Napoleon et la trahison

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.

Napoleon et la trahison

Message par the argie » 12 Juil 2015 17:16

Tous ont parle de la trahison de marmont ou des autres marechaux. Mais persone a parlé des trahisons commis par Napoleon.
Je veux parler de ça: les trahisons de Napoléon. Voici quelques de ses trahisons:
- La trahison de Napoléon au roi.
- La trahison de Napoléon à la Corsee ( et a Paoli?)
- La trahison de Napoléon a Freron.
- La trahison de Napoléon à Barras.
- La trahison de Napoléon a Sieyes.
- La trahison de Napoléon à la revolution.
Bien sur, ce n'est pas qu'une liste preliminaire qui peut changer, diminuer ou augmenter, ça depend des arguments.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par the argie le 04/03/2004 21:39
the argie
 

Message par Artaxerxès » 12 Juil 2015 17:16

De quel roi parlez-vous, Argie? Evoquez-vous une trahison vis à vis de Louis XVI de la part du jeune Buonaparte en tant que membre de l'armée royale?

Merci.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Artaxerxès le 04/03/2004 23:21
Artaxerxès
 

Message par Adolphe » 12 Juil 2015 17:16

Napoléon n'a jamais trahi Napoléon ! :twisted:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Adolphe le 05/03/2004 09:54
Adolphe
 

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:16

Napoléon n'a pas trahi Louis XVI, c'est Louis XVI qui a trahi la France (fuite à Varenne) !
Napoléon n'a pas trahi la Corse, il avait juste une vision differente de Paoli qui lui, voulait donner l'Ile à l'Angleterre !
Napoléon n'a pas trahi Barras, c'est lui même qui s'est mis hors jeux !
Napoléon n'a jamais trahi Sieyes et Il le fera même Comte de l'Empire en 1809 !
Napoléon n'a pas trahi la Révolution, mais en a sauvé les principes ! :?


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 05/03/2004 10:07
hypolite
 

Message par Adolphe » 12 Juil 2015 17:16

the argie a écrit :- La trahison de Napoléon a Freron.

Qui était ce Freron ? Un médiocre intriguant comme Sièyès ? Un corrompu débauché comme Barras ? Un ambitieux aveugle comme Paoli ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Adolphe le 06/03/2004 08:33
Adolphe
 

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:17

Ah oui, je l'avais oublié celui là :
Stanislas-Louis-Marie Freron avait été un temps l'amant de Pauline Bonaparte et fut fait Prefet de St Domingue par Napoléon ! là encore, je ne vois pas en quoi Napoléon l'aurait trahi ??? :roll:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 06/03/2004 09:50
hypolite
 

Message par the argie » 12 Juil 2015 17:17

Comme disait Jack l'eventreur, on va par des parties.
Napoleon et le roi.
Napoleon, ce n'est pas un secret, fut eleve par l'etat français, ce que, au XVIIIeme siecle, veut dire par le roi.
Napoleon fut eleve pour être, non seulement un officier, sinon un gentilhomme, c'etait le but de son education, le but etablie par Louis XV, et continue par Louis XVI. C'etait la raison pour laquelle les eleves des ecoles militaires furent eleves dans un luxe qui choquait Napoleon. Les eleves etaient soumis a la meme discipline. Pour le roi ne s'agissait pas seluement de former des officiers sachant son metier, mais ainsi des hommes du monde capables de etre presentes a la cour. Officier et geltilhomme, en ce temps, c'est la meme chose. Et le gentilhomme a le droit de commander les troupes a la guerre et l'obligation de servir au roi dans les armes.
Cette idee( l'idee du luxe qui a entoure les jeunes eleves) choquait Napoleon, mais etait accepte par ses camarades nobles et par le public. " En France, dissait Frederic masson, depuis huit siecles au moins, on etait accoutume a ce role que jouait la noblesse et l'on savait que, s'il avait son brillant, il n'etait point sans entrainer des obligations qui eussent semble fort lourdes aux bourgeois... L'ecole militaire est une institution monarchique, une institution destinee a maintenir la monarchi telle qu'elle existe, pour et par le roi, pour et par la noblesse, non pas a faire des officiers de troupe ou d'etat-major, à produire des generaux; ce n'est la qu'un accesoire. Et ce pour cela que les critiques de Napoleon tombent a faux; c'est pour cela que les ecoles militaires qu'il a creees ne sauraient en rien etre comparees a l'ecole militaire creee par Louis XV: parce que les unes devaient d'abord et uniquement, former des soldats et que les autres devait alors polir des gentilhommes" Et j'ajouterai des gentilhommes fideles au roi, incarnation de l'etat, auquel la plus part des officier furent fideles depuis la revolution en emigrant.
Peut-être Jean Savant peut resumir mieux mon idee:
" On le voit, monsieur de Bonaparte, se donnait sans restriction aucune, dans cet assaut a la noblesse et a la royaute. L'une et l'autre ne meritaient pas cette attauqe. Au surplus, l'assaillant oubliait, une fois de plus, qu'il etait lui-meme noble, qu'a sa noblesse il avait dû de pouvoir entrer a Brienne et a l'ecole militaire, et enfin qu'au pauvre Luois XVI il devait ses epaulettes de lieutenant, la chance de toucher une petite pension, puis une solde, pas enorme, sans doute, mais permettant de vivre a duex, d'acheter des livres et de se procurer quelques plaisirs, enfin la chance d'accomplir une carriere des plus honorables, au lieu de vegeter dans son ile et de s'y livrer a de mediocres guerillas politiques, a des vendettas, aux miseres, en somme, dont il fera une si cuisante experience avant le siege de Toulon"

Sur la trahison de Luois XVI:
Je ne parlerai pas beaucoup de cette affaire parce que je ne suis pas interesse au Luois XVI. Mais je ne crois pas que Luois XVI aurait trahi a la france, en considerant que, selon son idee, le roi etait l'etat, dont, le roi ne peut pas se trahir a soi-meme. Au contraire, proteger sa propre pesonne etait proteger l'etat et ses institutions. Ou moins, ça c'est ce que je pense.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par the argie le 06/03/2004 16:14
the argie
 

Message par Adolphe » 12 Juil 2015 17:17

Savant porte décidément pas bien son nom. shootleft.gif
au pauvre Louis XVI il devait ses epaulettes de lieutenant, la chance de toucher une petite pension, puis une solde, pas enorme, sans doute, mais permettant de vivre a deux, d'acheter des livres et de se procurer quelques plaisirs, enfin la chance d'accomplir une carriere des plus honorables, au lieu de vegeter dans son ile et de s'y livrer a de mediocres guerillas politiques, a des vendettas, aux miseres

Non mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire !!! Bientôt, il va nous dire que Napoléon a eu une chance exceptionnelle que Louis XV se comporte pas comme Hérode et le fasse pas égorger dans son berceau !!!
Pour que Napoléon soit redevable de quelque chose au pauvre Louis XVI, encore eût-il fallu qu'il ait pu choisir sa filière d'étude parmi différentes possibilités ! C'est comme si je devais vouer une reconnaissance éternelle à l'officier d'état-civil qui a eu l'insigne bonté d'enregistrer ma naissance !
Si Napoléon avait dû en rester à ses serments (qu'il n'avait pas eu le choix de prêter ou non), il serait jamais devenu ce qu'il est devenu et c'est donc l'humanité entière qu'il aurait trahi en usant pas des talents que la nature lui avait donnés.
Mais non, on lui imputera en crime de pas être resté un médiocre et un obscur.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Adolphe le 06/03/2004 17:41
Adolphe
 

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:17

Le jour ou Louis XVI a accepté la constitution et la cocarde tricolore, la légitimité de son pouvoir est passée des mains de l'Eglise dans les mains du "Peuple" (idem pour l'armée) et ainsi, quand il tache de gagner Varenne et les troupes coallisées, il y a bien trahison ! :roll:
Quand à l'argument de la Noblesse de Napoléon, pensez vous que tous les Nobles qui n'étaient pas favorables à la Dynastie des Bourbons étaient des traitres ? :(
Pour le reste, je suis d'accord avec Adolphe, c'eut été une trahison envers l'humanité que de na pas utiliser ses talents au sommet ! :wink:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 06/03/2004 18:12
hypolite
 

Message par the argie » 12 Juil 2015 17:17

hypolite a écrit :Le jour ou Louis XVI a accepté la constitution et la cocarde tricolore, la légitimité de son pouvoir est passée des mains de l'Eglise dans les mains du "Peuple" (idem pour l'armée) et ainsi, quand il tache de gagner Varenne et les troupes coallisées, il y a bien trahison !

Tout comme Napoleon au moment de preter ses serments, Louis XVI n'avait pas la possibilite de choisir.
C'est surprenant en venant de vous, car, si je ne me suis pas trompe, vous toujours demandez de juger Napoleon dans son contexte historique. Pour quoi on ne peut pas juger de la meme façon a Louis XVI?
Sur la fuite de Louis XVI, le pense de Napoleon etait different au votre.
" Il disait que la constituante aurait dû, dans cette circonstance, envoyer des commissaires extraordinaires, non pour ramener le monarque a Paris, mais pour le conduire au dela des frontieres; qu'elle aurait du decreter l'abdication de Louis XVI, proclamer Louis XVII, creer une regence compose des membres les plus notables de l'asamblee et il assurait que ce gouvernement national et conforme aux principes aurait bientot operee dans la constitution les changements necessaires et triomphe des ennemis de l'interieur et de l'exterieur: c'etait, suivant lui, affermir la revolution et la mettre a l'abri de toute ateinte lorsque le roi serait majeur; agir autrement, c'etait confier le navire a un pilote incapable de gouverner, c'etait appeler l'equipage a la revolte, c'etait susciter l'anarchie..."
Ce n'est pas Jean Savant( les napoleonionis jacksonniensis le detestent) c'est Arthur Chuquet.
Et en continuant avec Arthur Chuquet:
" Mais au XVIIIeme siecle, malgre les maximes de la philosophie, les gentilshommes rapportaient tout au roi comme a la fin unique de la societe; ils voyaient en lui le maitre de la nation; c'etait le roi qu'ils servaient, et non la patrie, et ils mettaient le roi a la place de la loi... Ces deux mots trone et etat n'etaient-ils pas inseparables? Louis XVI n'exprimait-il pas la pensee de sa noblesse lorqu'il ecrivait, a la vielle de sa fuite, que les services rendus a la personne du roi etaient des services rendus a l'etat?
" La formule du nouveau serment emut donc les officiers qui, pour la plupart, appartenaient a la noblesse. Pouvaient-ils signer un pareil engagement? Ne serait ce pas agir contrairement a leur devoir de chevalier français et manquer aux principes de delicatesse et d'honneur dont ils avaient toujours fait profession?...
" Quelques-uns declarerent qu'ils amaient mieux renoncer a tout que trahir leur conscience." Le serment, disait Roquefeuil, sous.lieutenant du 5eme d'hussards, etant diametralement oposse a mes principes, puisqu'il ne'st point parle du roi, je me crois dans la necessite de le refuser" Un condisciple de Napoleon a Brienne, Montrond, et deux de ses camarades a l'ecole militaire de Paris, Sanzillon et Quarre de Cherles,, quitterent l'arme plutot que de preter ce serment qu'ils qualifient d'impie...
" La grande majorite preta donc leur serment...
" Mais ce serment etait prononce de bouche, non de coeur, et les royalistes assuraient volontiers qu'ils ne se croyaient lies que par leur premier serment, le serment d'avant la revolution, le seul qu'ils eussent pretes librement. Dans sa declaration autographe du 20 juin, Louis XVI ne disait-il pas qu'il etait prisonnier, qu'il ne pouvait esperer le bien et empecher le mal, qu'il protestait contre tous les actes emanes de lui pendant sa captivite...? Ne revoquait-il pas tous les decrets qu'il avait sanctionne le couteau sur la gorge? Et ces officiers ne devaient-ils pas se referer a son dernier dire?
" Aussi les plus fervent royalistes ne tarderent-ils pas a se retirer. Ils avaient prete le serment dans l'espoir d'etre utiles. Mais le roi, devenu l'instrument de l'assamblee leur otait les moyens de le servir efficaccement. Mieux valait rejoindre a l'etranger les comtes de Provence et d'Artois et revenir avec eux pout tirer le monarque des mains de la faction. Sans doute Louis XVI avait accepte la constitution; mais l'avait-il accepte de bonne foi? Les officiers royalistes... emigrerent et, se regardant comme les vrais enfants de la patrie, se rendirent, selon leur expression, au poste de l'honneur pour prendre part a la croisade des croisades sur les ordres des princes, fils de Saint Louis, les seuls chefs qui eussent le droit de commander aux français puisque le roi n'etait plus libre"

Posté sur le forum Pour l'Histoire par the argie le 06/03/2004 22:37
the argie
 

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:17

Mon propos n'était pas de juger Louis XVI (ca a déja été fait par d'autres), mais de vous montrer pourquoi l'armée était dégagée de son serment envers le Roi ! Certes, ceux qui étaient "plus Royaliste que le Roi" ont refusé cette nouvelle légitimité, mais la plupart l'ont accepté et sont resté se battre pour la France souvent jusqu'en 1815 et même au delà ! :wink:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 07/03/2004 10:01
hypolite
 

Message par Frédéric Staps » 12 Juil 2015 17:17

hypolite a écrit :Mon propos n'était pas de juger Louis XVI (ca a déja été fait par d'autres)

Beaucoup pensent que le procès de Louis XVI ne remplissait pas vraiment les conditions d'un procès équitable, or vous semblez considérer que vous pouvez faire vôtre cette sentence. A vous lire, on se dit que puisque Louis XVI a été jugé et condamné, c'est bien qu'il était coupable.
Par contre, si l'on vous dit que Napoléon a lui aussi été condamné par les nations réunies au Congrès de Vienne, vous allez protester fermement contre la validité de cette sentence.
Argie n'a donc pas tort quand elle vous fait remarquer que vous n'appliquez pas la même méthode pour l'un et l'autre.

(Je vous dirais d'ailleurs bien que vous vous comportez de la même façon à mon égard puisque vous arguez régulièrement d'une décision prise contre moi sans jamais vouloir vous interroger sur son fondement et sa légitimité. Mais ce serait encore une fois relancer un débat qui n'est pas à proprement parler historique et qui n'a donc guère sa place sur ce forum).

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 07/03/2004 11:30
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3620
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:17

"A vous lire, on se dit que puisque Louis XVI a été jugé et condamné, c'est bien qu'il était coupable. "
Et bien j'ai dut mal m'exprimer car ce n'étais pas du tout mon propos comme je l'ai expliqué precedemment (je parlais juste de la légitimité)! :oops:
Si on veut parler du procés de Louis XVI, pourquoi pas faire un sujet, mais personellement je n'ai pas assez d'éléments pour juger moi même de la justesse du verdict ! :wink:


Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 07/03/2004 11:58
hypolite
 

Message par Frédéric Staps » 12 Juil 2015 17:17

hypolite a écrit :Si on veut parler du procés de Louis XVI, pourquoi pas faire un sujet

Le sujet existe déjà : http://www.pourlhistoire.info/Forum/viewtopic.php?t=405
hypolite a écrit :mais personellement je n'ai pas assez d'éléments pour juger moi même de la justesse du verdict ! :wink:

Ce n'était pas ça la question qui vous était posée. Je faisais remarquer que le procès de Louis XVI n'avait pas été équitable, ce qui ne vous empêchait pas d'y faire allusion pour dire que vous n'aviez pas à le juger puisque cela avait déjà été fait. Je faisais également remarquer que la mise hors la loi de Napoléon dans le cadre du Congrès de Vienne n'avait pas nécessairement respecté des formes très équitables. J'établissais donc un parallèle entre ces deux jugements sans me prononcer sur le fond. Mais au lieu de répondre, vous déplacez le débat sur autre chose. Est-ce parce que vous ne comprenez pas la question ou parce que vous n'avez pas envie d'y répondre ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 07/03/2004 12:08
Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
 
Message(s) : 3620
Inscription : 26 Avr 2006 12:17

Message par hypolite » 12 Juil 2015 17:17

Je vous ai dit que mon propos n'était pas de juger de la validité du procés de Louis XVI, je répondais juste aux accusations de traitrise dont ce serait rendu coupable Napoléon d'aprés Argie ! :roll:

Posté sur le forum Pour l'Histoire par hypolite le 07/03/2004 12:48
hypolite
 

Suivant

Retour vers Chef d'Etat, militaire, mari, amant, père, ami...

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron