FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
MALAGA la rebelle
MALAGA la rebelle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 05 Mar 2010 17:25
Sujet du message: MALAGA la rebelle
Répondre en citant

http://lh4.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S5EPLu2IF2I/AAAAAAAACac/1JPtdpoBRZw/s400/mosaico-640x640x80%20MALAGA%20ANTIGUA.jpg


Le 27 mars 1808 les troupes françaises entrèrent en Espagne en son de paix et d’amitié. Le 8 mai un communiqué officiel annonça le soulèvement du 2 mai à Madrid et des représailles qui en suivirent, cela provoqua, dans la majeure partie du Pays, la formation de Juntes patriotiques pour prendre les armes contre les envahisseurs.

Le 19 juillet 1808, la bataille de Bailén se terminant par la victoire des troupes espagnoles permit à l’Andalousie de rester éloignée de la guerre, pendant un an et demi, c'est-à-dire, jusqu'au moment où les troupes françaises, au début de janvier 1810, envahirent le territoire.

Au vu de ces évenements, les autorités civiles et militaires de Malaga se montrèrent disposées, tout comme Cordoue, Jaén, Grenade et Séville le feront, de se rendre sans combattre. Démoralisée par les succès des envahisseurs et spécialement par la passivité des autorités et des classes aisées craignant de perdre leurs biens en cas de résistance, la plèbe devint rapidement un terrain propice pour semer dans les esprits la graine de la révolte.

À Malaga, la nouvelle de la traversée de la Sierra Morena par les troupes françaises produisit une grande commotion dont profita amplement le colonel Vincente Abello qui, secondé par Berrocal, un capucin sécularisé et par les frères San Millán, écrivains publics devinrent les artisans de l’insurrection.

Afin de continuer de plus belle sa croisade contre les Français, Abello commença par soulever les masses populaires contre la Junte dont il chassa les membres officiels pour s’autoproclamer Président de la "nouvelle Junte". Un peu plus tard, il se bombarda, également, Gouverneur de la ville.

Cependant, certaines rumeurs commencèrent à circuler faisant croire au retour du roi Ferdinand VII ce qui enflamma davantage le peuple à résister. La situation suscitée par ces rumeurs échappant à tout contrôle, permit à Abello de se sentir habilité, « par son gouvernement », pour prendre en main les rènes de la rébellion et le voilà à cheval et sabre au clair galopant dans toutes les rues et places les plus populaires de la ville incitant les habitants à se rebeller et à s’armer en masse contre les Français.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Abello, en plus d'être déjà Président de la Junte et Gouverneur de Malaga, il s'attitra le grade de Capitaine Général des Patriotes de Malaga et, suivi par bon nombre de sympathisants, on le vit, alors, se diriger vers le Parc d’Artillerie, pour, ensuite faire arrêter le chef des troupes urbaines et destituer le colonel don Francisco Corts, commandant le régiment d’infanterie de Malaga. Devenu ainsi l'unique autorité de la ville et, vu la tournure que prirent les événements, les quelques forces restantes de la garnison de Malaga finirent par s’unir aux rebelles.

Lorsque le 29 janvier 1810 arriva la nouvelle de la reddition de Cordoue, Jaén et Grenade et de l’approche des troupes françaises, le peuple s’inquiéta et le gouvernement du chercher, mais en vain, à occulter les faits et à démentir ces bruits alarmants.

Arrivé le 2 février à Antequera, Sebastiani et ses troupes reprirent leur marche vers Malaga, le 4 février, empruntant la sinueuse Route Royale grimpant à plus de 1.000m. le long des flancs de l'étrange massif du Torcal, un véritable monument de la nature formé de roches karstiques.
Plus ou moins à mi-chemin d'une dure montée, au lieu dit « La Boca del Asno » un fortin, aujourd’hui disparu, fut construit dans les siècles passés pour interdire le passage vers Malaga aux ennemis.

Le 3 février 1810 des combats eurent lieu en cet endroit, mais ça c’est une autre histoire.

http://lh4.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S5ESdFiaRhI/AAAAAAAACcM/aE3pz1LDHnk/s800/fortin%20asno.jpg%20AVEC%20BRUSH.jpg

Je ne sais pas si j'ai bien inséré le fortin dans la position qu'il occupait

http://lh5.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S5ETAYhCKFI/AAAAAAAACco/5vFWQv7IqsA/s800/BOCA%20DEL%20ASNO%20SUBIDA.jpg

Vue depuis la route, Antequera se trouve dans le fond en blanc de là part la route du Torcal, et sur la gauche de la courbe commence la montée vers le fortin de la Boca del Asno.



Ref:
MÁLAGA FRENTE A LA GUERRA DE LA INDEPENDENCIA
(1808-1812)
Esteban Alcántara Alcaide
Servicio de publicaciones
Centro de ediciones de la diputación de Málaga
2008

HISPANIA NOVA.
Revista de Historia Contemporánea. Número 8 (2008)
Eva Mª Mendoza García
Universidad de Málaga

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)


Dernière édition par Diana le 09 Mai 2010 8:23; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6268
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 07 Mar 2010 16:42
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne_andalousie.html#rebelle

amitié
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54013 / 0