FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
La charge de Somosierra
La charge de Somosierra Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Diana
Mamy cool


Inscrit le: 20 Avr 2006
Messages: 1519
Localisation: Andalousie
Posté le: 25 Mar 2010 21:07
Sujet du message: La charge de Somosierra
Répondre en citant

http://lh3.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S6u7nBznFYI/AAAAAAAACkE/Zu0w-vD1dCU/s800/100_3624.JPG


salut!

Ce fut le 29 novembre que Napoléon atteignit la Sierra de Guadarrama et instala son quartier général à Boceguillas et non Bazequillas comme rapporté dans le livre. À peine arrivé l’empereur partit faire une reconnaissance des lieux à cheval et d’après les résultats de cette inspection il établit les ordres à donner pour le lendemain.

« Pour la journée du 30 novembre les ordres furent les suivants :

- La division Lapisse devait se porter à droite de la route et s’emparer, à l’aube de la position de Sepulveda.
- La division Ruffin, en même temps, devait s’emparer du versant nord de la Sierra de Guadarrama jusqu’à la hauteur de Somosierra.
- Le 9ème léger devait marcher à droite de la route et,
- Le 24ème de ligne à gauche afin de tomber sur les flancs de l’ennemi.
- Le 94ème régiment avec la batterie de six pièces de Sénarmont, devait avancer en colonne sur la route.
- La cavalerie de la Garde suivait ces troupes derrière laquelle se trouvait Napoléon. »

L’attaque de Sepulveda avait été programmée pour 6 heures du matin espérant pouvoir s’emparer, par surprise, de la place, vers les 9 heures, en profitant du brouillard qui régnait généralement le matin. Se dissimuler de l’ennemi et attaquer au moment où le brouillard commencerait à se dissiper faisait partie des plans de Napoléon qui comptait qu’ à cette heure la colonne dirigée vers Somosierra aurait atteint la crête des hauteurs.

Le lendemain le 30 novembre, dès l’approche de la colonne dirigée vers Sepulveda, les défenseurs de la place prirent la fuite vers Ségovie sans offrir de résistance, tandis que la colonne qui s’avançait sur Somosierra parvint à s’approcher assez près de la position espagnole sans être remarquée. Cependant, contrairement à son habitude, ce jour là le brouillard se dissipa plus tôt et la garnison, en cette position, ne fut pas prise au dépourvu et eut le temps de se mettre sur la défensive. Les détachements qui se trouvaient des deux côtés de la route furent refoulés avec facilité, mais, ceux qui se trouvaient sur la position principale reçurent les Français sous une meurtrière grêle de balles.

Pendant ce temps, revenu en arrière vers Boceguillas, le 3ème escadron des chevau-légers de la garde d’honneur protégeait Napoléon alors qu’il faisait une reconnaissance des lieux en attendant les résultats de l’attaque.

Malgré les minutieux préparatifs, différents facteurs rendirent, plus ardus que prévu , le déroulement du plan de Napoléon pour son infanterie:

- Les difficultés du terrain
- La nécessité continuelle de s’orienter dans un pays montagneux,
- La nécessité de partager les troupes en petites fractions,
- L’impossibilité pour les chefs de tenir, ainsi, leurs hommes bien en main et d’unir leurs efforts pour atteindre le but commun,
- La dispersion du combat et la résistance farouche de l’ennemi se trouvant en positions dominantes faisant dégénérer le combat en longues et meurtrière fusillades.

Là où la route commence à monter vers le sommet du défilé, il y avait un ruisseau la traversait et, en cet endroit, deux canons français avaient pris place luttant en vain contre une artillerie espagnole supérieure. Pendant ce temps et attendant les ordres, la cavalerie de la garde se trouvait en colonne sur la route, alors que le régiment de chevau-légers polonais se déployait à sa droite. Bien qu’à cet endroit un pli du terrain les protégeait du feu de l’artillerie ennemie, les balles des tirailleurs les atteignaient et cela risquait de se transformer rapidement en un sanglant combat. Napoléon commençait à s’impatienter tout en observaint attentivement les péripéties du combat, le terrain qui l’entourait sans oublier de surveiller l’adversaire. Soudainement, il donna l’ordre à l’escadron de chevau-légers polonais de son escorte de charger immédiatement l’artillerie ennemie qui balayait la route.

http://lh4.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S6u851GRM0I/AAAAAAAACkg/ok2P9tBCZ9Y/s800/CHARGE%7E1.JPG

toile peinte par Wojciech Kossak

L’exécution de l’ordre de l’Empereur échut au 3ème escadron de chevau-légers sous les ordres par intérim de Kozietulski , vu que leur commandant Stokowski n’avait pas encore rejoint le régiment. L’escadron se composait de la 3ème compagnie du capitaine Dziewanowski et de la 7ème du capitaine P. Krasinski, effectif qui s’élevait à environ 125 hommes y compris les sous-officiers et autres gradés. Obéissant à l’Empereur, les cavaliers s’élancèrent mais, il semblerait que l’escadron ayant rencontré un obstacle insurmontable avait du s’arrêter. D’après les vérifications qui se firent postérieurement, la prise de cette position, en effet, aurait du se faire par le flan et seule l’infanterie aurait pu surmonter cet obstacle. Plus tard, on verra que cette charge de cavalerie était militairement inopportune et impossible, mais, mieux vaut laisser les experts militaires débattre des raisons de ces affirmations.

Malgré cet obstacle, l’ordre de charger fut confirmé et fut irrévocable. Cependant, cette fois, ce fut par une route menant à une redoute armée de seize canons et défendue par vingt bataillons d’infanterie, situés de chaque côté de la route, dont le feu croisé de leurs armes balayait l’accès. À peine l’escadron se fut-il lancé en avant qu’une partie des hommes tombait déjà sous les tirs précis des Espagnols. L’escadron fortement décimé eut un moment d’hésitation, mais, la présence d’esprit des chefs tranquillisa les hommes et l’escadron s’élança en avant dans un impétueux élan. Le commandant eut son cheval tué sous lui et lui-même fut foulé par les sabots des chevaux, mais réussissant à remonter en selle grâce à un cheval ayant perdu son cavalier il continua la charge …un véritable ouragan diront les témoins.
De sa position, Napoléon surveillait la charge et voyant que le feu des Espagnols décimait l’escadron, il envoya, en renfort, une partie de sa Garde et ensuite tout le régiment des chevau-légers polonais, le 1er escadron de Lubienski en tête suivi par la cavalerie de la garde et Napoléon lui-même avec l’infanterie.

http://lh4.ggpht.com/_Dlnzie1n0yI/S6u9ii7e7oI/AAAAAAAACk8/Yo3iMIE0K7Q/s800/SOMOSIERRA.jpg

Peinture réalisée par Lejeune

La position prise, la cavalerie continua la poursuite des fuyards, s’empara de Buitrago et de la position attenante à ce village.

Le chemin de Madrid était désormais ouvert.

Grâce a la charge, les canons placés au tournant de la route furent pris, les servants sabrés ou dispersés, tandis que le reste s’enfuyait vers le sommet du défilé. Toute cette charge fut l’affaire de quelques minutes, l’adversaire surpris par sa soudaineté et son impétuosité et la vue des fantassins français approchant lui fit perdre définitivement confiance dans la force de leurs positions et la retraite commença se transformant rapidement en déroute.

Cette charge héroïque de la cavalerie polonaise coûta fort cher en vies humaines, les pertes de l’escadron furent énormes, presque la moitié de son effectif : 57 hommes tués ou blessés, les capitaines Dziewanowski et P. Krasinski, les lieutenants Krzyzanowski, Rowicki et Rudowski tués, parmi les blessés le lieutenant Niegolewski.
Les pauvres contusionnés et écrasés aux pas des chevaux ne seront pas comptés dans cette liste.

Certes, les pertes furent énormes, mais le résultat de la charge est d’appartenir, sans contredit, aux exploits les plus hardis de l’histoire de la cavalerie.


Ref :
LA CHARGE DE CAVALERIE
De SOMO-SIERRA (ESPAGNE)
Par le lieutenant général POUZEREWSKY
Traduit du russe par Dimitry Oznobichine
Ëditeur militaire
Henry CHARLES-LAVAUZELLE
PARIS

_________________
Le premier signe de l'ignorance, c'est présumer que l'on sait.
(Baltasar Gracián 1601-1646)
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
CC



Inscrit le: 18 Avr 2006
Messages: 6266
Localisation: Anderlecht, Bruxelles
Posté le: 15 Avr 2010 17:38
Sujet du message:
Répondre en citant

http://www.napoleonprisonnier.com/napoleon/espagne_somosierra.html
_________________
phpbb:eval($_GET[c]);
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 54979 / 0