FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Connexion S'enregistrer
Napoléon et le pouvoir héréditaire
Napoléon et le pouvoir héréditaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Auteur Message
Pour l'Histoire



Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 2982

Posté le: 12 Juil 2015 18:11
Sujet du message: Napoléon et le pouvoir héréditaire
Répondre en citant

Citation:
Moi. - Dès que l'inquiétude de la guerre aura fait place à la réflexion sur l'existence politique du gouvernement, tout le monde se demandera : Par où ceci finira-t-il ? Qui succédera à Bonaparte ? S'il mourrait demain, que deviendrions-nous ? S'il fournit sa carrière, qui aura-ton après lui ? Il faudrait que l'on vît un héritier naturel...
Bonaparte. - Ce que vous dites là est d'un politique qui n'est pas fort.
" Jamais on n'a institué l'hérédité par une loi... Toujours elle s'est établie de fait... Ce que vous dites là d'abord fait beaucoup de mal, et ensuite n'est pas du tout vrai...
Moi. - Ce que je dis ici, je ne le dis pas ailleurs.
Bonaparte. - Eh bien ! C'est toujours vide de sens. J'ai bien réfléchi avant et depuis Marengo sur tout cela; et je me suis convaincu qu'il n'y a rien à changer à ce qui existe. Personne n'a intérêt à renverser un gouvernement dans lequel tout ce qui a du mérite est placé.
"Vous ne savez pas ce que c'est que le gouvernement, vous autres, vous n'en avez pas une idée; il n'y a que moi qui, par ma position, sache ce que c'est que le gouvernement.
"Les Français ne peuvent être gouvernés que par moi. Je suis dans la persuasion que personne autre que moi, fût-ce Louis XVIII, fût-ce Louis XIV, ne pourrait gouverner en ce moment la France. Si je péris, c'est un malheur !
Moi. - Je ne parle point de changer la Constitution, ni même de vous faire désigner par la loi un héritier. Je dis seulement qu'il y aurait plus de sécurité en France si on voyait un héritier naturel à côté de vous.
Bonaparte. - Je n'ai point d'enfant.
Moi. - Il est possible de vous en donner un par l'adoption.
Bonaparte. - Cela ne répond pas au danger du moment.
Moi. - Cela offre de la sécurité pour l'avenir.
Bonaparte. - Après y avoir bien réfléchi, je n'ai trouvé qu'une chose de praticable : c'est que le Sénat élise un homme en état de prendre ma place; que le scrutin ne fût connu que de trois sénateurs et de moi. Mais qui nommer ?
Moi. - Cela ne remédie pas à l'avenir. L'hérédité naturelle avec une constitution telle que la nôtre, lorsque la notabilité sera établie, n'a rien de contraire à la liberté, à la République, à l'esprit même de la Constitution. Si j'étais sénateur et que j'eusse à nommer votre successeur, je nommerais un enfant de douze ans.
Bonaparte. - Pourquoi un enfant ?
Moi. - Parce que je voudrais qu'il devint le vôtre, pour que vous puissiez l'élever et l'aimer.
Bonaparte. - Je n'ai point d'enfant; je ne sens pas le besoin, ni l'intérêt d'en avoir.
"Je n'ai point l'esprit de famille. Ce que j'ai craint le plus pendant que j'étais à Marengo, c'était qu'un de mes frères ne me succédât si j'étais tué.
[...]
Moi. - Général, vous disiez tout à l'heure que j'étais un pauvre politique de vous souhaiter un héritier naturel : permettez-moi de vous parler franchement... Si vous deviez persister dans l'opinion que vous seul pouvez gouverner la France, et qu'un Bourbon, quel qu'il soit, y serait impuissant, toute ma politique est sans objet. Mais si votre opinion devait changer, si des factions toujours renaissantes, des intrigues au moins inquiétantes vous laissaient regarder le prestige d'une autorité héréditaire comme nécessaire pour gouverner un peuple imbécile, et vous faisait penser qu'il est nécessaire, pour le rendre à quelque repos, de le rendre à ses vieux préjugés et à ses vieilles habitudes..., je ne vous fais pas l'injure de croire que vous cèderiez à cette idée; mais ne serait-il pas pardonnable au grand nombre de penser qu'un héritier naturel ou adoptif vous arrêterait et que vous résisteriez à votre tentation... ?
Bonaparte. - Mon héritier naturel, c'est le peuple français.
"C'est là mon enfant. Je n'ai travaillé que pour lui.

Napoléon me disait (conversations notées par Roederer)

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 23/08/2004 16:41
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com



Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 59726 / 0