Citation authentique ???

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5305
meble kuchenne official website PL
Inscription : mer. 26 avr. 2006 13:17

Citation authentique ???

Message par Frédéric Staps »

Voici une citation attribuée à Napoléon que je viens de voir sur Facebook :
Le monde souffre beaucoup, non pas à cause de la violence des mauvaises personnes mais à cause du silence des bonnes personnes.
J'ai quelques doutes sur son authenticité surtout quand on l'attribue à "Napolean". :ha!:

Image
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar de l’utilisateur
L'âne
Messages : 92
Inscription : mer. 10 mars 2021 12:11

Re: Citation authentique ???

Message par L'âne »

Non.
Aurea mediocritas
la remonte
Messages : 85
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: Citation authentique ???

Message par la remonte »

grattez le Russe et vous trouverez le Tartare ;)
la remonte
Messages : 85
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: Citation authentique ???

Message par la remonte »

En guerre comme en amour, pour en finir, il faut se voir de près.

une drôle de citation , d'autant que les armes à feu éloignent de plus en plus et que la baïonnette sert plus à achever les blessés que comme arme d'escrime dans de rares corps à corps .

faut_il la comprendre comme dans une nouvelle de Luis Borges ( l'autre mort) où on trouve ceci :
" ... la guerre , comme la femme , permettait de mettre les hommes à l'épreuve , et qu'avant d'entrer au combat , nul ne savait qui il était . Tel qui se croyait lâche était brave , et vice versa ... " :idea:


ps: dans cette même nouvelle on trouve ceci qui va faire plaisir à Drouet : " modifier le passé n'est pas modifier un seul fait c'est annuler ses conséquences qui tendent à être infinies " :salut:
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5305
Inscription : mer. 26 avr. 2006 13:17

Re: Citation authentique ???

Message par Frédéric Staps »

la remonte a écrit : jeu. 28 juil. 2022 14:09 En guerre comme en amour, pour en finir, il faut se voir de près.

une drôle de citation , d'autant que les armes à feu éloignent de plus en plus et que la baïonnette sert plus à achever les blessés que comme arme d'escrime dans de rares corps à corps .
Cette citation est effectivement un peu difficile à comprendre. (Celle de Borges est plus facile à comprendre, du moins pour ce qui est de la guerre. Pourtant Borges ne semble pas avoir une aussi grande expérience de la guerre que Napoléon. On peut même se demander s'il en a une).
Pour ce qui est de l'éloignement lié à l'usage des armes à feu, la portée des fusils de l'époque n'est pas encore si grande. Ne faut-il pas encore attendre de voir le blanc des yeux de l'ennemi pour espérer une certaine efficacité ? C'est plutôt l'artillerie qui permet de tuer à distance, comme dans le cas de Moreau ou de Lannes.
la remonte a écrit : jeu. 28 juil. 2022 14:09 dans cette même nouvelle on trouve ceci qui va faire plaisir à Drouet : " modifier le passé n'est pas modifier un seul fait c'est annuler ses conséquences qui tendent à être infinies " :salut:
Je ne sais pas exactement dans quel contexte cette phrase est écrite, mais je ne suis pas sûr qu'elle concerne les what if ou l'histoire "contrefactuelle". Elle semble plutôt s'appliquer à un thème de fiction abondamment utilisé dans les romans, les films et la BD qui est le voyage dans le temps.

En voici un exemple :
Image

Dans ce cas, toutefois, c'est un futur imaginaire qui est rattrapé par le présent (maintenant passé).
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
la remonte
Messages : 85
Inscription : jeu. 13 janv. 2022 14:03

Re: Citation authentique ???

Message par la remonte »

oui c'est un peu ça , mais j'avoue qu'il m'a fallu lire plusieurs fois pour garder le fil au milieu d'un dédale d'érudition qui peut rebuter .

de la vie d'un ancien soldat qu'il tente d'interroger ainsi que de ses contemporains témoins de la bataille , on a deux lectures de lui : celui qui est mort en héros et le lâche , or les souvenirs changent .
pour d'autres nouvelles comme celle du Minotaure ou du condamné à mort nazi , ce sont d'autres points de vue narratifs intéressants . une autre vision de l'Histoire :salut:
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5305
Inscription : mer. 26 avr. 2006 13:17

Re: Citation authentique ???

Message par Frédéric Staps »

Dans la nouvelle de Borges, il y a aussi cette phrase :
Dans la Somme théologique, on nie que Dieu puisse faire en sorte que le passé n’ait pas été, mais on ne dit rien de l’enchaînement enchevêtré des causes et des effets, si vaste et si intime qu’on ne pourrait sans doute annuler un seul fait éloigné, pour insignifiant qu’il fût, sans invalider le présent.
Selon Thomas d'Aquin donc, même Dieu ne pourrait modifier le passé.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar de l’utilisateur
Cyril Drouet
Messages : 1244
Inscription : mer. 10 mars 2021 14:12

Re: Citation authentique ???

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit : jeu. 28 juil. 2022 14:09 En guerre comme en amour, pour en finir, il faut se voir de près.

une drôle de citation , d'autant que les armes à feu éloignent de plus en plus et que la baïonnette sert plus à achever les blessés que comme arme d'escrime dans de rares corps à corps .

faut_il la comprendre comme dans une nouvelle de Luis Borges ( l'autre mort) où on trouve ceci :
" ... la guerre , comme la femme , permettait de mettre les hommes à l'épreuve , et qu'avant d'entrer au combat , nul ne savait qui il était . Tel qui se croyait lâche était brave , et vice versa ... " :idea:
Elle est tirée du Mémorial :
"Au Luxembourg, durant le Consulat provisoire, [Sieyès] réveillait souvent Napoléon, son collègue, et le harcelait avec les trames nouvelles qu'il apprenait à chaque instant de sa police particulière.
« Mais a-t-on gagné notre garde ? lui disait celui-ci.
- Non.
-Eh bien, allez dormir. En guerre comme en amour, pour conclure, mon cher, il faut se voir de près. Il sera temps de nous inquiéter quand on attaquera nos six cents hommes.»"
Répondre