FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Guerre d'Espagne - Cadiz 1808
Guerre d'Espagne - Cadiz 1808 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 24 Déc 2008 15:13
Sujet du message: Guerre d'Espagne - Cadiz 1808
Répondre en citant

salut!
Après le désastre de Trafalgar, ce qui restait des escadres franco-espagnoles se réfugièrent à Cadiz, où elles se trouvèrent bloquées par la flotte anglaise, commandée par l’amiral Collingwood, patrouillant devant l’entrée de la baie de Cadiz empêchant, ainsi, aux escadres franco-espagnoles de prendre la haute mer.
Entre les six bateaux français aptes à naviguer et les sept espagnols, en très mauvais état, dont seul le « San Justo » se trouvait en condition de naviguer, se maintenait une coexistence relativement pacifique, jusqu’au moment où Napoléon décida de commencer son projet espagnol.
Le 21 février 1808, l’empereur ordonne à son amiral, le comte de Rosily-Meros de positionner se navires hors de portée des batteries espagnoles et d’amarrer le « San Justo » au centre des bateaux français, ce qui devrait, soit disant, empêcher, à la famille royale espagnole, de porter à bonne fin, une éventuelle fuite en Amérique.

Les semaines suivantes furent politiquement très agitées, le 19 mars les émeutes de Aranjuez firent tomber le premier ministre Manuel Godoy et par la même occasion provoquèrent l’abdication de Charles IV faisant roi d’Espagne son fils Ferdinand VII. Cependant, quelques semaines plus tard, à Bayonne, après la honteuse scène, dont Ferdinand VII fut le triste protagoniste, la couronne d’Espagne alla définitivement ceindre la tête de Joseph Bonaparte.
Le 2 Mai les soulèvements des madrilènes contre les Français, eurent comme conséquences que, au fur et à mesure, que les nouvelles arrivaient en différents points du pays, des Juntes locales et provinciales furent constituées et assumèrent le pouvoir déclarant la guerre à la France et cherchèrent l’alliance avec la Grande Bretagne.

Pendant que ces évènements avaient lieu, à Cadiz, en prévision d’une attaque anglaise, l’amiral de Rosily, réussit à convaincre le commandant général du département, Juan Joaquín Moreno, de l’importance de mouiller les vaisseaux des deux escadres en les intercalant et c’est ainsi que, le 12 mai, se forma, en face de la Cabezuelas dans le Puerto de Santa Maria, une ligne avec en tête le « Neptuno » suivi du « Principe », du « Héros », du « San Justo », de l’ « Algésiras », du « Montañes », de l’ « Argonaute », du « Terrible », du « Pluton », du SanFulgensio » et du San Leandro.

(À suivre)

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 25 Déc 2008 17:12
Sujet du message:
Répondre en citant

salut! SOLANO ORTIZ DE ROZAS

D’origine noble le général Solano était né à Caracas en 1769. Reconnu comme un des plus jeunes et des plus brillants généraux espagnols. Il s’était fait remarquer dans diverses campagnes militaires par ses qualités de commandement comme celles démontrée lors des campagnes d’Oran et de la guerre contre le Portugal, très considéré par ses camarades espagnols et français cela lui valut le poste de gouverneur de Cadiz. Cependant, ses sentiments antinapoléoniens freinèrent l’ascension de sa carrière militaire.

Le général Solano Ortiz de Rozas, deuxième marquis de Socorro, séjournait à Cadiz lors des évènements dramatiques ayant eu lieu à Madrid, ainsi que le transfert de la famille royale à Bayonne et la nomination de Joseph Bonaparte comme roi d’Espagne. Tous ces faits, décidèrent le général d’organiser la résistance et d’exiger à l’amiral Rosily de retirer ses chaloupes de surveillance du Rio Sancti Petri.

Le 26 mai, Séville se révolte contre Napoléon et, deux jours plus tard, Solano recevait le comte de Teba (père d’Eugénie) qui l’informa de la situation. Solano se déclara pour un soulèvement et pour former une Junte, il devait cependant manœuvrer avec prudence, afin d’éviter le danger de bombardements de la ville par les navires de Rosily. Solano convoqua une réunion de onze généraux de terre et de mer parmi lesquels se trouvait le commodore des navires espagnols, Moreno y Ruiz de Apodaca faisant remarquer l’état pitoyable de leur flotte ainsi que la menace que représentaient aussi bien les navires français que les britanniques, qui, avec leurs douze navires surveillaient constamment l’entrée du port.

Pendant que Solano cherchait à recruter des volontaires, la population s’inquiétait et tous ces mouvements et rumeurs ne pouvaient passer inaperçus ce qui porta Rosily à planifier le déplacement de ses navires et ordonner le sondage du goulet et des alentours du Trocadero afin de pouvoir faire passer, par là, sa flotte jusqu´à la baie et ainsi dominer la ville de ses canons et, également, empêcher une attaque de l’escadre britannique.

(À suivre)

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
ASSASSINAT DE SOLANO Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 26 Déc 2008 13:16
Sujet du message: ASSASSINAT DE SOLANO
Répondre en citant

salut!
ASSASSINAT DE SOLANO

Le 29 mai se célébrait une nouvelle junte de généraux. On projetait de capturer l’escadre française, cependant les marins assurèrent que cela serait impossible avec les bateaux espagnols intercalés avec les français, isolés entre eux et dans un tel mauvais état pour combattre que ce serait un sacrifice inutile.

Solano avait été mis au courant de l’exploration réalisée dans la zone du Trocadero par les Français et il était simple d’en déduire les intentions de Rosily et de ce fait, on ordonna de leur rendre la tâche difficile en occupant avec de troupes le Trocadero.

Un certain mal-être se faisait sentir entre les deux parties qui se trouvaient au bord d’une rupture d’hostilités. Devançant cette échéance, Solano sachant la pénurie d’armes et de poudre dont il souffrait, rédigea uniquement une proclamation de guerre au lieu de commencer immédiatement la lutte.

Dans Cadiz les esprits étaient surchauffés et considérèrent ce délai comme un signe d’accointance avec les Français, une tourbe hors control et menaçante se rua vers la Capitainerie où, depuis le balcon, Solano tenta, de calmer cette foule qui l’insultait et l’accusait d’ « afrancesado » et de traître. Vu le danger, un capitaine de la garde ordonna de fermer les portes, mais, de l’avenue arrivait une foule armée de canons volés à l’Arsenal qui tira dans les portes de la « Capitanía ». Solano réussi à échapper à cette populace, mais il fut rattrapé et emmené vers la place San Juan de Dios pour y être pendu, mais il fut poignardé avant d’y arriver...on suppose par un de ses subalternes pour lui épargner cette mort ignominieuse.

(À suivre)

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 26 Déc 2008 20:24; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 26 Déc 2008 16:38
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne.html#cadiz

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
LES PRÉPARATIFS AVANT L'ATTAQUE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 27 Déc 2008 15:20
Sujet du message: LES PRÉPARATIFS AVANT L'ATTAQUE
Répondre en citant

salut!
LES PRÉPARATIFS AVANT L'ATTAQUE

Pour substituer Solano, le 30 mai, la Junte de Cadiz nomma le général Tomás Morla, qui commença immédiatement les préparatifs pour l’inévitable affrontement avec les Français. Le 31 mai, on installa de nouvelles batteries et on renforça les garnisons de « La Cantera », « Trocadero » et « Puntales ».
La flotte espagnole leva l’ancre et se sépara de la française et Tomás Morla envoya le marin Mac Donald informer l’amiral Collingwood de la situation politique à Cadiz, qui répondit qu’il était disposé à entrer dans la baie et détruire la flotte française, mais le capitaine général refusa se doutant que les Anglais profiteraient de l’occasion pour s’approprier le port. Un ordre fut donné pour réarmer deux bateaux qui se trouvaient à l’arsenal juste en face de la flotte française.
Toute cette activité et agitation ne passèrent point inaperçues de Rosily dont le seul espoir résidait, maintenant, dans l’envoi d’une armée française pour le secourir et pour cela, il devait résister le plus longtemps possible.
Profitant du vent du ponant, Rosily se sépara des châteaux de Puntales et de Matagorda pour entrer, canons dirigés vers l’arsenal, dans le canal de Carraca, de cette manière il s’interposa entre l’arsenal et la flotte espagnole interrompant le passage des barges devant apporter les fournitures, le ravitaillement et même l’eau et s’appropriant du chargement. Cela obligea plus tard d’approvisionner les bateaux de Apodaca depuis Cadiz et Puerto Real.
La position de l’amiral Rosily était assez favorable, sa position à l’intérieur de la Baie empêchait à l’escadre de Apodaca, très inférieure vu son état, de s’approcher pour l’attaquer. La seule solution pour contrôler les Français était de les encercler de pièces d’artillerie, les attaquer avec des canonnières et les empêcher de fuir, pour cela une chaîne fut tendue entre Matagorda et Puntales fermant ainsi la baie.
Comme expert en artillerie, Morla fit installer des batteries depuis La Carraca jusqu’à Punta de la Cantera, sachant ne pouvoir opérer avec ses bateaux, on le compensa lui donnant le commandement de 37 canonnières dont 12 dotées chaque une d'un mortier. La formation se fit sur trois lignes:
- au premier rang les simples canonnières,
- au second rang les canonnières avec mortiers et
- en troisième position les canots de ravitaillement en poudre, munitions, équipement desservant les premières lignes.

(À suivre)


http://membres.lycos.fr/dianadmara/hpbimg/bahia%20de%20CADIZ.1.jpg

Positions le 12 Mai 1808 les escadres franco-espagnoles en lignes de défense dans la baie de Cadiz face à Puerto Santa Maria



26 Mai 1808 Rosily fait sonder le goulet et les marais du Trocadero pour, éventuellement rejoindre la baie et pouvoir bombarder la ville

http://membres.lycos.fr/dianadmara/hpbimg/3%20ROSILY%20ET%20APODACA.jpg

Le 31 Mai 1808 Apodaca se sépare de la flotte française et se positionne dans un nouveau mouillage. Rosily se déplace et fetta l'ancre dans l'entrée du canal de Carraca.

http://membres.lycos.fr/dianadmara/hpbimg/4%20DERNIE%c8RES%20POSITIONS.jpg

Positions finales avec vue sur les battries espagnoles de Carraca à Punta de la Cantera.

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 07 Fév 2009 23:50; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
RÉSISTANCE FRANÇAISE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 28 Déc 2008 13:18
Sujet du message: RÉSISTANCE FRANÇAISE
Répondre en citant

RÉSISTANCE FRANÇAISE

salut!

Le matin du 9 juin, Morla envoya un message à Rosily lui expliquant le motif des hostilités : La privation de liberté du Roi poussait la « Nation Espagnole » à prendre les armes à cause de la « perfidie » de la France. Dans le cas de non capitulation dans un délai de deux heures, ils seraient attaqués avec des grenades, des boulets massifs et des boulets rouges. Morla rappelait à Rosily sa situation désespérée vu que hors de la baie les Anglais les attendaient, avec une puissance double de la leur. Finalement il menaçait avec l’irritation du peuple de Cadiz dans le cas de résistance et de préjudices pour la population. « Je ne répond point de sa vengeance sur d’innocentes victimes ».. Rosily refusa de baisser pavillon. Ses bateaux étaient mouillés dans le goulet, préparés pour le combat avec les canons pointant vers la baie les flancs protégés par des câbles et grelins pour amortir les coups des projectiles.

Avec retard les canonnières et les châteaux forteresses commencèrent l’attaque qui se prolongea pendant plus de cinq heures. Au crépuscule les canonnières se retirèrent sans avoir provoqués aux Français des dégâts importants, Rosily s’était bien défendu endommageant sept canonnières qui durent être remplacées. et désarmant les batteries de La Cantera avec le feu de l’Algésiras.
Les pertes françaises furent de 13 morts et 51 blessés et 8 morts et 24 blessés du côté espagnol.

Le 10 juin, Rosily envoya un message refusant les raisons qui avaient provoqué cette lutte alors qu'il n’avait commit aucune action hostile et continua de se considérer allié à la « Nation Espagnole ». Comme l’amiral Rosily refusait toujours de capituler, les combats reprirent avec les canonnières et les batteries à terre. Rosily résista à la « fontion », comme on disait à l'époque, jusque dans l’avant-midi, lorsque le « Héros » hissa le drapeau pour parlementer. La trêve fut opportune pour Morla vu qu’il ne lui restait que peu de poudre.

Dans la proposition que Rosily avait soumis, il prétendait qu’on lui permette d’abandonner en paix la baie et que Collingwood se compromette à ne pas le poursuivre pendant quatre jours. Morla refusa vu qu’une partie cette proposition concernait l’amiral britannique et que d’autre part, son but était de se rendre maître des navires français.

Le jour suivant, Rosily soumit une nouvelle proposition, celle de désarmer ses bateaux si on lui permettait d’abandonner le port ne laissant à bord que les équipages et ne hisserant aucun pavillon. En échange il désirait sécurité contre la flotte britannique. Il exigea également des otages qui se porteraient garant de la sécurité des malades de la flotte se trouvant à terre, ainsi que la sauvegarde de la vie et des propriétés des citoyens français de Cadiz et d’Andalousie et, finalement, qu’on lui fournisse de l’eau et des vivres, qui seront payés comme il l’avait toujours fait.

Morla se rendit compte que l’amiral prétendait seulement gagner du temps et que lui-même, ne pouvant lancer une nouvelle attaque faute de poudre, devait dissimuler son impuissance, en répondant que cette proposition devait être soumise à la Junte de Séville et à Collingwood.

Pendant ce temps, Morla prit les dispositions militaires qui devraient intimider Rosily en installant de nouvelles batteries, certaines simulées et d’autres très puissantes c'est-à-dire, 30 pièces de 36, de plus, il fit appel à la division des canonnières de Malaga. Il fit également armer précipitamment l’Argonauta pour attaquer sur un côté, que les Français croyaient sécurisé, afin de les empêcher de pénétrer dans le goulet du canal de la Carraca et bombarder l’arsenal, pour cela, il fit couler deux bateaux afin de bloquer ce canal.

(À suivre)

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 28 Déc 2008 18:36
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne.html#cadiz

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
REDDITION DE LA FLOTTE FRANÇAISE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 29 Déc 2008 15:03
Sujet du message: REDDITION DE LA FLOTTE FRANÇAISE
Répondre en citant


salut!
REDDITION DE LA FLOTTE FRANÇAISE

La Junte refusa la proposition française et à l’amiral Rosily il ne resta plus qu’à amener le pavillon du "Héros" qui se trouve aujourd’hui au Musée Naval de Madrid. Ne pouvant se soutenir éternellement dans un port ennemi, entouré de batteries et de canonnières et, avec en mer la flotte anglaise supérieure à la sienne, Rosily remis son épée à Ruiz de Apodaca qui chevaleresquement la lui rendit.
C’est ainsi que furent capturés 3.676 prisonniers, 442 canons de 36 et de 24, un quintal de poudre, 1.429 fusils, 1.069 baïonnettes, 80 pierres à feu, 50 carabines, des sabres, des piques, des pistolets et des balles.
Tomás Morla publia immédiatement la proclamation suivante :


« Gaditains,l’escadre française, sous le commandement de l’amiral Rosily, vient de se rendre confiant en la générosité et l’humanité du peuple espagnol.
Cadiz, le 14 juin 1808 ».


Rapidement l’énorme quantité de prisonniers se transforma en un grand problème et on opta de reclure une partie dans l’arsenal et, dans le style anglais, les navires « Argonauta » et « Castilla » furent coulés dans la baie les transformant en pontons où furent reclus l’autre partie.
Parmi les coutumes de l’époque, les officiers eurent la permission de continuer à résider sur leurs bateaux en attendant d’êtres échangés ou libérés sur paroles. Rosily choisi la libération sur parole afin de pouvoir informer directement l’empereur des circonstances qui lui firent baisser pavillon. La Junte se refusa d’accepter mais, à la fin, céda et l’amiral et ses officiers furent libérés sur parole en attendant d’être échangés, de son côté Collingwood leur procura un passeport.

Il est intéressant de souligner la raison première du refus de libération, la Junte voulait imposer un nouveau concept du combattant, ratifiant son caractère de prisonnier :

Le temps de la guerre en dentelles était révolu.

Plus tard, tous les officiers espagnols ayant participé à cet évènement, furent élevés au grade immédiatement supérieur.

Quelques semaines plus tard, le 19 juillet 1808 eut lieu la bataille de Bailén qui se termina par la défaite du général Dupond.

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
LE SORT DES NAVIRES CAPTURÉS. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 29 Déc 2008 15:58
Sujet du message: LE SORT DES NAVIRES CAPTURÉS.
Répondre en citant

LE SORT DES NAVIRES CAPTURÉS.

Les navires capturés furent rebaptisés :

L’« Argonaute » se converti en « Vencedor » - vu qu’il existait l’« Argonauta coulé et transformé en ponton -sa vie fut brève, cédé aux Anglais, il coula en 1810 lors d’une tempête à la hauteur de la Sardaigne.

Le « Héros » changea en "Héroe" servit la Marine espagnole jusqu’en 1847 lorsqu’il fut envoyé au dépeçage,

L’ « Algésiras » devint « El Algeciras » et resta en service jusqu’en 1826 ; il réalisa d’importantes missions diplomatiques en Grande Bretagne pour obtenir des armes.

Le « Neptune » changea son nom e, « Neptuno » et navigua jusqu’à son dépeçage en 1820,

La frégate « Cornélie » devint « Cornelia ».



(ref : La Aventura de la Historia nº 116 .
article
Los Franceses se rinden
de Antonio Atienza Peñarrocha – enquêteur naval)

España Infierno de Napoleón
de Emilio de Diego - docteur en Géographie, Histoire et Droit à l’Université de Madrid

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 29 Déc 2008 18:44
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne.html#cadiz

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54013 / 0