Napoléon était-il magnanime ?

Diverses personnes se sont opposées à Napoléon : complots, soulèvements populaires, opposition politique, écrits factieux...
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4164
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Napoléon était-il magnanime ?

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 17:47

Rien n'est moins sûr. Quand on examine différents cas où Napoléon aurait pu se montre magnanime, il n'apparaît guère comme tel.
Dans le cas de la conspiration des "couteaux" qui apparaissait pourtant assez clairement comme le résultat d'une provocation policière, Napoléon n'a finalement guère fait montre de clémence. Que du contraire. Persuadé que la machine infernale de la rue Saint-Nicaise était un nouveau complot des jacobins, le Premier Consul refusa la grâce aux conspirateurs qui furent exécutés. Dans le même contexte, il fit déporter un certain nombre de jacobins et ne prit aucune mesure de clémence à leur égard quand il fut informé que les jacobins n'étaient pour rien dans cet attentat.
Napoléon ne se montra guère plus magnanime à l'égard du duc d'Enghien. Dans ce cas, ce sont peut-être ses subalternes qui firent preuve d'excès de zèle et Napoléon avait peut-être comme il l'a dit l'intention de faire grâce au duc. Il n'en eut cependant pas l'occasion.
Peut-être n'a-t-il pas eu non plus l'occasion de se montrer magnanime à l'égard du général Moreau et souhaitait-il une condamnation bien sévère pour avoir le plaisir de lui faire grâce. Toujours est-il que la "grâce" qu'il accorde au condamné semble finalement plus lourde que la condamnation, condamnation obtenue d'ailleurs avec certaine difficulté de la part des juges. Il est difficile de croire dans ce contexte que la clémence de Napoléon, si l'on peut vraiment parler de clémence, était motivée par un sentiment sincère plutôt que par l'intention de se donner les airs de la clémence.
Dans le cas du libraire Palm, aucune mesure de clémence ne semble avoir été envisagée, pas plus que dans le cas d'Andréas Hofer.
Pour Frédéric Staps, Napoléon n'était disposé à se montrer clément que si le jeune homme se montrait repentant. Comme il n'en fut rien, Napoléon ne fait donc pas preuve en fin de compte de la moindre clémence.
Le cousin de Chateaubriand fut lui aussi exécuté.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 28/04/2004 14:34
Répondre