D'un exil à l'autre

Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4162
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

D'un exil à l'autre

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:12

Régulièrement, j'entends évoquer comme justification au retour de Napoléon lors des Cent-Jours la menace d'un exil vers Sainte-Hélène qui aurait été décidé alors même que Napoléon était encore à l'île d'Elbe. Qu'en est-il de cette histoire ? Est-ce une réalité ou une légende ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 01/09/2004 18:51
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1074
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 18:12

Bonsoir,

Napoléon n?ignorait pas les menées de Talleyrand relatives à son éloignement des côtes françaises ou italiennes.
On parlait des Açores mais aussi de Sainte-Hélène. A ce sujet, on pouvait lire dans le Journal des Débats du 19 novembre :
« On dit qu?on a arrêté en Italie quelques émissaires de Bonaparte et qu?en conséquence il sera transféré à l?île de Sainte-Hélène. »

Que des on-dit, certes ; mais néanmoins des rumeurs tout de même fort inquiétantes ; d?autant plus que Talleyrand, face aux réticences de l?Autriche mais surtout de la Russie, ne désarmait pas, bien au contraire.

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 01/09/2004 19:49
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4162
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:12

Dans ce cas, Napoléon ne devait-il pas se douter que c'était le sort qui l'attendait en se livrant aux Anglais le 15 juillet 1815 ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 01/09/2004 20:56
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1074
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 18:12

L'espoir pouvait toujours être de mise, aucune décision définitive n'ayant été prise à Vienne avant le départ d'Elbe.

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 01/09/2004 21:09
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 4162
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:12

Le Congrès de Vienne n'avait-il pas déclaré Napoléon hors-la-loi en apprenant son retour de l'île d'Elbe ?

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 02/09/2004 06:25
Avatar du membre
Drouet cyril
Messages : 1074
Enregistré le : 09 mai 2006 17:19

Message par Drouet cyril » 12 juil. 2015 18:12

Bonsoir,

« Le Congrès de Vienne n'avait-il pas déclaré Napoléon hors-la-loi en apprenant son retour de l'île d'Elbe ? »

C?est un peu ce que l?on retrouve dans le rapport d?Eldon, lord chancelier d?Angleterre :

« [Napoléon] avait été vaincu dans une guerre légitime dirigée contre lui. Il était donc loisible au gouvernement anglais de le traiter comme un prisonnier de guerre aussi longtemps qu?il serait nécessaire et d?éviter ainsi les dangers de sa remise en liberté [?] La politique et la sécurité du monde se conjuguaient pour autoriser ceux qui détenaient Napoléon, à le garder sine die, seule manière de se défendre contre toute tentative subversive éventuelle de sa part. Au surplus, Napoléon ne devait être regardé que comme un aventurier, un individu sans aveu, appartenant à cette classe d?hommes dont parle Vattel qui ne se considèrent liés par aucun traité? »

Salutations respectueuses.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Drouet Cyril le 02/09/2004 16:44
Répondre