la vénération de Junot pou Napoléon

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.

la vénération de Junot pou Napoléon

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 17:43

Junot portait pour Napoléon une grande vénération, en voici ce qu'en dit J. Lucas-Dubreton dans son livre "Junot, dit la tempête" :Quand le Consulat à vie fut proclamé, il vit là une nouveauté indésirable...., il s'exprima sur ce point avec une vivacité singulière, devant Bonaparte même.
-"ne dois-je donc,s'écria celui-ci, trouver des censeurs que dans mes plus chers amis ?"
ce mot frappa Junot plus douloureusement qu'une balle. Il rentra chez lui, désespéré, tâcha d'expliquer à laure sa maladresse :" ......... .........
.......Ah ! Cette parole m'a brisé le coeur. Sans doute il a déjà oublié Toulon !".....................................Mais un soir, dans le salon de l'hôtel des Champs-Elysées, il lui sembla entendre une voix bien chère : "Bonsoir, madame Junot. Vous ne m'attendiez pas !...Eh bien ! où est-il donc votre moribond ?" et passant dans la chambre à coucher :" Qu'est-ce que c'est que cette fièvre, monsieur Junot ? Et pourquoi pleures-tu, grand enfant ? je te ferais le caractère moi !" Il lui tirait les oreilles, lui pinçait les joues, Junot serrait les mains de son bienfaiteur dans les siennes avec une tendresse reconnaissante, mais Bonaparte n'aimait point prolonger les séances de ce genre.............."Pour me prouver que tu es guéri, tu viendras déjeuner avec moi demain à Saint-Cloud..."
Avant que le Premier Consul ne fut descendu , Junot s'était levé d'un bond, avait enfilé enfilé son uniforme, pris son sabre, et c'est en cet appareil que Bobnaparte le trouva sur le pas de la porte donnant sur la rue : "Qu'est-ce que cela signifie, monsieur Junot ? je ne veux pas que tu sortes, à pareille heure, entends-tu ? " et il monta en voiture.
....Au loin, Junot apercevait encore la lueur des lanternes, et appuyé contre le mur de son hôtel, défaillant et ravi, murmuraity : "Comment mon sang, ma vie entière ne seraient-ils pas à cet homme ?"..........

J'espère, avec cet extrait, répondre à Staps qui se posait des questions sur les relations Junot-Bonaparte dans la rubrique Guerres et politique au temps de Napoléon :)

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Jean-Yves le 02/04/2004 20:42
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00

Message par Pour l'Histoire » 12 Juil 2015 17:43

"Comment mon sang, ma vie entière ne seraient-ils pas à cet homme ?"..........
Voila une phrase qui résume excellemment le sentiment de la grande majorité de l'Armée envers Napoléon ! :wink:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 03/04/2004 07:22
Pour l'Histoire
 
Message(s) : 2979
Inscription : 11 Juil 2015 15:00


Retour vers Chef d'Etat, militaire, mari, amant, père, ami...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité