FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Soldats polonais en Espagne 1808-1812
Soldats polonais en Espagne 1808-1812 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 22 Déc 2009 17:13
Sujet du message: Soldats polonais en Espagne 1808-1812
Répondre en citant

salut!

Lors de la guerre d’Indépendance espagnole, les régiments polonais combattant en Espagne eurent un rôle prépondérant dans bien des batailles. Sans conteste, le 30 novembre 1808, au col de Somosierra, la charge de 140 cavaliers polonais qui, en huit minutes, rompit les défenses espagnoles restera un des faits, bien qu’insolite, certes le plus marquant de cette guerre d’Espagne.

Si cette victoire ouvrit aux Français le chemin de Madrid, elle ouvrit aux cavaliers de l’Escadron de la Cavalerie Légère Polonaise, aux ordres de Jan Léon Kozietulsky la route du « panthéon national polonais ».
Somosierra devint un mythe pour les Polonais, il s’agissait ici d’une bataille entre Armées, soldats contre soldats, les troupes les moins nombreuses déroutant les plus nombreuses, une histoire militaire « nette » sans les horreurs de la guerre qu’ils connaîtront plus tard.

(À suivre)

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 24 Déc 2009 16:35
Sujet du message:
Répondre en citant


salut!
Lorsqu’en 1795 se produisit la troisième répartition de la Pologne, celle-ci disparaît de la carte politique de l’Europe et la République des Nobles se retrouve divisée entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, cependant, les patriotes polonais n’abandonnent pas leur aspiration à recouvrer l’indépendance de leur pays. Certains furent partisans d’organiser une nouvelle insurrection, tandis que d’autres préférèrent s’allier à la France ennemie des puissances qui occupaient le territoire polonais.

En 1796, le général Jan Henryk Dabrowski présenta un projet concernant la formation d’une armée polonaise intégrée dans l’armée de la République Française et le gouvernement français accepta la création des détachements polonais qui agiraient conjointement à l’armée de Bonaparte en Italie. L’accord prévoyait la formation des Légions Polonaises (Legiony Polskie) avec une organisation indépendante ayant leur propre commandement et leurs propres uniformes. La majorité de ses composants étaient des volontaires, mais l’on recrutait également des anciens prisonniers de guerre polonais qui avaient été incorporés de force à l’armée autrichienne. Parmi les soldats prédominaient les paysans tandis que les officiers se composaient, en majeur partie, de nobles exilés. Ces légions polonaises au caractère d’armée nationale et citoyenne avaient pour but l’intégration de toutes les couches sociales. Les châtiments corporels furent abolis et les soldats analphabètes apprirent à lire et à écrire pour former ainsi des soldats comme citoyens conscients de leurs devoirs et de leurs droits. Leur devise « tous les hommes sont frères ».

(À suivre)


Ref: SOLDADOS POLACOS EN ESPAÑA
Durante da Guerra de Independencia Española (1808/1814)

Grzegorz Bak
Agnieszka Matyjaszczyk Grenda
Roberto Monforte Dupret
Edición y traducción de
Fernando Presa Gonzalez

Huerga Fierro editores diciembre 2004

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 31 Déc 2009 19:36
Sujet du message:
Répondre en citant

salut!
En 1799 une autre armée polonaise fut créée sous le nom de Légion du Danube (Legia Naddunajska) sous le commandement du général Karol Kniaziewicz, cette légion était composée d’anciens prisonniers d’origine polonaise qui furent enrôlés de force dans les rangs autrichiens.
En 1800, la Légion du Danube se rendit fameuse lors de la bataille de Hohenlinden, mais, un an plus tard, le général Kniaziewicz donna sa démission en protestation contre la politique de Napoléon Bonaparte vis-à-vis des armées polonaises, utilisées, dès leur début, à ses propres desseins politiques et non à la récupération de l’indépendance de la Pologne. Ces patriotes polonais furent envoyés combattre les ennemis de la France et, de plus, durent, également, intervenir à Saint Domingue lors de la révolte des noirs, des 5.000 soldats polonais envoyés dans l’île, seulement 300 revinrent en Europe.

Lors de la Guerre d’Espagne, trois différentes formations militaires polonaises, environ 20.000 hommes et officiers, passèrent en Espagne avec les troupes françaises.
Ce furent :

1) La Légion de la Vistule (Legia Nadwislanska) soit 8.000 hommes, fut en premier, sous le commandement du général Józef Grabinski, et ensuite sous les ordres du général Józef Chlopiki. Cette légion se composait de trois régiments d’infanterie et un régiment de cavalerie (ulani, les hulans) commandé par le colonel Jan Konopka. Les légionnaires combattirent en Espagne jusqu’en 1812. En 1813 l’infanterie de la légion fut incorporée au corps de l’armée du Prince Poniatowski.

2) La Division du Duché de Varsovie (Dywizja Ksiestwa Warszawskiego), se trouvait sous les ordres du maréchal Davout qui, en juillet 1808, élut les trois meilleurs régiments (le 4ème, le 7ème et le 9ème) ainsi que des compagnies d’artillerie afin de les envoyer en Espagne. En décembre de la même année les régiments qui comptaient environ 7.000 hommes franchirent les frontières de l’Espagne.

3) Le Régiment de Cavalerie Légère de la Garde (Pulk Szwolezerów Gwardii) créé en 1807 commandé par le colonel Wincenty Krasinski, comptait quatre escadrons, un peu plus de 1.000 hommes et officiers. Ce régiment fut la première unité à franchir les Pyrénées et se trouver confrontée aux émeutes du 2 mai à Madrid.
Rappelons que ce fut le 30 novembre 1808, au col de Somosierra et sous les ordres de Jan Leon Kozietulski que les 140 cavaliers du troisième escadron de ce Régiment entrèrent dans l’histoire militaire et dans la mythologie polonaise.

(À suivre)


Ref: SOLDADOS POLACOS EN ESPAÑA
Durante da Guerra de Independencia Española (1808/1814)

Grzegorz Bak
Agnieszka Matyjaszczyk Grenda
Roberto Monforte Dupret
Edición y traducción de
Fernando Presa Gonzalez

Huerga Fierro editores diciembre 2004

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 01 Jan 2010 3:15; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 01 Jan 2010 1:40
Sujet du message:
Répondre en citant

Diana, un tel travail un 31 décembre!

Bravo et merci!


oui chef!
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 01 Jan 2010 11:05
Sujet du message:
Répondre en citant

ange rose rouge bras
_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 15 Jan 2010 21:45
Sujet du message:
Répondre en citant

Lors de cette Guerre d’Espagne, deux lieux marquèrent profondément l’histoire de l’Espagne mais, également celle de la Pologne :

Somosierra une brillante et mythique charge d’une armée contre une autre armée qui devint légende et :
Saragosse deux sièges sans merci d’une armée contre un peuple.

Voici ce qu’écrivait, en 1830, Joachim Lelewel (1786-1861), historien polonais de renom mettant en évidence le pourquoi de ce sentiment de culpabilité que le Polonais ressentirent après les combats:

« Les Polonais devaient lutter en Espagne contre les gens d’un peuple qui ne leur avaient fait aucun mal, ni à eux, ni à leur cause nationale ; ils y gagnèrent une triste réputation, celle de croire de pouvoir servir à la cause en étant à l’étranger et compter, ainsi, sur la reconnaissance et les remerciements d’autrui. »

En 1819, Josef Mroziñski, soldat de la Légion de la Vistule, publiait à Varsovie son livre sur les sièges et la défense de Saragosse en 1808 et 1809, dont les deux protagonistes étaient, le peuple de la ville assiégée et l’armée qui essaie de la conquérir. Ce furent les récits des protagonistes polonais eux-mêmes qui contribuèrent à faire naître « l’anti-légende » concernant les sièges de Saragosse.

« Le valeureux caractère que montrèrent les habitants de Saragosse pendant le siège est une des plus belles images que nous a montré l’histoire des nations depuis les temps des sièges de Sagonte et Numance. »

Bien sur dans ses récits, Mroziñski met en évidence l’héroïsme des assiégés mais également celui des assiégeants, tout en concédant la raison morale aux premiers ; celle consistant à défendre l’indépendance de leur pays, chose qu’un patriote polonais, loin de son pays pour les mêmes raisons, comprenait parfaitement. Le vrai protagoniste de cette guerre était le peuple non seulement de Saragosse mais de toute l’Espagne.

« Pourquoi se souleva cette nation. (…) Ce ne fut pas seulement une partie des Espagnols, ni une classe sociale qui se rebella. Toutes les classes sociales du peuple de treize provinces, ayant des coutumes et mêmes des langues différentes et se haïssant, firent à l’unisson le choix de se donner la main. »

(À suivre)


Ref: SOLDADOS POLACOS EN ESPAÑA
Durante da Guerra de Independencia Española (1808/1814)

Grzegorz Bak
Agnieszka Matyjaszczyk Grenda
Roberto Monforte Dupret
Edición y traducción de
Fernando Presa Gonzalez

Huerga Fierro editores diciembre 2004

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 16 Jan 2010 3:26; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 15 Jan 2010 23:01
Sujet du message:
Répondre en citant

Promis, ce week-end je m'y remets!

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 16 Jan 2010 19:50
Sujet du message:
Répondre en citant

Promesse tenue!

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne_polonais.html


amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 20 Jan 2010 18:09
Sujet du message:
Répondre en citant

salut!

Saragosse connut deux sièges :
Le premier en juin 1808 se termina pour les troupes françaises par un échec
Le deuxième siège dura deux mois du 20 décembre 1808 au 21 février 1809.

Ce fut le 20 décembre 1808, Moncey et Mortier arrivèrent dans la banlieue de Saragosse et les deux armées réunies comprenaient environ 43.000 soldats. Dans les rangs de l’armée de Moncey se trouvaient quelque milliers de soldats polonais de la Légion de la Vistule qui jouèrent un rôle important lors de cette bataille. Parmi les Polonais se trouvait le capitaine Jósef Mroziñski du 1er régiment de la légion dont le récit, spécialement celui de la dernière phase, est particulièrement destructif :

« Déjà il manquait de la terre où enterrer les cadavres. On creusait des fosses dans les rues et dans les « patios », les corps étaient transportés jusque là depuis les portes des églises où les familles avaient l’obligation de les déposer. Devant chaque église gisaient entassés les corps des victimes, souvent déchiquetés par les bombes et juste enveloppés dans des draps, cela formait un tableau atroce.
Les assiégeants étaient déjà en ville et les habitants de Saragosse n’avaient plus d’espoir de recevoir de l’aide. Les boulets de canons abattaient les barricades ; les assiégeants posaient des mines sous les maisons, les bombes venaient des zones les plus éloignées de la ville et de plus, la peste se propageait avec toute son atrocité dans les refuges là où n’était pas encore arrivée la destruction de la guerre ; malgré cela les Saragossains continuaient avec un moral inébranlable. Cette situation extrême ne faisait pas plier leurs esprits et renforçait, par contre, l’acharnement et le désespoir de ces citoyens inaccessible au découragement ; ils savaient qu’ils tomberont mais, s’habituaient à l’idée qu’ils allaient mourir plutôt que d’être dominés par une armée étrangère. Ils jurèrent de s’enterrer sous les ruines de leur ville et refusèrent toutes propositions de capitulation. »


Le siège et la conquête de Saragosse par l’armée française et polonaise fut une véritable hécatombe dépassant toutes les horreurs dont les soldats polonais furent témoins en Espagne, sans oublier celles auxquelles ils participèrent eux-mêmes. Un grand nombre d’entre eux étaient bien conscients que les habitants de la ville luttaient pour les mêmes idéaux que eux et qui les avaient portés à s’enrôler dans l’armée.

Avant les sièges, Saragosse était connue comme la « Florence d’Espagne », mais les combats qui s’y déroulèrent la détruisirent presque totalement, et de ses 55.000 habitants seulement 12.000 survécurent.


ref:
Ref: SOLDADOS POLACOS EN ESPAÑA
Durante da Guerra de Independencia Española (1808/1814)

Grzegorz Bak
Agnieszka Matyjaszczyk Grenda
Roberto Monforte Dupret
Edición y traducción de
Fernando Presa Gonzalez

Huerga Fierro editores diciembre 2004

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 29 Jan 2010 5:17
Sujet du message:
Répondre en citant

salut! Pendant la guerre d’Espagne, le rôle des détachements polonais eut une grande importance. Il faut surtout rappeler la bonne préparation, la discipline et la bravoure exemplaire des troupes polonaises. Généralement victorieuses lors de leurs interventions dans les plus importantes batailles entre armées régulières elles souffriront énormément lors des attaques des guerrilleros qui décimaient, petit à petit, leurs effectifs en sapant leur moral.

Participations polonaises dans les batailles de la Guerre d’Espagne :

1808

Participation de la Légion de la Vistule
Premier siège de Saragosse du 19 juin au 14 août

Victoire de Jozef Chlopicki à Epila le 24 juin

Cavalerie légère polonaise à Medina de Riosecco le 14 juillet

Victoire des Hulans de la Légion de la Vistule à Tudela le 23 novembre

Charge du 3ème de la Cavalerie légère de la Garde au Col de Somosierra le 30 novembre

Entre le 20 décembre au 21 février 1809 pendant le 2ème siège de Saragosse

1809

Victoire des Polonais à la bataille de Maria le 15 juin

Extraordinaire participation de la Légion de la Vistule lors de la victoire de Belchite le 18 juin

Rôle décisif de la Division du Duché de Varsovie à la bataille d’Almonacid le 11 août.

Contribution de la Division du Duché de Varsovie lors de la victoire de Ocaña le 18 et 19 novembre.

1810

En janvier, conquête par les Hulans polonais du défilé de Despeñaperros ouvrant aux Français la voie vers l’Andalousie.

Conquête de Lerida par la Légion de la Vistule le 14 mai.

Siège de Tortosa du 4 juillet 1809 au 2 janvier 1810.

Défense du château de Fuenguirola le 15 octobre

1811

Victoire des Hulans de la Légion de la Vistule sur l’infanterie anglaise à Albuhera le 16 mai.

L’assaut et la conquête de Tarragone le 21 juin.



Bien entendu, la cavalerie polonaise eut un rôle important dans la prise et la capitulation de Malaga, mais ça, c’est une autre histoire.


Ref: SOLDADOS POLACOS EN ESPAÑA
Durante da Guerra de Independencia Española (1808/1814)

Grzegorz Bak
Agnieszka Matyjaszczyk Grenda
Roberto Monforte Dupret
Edición y traducción de
Fernando Presa Gonzalez

Huerga Fierro editores diciembre 2004

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Sébastien
Pro de l'orthographe


Inscrit le: 28 Avr 2006
Messages: 433
Localisation: Belgique
Posté le: 30 Jan 2010 19:02
Sujet du message:
Répondre en citant

Merci Diana, pour ces infos d'une grande qualité !
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 31 Jan 2010 15:29
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne_polonais.html

La page a été complétée des deux derniers chapitres. amitié



Je note:

la victoire de Belchite le 18 juin 1809

mais...

la défaite en Belgique le 18 juin 1815.
Neutral
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54013 / 0