Napoléon vu du 21e siècle

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.

Napoléon vu du 21e siècle

Message par Frédéric Staps » 05 Fév 2017 10:53

Ayant été une fois de plus viré des forums où une approche purement historique de la période napoléonienne est jugée intolérable, je me vois contraint de répondre à certaines interventions qui continuent sur ces forums par forum interposé.

L'âne a écrit :Aimer ou ne pas aimer l'Empereur...
Voilà LA question liminaire à toute discussion.

Voilà justement la question qui ne devrait pas se poser. Une étude historique devrait être sans parti pris. Or si au départ, on aime ou on n'aime pas le personnage ou la période qu'on étudie et qu'on ne parvient pas à faire abstraction de cet a-priori, il est peu probable que l'on puisse mener une étude impartiale.
L'âne a écrit :Heureux ceux qui n'aiment ni ne détestent Napoléon !

Cela fait beaucoup de personnes heureuses : toutes celles que le personnage indiffèrent. :fou:
L'âne a écrit :Juste une petite remarque au sujet de l'esclavage : ça commence à bien faire de mettre l'accent sur cet aspect de l'histoire napoléonienne.

C'est incontestablement un aspect dérangeant de l'action de Napoléon. Mais pourquoi faudrait-il l'occulter ? Le fait que la majorité des gens de l'époque n'avait au mieux pas d'opinion sur la question et au pire était favorable à l'esclavage ne change rien au problème. C'est comme pour la chasse aux sorcières qui est à l'origine de nombreux bûchers entre le 15e siècle et le 17e siècle. Le fait que très peu de gens ont exprimé des réserves sur le bien-fondé de ces poursuites ne changent absolument rien au fait que cette terrible répression frappait un crime imaginaire.
Bastet a écrit :C’est donc dans ce contexte sociétal, politique et économique que s’inscrit Napoléon né en 1769....avec donc une sensibilité marquée de l’esprit du temps comme de ses préjugés :tourne:

Cela ramène Napoléon au statut d'un homme ordinaire qui n'a pas été capable de s'affranchir des préjugés de son temps. Le mythe en prend un sérieux coup.
Mathieu Dampierre a écrit :Merci pour ce rappel, cher " L'âne ". Dominique Jamet dans son livre " Si j'avais défendu...NAPOLEON " nous fait bien comprendre que la principale erreur des historiens est de juger les hommes du passé à l'aune des valeurs du présent.

Le livre de Dominique Jamet, qui est un assez mauvais livre, utilise comme argument ultime le fait qu'on ne peut juger les hommes du passé à l'aune des valeurs du présent. Cet argument est régulièrement utilisé par les non-historiens qui prétendent donner des leçons aux historiens. Tous les ouvrages sur la critique historique rédigés par des historiens expérimentés réfutent pourtant cet argument qu'ils qualifient parfois de naïf en mettant en avant qu'il est impossible de faire totalement abstraction des valeurs de son époque. Le fait de rappeler que l'esclavage était largement admis à l'époque où il était pratiqué n'annule en rien le fait qu'on le considère aujourd'hui comme un crime contre l'humanité et il n'y a aucune raison qu'un historien adopte le point de vue de l'époque qu'il étudie sur les aspects qu'il étudie. Cela obligerait en effet l'historien des sciences du Moyen Âge d'oublier que c'est la Terre qui tourne autour du soleil et non le contraire.
Dans le cas du livre de Dominique Jamet, il ne s'agit cependant pas de naïveté de l'auteur, mais vu le ton général de l'ouvrage qui est très agressif à l'égard de tous ceux qui émettent des réserves sur le côté admirable de toutes les actions de Napoléon, mais assez clairement de l'utilisation d'un argument dont l'auteur est bien conscient de la médiocrité, mais qu'il utilise quand même sachant que le public auquel il s'adresse ne percevra pas qu'il n'y croit pas lui-même.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3616
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 05 Fév 2017 18:14

Mathieu Dampierre a écrit :Merci pour ce rappel, cher " L'âne ". Dominique Jamet dans son livre " Si j'avais défendu...NAPOLEON " nous fait bien comprendre que la principale erreur des historiens est de juger les hommes du passé à l'aune des valeurs du présent.
A ce jugement, il n'est pas un saint ou un roi qui sortirait indemne de l'examen.

Effectivement, il y a peu de saints qui peuvent sortir indemnes d'un tel examen. La canonisation récente de Junipero Serra a par exemple été à l'origine d'une polémique, alors qu'elle se fondait en partie sur les valeurs du présent. Alors que penser de canonisations dont les critères remontent à une époque où l'on considérait comme admirables des valeurs que l'on rejette aujourd'hui ? Les prises de position de saint Augustin en faveur d'une répression sévère des hérésies posent inévitablement problème, ainsi que l'adhésion de saint Thomas d'Aquin aux théories sur la sorcellerie ou la participation de saint Dominique au combat contre les "cathares". :(

En ce qui concerne les rois, c'est le système monarchique lui-même qui ne peut sortir indemne d'un tel examen. Quel sens cela aurait-il d'adhérer à la théorie que le pouvoir royal est de droit divin ?
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3616
Inscription : 26 Avr 2006 12:17


Retour vers Chef d'Etat, militaire, mari, amant, père, ami...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)