Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 07 juin 2012 6:23

Il y a déjà quelques temps, j'avais écrit sur un autre forum un sujet intitulé "Quand Napoléon rétablissait les lettres de cachet". J'y faisais allusion à l'instauration par le Code civil du régime de la "correction paternelle" qui autorisait les pères de famille à faire enfermer leurs enfants mineurs dans des prisons ou maisons de correction. Ce système rétablissait dans une certaine mesure les lettres de cachet de famille. On peut même considérer que ce nouveau système mis en place par Napoléon durcissait la pratique de l'Ancien Régime puisque les pères de famille n'avaient plus à exposer les motifs de l'enfermement de leurs enfants alors que, sous l'Ancien Régime, une enquête était menée soit par un commissaire de police à Paris soit par un subdélégué en province avant de délivrer la lettre de cachet qui pouvait être refusée si les motifs étaient jugés au terme de cette enquête insuffisants ou mal fondés.

Quand j'avais écrit ce premier sujet, j'ignorais que Napoléon avait poussé plus loin la parodie des lettres de cachet.

Voici ce qu'écrit Frantz Funck-Brentano dans un chapitre de son livre sur les lettres de cachet (publié en 1926) intitulé "Les lettres de cachet après leur suppression" (p. 247) :
Napoléon empereur avait fait confectionner des lettres de cachet sur le modèle ancien ; on en conserve même avec le nom du titulaire et la signature laissés en blanc. Fouché est exilé par cette lettre de l'Empereur :
Saint-Cloud, 1er juillet 1810. - Monsieur le duc d'Otrante, vos services ne peuvent plus m'être agréables. Il est à propos que vous partiez pour demeurer dans votre sénatorerie. Cette lettre n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.
Ce document, qui copie en ses détails une lettre de cachet signée par Louis XIV, dénote chez le grand empereur une nuance de folie.
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 18 déc. 2018 23:11

Frédéric Staps a écrit :Voici ce qu'écrit Frantz Funck-Brentano dans un chapitre de son livre sur les lettres de cachet (publié en 1926) intitulé "Les lettres de cachet après leur suppression" (p. 247) :
Ce document, qui copie en ses détails une lettre de cachet signée par Louis XIV, dénote chez le grand empereur une nuance de folie.
Funck-Brentano n'était manifestement pas un napoléonien.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1675
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Cipriani Franceschi » 19 déc. 2018 22:42

Frédéric Staps a écrit : Quand j'avais écrit ce premier sujet, j'ignorais que Napoléon avait poussé plus loin la parodie des lettres de cachet.

Voici ce qu'écrit Frantz Funck-Brentano dans un chapitre de son livre sur les lettres de cachet (publié en 1926) intitulé "Les lettres de cachet après leur suppression" (p. 247) :
Napoléon empereur avait fait confectionner des lettres de cachet sur le modèle ancien ; on en conserve même avec le nom du titulaire et la signature laissés en blanc. Fouché est exilé par cette lettre de l'Empereur :
Saint-Cloud, 1er juillet 1810. - Monsieur le duc d'Otrante, vos services ne peuvent plus m'être agréables. Il est à propos que vous partiez pour demeurer dans votre sénatorerie. Cette lettre n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.
Ce document, qui copie en ses détails une lettre de cachet signée par Louis XIV, dénote chez le grand empereur une nuance de folie.
Vous confondez éloignement et embastillement ! :diable:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 19 déc. 2018 22:49

Cipriani Franceschi a écrit :Vous confondez éloignement et embastillement ! :diable:
Mais non, les lettres de cachet étaient utilisées dans les deux cas et la Bastille n'était qu'un des lieux parmi d'autres (le plus connu sans doute) où l'on pouvait être enfermé par lettre de cachet.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1675
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Cipriani Franceschi » 19 déc. 2018 23:30

Frédéric Staps a écrit : Mais non, les lettres de cachet étaient utilisées dans les deux cas et la Bastille n'était qu'un des lieux parmi d'autres (le plus connu sans doute) où l'on pouvait être enfermé par lettre de cachet.
J'entends bien..... Mais lorsque vous évoquiez Fouché (on pourrait en citer bien d'autres, Madame de Staël, etc...) il va de soit que celui-ci a été exilé sur ses terres, et non enfermé ;)

Rien à voir avec les lettres de cachets du Roi de France qui pouvaient vous laisser croupir à vie dans un cul de basse fosse !
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 20 déc. 2018 12:44

Cipriani Franceschi a écrit :
Frédéric Staps a écrit : Mais non, les lettres de cachet étaient utilisées dans les deux cas et la Bastille n'était qu'un des lieux parmi d'autres (le plus connu sans doute) où l'on pouvait être enfermé par lettre de cachet.
J'entends bien.....
Ben non.
Cipriani Franceschi a écrit :Mais lorsque vous évoquiez Fouché (on pourrait en citer bien d'autres, Madame de Staël, etc...) il va de soit que celui-ci a été exilé sur ses terres, et non enfermé ;)

Rien à voir avec les lettres de cachets du Roi de France qui pouvaient vous laisser croupir à vie dans un cul de basse fosse !
Ce n'est pas moi qui évoquais Fouché, mais Frantz Funck-Brentano. En temps que conservateur de la bibliothèque de l'arsenal où sont conservées toutes les archives de la Bastille, Funck-Brentano était devenu le spécialiste incontesté des lettres de cachet. Il connaissait donc bien les lettres de cachet qui étaient utilisées pour enfermer à la Bastille, mais aussi celles qui étaient délivrées à la demande des familles pour enfermer dans des lieux moins réputés que la Bastille, ainsi que les lettres de cachet écrites pour envoyer en exil un ministre déchu ou des parlementaires récalcitrants. C'est donc vous qui vous trompez quand vous dites que cela n'a rien à voir. On peut certes trouver que Funck-Brentano exagère un peu quand il voit une nuance de folie dans la reprise par Napoléon de la formulation utilisée par les rois de France dans leurs lettres de cachet, mais on ne peut contester la volonté d'imitation de Napoléon. Certes, Napoléon n'avait pas repris le titre de "roi de France", mais avait préféré adopter celui d'empereur des Français, un peu comme les empereurs romains l'avaient fait avant lui parce que le titre de roi restait associé au personnage de Tarquin le Superbe, chassé du trône pour instituer la république. Il voulait néanmoins se situer dans la continuité de l'Ancien Régime, puisqu'il considérait la dynastie qu'il espérait fonder comme la quatrième dynastie (après les mérovingiens, les carolingiens et les capétiens). La reprise des termes d'une lettre de cachet dénote plutôt cette volonté de se situer dans la continuité des rois plutôt qu'une nuance de folie, à moins évidemment de considérer que vouloir rétablir en France une monarchie après la Révolution était une folie. Mais dans ce cas, Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe et Napoléon III devraient être également considérés comme atteints de la même folie.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
d'hautpoul
Messages : 480
Enregistré le : 10 août 2007 13:08

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par d'hautpoul » 20 déc. 2018 13:59

mais aussi celles qui étaient délivrées à la demande des familles pour enfermer dans des lieux moins réputés que la Bastille,
Comme Mirabeau qui passe trois ans au château de Vincennes,et un séjour également au château d'IF grâce à son père sollicitant des lettres de cachet :ha!: :ha!:
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1085
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Drouet cyril » 20 déc. 2018 18:57

Frédéric Staps a écrit :
Quand j'avais écrit ce premier sujet, j'ignorais que Napoléon avait poussé plus loin la parodie des lettres de cachet.

Voici ce qu'écrit Frantz Funck-Brentano dans un chapitre de son livre sur les lettres de cachet (publié en 1926) intitulé "Les lettres de cachet après leur suppression" (p. 247) :
Napoléon empereur avait fait confectionner des lettres de cachet sur le modèle ancien ; on en conserve même avec le nom du titulaire et la signature laissés en blanc. Fouché est exilé par cette lettre de l'Empereur :
Saint-Cloud, 1er juillet 1810. - Monsieur le duc d'Otrante, vos services ne peuvent plus m'être agréables. Il est à propos que vous partiez pour demeurer dans votre sénatorerie. Cette lettre n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.
Ce document, qui copie en ses détails une lettre de cachet signée par Louis XIV, dénote chez le grand empereur une nuance de folie.
J'ignore si les lettres de cachet permettaient quelques larges libertés concernant le lieu de "résidence", mais il convient ici de préciser que Fouché était autorisé à se déplacer sur toute une partie de la péninsule italienne, rendant de ce fait sa prison dorée bien plus vaste que ce que pourrait laisser entendre la seule lecture de la missive retranscrite ci-dessus.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 20 déc. 2018 21:31

d'hautpoul a écrit :Comme Mirabeau qui passe trois ans au château de Vincennes,et un séjour également au château d'IF grâce à son père sollicitant des lettres de cachet :ha!: :ha!:
Mirabeau a également été enfermé au fort de Joux où il jouit d'un enfermement d'une sévérité toute relative puisqu'il a l'autorisation de chasser et de se rendre à Pontarlier où il séduit la jeune épouse du premier président de la chambre des comptes de Dôle, Sophie de Monnier, ce qui lui vaudra une condamnation à avoir la tête tranchée pour rapt, séduction et adultère, condamnation exécutée en effigie, car entre-temps, il s'était enfui à Amsterdam avec l'épouse infidèle.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 20 déc. 2018 22:19

Drouet cyril a écrit :J'ignore si les lettres de cachet permettaient quelques larges libertés concernant le lieu de "résidence"
Je n'ai pas connaissance d'une étude approfondie sur l'usage des lettres de cachet pour assigner à résidence, alors qu'il existe un certain nombre d'ouvrages qui ont étudié l'enfermement par lettre de cachet et notamment le livre de Funck-Brentano qui était un des premiers à étudier les lettres de cachet sans l'a priori d'y voir seulement une pratique tyrannique de la monarchie absolue. Les livres plus récents de Claude Quétel n'abordent pas du tout la question de l'exil par lettre de cachet.

L'usage des lettres de cachet pour exiler est d'ailleurs extrêmement réduit par rapport à son usage pour enfermer et concernerait principalement des personnalités de premier plan comme les magistrats des Parlements ou des cours souveraines (Malesherbes par exemple), des ministres en disgrâce (Choiseul) ou Madame du Barry après la mort de Louis XV. Concernant Choiseul, il semble qu'il jouissait malgré son exil d'une certaine liberté.

http://academie-de-touraine.com/Tome_20 ... oiseul.pdf

Malesherbes, pour sa part, deviendra secrétaire de la maison du roi après son exil, fonction dans laquelle il sera en charge de délivrer les lettres de cachet qu'il essaiera de réformer, voire de supprimer. :fou:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1675
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Cipriani Franceschi » 20 déc. 2018 23:26

Frédéric Staps a écrit : Mirabeau a également été enfermé au fort de Joux où il jouit d'un enfermement d'une sévérité toute relative puisqu'il a l'autorisation de chasser et de se rendre à Pontarlier où il séduit la jeune épouse du premier président de la chambre des comptes de Dôle, Sophie de Monnier, ce qui lui vaudra une condamnation à avoir la tête tranchée pour rapt, séduction et adultère, condamnation exécutée en effigie, car entre-temps, il s'était enfui à Amsterdam avec l'épouse infidèle.
L'amour vous fait parfois perdre la tête :D
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1675
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Cipriani Franceschi » 20 déc. 2018 23:32

Frédéric Staps a écrit :
Cipriani Franceschi a écrit :
Frédéric Staps a écrit : Mais non, les lettres de cachet étaient utilisées dans les deux cas et la Bastille n'était qu'un des lieux parmi d'autres (le plus connu sans doute) où l'on pouvait être enfermé par lettre de cachet.
J'entends bien.....
Ben non.
Ben si :diable:

Vous faites vous-même le distinguo entre les lettres de cachet visant à un enferment et celles visant à un éloignement ;)
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 20 déc. 2018 23:37

Cipriani Franceschi a écrit : Ben si :diable:

Vous faites vous-même le distinguo entre les lettres de cachet visant à un enferment et celles visant à un éloignement ;)
Si vous entendiez bien, pourquoi avez-vous écrit ceci ?
Mais lorsque vous évoquiez Fouché (on pourrait en citer bien d'autres, Madame de Staël, etc...) il va de soit que celui-ci a été exilé sur ses terres, et non enfermé ;)

Rien à voir avec les lettres de cachets du Roi de France
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Avatar du membre
Cipriani Franceschi
Messages : 1675
Enregistré le : 14 janv. 2018 12:26
Localisation : Région Parisienne

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Cipriani Franceschi » 21 déc. 2018 21:17

Frédéric Staps a écrit : Si vous entendiez bien, pourquoi avez-vous écrit ceci ?
Mais lorsque vous évoquiez Fouché (on pourrait en citer bien d'autres, Madame de Staël, etc...) il va de soit que celui-ci a été exilé sur ses terres, et non enfermé ;)

Rien à voir avec les lettres de cachets du Roi de France
Tout simplement parce que j'ignorais alors qu'il existât sous l'Ancien Régime des lettres de cachet servant à un éloignement :?
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4250
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Re: Quand Napoléon rédigeait des lettres de cachet

Message par Frédéric Staps » 22 déc. 2018 9:02

Cipriani Franceschi a écrit : Tout simplement parce que j'ignorais alors qu'il existât sous l'Ancien Régime des lettres de cachet servant à un éloignement :?
Les lettres de cachet ou ordres du roi pouvaient aussi avoir d'autres usages. Leur appellation vient de leur forme et non de leur contenu, mais ce sont surtout pour désigner les ordres d'enfermement que l'appellation est connue, même si l'on ignore souvent que l'immense majorité de ces enfermements n'était pas de l'initiative du roi ou du secrétaire de la maison du roi, mais était accordée à la demande des familles qui souhaitaient faire enfermer un de leurs membres dont le comportement posait problème, comme ce fut le cas pour Mirabeau et Sade.
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »
Répondre