FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
La sombre prédiction faite à Cipriani
La sombre prédiction faite à Cipriani Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Cipriani Franceschi



Inscrit le: 14 Jan 2018
Messages: 734
Localisation: Région Parisienne
Posté le: 15 Aoû 2018 8:59
Sujet du message: La sombre prédiction faite à Cipriani
Répondre en citant

Du séjour de Napoléon aux Briars, demeure des époux Balcombe, nous connaissons la relation de la rencontre de l'Empereur avec le fameux esclave noir Tobie...

D'aucuns prêtaient à celui-ci des talents divinatoires, Marco de Saint Hilaire nous conte ici la prédiction effectuée à Cipriani.... réelle ou romancée, cet échange ne manque pas de saveur...

Les habitants de l'ile et les matelots ne
furent pas seuls tributaires de la science du
vieux Tobie. Parmi les serviteurs de la maison
de l'Empereur, quelques-uns ne balancèrent
pas à tirer du devin quelques éclaircissements
sur l'avenir qui leur était réservé. Dans ce
nombre fut Cipriani, maître d'hôtel de Napo
léon. Cet homme, superstitieux comme tous
les Corses, avait, outre sa crédulité italienne,
de bonnes raisons pour s'inquiéter de l'avenir.
Par dévouement pour l'Empereur, il l'avait
suivi à l'île Sainte-Hélène, mais il avait laissé
dans sa patrie une femme, des enfants et une
petite fortune assez rondelette , acquise en
grande partie dans la place de majordome de
Napoléon, qu'il avait précédemment occupée
à l'ile d'Elbe. Il ne comptait pas moins d'une
centaine de mille francs placés partie sur la
banque de Toscane, et partie sur le mont-de
piété de Milan. La tendresse qu'il portait à sa
femme et à ses enfants , l'attachement qu'il
avait aussi à l'endroit de ses capitaux, qui lui
promettaient pour ses vieux jours une exis
tence agréable et tranquille, le portèrent à
savoir du vieux Tobie le sort qui lui était
réservé. A cet effet, un dimanche matin, pro
fitant du moment où l'Empereur était allé faire
une promenade, il courut à la case de Tobie,
et le pria, sans autres périphrases, de lui dire
sa bonne aventure.
Le vieil esclave fit d'abord quelques diffi
cultés. Il ne voulait pas, lui dit-il dans un
mauvais jargon mêlé d'anglais, d'italien et de
français, augmenter la somme de soucis des
captifs de Sainte-Hélène dans le cas où les
cartes annonceraient à ceux-ci de nouveaux
malheurs. Enfin , vaincu par les sollicitations
de Cipriani, Tobie finit par consentir à inter
roger le sort pour le maître d'hôtel. Il le fit
couper dans son grand jeu, car Cipriani avait
exigé le grand jeu, et commença ses opérations
nécromanciennes.
Mais le rusé Italien qui avait, comme tous
les Corses, une teinture de la science chiroman
cienne, s'aperçut facilement que maitre Tobias,
comme les personnes de la maison de l'Empe
reur l'appelaient communément, ne lui don
nait pas l'exacte explication de ses cartes,
explications du reste fort nombreuses; il le
pressa davantage en exigeant qu'il lui dît tout.
Tobie hésitait ; enfin, poussé jusque dans ses
derniers retranchements par le maître d'hôtel,
il lui dit : -
— Vous voulez donc absolument que je ne
Vous taise rien ?
— Absolument, repartit Cipriani.
— Mais si ce que je veux vous cacher est
capable de vous faire de la peine ?
— N'importe, riposta Cipriani ; allez votre
train , maître Tobie.
— Eh bien! fit Tobie, en étouffant un soupir,
que votre volonté soit faite... Je lis dans vos
cartes, ajouta-t-il, que tous les Français qui
sont dans cette île reverront leur patrie ,
excepté deux.
— Deux ! exclama le maître d'hôtel saisi d'un
frémissement involontaire.
— Oui, deux, répéta froidement Tobie.
— Et quels sont ces deux qui doivent mou
rir ici ?
— Je ne sais, fit Tobie.
— Oh ! vieux moricaud ! s'écria Cipriani
aVeC impatience, tu dois connaître ces deux-là,
il faut que tu me dises leurs noms.
— Je ne puis, en vérité.
— Tu le peux, tu le dois et tu parleras,
ajouta Cipriani d'une voix qui effraya le vieux
Malais. -
- Eh bien ! répliqua alors Tobie, puisque
votre curiosité veut tout savoir et tout enten
pre, apprenez donc que les deux hommes, pri
sonniers ici, qui ne reverront jamais , du
moins de leur vivant, le soleil de l'Europe ,
Sont…
Et Tobie s'arrêta en baissant la tête.
— Sont ?... répéta le maître d'hôtel en fai
Sant un mouvement.
— Vous, le premier, dit le Malais en regar
dant fixement Cipriani.
A cette révélation inattendue, le fidèle ser
viteur resta un moment confondu ; mais affec
tant bientôt un air calme que la contraction
des muscles de son visage démentait suffisam
ment, il se leva, et mettant dans les mains de
l'esclave une pièce de monnaie de France :
— Merci , M. Tobie, lui dit-il; mais quoi
qu'il en soit, j'espère que tout noir que vous
êtes, vous n'êtes pas tout à fait sorcier, et que
l'Empereur et moi reverrons un jour notre
famille et nos enfants aussi bien que vous,
M. Tobie.
— Je le souhaite, répondit le Malais triste
ment ; mais il y a là-haut (et il leva les yeux
au ciel) un grand esprit qui ne permettra ni
à votre maitre , ni à son riche maître d'hôtel ,
ni même au pauvre Tobie, de baiser encore
une fois la terre qui les a vus naître. Nos fers
à tous tomberont, mais c'est la mort qui nous
en délivrera !
Cipriani se contenta, pour toute réponse,
de hausser les épaules en signe de doute et
s'éloigna ; mais cette prédiction fit une forte
et profonde impression sur son esprit. Depuis
lors, la vue de Tobie lui était devenue impor
tune, il le fuyait ; et, autant Napoléon , ainsi
que ses compagnons d'exil, le recherchaient,
autant Cipriani mettait de soin à l'éviter.
Plus tard, l'Empereur, voyant un jour son
maître d'hôtel faire un grand circuit dans le
jardin de M. Balcomb pour ne point passer

devant le vieux jardinier, lui dit au retour :
— Cipriani, pourquoi sembles-tu fuir le
pauvre Tobie ? T'aurait-il vendu de mauvais
fruits ou de méchants légumes?
—Non, sire, repartit Cipriani, mais je n'aime
pas les oiseaux de mauvais augure, et Tobie
en est un.
Ni Cipriani, ni Tobie ne se vantèrent de
l'entretien mystérieux qu'ils avaient eu en
semble. Le Malais ne le raconta à Mr Balcomb,
sous le sceau du secret, que peu de jours avant
le départ de ce colon pour l'Europe.
Quelques années après cette singulière pré
diction , le maître d'hôtel Cipriani mourait à
Sainte-Hélène d'une de ces fièvres pernicieu
ses si communes dans ce climat, et se rappe
lait, en mourant, l'horoscope du vieux Tobie,
dont le nom se mêlait, dans son délire, au
nom de son maître qu'il idolâtrait et qu'il avait
servi avec un dévouement sans bornes.
La tombe du malheureux Cipriani fut la
première page de l'oracle de Tobie; la seconde,
plus illustre, s'ouvrit le 5 mai 1821 , et justi
fiera, sinon la science, du moins les lugubres
pressentiments du vieil esclave.
En 1824, M. Charles David, capitaine d'un
bâtiment marchand revenant d'un voyage aux
Indes, aborda à Sainte-Hélène. Comme tous
ceux à qui la gloire de la patrie est chère,
le premier soin de M. David, en mettant pied
à terre, fut d'aller visiter pieusement le tom
beau du grand homme à Hut's-Gate. M. David
s'y rendit seul comme à un acte de dévotion.
Après avoir gravi les rochers qui défendent ce
labyrinthe mortuaire, il arriva enfin devant le
tombeau du héros!... Un soldat en habit rouge
était là en sentinelle devant la large pierre
tumulaire. L'aspect de cet uniforme anglais
dans ce lieu lui fit mal ; mais à côté de ce
soldat un tableau touchant fit couler ses lar
mes : c'était une espèce de nègre, courbé par
l'âge, qui arrosait le gazon avec un soin admi
rable , et qui arrachait en même temps les
herbes parasites qui croissaient dans les inter
stices des rocs et sur les plates-bandes char
gées de fleurs d'Europe qui servaient d'enca
- drement à la tombe. Ce vieillard était le vieux
Tobie qui, toujours esclave, car le transport
de Napoléon à Longwood et ses démêlés avec
sir Hudson Lowe n'avaient plus permis à l'Em
pereur de poursuivre l'affranchissement du
pauvre homme, venait chaque jour payer à
celui-ci, qu'il avait aimé sans connaître sa
gloire, le tribut de la reconnaissance.
M. David adressa quelques mots en français
à Tobie, qui, ne les comprenant pas, pour
toute réponse dit, en étendant sa main décharnée sur la sépulture impériale :
- The good gentleman ! (Le bon monsieur !)
Cet éloge d'un pauvre esclave ne valait-il
pas, dans ce lieu sauvage, toute une oraison
funèbre du grand Bossuet ?


Les mystères de Sainte-Hélène, Emile Marco de Sainte Hilaire, T1, Méline, Bruxelles, 1847
_________________
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Re: La sombre prédiction faite à Cipriani Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 2355

Posté le: 15 Aoû 2018 9:27
Sujet du message: Re: La sombre prédiction faite à Cipriani
Répondre en citant

Cipriani Franceschi a écrit:
réelle ou romancée

Vous pensez vraiment qu'un tel récit peut être réel ?

http://i1370.photobucket.com/albums/ag268/gslambert43/prolix2_zpsemcffddj.gif
_________________
"Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve." (Euclide)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Re: La sombre prédiction faite à Cipriani Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Cipriani Franceschi



Inscrit le: 14 Jan 2018
Messages: 734
Localisation: Région Parisienne
Posté le: 15 Aoû 2018 10:05
Sujet du message: Re: La sombre prédiction faite à Cipriani
Répondre en citant

Frédéric Staps a écrit:
Cipriani Franceschi a écrit:
réelle ou romancée

Vous pensez vraiment qu'un tel récit peut être réel ?


Non.... Marco de Sainte Hilaire a pris au 19ème siècle comme cheval de bataille de raconter et diffuser la "légende napoléonienne", de faire dans l'hagiographie.... Partant de là, il a je crois souvent brodé, pris des libertés avec la vérité historique Wink

ce récit est donc à priori totalement imaginaire... (mais plaisant à lire, car il donne certains détails - vrais ou faux - sur la vie de Cipriani) et à moins d'imaginer un troisième comparse qui aurait noté ce dialogue, on imagine mal Toby, esclave noir illettré, ou Cipriani, mort avant d'avoir pu écrire ses mémoires, en faire la relation à Marco de Sainte Hilaire.... fou
_________________
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
d'hautpoul



Inscrit le: 10 Aoû 2007
Messages: 318

Posté le: 15 Aoû 2018 10:37
Sujet du message:
Répondre en citant

ce que n'avez pas deviné Toby, c'est qu’après l'échec de Napoléon de lui racheter sa liberté, avis négatif de Hudson, c'est la même personne qui allait avoir le mérite de l'abolition de l'esclavage sur l'île de Sainte-hélène.

https://nsa39.casimages.com/img/2018/08/15/mini_18081511533134707.jpg


Un timbre pour cette commémoration(mauvaise qualité de l'image car elle a été prise dans un livre de la bibliothéque du RMS Saint-Hélèna

https://nsa39.casimages.com/img/2018/08/15/mini_180815114624568335.jpg
;
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Re: La sombre prédiction faite à Cipriani Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 2355

Posté le: 15 Aoû 2018 10:58
Sujet du message: Re: La sombre prédiction faite à Cipriani
Répondre en citant

Cipriani Franceschi a écrit:

ce récit est donc à priori totalement imaginaire... (mais plaisant à lire, car il donne certains détails - vrais ou faux - sur la vie de Cipriani) et à moins d'imaginer un troisième comparse qui aurait noté ce dialogue, on imagine mal Toby, esclave noir illettré, ou Cipriani, mort avant d'avoir pu écrire ses mémoires, en faire la relation à Marco de Sainte Hilaire.... fou

Saint-Hilaire laisse entendre que Toby aurait raconté cette histoire à William Balcombe.
_________________
"Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve." (Euclide)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 591
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 15 Aoû 2018 13:39
Sujet du message:
Répondre en citant

Personnellement, n'étant pas historienne, je pense que ce qui nourrit encore l'histoire napoléonienne c'est cette magie des illusions (peut-être) autour de la vie prosaïque de Napoléon car, à mon sens, pour la plupart des gens qui dans leur très grande majorité ne sont pas historiens mais simplement curieux, intrigués, fascinés par cette vie d'exception à la frontière du conte et de l'histoire , par cette prodigieuse personnalité qui justifiera tous les cultes avec à l'arrière-plan se dessinant comme une curieuse, inconsciente, identification au héros ....Ainsi cette légende ( peut-être) restée, depuis quelque deux cents ans, si vivante , appartient à la réalité française ( voire mondiale....) c'est ce que Balzac a si bien compris lui donnant sa place dans la Comédie humaine.
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Re: La sombre prédiction faite à Cipriani Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Cipriani Franceschi



Inscrit le: 14 Jan 2018
Messages: 734
Localisation: Région Parisienne
Posté le: 15 Aoû 2018 18:05
Sujet du message: Re: La sombre prédiction faite à Cipriani
Répondre en citant

Frédéric Staps a écrit:
Saint-Hilaire laisse entendre que Toby aurait raconté cette histoire à William Balcombe.


Effectivement...

A priori, Balcombe n'a pas laissé de mémoires.... mais l'aurait-il fait qu'il n'est pas certain du tout qu'il aurait relaté cette histoire Confused
_________________
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Cipriani Franceschi



Inscrit le: 14 Jan 2018
Messages: 734
Localisation: Région Parisienne
Posté le: 15 Aoû 2018 18:22
Sujet du message:
Répondre en citant

bastet a écrit:
Personnellement, n'étant pas historienne, je pense que ce qui nourrit encore l'histoire napoléonienne c'est cette magie des illusions (peut-être) autour de la vie prosaïque de Napoléon car, à mon sens, pour la plupart des gens qui dans leur très grande majorité ne sont pas historiens mais simplement curieux, intrigués, fascinés par cette vie d'exception à la frontière du conte et de l'histoire , par cette prodigieuse personnalité qui justifiera tous les cultes avec à l'arrière-plan se dessinant comme une curieuse, inconsciente, identification au héros ....Ainsi cette légende ( peut-être) restée, depuis quelque deux cents ans, si vivante , appartient à la réalité française ( voire mondiale....) c'est ce que Balzac a si bien compris lui donnant sa place dans la Comédie humaine.


Chère Bastet, vous évoquez la légende napoléonienne.... il est certain que ce récit de l'esclave noir et de l'espion Corse, réel ou imaginaire, y participe... Wink

Dans un registre quelque peu identique, le roman paru plus récemment Le chinois de Sainte-Hélène contribue également à entretenir cette légende...

http://i66.tinypic.com/2wqa1yo.jpg

Si Chateaubriand, dans ses Mémoires d'outre-tombe, comme les mémorialistes de l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène, mentionnent dans leurs écrits la présence de domestiques chinois auprès de l'Empereur déchu, aucun de ces auteurs ne prend la peine de s'interroger sur le destin insolite de ces serviteurs, exilés eux aussi sur l'affreux rocher noir : à Sainte-Hélène, ils sont exploités et méprisés par la colonie anglaise. Napoléon sera le seul à éprouver, selon d'authentiques témoignages, quelque amitié et une certaine compassion pour ses pauvres Chinois et, à l'heure de sa mort, il ira même jusqu'à les coucher sur son testament. À partir des bribes éparses, relevées dans les textes des compagnons d'exil de Napoléon, René Han a librement imaginé l'aventure passionnante qu'il prête à l'un des coolies de Longwood. Né en 1770, fils bâtard d'un empereur de Chine, il est chargé secrètement, en 1810, de se rendre en Occident pour mesurer la puissance de ces barbares (les Anglais), qui ne cessent d'importuner Pékin pour s'établir et faire du commerce à Canton. Dépouillé par les marins sur le bateau qui devait le conduire en Angleterre, il est débarqué sans le sou à l'escale de Sainte-Hélène, où il est contraint de rejoindre les centaines d'esclaves chinois qui y sont déjà. Il y restera trente ans. L'arrivée de Napoléon en 1815 change sa vie. Seul coolie parlant l'anglais, le fils et agent secret de l'empereur de Chine passe au service de l'empereur d'Occident prisonnier des Anglais. Écrit dans une belle langue, Le Chinois de Sainte-Hélène est un roman d'aventure prenant, émouvant qui, dans le contexte des relations tumultueuses entre l'Angleterre et l'Empire du Milieu, à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle, mêle avec bonheur le souffle de l'imagination à la vérité historique.


salut!
_________________
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 591
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 15 Aoû 2018 20:21
Sujet du message:
Répondre en citant

Tout est dit, cher Cipriani, un livre qui " mêle avec bonheur le souffle de l'imagination à la vérité historique", et lorsqu'on s'intéresse au Sacré, au mythe dont celui du héros on dépasse d'un cran le roman, on travaille sur le mythe et sa capacité à être appliqué vers des plans divers de référence puisque le mythe reste un des éléments essentiels de notre civilisation humaine.
La reconstitution alors s'apparente à un rite et en ce sens réactualise périodiquement la vie de Napoléon, c'est une cérémonie (aussi) de régénération.....car la fonction d'un rite est de perpétuer, de recommencer une histoire mythique telle celle de Napoléon Bonaparte
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 2355

Posté le: 15 Aoû 2018 21:44
Sujet du message:
Répondre en citant

On peut mêler "avec bonheur le souffle de l'imagination à la vérité historique" en allant à contre-courant des mythes. C'est même à mon sens ce qui fait la qualité de certaines oeuvres de fiction.
_________________
"Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve." (Euclide)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
bastet



Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 591
Localisation: Sud Ouest
Posté le: 16 Aoû 2018 6:27
Sujet du message:
Répondre en citant

Sans doute...et pourtant les mythes nous habitent
_________________
"Mes vers fuiraient doux et frais/Vers votre jardin si beau/Si mes vers avaient des ailes/Des ailes comme l'oiseau"
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
d'hautpoul



Inscrit le: 10 Aoû 2007
Messages: 318

Posté le: 16 Aoû 2018 9:42
Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
Staps
MessagePosté le: 15 Aoû 2018 22:44 Sujet du message:
On peut mêler "avec bonheur le souffle de l'imagination à la vérité historique" en allant à contre-courant des mythes. C'est même à mon sens ce qui fait la qualité de certaines oeuvres de fiction.


C'est ce que fait mon ami Eric Teyssier maître de conférence à l'université de Nîmes, et aussi metteur en scène des "grands jeux romains de Nimes
"

https://www.youtube.com/watch?v=PyT3xwftJtM


AH ! si vous trouvez le chapeau trop grand et la redingote peu conforme (demi-solde) un seul responsable ! moi.


Ci-dessous Eric Teyssier a deux "casquettes"


https://nsa39.casimages.com/img/2018/08/16/180816111808938346.jpg


.
;
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent


Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 2355

Posté le: 16 Aoû 2018 21:10
Sujet du message:
Répondre en citant

bastet a écrit:
Sans doute...et pourtant les mythes nous habitent

En fait, vous parlez des mythes comme Platon parlait des idées qui, pour lui, étaient plus réelles que les choses.
_________________
"Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve." (Euclide)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Cipriani Franceschi



Inscrit le: 14 Jan 2018
Messages: 734
Localisation: Région Parisienne
Posté le: 16 Aoû 2018 21:26
Sujet du message:
Répondre en citant

bastet a écrit:
Sans doute...et pourtant les mythes nous habitent


Sans doute.... Justement, car Pierre Desproges disait "le doute m'habite"... Very Happy
_________________
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 59270 / 0