FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
L’Espagne …l’Erreur
L’Espagne …l’Erreur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 15 Juin 2009 14:07
Sujet du message: L’Espagne …l’Erreur
Répondre en citant

salut!

Napoléon lui-même reconnût que l’invasion de la Péninsule Ibérique fut une erreur, mais, tout compte fait ce fût une succession d’erreurs qui porteront vers une guerre longue, dramatique aux lourdes conséquences pour les deux pays.

1) - Erreur politique

Si en 1794 Bonaparte disait que l’on pouvait attaquer l’Allemagne mais jamais l’Espagne, 13 ans plus tard, il oubliera cette affirmation et l’invasion de l’Espagne devenait nécessaire, de plus, facile et rentable à tous points de vue.
Nécessaire, bien sur, car c’était le seul chemin pour dominer le Portugal et s’assurer le contrôle de ses ports de Lisbonne et Porto décisifs pour réussir le « blocus continental ». Parallèlement, l’autre objectif de Napoléon était de terminer avec la dynastie Bourbon en Espagne et par la même occasion s’assurer un flanc sud contre un éventuel rapprochement de l’Espagne avec l’Angleterre, tenté par Godoy vers 1806, donc mettre l’Espagne sous l’autorité directe de la France.
À Napoléon la réalisation de ses visées paraissait facile, surtout celle qui concernait le Portugal vu que les Portugais n’avaient pas de forces militaires capables de faire face à une Armée française de quelques milliers d’hommes et, de plus, l’aide espagnole au pays voisin était compromise depuis Fontainebleau. La manœuvre suivante, politique et éventuellement militaire, pour supplanter la dynastie des Bourbons, ne semblait, elle non plus, guère compliquée, mais surtout rentable, vu l’important terrain de guerre économique contre les Britanniques que la soumission de la Péninsule à l’autorité française, priverait d’une importante parcelle de son activité commerciale, tout cela, sans oublier l’Amérique portugaise et surtout les territoires hispano-américains. Politiquement parlant, la rentabilité devait résulter absolument extraordinaire, car l’occupation du Portugal offrirait toutes les possibilités imaginables pour établir un régime complètement intégré dans l’orbite de la France et, dans la Péninsule l’implantation d’un Roi de la famille Bonaparte assurerait de façon définitive sa fidélité, sans écarter la possible mobilisation de recours militaires des deux nations ibériques au service des projets napoléoniens.
N’oublions pas qu’à l’origine de l’intervention napoléonienne en Espagne on trouve le vieux projet de 1805, celui d’y établir un régime ayant à la tête un prince de la famille Bonaparte, permettant de chasser la Famille de Bourbon du trône espagnol, ainsi que les Bragances du Portugal et réorganiser les recours humains, économiques et stratégiques d’une Espagne, territoires hiberoaméricains inclus, au service de la France. Cependant, l’Empereur ne maintiendra pas les clés de ce projet, il en abandonnera rapidement les deux éléments fondamentaux : le nouveau monarque – son frère Joseph – qu’il inhabilitera, peu à peu dans ses fonctions de Roi – et, l’Espagne - qu’il fragmenterait administrativement et territorialement quand il en verrait la nécessité. Erreur capitale car pour utiliser efficacement l’Espagne, la première chose à faire c’est l’affirmer, la maintenir et même en accroître sa puissance, mais jamais la diviser.

(à suivre)


Ref :
ESPAÑA, el INFIERNO
De NAPOLEÓN
De Emilio de DIEGO
La esfera de los libros
MADRID
Janvier 2008

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 15 Juin 2009 20:50; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 15 Juin 2009 15:55
Sujet du message:
Répondre en citant

Ha, Diana, c'est super tes études sur la guerre d'Espagne!
Je suis bien en retard dans mes fichiers, mais je note tout bien précieusement et je vais m'y mettre d'ici 15 jours; je serai en vacances et j'aurai tout le temps nécessaire pour remettre tout cela en ordre.

_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 16 Juin 2009 6:38
Sujet du message:
Répondre en citant

Merci pour tes compliments et ne t'en fais pas pour les retards dont tu t'accuses, les vacances approchent, mais profites en un peu pour récupérer avant de te mettre à la tâche.

En attendant, voici la suite du premier chapitre des erreurs de Napoléon.


Déjà à partir de 1807, commença une opération politique ayant pour but de profiter surtout des divisions au sein de la cour de Madrid, et, du déploiement militaire survenu entre octobre 1807 et le printemps de 1808, et qui aurait ainsi, permis de contrôler, sans grands efforts, la situation qui régnait en Espagne. Malgré les circonstances, Napoléon ne pensait pas que l’intervention en terres espagnoles pourraient conduire nécessairement à la guerre ou à un conflit de grandes dimensions. Si malgré tout, on devait arriver à une confrontation armée, l’Armée espagnole, en partie déplacée au Portugal et dont certaines de ses meilleures troupes (celles de la Romana) se trouvaient à des centaines de kilomètres sous la supervision française, ne seraient pas en conditions de se convertir en dangereuse ennemie. De même, les restes des institutions des Bourbons paralysées après la crise de mars/avril 1808 - provoquée par la révolte de Aranjuez –et l’Église dont Napoléon croyait bien connaître le pouvoir, ne devraient pas devenir un obstacle sérieux et de plus, la noblesse divisée depuis la nuit des temps et le peuple arriéré et ignorant ne seraient pas capables de présenter de grands problèmes. Finalement, l’empereur était convaincu que son programme de réformes devrait apporter de tels avantages pour la majorité des Espagnols qu’il contribuerait, sans aucun doute, à gagner sa volonté et diluer tout facteur d’opposition. L’évolution des évènements fit, cependant, s’écrouler toutes ces expectatives.
La désarticulation de l’appareil institutionnel de la monarchie de Charles IV ne produisit pas une paralysie complète de l’Espagne. En quelques semaines un nouveau panorama politique, illégal dans presque tout ses aspects et difficile à organiser, avait substitué l’antérieur. Inattendue, cette situation finalement servit à canaliser la résistance politique et militaire. Malgré les évènements de mai et juin 1808, Napoléon continua, jusqu’en été, de procéder comme si un conflit armé ne pouvait se produire en Espagne, malgré ses prévisions, la guerre éclata. Une lutte aux mesures inimaginables et aux formes surprenantes eurent lieux et à partir de là, une multitude d’erreurs devinrent évidentes car elles ne répondaient pas aux schémas prévus. Cette guerre ne s’ajustait en rien à la philosophie de guerre de Napoléon.

(à suivre)


Ref :
ESPAÑA, el INFIERNO
De NAPOLEÓN
De Emilio de DIEGO
La esfera de los libros
MADRID
Janvier 2008




Les réformes apportées en cette période aux institutions de l’Espagne ne seront pas approuvées automatiquement par l’entourage de Napoléon.
Voici ce qu’en pense le Baron Marbot dans ses
MÉMOIRES
Tome 2

"Comme militaire, j'avais dû combattre des hommes qui attaquaient l'armée française; mais je ne pouvais m'empêcher de reconnaître, dans mon for intérieur, que notre cause était mauvaise, et que les Espagnols avaient raison de chercher à repousser des étrangers qui, après s'être présentés chez eux en amis, voulaient détrôner leur souverain et s'emparer du royaume par la force !
Cette guerre me paraissait donc impie, mais j'étais soldat et ne pouvais refuser de marcher sans être taxé de lâcheté!... La plus grande partie de l'armée pensait comme moi, et cependant obéissait de même !... »


…« Ainsi se trouva consommée la spoliation la plus inique dont l'histoire moderne fasse mention. De tout temps, la victoire a donné au vainqueur le droit de s'emparer des États du vaincu à la suite d'une guerre franche et loyale; mais disons-le sincèrement, la conduite de Napoléon dans cette scandaleuse affaire fut indigne d'un grand homme tel que lui. S'offrir comme médiateur entre le père et le fils pour les attirer dans un piège, les dépouiller ensuite l'un et l'autre... ce fut une atrocité, un acte odieux, que l'histoire a flétri et que la Providence ne tarda pas à punir, car ce fut la guerre d'Espagne qui prépara et amena la chute de Napoléon.


« L'acceptation du trône d'Espagne par Joseph lui a été reprochée souvent, et a été qualifiée de condescendance fatale aux volontés de Napoléon. On a prétendu que ce prince, connaissant déjà l'opposition dont il était l'objet de la part du peuple espagnol,n'aurait pas dû accepter de son frère une couronne arrachée au fils des anciens souverains.»

Note extraite des
MÉMOIRES DU ROI JOSEPH
Tome 4

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 20 Juin 2009 20:26
Sujet du message:
Répondre en citant

salut!
L’erreur militaire

1) - Napoléon entrepris l’invasion de l’Espagne en créant de cette manière un nouveau front qui devait être maintenu avec des corps d’Armée réunis de façon hâtive et dont les mouvements s’effectuèrent de façon désordonnée. Ses forces entrèrent en Espagne sans avoir complété ni ses effectifs, ni ses cadres, ni son matériel, ni ses équipements vestimentaires, souliers, armement et munitions. De telles carences, à part de donner une image peu en accord avec le prestige de l’Armée française, obligeraient d’exercer très vite une écrasante pression sur la population qui produira les premiers incidents.


…« L'Empereur réunit donc à Bayonne, au mois de septembre 1807, une armée de vingt-cinq mille hommes, destinée à envahir le Portugal. Mais il commit alors deux fautes graves : la première, de former le corps expéditionnaire avec des régiments nouvellement organisés; la seconde, de donner au général Junot le commandement de cette armée.
Napoléon tomba dans plus d'une erreur sur le choix des personnes, parce qu'il écoutait plutôt ses affections que la voix publique. »…
…« L'Espagne, alors notre alliée, devait fournir à nos troupes sur leur passage le logement et les vivres. Le devoir d'un général en chef était de s'assurer de l'exécution de cette promesse; mais Junot, négligeant cette précaution, fit entrer son armée en Espagne le 17 octobre, et lança ses colonnes sur les routes, où rien n'était prêt pour les recevoir. Nos troupes couchèrent à la belle étoile et ne reçurent qu'une demi-ration de vivres. On était à la fin de l'automne; l'armée traversait les contreforts des Pyrénées dont le climat était très rude, et nos malheureux soldats couvrirent bientôt la route de malades et de traînards. Quel spectacle pour les populations espagnoles qui accouraient de toutes parts pour contempler les vainqueurs de Marengo, d'Austerlitz et de Friedland, et ne voyaient que de chétifs conscrits, pouvant à peine porter leurs sacs et leurs armes, et dont la réunion ressemblait plutôt à l'évacuation d'un hôpital qu'à une armée marchant à la conquête d'un royaume!... Ce triste spectacle donna aux Espagnols une fort mauvaise impression de nos troupes, et entraîna l'année suivante des effets désastreux.
Napoléon méprisa trop les nations de la Péninsule, et crut qu'il suffirait de montrer des troupes françaises pour obtenir d'elles tout ce qu'on voudrait. Ce fût une grande erreur !


MEMOIRES DU BARON DE MARBOT
Tome 2
Edition 1891


(à suivre)
_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 22 Juin 2009 15:48
Sujet du message:
Répondre en citant


salut!
Pour pouvoir entreprendre cette marche vers la Péninsule, Napoléon dut laisser d’importantes zones sans protection et affaiblit, de façon dangereuse, la réserve de la Grande Armée, mettant en évidence la limite de ses recours humains. À partir de ce moment il ne sera plus en conditions d’agir de façon offensive, avec la supériorité nécessaire, ni sur le front du centre Europe, ni dans la Péninsule, quand les deux fronts étaient ouverts simultanément, chose qui arrivera en différentes occasions. Il devra donc arriver à devoir déplacer des troupes d’un front à l’autre, se mettant immédiatement en infériorité dans certains d’entre eux ou carrément dans les deux. Quand on pense, par exemple, qu’une Armée avait besoin d’au moins deux mois et demi pour parcourir les 2.000 kilomètres qui séparaient Leipzig de Madrid. L’envoi de divisions pour venir renforcer certains points faibles en Espagne demanda, également, un gros effort et obligea Napoléon au recrutement de 160.000 nouveaux soldats dont plusieurs appartenaient à la conscription de 1810. Un des principes fondamentaux des concepts que Napoléon avait de la guerre pourrait se résumer ainsi :

« L’art de la guerre consiste en ce qu’une Armée inférieure tienne toujours plus de forces que l’ennemi à l’endroit choisi pour l’attaque et, alternativement, sur le lieu où elle serait attaquée. »

En tous cas, l’invasion de l’Espagne et du Portugal bouleversa les fondements de la doctrine militaire de l’Empereur le situant face à une grave contradiction. Les nouvelles circonstances l’obligèrent à renoncer à ses mouvements stratégiques foudroyants lui faisant perdre, ainsi, un des avantages jusqu’alors décisifs.
Une erreur de cette envergure ne peut se comprendre que du point de vue de Napoléon ayant l’idée qu’en Espagne un conflit ne sera pas précisément long et difficile à résoudre. Avec la première erreur, celle de créer un front de guerre en une situation inadéquate, sa plus grande maladresse fut de s’y tenir. Il aurait pu se retirer d’Espagne voyant l’envergure que prenait le conflit, par exemple en 1809, et dans le pire des cas se situer sur la défensive dans les Pyrénées. Bien sur cela aurait été une décision chère à tous les points de vue, spécialement en termes politiques et d’image, mais, cela aurait pu se camoufler avec une forme d’accord avec l’Espagne et la restauration de Ferdinand VII. Cette possibilité, aurait pu donner aux Espagnols le sentiment de me plus être directement menacés et, par conséquent, ne plus tolérer longtemps la présence anglaise sur leur territoire.
Une autre possibilité aurait été de se centrer complètement sur la guerre en Espagne en employant tous les moyens possibles pour terminer avec la lutte commencée, mais, un entendement avec la Russie aurait été nécessaire et aurait, de ce fait, obligé Napoléon de céder à quelques exigences du Csar. Napoléon n’eut même pas l’idée d’essayer une de ces solutions.

(à suivre)


Ref: ESPAÑA EL
INFIERNO DE NAPOLEÓN
du prof. Emilio de DIEGO

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 29 Juin 2009 4:42
Sujet du message:
Répondre en citant

salut!

La reddition de Bailén fut un échec qui, portant préjudice à l’image impérial aurait pu également stimuler les nations soumises en Europe. Napoléon devait, donc, au plus vite, réparer les dégâts engendrés par cette défaite par une action décisive en Espagne. Fin octobre des troupes françaises se dirigèrent vers l’Espagne et le 3 novembre, l’empereur arriva à Bayonne où l’attendait son Armée.

L’itinéraire militaire emprunté par Napoléon, pendant le mois de Novembre 1808, fut jalonné de batailles qui firent ressortir, lors des défaites subies, l’infériorité de l’Armée espagnole : Burgos, Gamonal, Espinosa, Tudela, Somosierra. Ensuite le 4 décembre la prise et la reddition de Madrid, le 20 le début du second siège de Saragosse, puis Benavente. Mais le 1er janvier 1809, recevant de préoccupantes nouvelles, Napoléon décida de rentrer à Paris.

En abandonnant l’Espagne, avec sa Garde et différentes divisions, pour ne plus y revenir, Napoléon, laissa à ses maréchaux, en particulier Soult, la tâche de terminer avec l’Armée anglaise fuyant vers la Corogne. Ce fut un demi-échec pour Soult car Moore livrant à Elviña une bonne action défensive permit à 25.000 de ses hommes d’embarquer cap vers Lisbonne, mais il perdit la vie lors des combats.

Par la suite, la guerre d’Espagne se fera avec des troupes de seconde classe, normalement sous la direction nominale du Roi Joseph, cependant dans la pratique elle fut dirigée par différents maréchaux faisant fi aux ordres donnés par Joseph, pendant que dans leurs territoires respectifs, ils agissaient comme les rois de Taifas, jaloux l’un de l’autre au point de se nier mutuellement tous types d’aide.

Si l’on ajoute aux tentatives de Napoléon de diriger la guerre à partir du Centre Europe en envoyant des ordres résultant obsolètes et même absurdes lorsqu’ils arrivaient à destination, le fait que des maréchaux s’enrichissaient de nombreuses prédations, méprisaient le peuple espagnol, livraient une guerre relativement chevaleresque avec les Anglais, mais féroce avec les armées régulières et les croissantes troupes de la « guerrilla » , il est facile de comprendre que tout cela finirait par se convertir en un conflit que les Français ne pouvaient gagner.


Ref : ESPAÑA EL INFIERNO DE NAPOLÉON
Du professeur E.DE DIEGO

NAPOLEÓN EN ESPAÑA de Fernando QUESADA
Paru dans la Revue :
AVENTURA DE LA HISTORIA nº 122

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 05 Juil 2009 3:23
Sujet du message:
Répondre en citant



salut! L'erreur économique


Napoléon croyait que l’Espagne était un pays riche, ce qui était relativement faux. Les images de la richesse espagnole pouvaient se situer dans les possibilités du marché hispano-américain et des envois de l’argent qui arrivaient de l’autre côté de l’Atlantique. Cependant, l’empereur ne parvint pas, même de façon minime, à contrôler aucun des deux facteurs.

D’un côté, le niveau des rentes vers la fin du XVIIème siècle, mettait l’Espagne au-dessus de la majeure partie de l’Europe, bien que, postérieurement, les premières années du XIXème siècle virent apparaître une succession d´évènements catastrophiques. Il faut également considérer l’extraordinaire déséquilibre de la distribution de cette richesse, qui situait à l’immense majorité de la population bien en dessous des niveaux de subsistance. Certaines maisons nobles, certains secteurs de l’Église et un certain nombre de membres de la naissante bourgeoisie détenaient une bonne partie de toutes ces ressources ce qui laissait supposer que l’Espagne était un pays riche, appréciation à nuancer très fortement.

La structure de la propriété agraire, le retard technologique et la dureté du climat dans certaines régions du pays conduisirent à des niveaux très bas de productivité dans un secteur fondamental de l’économie espagnole. De plus, une pression de la fiscalité très élevée complétait à angoisser la majorité des espagnols.
Il faut également souligner que n’importe quel contretemps qui eut fait chuter la production ou augmenter sensiblement la consommation, en conditions normales, amenait une situation d’étranglement. L’attention aux nécessités des contingents armés aussi nombreux que ceux envoyés par Napoléon aux sud de Pyrénées, même sans la guerre comme agent décisif de perturbation, menaçaient d’épuiser les ressources de l’Espagne, ce qui finalement arriva, jusqu’à des extrêmes insupportables et dramatiques.


Ref: ESPAÑA el INFIERNO
de NAPOLEÓN
1808 - 1814
Una Historia de la Guerra de la Independencia
Emilio de DIEGO
la esfera de los libros
MADRID
Janvier 2008

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 06 Juil 2009 13:01
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne_erreurs.html

Merci Diana, pour cette belle analyse!

En fait, l'erreur espagnole n'est pas une mais multiple... et n'est même pas "erreurs" mais catastrophe. Confused

_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 06 Juil 2009 20:19
Sujet du message:
Répondre en citant

Cette analyse c'est surtout grâce au prof. Emilio de DIEGO dont le livre de presque 600 pages est d'une concision et d'une objectivité que j'ai rarement trouvé dans bon nombre de livre d'histoire. J'envie ses élèves, ils doivent vraiment se régaler pendant ses cours. aime

Il manque le dernier chapitre des "erreurs", le plus difficile, non seulement à résumer, mais surtout à faire comprendre, le sujet est plutôt complexe car il traite des erreurs commises vis-à-vis de l'Église et du sentiment religieux.
Cela me prendra un peu plus de temps et probablement un certain nombre d'épisodes, ce sera moins qu'une analyse, à mon avis, plutôt une autopsie.
¡ Hasta luego !
paix
_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54013 / 0