FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Galice – juin 1809 – bataille de Puente Sampayo - Préparatif
Galice – juin 1809 – bataille de Puente Sampayo - Préparatif Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 26 Mar 2009 15:57
Sujet du message: Galice – juin 1809 – bataille de Puente Sampayo - Préparatif
Répondre en citant

!
Puente Sampayo se trouve au fond de la ria de Vigo, passé la crique de San Simon et située sur la rive nord de l’embouchure du « Rio Verdugo » nom qui signifiée « Bourreau ». Ce fut en ce lieu que les jours 7 et 8 du mois de juin 1809 se déroulèrent les combats qui furent à l’origine du départ des troupes françaises de Galice.

salut!
À la mi-avril, Morillo commença à organiser un régiment d’infanterie avec les gens du pays et baptisé « Régiment de l’Union ». formé par trois bataillons avec un total de 2.000 hommes et dont Morillo pris le commandement avec le grade de colonel. La grande majorité des composant de ces bataillons étaient des paysans et des marins de la zone, ainsi que des étudiants et des soldats tous armés de façon très hétéroclite.

Pendant ce temps, à Saint Jacques de Compostelle, les Français avaient reçu un important renfort de troupes et le maréchal Ney décida de récupérer le terrain perdu, aux premiers jours de juin il commença à avancer vers Vigo avec 18 bataillons d’infanterie, 1.200 chevaux et 13 pièces d’artillerie. Devant l’avance de Ney et pour retenir les Français, la division du Miño, commandée par le comte de Noroña se retira vers Sampayo et y arriva dans l’après-midi du 6 juin. Morillo se trouvait maintenant sous les ordres de Martin de la Carrera, second du comte de Noroña, dont il obtint le commandement de la garnison du pont sur le Verdugo. lui permettant, ainsi, de se retrancher sur sa rive sud. À la tête du Régiment de l’Union, il se prépara à bloquer l’avance française.
Pendant ce temps, le marquis de la Romana vint protéger le flan espagnol depuis les terres d’Orense surveillant les troupes de Soult qui se trouvaient dans la zone de Monteforte et les empêchant d’entreprendre un mouvement enveloppant contre les Espagnols.

Pour revenir au pont Sampayo il faut rappeler que, lors d’actions antérieures de Morillo, trois de ses arches avaient été détruites et, pour organiser la traversée des 10.000 hommes de la division du Miño, leurs 4.000 fusils, leurs chevaux et leurs bagages, il fallut employer des embarcations et des planches. En premier lieu ce fut l’artillerie suivie des munitions qui ouvrirent la marche, ensuite la cavalerie et finalement l’infanterie qui traversèrent sur des chaloupes mises en ligne et se touchant de proue à poupe.
La traversée du fleuve commença le 6 juin et prit fin aux premières heures du 7, ce fut le capitaine de vaisseau Carranza, chef des Forces Navales espagnoles et commandant de la frégate « Ifigenia » qui dirigea cette manœuvre avec, comme soutient aux troupes de terre, « l’ Ifigenia », la goélette « Tigre » et les frégates britanniques « Lively » et «Vénus » mouillant dans les eaux de la Ria de Vigo.
Pendant tous ces préparatifs, Morillo confia la défense du pont au lieutenant de vaisseau Juan O’Dogherty, chef d’une petite escadre de canonnières et lui ordonna de prendre position sur une haute colline d’où l’on pouvait dominer tout le terrain et où furent placés deux canons de 24 livres appartenant à la marine.
À l’aurore du 7 juin, un groupe d’Espagnols se dirigea vers Pontecaldelas afin d’empêcher, aux Français, le passage par cette localité dans le but de s’y ravitailler, tandis q’aux premières lueurs du jour, d'autres soldats espagnols retraversèrent le Verdugo pour démolir, sur la rive nord, des murs et des enceintes afin d’éviter qu’ils puissent servir de protection à l’ennemi, leur mission accomplie ils revinrent à leurs positions.
Ensuite, l'artillerie de campagne fut placée pour battre les gués, les canonnières positionnées pour battre le flan droit des Français et, vers six heures du matin, Morillo harangua ses hommes pour les préparer à l’action. Tout semblait prêt et la journée s’annonçait radieuse et ensoleillée.


(à suivre)
_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54013 / 0