FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Traité commercial avec l'Angleterre
Aller à la page Précédente  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Pour l'Histoire



Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 2982

Posté le: 13 Juil 2015 8:33
Sujet du message:
Répondre en citant

Artaxerxès a écrit:
Les personnes en désaccord avec vous et n'admirant pas forcément Napoléon manquent t-elle nécessairement de clairvoyance selon vous?

Les gars qui écrivent "Les anglais de l'époque étaient moins courageux que les français", à mon avis, oui. Les autres, ça dépend ce qu'ils écrivent évidemment. Comme vous, je verrai au cas par cas.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Adolphe le 05/03/2004 14:05
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Pour l'Histoire



Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 2982

Posté le: 13 Juil 2015 8:33
Sujet du message:
Répondre en citant

Frédéric a écrit:
Je partage plutôt l'avis de Benjamin, la blocus était la seule solution qui s'offrait à Napoléon s'il ne voulait pas négocier.

Je n'en suis personnellement pas tout à fait convaincu. Une autre stratégie était sans doute possible : mener une guerre maritime cohérente en utilisant des hommes compétents. Il semblerait notamment que l'amiral Bruix avait diriger avec un certain succès diverses opérations contre les Anglais. Cependant, il ne semble pas toujours avoir réussi à s'entendre avec Napoléon. Sont-ce ces conflits répétés qui le minèrent ? Toujours est-il que l'auteur de la notice du Dictionnaire Napoléon conclut son article en ces termes :
Citation:
C'était l'un des officiers les plus instruits et les plus habiles de sa génération; sa disparition prématurée, à quarante-six ans, priva la marine impériale d'un de ses chefs les plus compétents.

De plus, Napoléon n'avait pas les moyens de faire mieux appliquer le blocus, même s'il l'a cru.
Frédéric a écrit:
Il y avait trop de côtes à surveiller, d'intérêts divergents et les gens appréciaent trop les produits anglais.

Le système ne pouvait pas bien marcher parce qu'il était conçu à l'envers. Pour que ça puisse fonctionner, il aurait fallu que Napoléon puisse interrompre le commerce anglais en bloquant les ports anglais et non en bloquant les ports européens. Mais justement, le problème était qu'il ne disposait pas de la maîtrise des mers. Donc pour remédier à cette difficulté, il a choisi une méthode qui n'aurait pu fonctionner correctement qu'en disposant de la maîtrise des mers. Cela semble voué à l'échec dès le départ.
Frédéric a écrit:
Il ne faut pas oublier que l'Angleterre était pratiquement l'unique pourvoyeur de produits exotiques dont les populations européennes étaient si friantes.

Au 18e siècle, la Hollande, l'Espagne, le Portugal et les marins français jouaient également ce rôle, même si les Anglais avaient déjà la prééminence. En choisissant le blocus et la guerre contre l'Angleterre, Napoléon a donné aux Anglais le prétexte pour intercepter ce commerce et s'assurer ainsi un monopole qui était peut-être moins marqué avant. Le blocus pourrait donc bien avoir eu l'effect exactement inverse de celui recherché.
Frédéric a écrit:
Napoléon lui même ne respectait pas la rigueur du blocus pour son usage personnel (il me semble qu'il n'utilisait qu'un certain produit anglais et ne voulait rien d'autre). Priver les anglais du marché européen revenait surtout à priver les Européens des produits anglais et coloniaux, ce qui était beaucoup plus grave.

Plus généralement, l'application du blocus en France était nettement moins rigoureuse que chez les voisins. Les commerçants français pouvaient obtenir diverses dérogations au blocus, alors que ces mêmes dérogations étaient systématiquement refusées aux Hollandais, Allemands et Italiens qui devaient se fournir en produits anglais par le biais des commerçants français. Un tel état de faits ne pouvait qu'être choquant pour les populations de ces pays qui se voyaient traitées d'une manière aussi injuste. Pour lutter contre la contrebande, les Français organisèrent d'ailleurs des mises en scène spectaculaires de destruction de produits de contrebande. L'effet obtenu fut encore l'inverse de celui recherché. Loin de décourager la contrebande, ces autodafés ne firent qu'exciter la colère des populations contre les Français.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 12/03/2004 11:06
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Pour l'Histoire



Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 2982

Posté le: 13 Juil 2015 8:33
Sujet du message:
Répondre en citant

Frédéric Staps a écrit:
Je n'en suis personnellement pas tout à fait convaincu. Une autre stratégie était sans doute possible : mener une guerre maritime cohérente en utilisant des hommes compétents.


Après la destruction quasi totale de la flotte fraçaise et les croisières anglaises qui bloquaient les différents ports, il était, à mon avis, particulièrement difficile de reconstituer une flotte capable d'affronter la Navy.
Les bons commandants manquaient et les équipages manquaient d'expérience. Il leur était impossible de sortir des ports pour acquérir cette expérience puisqu'ils étaient systématiquement pris en chasse par les navires anglais.
Il faut beaucoup de temps pour acquérir le "know-how" de la mer et celà aurait pu sans doute avoir lieu au cours d'une longue période de paix.
Peut être est ce la raison pour laquelle Napoléon essaya de retarder la rupture de la paix d'Amiens
C'est pourquoi, je pense, la seule alternative au blocus était, une fois l'Angleterre isolée de réouvrir les négociations de paix à partir de 1807 plutôt que de se lancer dans l'aventure espagnole

[quote="Frédéric Staps"]Il semblerait notamment que l'amiral Bruix avait diriger avec un certain succès diverses opérations contre les Anglais. Cependant, il ne semble pas toujours avoir réussi à s'entendre avec Napoléon. Sont-ce ces conflits répétés qui le minèrent ? Toujours est-il que l'auteur de la notice du Dictionnaire Napoléon conclut son article en ces termes :
Citation:
C'était l'un des officiers les plus instruits et les plus habiles de sa génération; sa disparition prématurée, à quarante-six ans, priva la marine impériale d'un de ses chefs les plus compétents.


Bruix semble effectivement avoir été un homme très capable. Malgré son décès prématuré, il semble toutefois peu probable qu'il ait été écouté par Napoléon. Ce brave marin se trouvait en disgrâce et en semi exil depuis l'époque du camp de Boulogne.
A cette époque déjà Napoléon semblait préférer écouter les courtisans à ceux qui lui présentaient une situation telle qu'elle était vraiment.

Frédéric Staps a écrit:
Le système ne pouvait pas bien marcher parce qu'il était conçu à l'envers. Pour que ça puisse fonctionner, il aurait fallu que Napoléon puisse interrompre le commerce anglais en bloquant les ports anglais et non en bloquant les ports européens. Mais justement, le problème était qu'il ne disposait pas de la maîtrise des mers. Donc pour remédier à cette difficulté, il a choisi une méthode qui n'aurait pu fonctionner correctement qu'en disposant de la maîtrise des mers. Cela semble voué à l'échec dès le départ.


Je partage ce point de vue. Le blocus continental donne un peu l'impression d'assiéger un ennemi en s'enfermant dans sa propre forteresse. Ce qui n'a pas réellement de sens.
Il me semble que le blocus des U-boot des première et seconde guerres mondiales avaient plus de chances d'être efficace car, dans ce cas, l'approvisionnement britannique était réellement menacé.

Frédéric Staps a écrit:
Au 18e siècle, la Hollande, l'Espagne, le Portugal et les marins français jouaient également ce rôle, même si les Anglais avaient déjà la prééminence. En choisissant le blocus et la guerre contre l'Angleterre, Napoléon a donné aux Anglais le prétexte pour intercepter ce commerce et s'assurer ainsi un monopole qui était peut-être moins marqué avant. Le blocus pourrait donc bien avoir eu l'effect exactement inverse de celui recherché.


Toujours d'accord, celà ne fut possible justement que parce que les Anglais disposaient, eux, des moyens d'appliquer leur blocus.

Frédéric Staps a écrit:
Un tel état de faits ne pouvait qu'être choquant pour les populations de ces pays qui se voyaient traitées d'une manière aussi injuste. Pour lutter contre la contrebande, les Français organisèrent d'ailleurs des mises en scène spectaculaires de destruction de produits de contrebande. L'effet obtenu fut encore l'inverse de celui recherché. Loin de décourager la contrebande, ces autodafés ne firent qu'exciter la colère des populations contre les Français.


Que dire de plus que, justement, cet effet pervers transformait un mauvaise solution en TRES mauvaise solution

Cordialement

Frédéric

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric le 12/03/2004 11:39
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 1751

Posté le: 18 Fév 2017 16:30
Sujet du message:
Répondre en citant

On considère communément que le blocus continental avait pour but de vaincre l'Angleterre en asphyxiant son économie. Si tel était effectivement son unique but, il y a dans son application quelque chose de très surprenant : les licences accordées à certains armateurs pour déroger au blocus et continuer à pratiquer le commerce avec l'Angleterre. Généralement, on justifie ces dérogations par le fait que certains produits provenant des colonies étaient absolument indispensables à l'économie française et des autres pays européens. Le problème est que ces dérogations n'étaient accordées qu'aux seuls armateurs français qui avaient la possibilité de revendre ensuite ces produits d'origine anglaise avec un bénéfice dans les autres pays soumis au blocus dont les marchands ne pouvaient pas bénéficier de telles dérogations. Ce système assurait donc le monopole des commerçants français sur les produits en provenance des colonies, dès le moment où ils étaient passés par l'Angleterre et contribuait ainsi à la prospérité des armateurs et commerçants français ainsi d'ailleurs qu'à celle du gouvernement qui faisait payer bien cher ces dérogations.
On peut dès lors s'interroger pour savoir si le fait d'assurer le monopole de la France sur le commerce des produits coloniaux en provenance de l'Angleterre était une simple conséquence d'un système qui avait simplement pour but de remporter une victoire militaire qui ne sera jamais atteinte ou si ce monopole n'était pas en fait un des buts du blocus et donc au lieu d'être une conséquence de la persistance de la guerre avec l'Angleterre n'aurait pas plutôt été une des causes de cette guerre.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Page 2 sur 2 Aller à la page Précédente  1, 2
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 52204 / 0