Visite de Mme la comtesse Walewska à l'île d'Elbe

L'Empereur a abdiqué. Il est à la tête d'une île ridiculement petite et cependant, il ne courbe pas l'échine.

Visitez les pages sur l'île d'Elbe
Avatar du membre
Diana
Mamy cool
Messages : 1513
Enregistré le : 20 avr. 2006 14:21
Localisation : Andalousie

Visite de Mme la comtesse Walewska à l'île d'Elbe

Message par Diana » 12 juin 2006 6:03

« Tout à coup, la population matinale s’écria : « L’Impératrice et le Roi de Rome sont arrivés » et aussitôt la population entière fut debout. On m’envoya un exprès pour m’instruire de ce grand évènement, j’accourus à Porto-Ferrajo. Les officiers de la Garde avaient la tête à l’envers ; ils voulaient que l’Impératrice et le Roi de Rome restassent à l’île d’Elbe.

Le commandant Malet me priait de rédiger une adresse raisonnée pour signifier cela à l’Empereur. Les Porto-Ferrajais voulurent en faire autant ; l’intendant me demanda s’il devait consentir à cette démarche. Le général Drouot évitait de se montrer en public.

Le vrai était que Mme la comtesse Walewska et son fils avaient débarqué à Marciana, que Mme la comtesse Walewska avait à peu près l’âge de l’Impératrice, autant de noblesse que l’Impératrice, que l’enfant avait aussi à peu près l’âge du Roi de Rome, qu’il était mis comme le Roi de Rome. (25) l’erreur était facile ; elle fut complète. Mme la comtesse Walewska se plut à la laisser exister, même elle la sanctionna, car elle faisait répéter à son fils les paroles que la renommée attribuait au Roi de Rome. C’était le rapport des marins dans le bâtiment desquels Mme la comtesse Walewska était venue à l’île d’Elbe avec son fils.

Aussitôt que Mme la comtesse Walewska fut arrivée à la tente de l’Empereur, l’Empereur ne reçut plus personne, pas même Madame Mère, et l’on peut dire qu’il se mit en grande quarantaine. Son isolement fut complet. (…)

Mme la comtesse Walewska et son fils restèrent environ cinquante heures auprès de l’Empereur. »




(25) Le 1er septembre 1814, la comtesse Walewska, sa soeur, Émilie Laczinska et Alexandre, fils de l’empereur débarquèrent à l’île d’Elbe. Louis Marchand précise que le frère de la comtesse, le colonel Teodor Laczinski, accompagnait ces dames et l’enfant. Il ajoute que « dans l’île, on crut que c’était l’impératrice et le Roi de Rome, les têtes s’en montèrent ». Op.cit., p.65.

« Mme Walewska avait dû être, dans son jeune âge, une fort belle personne. Bien qu’ayant, lors de son voyage à l’île d’Elbe, la trentaine (elle était née en 1786 et s’éteignit en 1817, après avoir épousé en secondes noces le général d’Ornano) et peut-être quelque chose de plus, elle était encore fort bien. Ce qui la déparait un peu, c’était quelques petites places sanguines, ou rougeurs, qu’elle avait dans la figure. Du reste elle était très blanche et d’un coloris qui annonçait une belle santé. Elle était de belle taille, avait un embonpoint raisonnable. Elle avait une fort belle bouche, de beaux yeux, les cheveux châtain clair ; elle avait l’air fort douce et paraissait être une excellente personne. (…) Le jeune Walewski était gentil garçon, déjà grandelet, la figure un peu pâle ; il avait quelque chose des traits de l’empereur. Il en avait le sérieux ». Mameluk Ali, Souvenirs…., Arléa, 2000, p.85. Né en 1810, il a alors quatre ans. Il décèdera en 1868, après une carrière publique bien remplie (ambassadeur et ministre des Affaires étrangères sous le Second Empire
)

Extraits de NAPOLÉON empereur de l'île d'Elbe
Souvenirs & Anecdotes de Pons de l'Hérault
Les Éditeurs Libres 2005
Avatar du membre
CC
Messages : 6238
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 12 juin 2006 19:30

Ah, s'il n'avait pas voulu être l'égal des rois, s'il n'avait pas pour cela convoité une Autrichienne, il aurait pu avoir une vraie impératrice, une vraie épouse et une vraie mère!

Vous retrouverez ce texte ici:
http://www.napoleonprisonnier.com/chronologie/elbe.html

:fleur:
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 12 juin 2006 23:04

En somme, c'est la version impériale du vieux proverbe : "Qui trop embrasse mal étreint !" :wink:
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
Bill Doveton
Messages : 68
Enregistré le : 28 avr. 2006 21:46

Message par Bill Doveton » 01 août 2006 21:13

J'aurais aimé savoir combien de fois la comtesse Walewska a t-elle rendu visite à l'Empereur à l'île d'Elbe ?

Quelqu'un peut-il me renseigner, merci d'avance. :wink:
Avatar du membre
CC
Messages : 6238
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 01 août 2006 21:21

Une seule fois, si je ne me trompe.
Avatar du membre
Joker
Bouffon impérial
Messages : 1347
Enregistré le : 20 avr. 2006 23:17
Localisation : Bruxelles - Belgique

Message par Joker » 01 août 2006 23:02

Je confirme : une seule visite.
Et le séjour de la belle Marie ne dura guère que trois courtes journées. :?
Il fallait éviter de donner du grain à moudre aux anti-bonapartistes et sauvegarder l'image d'un couple impérial uni.
"Les erreurs du passé sont les faiblesses de l'avenir" (Anonyme)
Avatar du membre
général BERTRAND
Elbois de coeur
Messages : 231
Enregistré le : 30 mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...
Contact :

Message par général BERTRAND » 10 août 2006 23:57

En réalité Marie Walewska débarqua à San Giovanni face à la rade de Portoferraio le 01-09-1814 dans la soirée. Elle quitta la Madonna Del Monte à Marciana le 3 septembre dans la soirée, en plein tempête.
L'embarquement prévu initialement à Marciana Marina ne put avoir lieu vu cette tempête et finalement c'est dans l'anse de Mola (Porto Longone devenu en 1947 Porto Azzuro) qu'elle repris la mer malgré les craintes de son entourage, mais c'était "un ordre de l'Empereur"!
Les avis divergent quant au fait que Napoléon tenta de la rejoindre en chevauchant dans la nuit. Il semble plutôt que ce soit l'officier d'ordonnance Carlo PERES qui fut chargé de cette mission, qu'il ne remplit point...
:)
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 22 janv. 2007 20:51

Pas bien aimable cet ordre de partir en pleine tempête simplement parce que ça l'arrangeait! Il était dur avec les femmes.
Avatar du membre
général BERTRAND
Elbois de coeur
Messages : 231
Enregistré le : 30 mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...
Contact :

Message par général BERTRAND » 22 janv. 2007 23:32

Les Elbois croyaient qu'il s'agissait de l'Impératrice et s'agitaient quelque peu: on leur cachait quelques chose; car ils avaient bien vite repéré ce navire qui état venu mouiller dans l'anse de San Giovanni et les commentaires allaient bon train.
Bien que Marie s'offrit même à rester à l'île d'Elbe discrètement, il ne voulut pas. Il semble qu'il craignait les rumeurs: alors qu'il n'omettait jamais de dire dans son entourage que son épouse et son fils lui manquaient, tout le monde allait savoir qu'il s'agissait de sa maîtresse polonaise... ce que les espions n'allaient pas manquer de rapporter à qui de droit. A ce moment là, en septembre 1814, je crois qu'il espère encore l'arrivée de Marie-Louise et de l'Aiglon.
Donc, pour le départ rapide, comme je l'ai écrit: c'était un ordre de l'Empereur!
On peut découvrir à l'île d'Elbe l'être humain avec ses craintes, ses hésitations, ses remords et ses doutes. Il n'osa pas rentrer directement à PORTOFERRAIO (la peur d'être interpellé?) et résida quelques temps à PORTO LONGONE.
Il ne revint plus à la Madonna Del Monte, le charme était rompu.
Il ne fut jamais aussi Humain que dans cette île.
:)
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4162
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 22 janv. 2007 23:46

Ca fait très "drame bourgeois" comme histoire. :wink:
Avatar du membre
général BERTRAND
Elbois de coeur
Messages : 231
Enregistré le : 30 mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...
Contact :

Message par général BERTRAND » 22 janv. 2007 23:56

Que voulez-vous sur "ce carré de légumes" qu'était l'île d'Elbe où l'Empereur jouait au garde-champêtre...
Ah que j'aimerais pourtant y cultiver... sa mémoire... il est temps!
:roll:
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4162
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 23 janv. 2007 22:41

Je ne pense pas que ce soit seulement la petite taille de l'île qui est à l'origine du caractère "bourgeois" de l'anecdote. Si j'ai employé ce terme, ce n'est pas sans raison. A la différence des rois de France qui affichaient ouvertement leurs maîtresses, Napoléon a choisi de vivre ses amours extraconjugales avec une certaine discrétion. Il y avait peut-être dans ce choix des raisons personnelles, mais cela correspondait aussi à une évolution des mentalités. La population souhaitait désormais que le souverain donne l'exemple d'une vie de famille respectable, même si elle tolérait certaines libertés pour autant que cela se fasse en cachette.
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 23 janv. 2007 23:23

Napoléon voulait se donner en victime aussi. Il était le mari fidèle à qui on avait retiré sa femme et son fils. Il ne pouvait pas se permettre une affaire extra-conjugale, il devait rester le gendre de l'empereur d'Autriche, et ce, au grand jour et la tête haute!
Avatar du membre
général BERTRAND
Elbois de coeur
Messages : 231
Enregistré le : 30 mai 2006 10:58
Localisation : HANNUT avant le grand départ...
Contact :

Message par général BERTRAND » 02 août 2007 1:22

Concernant la moralité, les familles elboises avaient l'habitude de dormir tous ensemble. :shock:
L'Empereur interdit qu'on dorme désormais à plus de... 5 par lit! :lol:
Modifié en dernier par général BERTRAND le 03 août 2007 14:35, modifié 1 fois.
Qui odit veritatem, odit lucem
Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 03 août 2007 12:07

Ils devaient avoir de petites maisons, pour dormir si nombreux dans un seul lit. Peut-être avaient-ils deux lits par famille: les parents - et les enfants.
Répondre