux informés que ceux dont disposait Napoléon.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 495
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 08 Fév 2009 14:21
Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour!

J'apprécie le conditionnel dont vous usez....oui, personnellement je pense que dans l'écriture de l'histoire, la production historique, il y a autant d'histoires que d'hommes, autant d'histoires que d'historiens du fait de la variété des hommes, des objets et des méthodes, c'est une discipline pleine d'embûches. D'un côté il y a toujours les intérêts personnels, pour ne pas parler d'une psyché personnelle, et de l'autre l'état scientifique d'une question. Documents, dépouillement, constation des faits, mode d'organisation de ces faits dans le respect de ces faits, et alors vient l'évidente, humaine tentation d'interpréter, ou d'élaborer des hypothèses avec ces "observations", l'historien le plus scrupuleux ne peut que croire en l'utilité de son étude, de son argumentation et en la valeur de son enseignement pour celui qui ne l'écrit pas mais va la lire. Bainville parlait d'une "Europe de droit". Où est-elle dans une Europe des faits. Mais c'est une autre question.
Apparemment celle concernant le bilan de Napoléon reste pendante. Rolling Eyes

Pour en revenir à votre remarque sur les "observations", du fait que la Vérité entière et absolue reste du domaine de l'imaginaire, la polémique ne peut-être close et l'argumentation me paraît avoir encore de beaux jours devant elle.

Je n'ai jamais écrit que l'on sait aujourd'hui ce que Napoléon aurait dû faire, simplement je suggérais qu'avec le recul du temps, une assez bonne maîtrise de l'époque, causes et conséquences, l'on peut voir les erreurs, les fautes, parce qu'on dispose justement d'une réalité historique et d'une étude de cette réalité. Quoiqu'il en soit, bien informé ou non, l'homme est soumis à sa vie intérieure, chacun dans sa propre psychologie, l'erreur étant de penser qu'il y a une psychologie commune, croire que ce que "je" pense "l'autre" le pense aussi. Mais nous sommes tous faillibles et tombons tous dans ce travers, plus ou moins, selon les cas et les situations.
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 495
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 08 Fév 2009 15:52
Sujet du message:
Répondre en citant

Une remarque encore: nul point d'Archimède pour observer l'air du temps, l'esprit du temps dans lequel on vit. non .
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54045 / 0